Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/12/2007

PORTRAIT DE RASETEUR : JEAN JOUANNET

LE GENTLEMAN GAUCHER

540bbcefb0ad51b0c2bcb27105eec39e.jpgNé le 17 août 1945, dans la rue des Juifs à Vauvert, véritable droitier, Jean Jouannet s'aperçoit très vite que c'est en rasetant à gauche qu'il se sent le mieux et c'est au Grau-du-Roi en 1962, en rasetant Athos de Blatière en emboulé qu'il prend pleinement conscience de ses réelles possibilités de gaucher. Ses qualités, il va tout d'abord en faire largement profiter les arènes de Sommières dans lesquelles il rasète très souvent. C'est là qu'Henri Laurent remarque "ce blondinet" au look ravageur style "New Man", athlétique, souple, à l'allonge rectiligne qui donne le maximum de chance au cocardier.

Dès lors, Jean entame une carrière exemplaire qui lui vaut de la part de la presse les titres et les éloges destinés aux grands : à Saint-Privat-des-Vieux pour une course de Raynaud "Mention à Jouannet qui a été le grand animateur de l'après-midi" ; à Vauvert "La palme à Jouannet, le meilleur en compagnie de César et Marchand". Ou encore "Si ce n'avait été le raseteur Jouannet, la course aurait sombré" ; à Châteaurenard "Goya encore très dangereux fut raseté en premier par Jouannet mais aussi Dumas, Castro, Pellegrin". Aux Saintes "Marquis spectaculaire et le duel Goya – Jouannet pour les meilleurs moments"…

Jean Jouannet, c'est la grande époque des années 70 avec  Castro, Pellegrin, Dumas, Ruas, Marchand, etc. Et surtout de grands cocardiers : Dur, Joinville, Gardon, Rami, Aiguilleur et bien d'autres. Mais la plus grande fierté du raseteur reste la course de Châteaurenard en 1973 où il décocarde et lève les deux glands de Goya à cette époque-là presque intouchable. A la fin du quart d'heure, une formidable ovation salue des deux protagonistes.

Jouannet c'est aussi des victoires : en 1972, le Muguet d'Or et le Raset d'Or de Beaucaire. En 74, il remporte le premier Trophée de la Mer au Grau-du-Roi. En 77, la Ficelle d'Argent à Pérols, la Margueritte d'Or à plusieurs reprises ainsi qu'une multitude de places d'honneur dans différentes compétitions.

Un clin d'œil à Aigues-Mortes où Jacqueline Alexandre, speakrine de la télévision, lui remet une coupe offerte par Antenne 2. Quant au Trophée des As, toujours dans le peloton de tête mais hélas pas de victoire car Jouannet c'est aussi la malchance. En 1971, alors qu'il occupait la première place, il est opéré d'une occlusion intestinale. Puis ce sont Sifren (Lafont) en 1965, Mario (Lafont) 1967, Quasimodo (Blatière) 1970, Joinville (Lafont) 1972, Bajazet (Lafont) 1973, Mousquiou (Lafont) 1976, Calvissonnais (Barin) 1977, Filou (Fabre-Mailhan) 1982 qui lui ont barré la route vers les sommets en lui infligeant de nombreuses blessures.
Mais dans le cœur des afeciouna, il reste et restera un As de la course camarguaise.

Luc PERO

bb9ee8a6ea7b71e26b735bde45781a60.jpg
25a9e7e3a1c0efa052f81d4dc910cc87.jpg
J.Jouannet et GOYA, une époque faste
3fa504be5a7f7271b36b473f310d4f63.jpg
 Photos Ch. Farine

LA CAMARGUE AU DAKAR

* MALHEUREUSEMENT, VENDREDI 5 JANVIER, VEILLE DU DEPART DU DAKAR, L'ASO (organisatrice du rallye) ANNONCAIT L'ANNULATION DE L'EDITION 2008 A CAUSE DE LA POSSIBILITE D'ATTENTATS EN MAURITANIE. JACKY NE POURRA REALISER SON REVE CETTE ANNEE MAIS CONNAISSANT LES RESSOURCES MORALES DU PERSONNAGE, CE N'EST SUREMENT QUE PARTIE REMISE. ET POUR QUE TOUT SON TRAVAIL DE PREPARATION NE SE DISSIPE PAS COMME UN MIRAGE DANS LE DESERT, NOUS VOUS LAISSONS A LIRE ET A VOIR LE REPORTAGE REALISE LORS DE LA PRESENTATION DE SON 4x4. C'ETAIT QUELQUES JOURS AVANT CE QUI DEVAIT ETRE LE DEPART D'UNE GRANDE AVENTURE.
 
