Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/06/2007

LA GRANDE MOTTE le 24-06 *AS*

AU PIED DES PYRAMIDES
A.BENAFITOU NOUS CONTENTE

**********************

medium_HUGO_1.jpg
HUGO du Joncas
C'est devant une petite demi arène que A.Benafitou excellent de bout en bout, remporte haut la main ce Trophée de la Grande Motte. Avec lui Auzolle trés adroit aussi et trés en jambes est à féliciter. Les autres Gleize, Ouffe, Jockin, Mascarin n'ont pas été à la traîne et participe activement au succés du concours. Anecdote: c'est assez rare pour le souligner, A.Benafitou a harangué son tourneur M.Bensalah toute l'aprés-midi alors que c'est plus souvent le contraire !
Des cocardiers, HUGO du Joncas a été à deux doigts de remporter le prix du jour tant sa prestation a été intérressante. MAZEL du Brestalou confirme sortie aprés sortie son enorme potentiel et frole lui aussi la victoire du jour. JONAS de Lautier, quatorze ans mais du métier pour assurer ses quinze minutes. CHANEAC de Chaballier en progréssion permanente les grandes arènes lui ouvriront bientôt leurs portes. LOU VIBRE de I. Lafon, c'était une reprise, c'est réussi avec intelligence dans son combat. VOLTIGEUR de Vitou le barricadier de service n'a pas pas failli à sa tâche et remporte les bravos et les suffrages. PETRAS de l'Ilon est un étalon, avec tout sa naîveté à ce niveau.
VIDOURLE
medium_MAZEL_1.jpg
MAZEL
medium_MAZEL_II.jpg
MAZEL
medium_MAZEL_III.jpg
MAZEL
medium_VOLTIGEUR.2.jpg
VOLTIGEUR

Photos L.PERO 

26/06/2007

LE GRAU-DU-ROI le 24-06 *AS*

 LE SOUVENIR OLIVIER ARNAUD

Reportage photo de Christian ITIER 

medium_Bdeux_Elliot.jpg
A deux pour Eliot de Boch, premier.
 
medium_BFOREST_-_Moutet.jpg
 Forest de l'Argentière (2e) recueille les suffrages
et prend le prix Olivier Arnaud.
Ici sur Moutet.
 
medium_BFOREST_touche_Allou.jpg
 Et une pointe de Forest pour les fesses de Sabri Allouani.
 
medium_Bgregau_Villard.jpg
Une belle enfermée de Gregau (Saumade, 3e) sur Benjamin Villard,
récompensé du Souvenir Olivier Arnaud. 
 
medium_BSAURON_SAB.jpg
 La puissance des anticipations de Sauron de Fabre-Mailhan (4e)
sont une de ses nombreuses cocardières qualités.
Ici sur Allouani.
 
medium_Bsevero_villard.jpg
 Villard à la tête de Sévero de Ribaud (5e)
 
medium_BFLAMENCO_NOGUERA.jpg
 Flamenco du Joncas (6e). Ici sur Noguera.
 
medium_BFLAMENCO_Duran.jpg
 Flamenco lâche un raset pour aller chercher
le tourneur André Duran à qui il inflige une sévère
correction mais pas de coup de corne. 
 
medium_BFlamenco_Moutet.jpg
 Belle anticipation de Flamenco sur Moutet
 
medium_Brenoir_moutet.jpg
 
 Et Renoir de Cuillé (7e hp) termine fort bien avec, entre autres, Moutet.
 
 
 

25/06/2007

SOMMIERES le 24-06 *AS*

UNE COURSE TRES AGREABLE
DANS UN CONTEXTE FAVORABLE

medium_SOM1.2.jpg

  La Royale de Lafont – et qui plus est à Sommières – c'est un peu comme une réunion de famille. Tout le monde se retrouve autour de l'emblème rouge et vert dans un même esprit. Entre respect pour "l'ancien" et espoir dans les jeunes. Bien avant que les retrouvailles ne commencent, on sait qu'on ne gardera que le meilleur.

Et du meilleur il y en a dans cette Royale de Nicollin, pleine de vaillance, de volonté, de franchise, de "brillance". La course a été bonne. Certes ! Même si le "Carmen" général de la fin n'était pas indispensable. Enfin… dans le contexte…

Les bons points

Les hommes ont été exemplaires : Jourdan, Khaled, Martin-Cocher, Sabatier, Martinez, Matray, Perez, Lopez. Ils ont raseté dans l'esprit.

Les taureaux : douze très volontaires minutes pour Médée (1er) ; passons sur Pouderous (2e, 8 minutes ) ; très bon Barras, vif, fougueux qui se soulève à plusieurs reprises plus quelques anticipations (rentre une ficelle).

medium_SOM2.jpgVirat (4e) est raseté avec tout le respect qu'inspire un double Bioù d'Or. Quand il capte le raseteur, son engagement est total, comme sur Jourdan, Khaled, Matray où il casse les planches, ou encore Sabatier et Perez. Ses déplacements sont applaudis comme il se doit et malgré quelques absences, sa sortie avec ses ficelles est ovationnée.

Anténor (5e) s'envoie vivement dans les séries. Au fil des minutes, il conforte son placement en restant très réactif et poussant ses conclusions. 13 minutes.

Pluton (6e) est un excellent partenaire. Brave, franc, vaillant. Il s'engage fort aux planches et fait pétiller ses réponses. Mais pourquoi l'arrêter à la 8e, alors que sa course va crescendo. Il termine, les douze minutes, sur un très bel engagement  après Martinez.

Jodias (7e, hp) a tout le temps de faire admirer son superbe physique et sa vitesse. Sur la fin, mieux raseté, il se place idéalement pour sortir comme une bombe sur les quelques candidats qui s'y collent.

Martine ALIAGA 
medium_SOM3.jpg
 

 

medium_SOM4.jpg

 

 

24/06/2007

Manade Saint-Gabriel

Après l'abattage de la manade pour cause de tuberculose, Louis Nicollin parle d'avenir

SAINT-GABRIEL N'EST PAS MORT !

medium_Nico_4.jpg

Sur son bureau trône le Bioù d'Or de Virat. Au mur, les garrots portés par son taureau préféré lors des finales du Trophée des As. Louis Nicollin est affecté par l'abattage de la manade Saint-Gabriel mais le battant qu'il est s'enthousiasme toujours pour l'avenir. Si dans ses silences l'émotion est palpable, ses meilleurs mots parlent au futur. Conversation avec ce manadier atypique pour quelques coups de barrière ciblés. Un homme à qui "on ne la fait pas" et dont la perspicacité et l'instinct sont toujours en éveil.

Jusqu’au bout vous vous êtes battu pour sauver de l’abattage la manade Saint-Gabriel touchée par la tuberculose, comment avez-vous vécu cette période?
De les avoir vus partir, ça m'a rendu triste (…). Je pense à ceux qui s’occupent tous les jours des taureaux – comme Luc Lopez (mon gardian) qui est là depuis la création de la manade. C’est terrible. Je souhaite de tout mon cœur que ça n’arrive pas aux vrais manadiers, à ceux qui ne vivent que de ça, C’est terrible… Mais puisqu’on ne peut pas discuter, on ne discute pas…

medium_Nico_6.jpgVous aviez proposé de servir de laboratoire (manade test) de lutte contre la tuberculose. Cela a été refusé. Que s’est-il passé?
Les services vétérinaires, c’est l’Etat, on ne peut pas discuter. On a essayé de sauver la manade. On a eu affaire à des comiques, à des gens qui nous ont promis qu’ils nous sauveraient. Sauf le président de la Fédération française. Henri Itier, c’est le seul qui s’est battu comme une bête! Derrière ça suit pas! Le reste, c’est tous des clowns. Je parle des gens qui t’encouragent, qui te disent ceci, cela. C’est du pipeau. Il y a des gens dans la bouvine qui se prennent au sérieux alors qu’ils ne sont rien! Mais c’est pas grave! La seule chose qui est grave c’est que s’ils nous ont fait tuer, nous… peut-être qu’un jour il n’y aura plus de taureaux camargue. C’est là qu’ils n’ont pas compris.