 
JACKY MAURIN A DEUX AMOURS
LES TAUREAUX ET L'AFRIQUE

 

071f3faf13e9b4b92460f0e0817fe64b.jpg"Je pars avec mes six taureaux et deux chevaux" plaisante Jacky en présentant son Toyota BJ 80 fin prêt pour le Dakar. Jacky vous le connaissez sûrement… aficionado de longue date, juge de piste, membre de la commission du Trophée Taurin Midi Libre – La Provence, ce chef d'entreprise alésien réalise là un de ses rêves – courir le mythique rallye – et il n'a pas résisté à  y associer son autre partie de lui-même, les taureaux et la Camargue. Le 6 janvier 2008, il sera l'un des 510 véhicules à s'aligner au départ à Lisbonne. Mais le 4x4 N.482  tire de l'ordinaire. Jacky y affiche son amour pour la course camarguaise : raseteur,64dfe3ce7955c26a1cb7a81705ec6b91.jpg cocardiers noirs et chevaux blancs pour emblème sur l'arrière, une magnifique croix gardiane sur le toit, tout cela peint par Marignan et le sigle de la FFCC en bonne place sur le capot avant. De quoi attirer l'œil, exciter les curiosités et faire parler de la course camarguaise. Et aussi de voyager en amenant un petit bout de sa terre de prédilection, La Camargue.

A lui et son copilote Claude Veyron les 9273 km qui les mèneront au Lac Rose via Malaga, Nador, Ouarzazate, Tan 26c20b6b90c8c45d6325e8e7edcf1bca.jpgTan, Zouerat, Atar, Tambacounda jusqu'à Dakar. Aux côtés de célébrités telles que Luc Alphand, Jean-Louis Schlesser, Carlos Sainz ou Brahim Asloum, Jacky fait partie des anonymes, libres de tout sponsoring, forts de leur passion et  armés de leur seul courage pour qui le rallye imaginé par Thierry Sabine reste une grande aventure à vivre pleinement. Il faut tout de même ajouter que Jacky n'en est pas à son première voyage en terre africaine, qu'il a mis un an à préparer son engin et que ce grand gaillard calme et pondéré envisage sereinement et avec humour son périple : "Le but est déjà de ne pas se perdre, de ne pas casser et d'aller au bout… on verra bien".

80dae4150fcbf08a010946d5e373a501.jpgAlors, au hasard des retransmissions TV, si vous voyez des taureaux et des chevaux sortir des dunes du Sahara, non vous n'avez pas la berlue, suivez bien  ce curieux équipage orange et blanc, c'est notre Jacky à la poursuite de son rêve. Tous nos vœux l'accompagnent.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO
 

 

2f17bad1c76470b4bd3b418d5bdc0077.jpg
fbf0eef86443a1e0273d48a8a4666077.jpg
a13cea05e0e77b56ea273da3bf4c3042.jpg
256806c5663ebf884f67c7175871c6d9.jpg
20904de494cfc7d8dee350ddde0ed412.jpg
f753d6d2e7b1bb467be81eac8e2faa1a.jpg
f097c467c10fd417785f50277ebb5d43.jpg
3f07faf7e7c8bc168544b8f92463de80.jpg
16b991f4c72916ee9eff5bc70f627c81.jpg


23/12/2007

BANDIDO AUX FLAMBEAUX

Dans le cadre du Marché de Noël des Saintes Marie de la Mer, les commerçants, artisans et exposants ont offert une splendide Abrivado nocturne. Flambeaux en mains, les fiers gardians encadrant parfaitement les taureaux ont ainsi traversés la cité Saintoise.

d6d71b025b5c7d0153414abb11a61e81.jpg
bfc12c0a5c3d219b14144fda301f0199.jpg
aca44f41fb87bc7a8559b666585b49e0.jpg
98f2adf70c82ed34d516494e11e0ea05.jpg
d71581880d10a3f2af84177156613990.jpg
6b3f5e333d04567b4c8ff092c584498a.jpg
db77be7a0801df34fe527b3518a0b8ca.jpg
513280b7fc8cbb4c7a6e2c1bf0019a00.jpg

 