Avez-vous été surpris par le pourcentage de bêtes atteintes par la tuberculose (plus de 10%)?
Oui, mais je ne suis pas vétérinaire. Saint-Gabriel a été bloqué une seule fois, en 2000, depuis en faisant tuer 60 ou 70 vaches par an, on n’avait jamais eu de problème. Jusqu’à octobre 2006. C’est surprenant!


Les terres doivent-elles être traitées? Pendant combien de temps?
Il faut respecter un vide sanitaire de trois mois. A Saint-Gabriel même, on n’a plus de taureaux depuis plusieurs mois, ils étaient à La Palus. Ils y sont restés jusqu’au bout, début juin.


Quels taureaux resteront dans votre souvenir?
On n’avait pas mis trop de temps à se faire depuis le démarrage en 1987. Il y a eu Intrépide (Bioù de l’Avenir en 2000), Palun, Gigi, Duché (le fameux Ronaldo), qui nous a lancés, Balzac… et les jeunes qui promettaient El Dorado, Enzo, etc. Et il ne faut pas oublier Frégate, la Cocardière d’Or 2006!medium_Nico_5.jpg


Quel avenir pour l’élevage Saint-Gabriel?
L’avenir? On va acheter des taureaux, on va continuer. J’ai vécu sans taureaux une partie de ma vie, mais j’aime bien ces bêtes… et j’aime aussi les chevaux tout blancs. Il y aura toujours des taureaux à Saint-Gabriel. J’ai une autre manade. On peut faire une transfusion. J’ai promis à M.Lafont que je ne vendrais jamais rien de cette manade. Et elle est restée comme elle est depuis. Mais Nicollin-Saint-Gabriel, c’est le même patron, alors au moins on sauvera des bêtes de l’abattoir. Et puis dans les autres manadiers, il y a toujours des amis, heureusement! Y a en qui vont me vendre des bêtes. Des vaches. Dans le style et le caractère de Saint-Gabriel (NDLR: origines Laurent, Rouquette, Cuillé). Le dernier qui possède ce sang-là (Baroncelli), c’est Cuillé. Alors!


La Royale de Nicollin avec Virat sort dimanche à Sommières, serez-vous dans les gradins?
Ça me fait énormément plaisir. Virat, il est pas encore tocard. Peut-être je serai à Sommières, mais surtout j’irai à Beaucaire, pour la Palme d’Or. J’aime Beaucaire. Et puis Virat, c’est sa piste. En plus il sort le même jour que Mathis, ça va être une belle course. Virat, il peut encore créer la surprise…. mais dans trois ou quatre ans, c’est peut-être pour Saint-Gabriel que j’irai chercher un autre Bioù d’Or.

Propos recueillis par Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

NOTE : Louis Nicollin est propriétaire de deux manades : la manade "historique" Lafont qu'il a achetée en 1997 et la manade qu'il a créée Saint-Gabriel en 1987. 

medium_Nico_1.jpg

 

EN APARTE

- Au sujet du Trident d'Or.

Louis Nicollin à Joffrey Barbeyrac:  "Quand va-t on gagner la Gambardella avec Nicollin?". Je me souviens qu'une fois on était allé jusqu'en finale face  à Guillierme. On s'était fait un peu "enfler" mais bah c'était l'anniversaire de Guillierme.
Et cette année ? 

Joffrey : "On a passé le premier tour avec 191 points. On tombe contre Les Baumelles, le 21juillet à Cabannes".

- Au sujet de l'achat de taureaux "prêts à courir".

L. N. : "On va surtout acheter des vaches. Les cocardiers ? Un qui m'intéresserait n'est pas à vendre, c'est Mathis (rires).  Mais celui qui me plaît le plus, même maintenant c'est Camarina. Le jour où il est sorti au Grau-du-Roi, en 2004, (en même temps que Virat), il m'a fait b....."

- Au sujet des travaux au Mas d'Anglas (arènes et salle)

L. N. : "Ce sont les gardians (en particulier, J.-P. Durrieu) qui m'ont fait construire ces arènes. Ah ils sont exigeants ! C'est pour entraîner le Real de Madrid (les futures vedettes de Nicollin). Ce sera inauguré certainement en fin de saison". 

- Au sujet de son titre de manadier

L. N. : "Les gens disent que je n'ai pas les taureaux depuis longtemps. Que j'y connais rien. Mais ils se trompent ! J'ai commencé à avoir des bêtes à Lyon, et aussi, à Maurin. Avec Jacques Bonnier. Mais tout ça ne me rajeunit pas".

 

******************************** 

MILHAUD le 23-06 *Avenir*

GUYON, VIOLET
SAUVENT LE CONCOURS DU NAUFRAGE
*********************

medium_MIRABEAU-Violet.jpg
MIRABEAU sur N. Violet

Sur les sept hommes de la capélado, effectuée devant un maigre public, R.Guyon qui remporte le Souvenir J. Cavalier - P. Brunel, et N.Violet auteur des plus beaux engagements sont les seuls à mériter une attention particulière. Car devant du bétail (8 cocardiers) pas toujours trés coopératif (Quantité ne rime pas nécessairement avec Qualité) ils ont donné le maximun sauvant, ce qui était sauvable.
CAPUCIN de Lagarde, est le seul à être raseté par tous les hommes et dans un bon esprit. Il peut ainsi se donner vaillament avec des conclusions brillantes. Cinq Carmen, une ficelle au toril et le prix Souvenir J. Martinez - E. Astier.
MIRABEAU de St Pierre, trois Carmen, craint par sa vivacité et son placement il n'est pas submergé. Barricadier aussi il a été le taureau le plus sérieux de l'aprés-midi.

VIDOURLE

L'ACTION DU JOUR

CAPUCIN met R. GUYON en danger

medium_CAPUCIN_1.jpg
medium_CAPUCIN_2.jpg
medium_CAPUCIN_3.jpg

 

                                                                                                                                                Photos L. PERO

21/06/2007

Les Lautier fêtent Mathis Bioù d'Or

Manade Lautier
MATHIS RECOIT SES ELECTEURS
 
medium_037.JPG
Il est jeune, il est beau, il a obtenu la majorité des votes des électeurs, il a déjà fait se pâmer les foules et écrit quelques belles pages des quotidiens Midi Libre et La Provence. Il… c’est Mathis, Bioù d’Or 2006.

medium_051.2.JPGPour fêter ce sacre, qui couronne aussi les cinquante ans du travail de toute la famille, les Lautier accueillaient vendredi dernier la Commission du Trophée Taurin Midi Libre – La Provence et ses membres électeurs du Bioù d’Or; les représentants des quotidiens (Jean-Pierre Gugliermotte, responsable de la promotion Midi Libre ; Julie Zaoui, représentant la rédaction d'Arles de La Provence); de la Sté Pernod 51 (Yves Agostini, directeur régional, Didier Penant, Monsieur Camargue et son équipe); de La Marseillaise (André Chamand, chef de chronique; les raseteurs Benjamin Villard et Sabri Allouani; les présidents de la FFCC (Henri Itier), des manadiers (Henri Laurent), des gardians professionnels (Jean Mathieu); ainsi que le maire d’Arles (Hervé Schiavetti), les amis et les gardians amateurs de la manade.medium_049.JPG
Une réception chaleureuse et authentique, la simplicité d’un bonheur partagé. A l’heure des discours, tous ont pris plaisir à souligner leur «joie de fêter Mathis; «la reconnaissance d’un travail de fond». Le plaisir des Lautier à recevoir était palpable: émotion de Janine qui raconte ses larmes dès la sortie en piste de son Mathis ou de Frédéric qui raconte: «Aux finales du Trophée, quand je voyais les grands manadiers aller chercher leur Bioù d’Or, ça me semblait tellement loin. Mon rêve d’alors était d’avoir de bons taureaux et d’être un vrai manadier. Quand l’an dernier mes parents ont traversé les arènes de Nîmes pour aller chercher le Bioù d’Or de Mathis, j’ai su que c’était arrivé! Quel bonheur». Un bonheur qui perdure pour la devise noir-rouge-jaune, car Mathis, à chacune de ses sorties confirme son titre.
Martine ALIAGA
Prochaines courses de Mathis:
15/07, Beaucaire; 15/08, Grau-du-Roi; 9/09, Châteaurenard.
medium_055.JPG
 La manade Lautier s'est dotée d'une salle
de réception inaugurée pour l'occasion
 

17/06/2007

BAILLARGUES le 17.06 * AVENIR *

VIDOURLEN SUPERIEUR
AIGLON PROMETTEUR
******************

medium_VIDOR_TETE_2_copie.jpg

Ils sont sept à l'appel du président de course T. Tosas à défiler pour la capelado. Trois tourneurs les rejoindront au premier taureau. N. Noguera prend la course à son compte emmenant dans son sillage B. Valette auteur des plus belles actions. R. Mondy reprend "du poil de la bête" et s'applique sur les difficultés du jour. N. Tortel, J.-L. Ricci, G. Sagnier, C. Artal ont participé. Le peu de public mais en majorité connaisseur, a pu se satisfaire de certaines prestations.
CANUT
Janin, un premier qui réagit avec métier au début puis qui devint plus réservé en fin de parcours. Rentre ses ficelles. Un Carmen en course.
SIFFLEUR
Cavallini, six minutes agrémentées de quelques gros coups de butoirs. Un Carmen en course.
AIGLON Occitane, d'entrée annonce la couleur en se positionnant dans les angles sans "rousiguer" pour autant. Avec maitrise c"est lui qui dirige les maneuvres en autorisant ou pas les départs. Il coupe, enferme jusqu'au bout où la corne se fait menaçante à la barrière. Mondy coupe la cocarde, Tortel lève un gland, le reste retourne au toril. Pour lui quatre fois la musique jouera.
LOU POUNCHU Guillerme, il crée la diffficulté avec ses grandes cornes effilées qu'il envoie au contact. Les hommes décidés vont toutefois le mettre au diapason et lui faire effectuer de belles séries. Son moral va alors lui faire défaut et sa fin de course sera plus laborieuse. Malgré ce il rentre ses ficelles et entend cinq Carmen.
VIDOURLEN
Mermoux, il a une grosse envie de se battre et se met de suite à la disposition des hommes qui le sollicitent bien (surtout R. Mondy). Attentif, présent jusqu'au bout de l'action il impose sa technique et se montre plusieurs fois trés dangereux. Tenace dans les enchainements il ne céde pas un pouce de terrain et défend âprement ses ficelles qu'il garde au bout de son temps. Six récompenses musicales.
ARTILLEUR Lafon, les attaques fusent de toutes parts mais il résiste avec un certain brio. Aux ficelles le rythme baisse et de son poste devant le toril il peut distiller quelques belles anticipations sur les beaux cites de Noguera et Valette. Une ficelle au toril et trois Carmen.
JOSEPH
Vellas, hors points n'avait pas sa place dans ce concours.

VIDOURLE

medium_AIGLON.2.jpg
AIGLON
medium_LOU_POUNCHU.jpg
LOU POUNCHU
medium_VIDOURLEN-Mondy_1.jpg
VIDOURLEN
medium_ARTILLEUR.jpg
ARTILLEUR


Photos L. PERO

SOMMIERES le 17-06 *AS*

 
UNE COURSE COCARDIERE EN DIABLE
AVEC MONTVERT EN DIABLE DE COCARDIER
*************************** 
medium_BOTETE.jpg
Jourdan courageux lève la cocarde et le deuxième gland à Montvert qui n'est pas du genre à les donner facilement. 
 
Bien avant l'heure les gradins sommiérois débordent. Pas de doute, encore une fois, certains taureaux déplacent les afeciouna. Montvert, Jeannot, Fournelet font recette. En particulier Montvert qui, depuis l'an dernier, est le seul à régulièrement rentrer cocarde ou gland.
Ils sont sept à la capelade pour relever le défi (Auzolle, Jourdan, Martray, Villard et les gauchers Khaled, Martinez, Mebarek) plus quatre tourneurs (Siméon, Marmuggi, T.Garrido, Lizon).
La mise en bouche est un peu maigre même si Canesteù (Fabre-Mailhan, 1er) tire son épingle du jeu, avec un placement impeccable, quelques anticipations et beaucoup  (trop) de sélection sur la fin. Rentre ses ficelles. Jojo (Lagarde, 2e) vif dans les premiers échanges, s'éteint peu à peu, sortant parfois comme une bombe pour stopper net aussitôt. Garde une ficelle. Arthur (Lautier, 3e) fait des faveurs aux gauchers, par contre les droitiers ne l'intéressent qu'au départ de l'action. 10 minutes.
 
Du haut de ses 8 ans, Montvert (Brestalou) fait une sortie de toril déjà applaudie. Villard attend la minute de reconnaissance et se jette dans la première action; son tourneur fait le "quite", Benji ne serait pas arrivé au bout, ça calme! Alors la danse commence, rasets à blanc, un tourneur, deux tourneurs, trois tourneurs mais la bête n'en a cure : quelques petits pas pour fermer la porte aux droitiers, un bon coup de revers pour les gauchers; quand j'en ai marre je pars en face, puis je reviens sous la présidence. Un régal! Les départs avortés et les anticipations se succèdent. Villard, Jourdan, Auzolle, essaient, c'est courageux ! les gauchers ?... Sur un déplacement, seul moment de vulnérabilité de Montvert, la coupe, la cocarde et un gland sont faits. Au prix d'une pointe au bras, Jourdan fera le second gland à la quatorzième minute et demie. Montvert intraitable, dangereux, dominateur n'a pas encore rencontré preneur pour ses ficelles. A suivre...
Fournelet (Blanc) n'a pas donné sa part au chat. Au moins les dix premières minutes. Placé, très offensif sur les droitiers qu'il ne lâche pas jusqu'à la planche, plus réticent sur les gauchers, malgré les efforts de Khaled. Sur la fin, Fournelet durcit les échanges jusqu'à garder ses ficelles.
Quant à Jeannot (Grand Salan), il s'affirme de plus en plus cocardier. Changeant régulièrement de terrain et défendant ses attributs par une bonne sélection, il n'omet pas de pousser ses conclusions si besoin est. Benji fait la 2e ficelle sur la sonnerie.
Un petit jeune pour la fin : Primadier de Siméon (hp). Passons sur les premières minutes, où il "cabourdège" sans aucun placement et beaucoup de sauts, sa prestation va crescendo, alors que les hommes vont le provoquer, il réplique d'abord en passant le mourre puis plus de plus en plus fort. A revoir.
Martine ALIAGA 
Photos Christian ITIER
medium_BO2.jpg
 Villard met tout son coeur à l'ouvrage, mais Montvert ne s'en laisse pas conter.
 
medium_BO3.jpg
Fournelet ne lâche pas les droitiers jusqu'à la planche.
 
medium_BO4.jpg
Quand ça vaut la peine, Jeannot va au bout et met la corne.

16/06/2007

VALLABREGUES le 16-06 *AVENIR*

ENIGMATIQUE TRIDENT D'OR
*************************

medium_Miralles.jpg
C. Mirallés se fait coincer la jambe et quitte la piste.

C’est un scénario digne d’un bon Sherlock Holmes qui nous a été servi à Vallabrègues pour cette deuxième série du Trident d’Or: Chauvet – Gillet. Tout d’abord au vu des prestations fournies par les cocardiers cet après-midi, on se demande encore comment ont-ils pu engranger autant de points en première course de la compétition (Chauvet 203 pts – Gillet 189 pts). Car cet après-midi leurs prestations n’ont rien laissé apparaître quoi que ce soit d’exceptionnel. Alors quelle ne fut pas encore notre consternation à l’annonce du score de la journée: Chauvet 192 pts – Gillet 183 pts? Mais sur quels critères le jury s’est-il basé pour attribuer autant de points à des cocardiers anodins qui n’ont intéressé qu’une minorité vouée à leur cause. Enigmatique l’est aussi la présidence quand elle donne des Carmen à outrance pour certains taureaux et les oublient pour un autre. Bizarre, vous avez dit bizarre, tiens comme c’est bizarre! Pour couronner le tout, pendant la course du deuxième taureau une altercation éclate entre gardians, raseteurs, spectateurs, tourneurs. Le malaise ainsi installé, ce concours qui n’avait pas besoin de ça tombe dans l’ennui le plus profond. A la capelado Valette, Violet, Khaled, Ferriol, Bournel, Guyon, Moine et Mirallés (sort au troisième taureau après s’être fait coincer la jambe par le second). Quatre tourneurs Bouchité, Marmuggi, P.Rado, D. Martinez.

MISTIGRI Gillet, malgré son coup de tête, les hommes profitent de sa naïveté pour le dépouiller en six minutes.

FONTVIEILLOIS Chauvet, il rentre une ficelle et pour cause. Pas mal de refus et finalement seule la dernière action sur Mirallés est à noter.

THEMIS Gillet, facile au début, puis fuyard il ne démontre pas grand-chose dans huit minutes de présence.

ENZO Chauvet, certes il est barricadier, mais peu vif et lourd sur ses ripostes. Instable, sauteur, ses coups de barrières ne peuvent tout faire oublier. Des Carmen bien trop généreux et une ficelle au toril.

HELIOS Gillet, lâche le raset, saute seul et envoie la tête au contact. Une série pour terminer ses douze minutes et un Carmen encore généreux à la rentrée.

LAVANDIN Chauvet, le seul du jour à avoir du jus et de l’envie. Il a du placement et de la suite dans ses engagements. Alors énigme? Pour quelle raison n’obtient-il qu’un seul Carmen? Neuf minutes.

VIDOURLE

medium_Valette.jpg
Toujours des beaux gestes avec B. Valette.
Photos L.PERO
                                                                                                                                                                            

15/06/2007

Lunel : journée pédagogique

Heureux petits Pescalunes
à qui la tradition est transmise 
medium_LAFON_micro.2.jpg
J.LAFON le manadier, explique aux enfants la raison,
et le déroulement d'une Ferrade.
A une époque, les bébés pescalunes étaient élevés au lait des taureaux et des chevaux, au rythme des fêtes, des déjeuners au pré et de la course camarguaise. Et, il faut bien le dire, du sacro-saint apéro. L'ambiance du coin quoi ! Qui attache les hommes à leur terre et à leurs traditions, qui ancre les racines dont on a besoin pour faire face au quotidien. Générant les amitiés et les amours, engendrant les passions qui font le sel de la vie.
Heureux petits Pescalunes qui grâce à leurs aînés ont pu toucher du doigt tout ce qu'ils ont à portée de main sans peut-être n'y avoir jamais goûté : la bouvine et ses traditions.
L'Association du Trophée Pescalune (clubs taurins réunis) épaulée par la municipalité, et en liaison avec l'Education nationale leur a servi sur un plateau une journée de traditions (amenée par une exposition, et un travail pédagogique dans les classes) dont ils se souviendront.
medium_CAVAvign_1.2.jpgDès le matin, la manade Lafon dans son écrin des marais de Saint-Just,  a reçu les élèves (environ 500 CM1-CM2 ) pour la ferrade et un déjeuner au pré. Présentation des cavaliers, explication de la ferrade, l'escoussure, la marque... et Coupo Santo de la pena Mithra. L'après-midi, course des taureaux emboulés de la manade Chaballier rasetés par l'Ecole taurine de Lunel et Villeneuve-lès-Maguelone. Au total, près d'un millier d'enfant, bandana fête de Lunel 2007 autour du cou, ont pu exprimer leur estrambord naissant au rythme des primes d'un président de course à son affaire, medium_course-vign.jpgJacques Valentin : 2 euros pour l'école Mario-Rostand... Hourra ! 2 euros pour Marie-Curie.. Hourra ! Pour Victor-Hugo, Louise-Michel, Sainte-Thérèse, Jacques-Brel... La fête a été totale et les mines réjouies.
Les élèves feront un compte-rendu de leur journée par classe, trois seront récompensées lors de la journée du Gardian le 23 juin. L'Association du Trophée pescalune a pensé à tout et même à offrir à chaque enfant une place aux arènes pour cette journée. Bravo aux aînés pour cette initiative, bravo aux enfants pour leur joyeuse participation.
Martine ALIAGA 
Photos Luc PERO
medium_Ferrade_1.jpg
medium_Ferrade_2.jpg
medium_Ferrade.jpg
medium_La_Laupio.jpg
medium_Sous_Laupio.jpg
medium_ARENAS_1.jpg
medium_ARENAS_2.jpg
medium_ARENAS_3.jpg
medium_ARENAS_4.jpg