Photos Luc PERO


19/12/2007

LA SAGNE LE PETROLE CAMARGUAIS

1df9480ae5048a6b33979d0284fdf249.jpg

HISTOIRE DE LA SAGNE DE VAUVERT A AIGUES-MORTES

une récolte qui débute au XIIIème siècle

Les lointains ancêtres d'André récoltaient déjà la sagne. a8787387f31e899eda3a39624b93bd54.jpgLe 4 février 1302, Guigon de Roche, seigneur de l'époque, accorde aux "vrais habitants" le droit de cueillir les roseaux sur une partie de son marais. Ce privilège dure encore aujourd'hui, sur les parties communales de la roselière. Du Moyen Âge au début du XXème siècle, coupée verte en été et séchée sur place, la sagne assure la majeure partie des fourrages des ânes, mules et mulets. L'hiver, la coupe du roseau est rare : elle sert à recouvrir les cabanes de gardians et à fabriquer quelques "paillassons", des nattes de roseau destinées à protéger les cultures maraîchères.L'histoire de la Sagne continue... Après la seconde guerre mondiale, la récolte de la sagne prend une autre dimension. Les besoins alimentaires énormes dans toute l'Europe poussent les pays du Nord, la Hollande notamment, à assécher leurs marais pour gagner des terres arables.Ils sont alors en pénurie de roseaux, qu'ils utilisent pour couvrir les toits de     leurs maisons. Les négociants partent en quête de nouvelles sources d'approvisionnement et découvrent le roseau de Camargue, d'excellente qualité. A partir des années cinquante, le marché se développe tant que les sagneurs se convertissent en nombre à l'exploitation du roseau d'hiver. C'est le début d'une ère dorée pour les habitants de Vauvert et de Gallician.

eca2cc6778ceec10aca04d7ddd5f20de.jpg"La sagne c'est notre pétrole à nous", explique un sagneur. "Pas besoin de la planter, elle pousse toute seule. Il suffit de se baisser pour la ramasser."

"Le prix du paquet a longtemps suivi celui du Pastis", plaisante André. "Avec des records à 235 paquets par jour, les sagneurs gagnaient bien leur vie."

 

Mais revenons à la sagne, elle est récoltée en hiver par des professionnels, les sagneurs. Il en reste une poignée dans les étangs du Charnier (au nord d'Aigues-Mortes) et du Scamandre.D'une main habile, ils coupent les roseaux, les peignent et lorsqu'ils en ont une quantité suffisante pour former une botte, ils tassent les tiges et lient la botte avec du fer.
La récolte de la sagne est une tradition mais les évolutions techniques ont permis de mettre au point des machines pour ce travail éprouvant.Ces machines ne coupent pas les roseaux, elles les arrachent et détruisent par là-même le milieu et donc la faune qui s'y réfugiait.Les derniers sagneurs se sont regroupés en une association dont le but est de pourvoir la production traditionnelle de sagne. Leurs espoirs se fondent sur le retour à la mode des matières naturelles.Le goût de l'authentique revient, souhaitons-leur bonne chance.

a462d99bed769731a5947656e7f6e86d.jpg

6519a049771909b1e5cf8aca8abb156a.jpg

 

Photos Luc PERO


17/12/2007

MARCHÉ DE NOËL SAINTOIS

2747dc0443da40ce98ab1160487de15c.jpg

Dans les arènes et sous un chapiteau, les artisans et commerçants Saintois vous invitent à découvrir leurs créations et leurs produits.

Ce marché est ouvert tous les jours de 10 heures à 19 heures et ce jusqu'au Dimanche 23 Décembre.

La veille le Samedi 22, à 18 heures une Bandido aux flambeaux sera offerte par les organisateurs.

 

d9d4978940e18ed0801d8246b5f58708.jpg
e423c850c8d07c0deb8f9c90c3c2d908.jpg
ccb93872d197a3576f9c8dcafc33ef18.jpg
02561720141a3f6dbb974553f46cf7ff.jpg
57e8daf263ed61e613b11e6894a504a5.jpg
0d0d4ec50b68ac0c730b5bd8af47a3f5.jpg
87eff48c6cc35323840d30500ce3caae.jpg
49684caf252eb506b95694328096a8e4.jpg
0d5b53e94229b68d66fb34bbdcfc86a2.jpg
Photos Luc PERO

15/12/2007

JOUR DE NEIGE EN PETITE CAMARGUE

SAMEDI 15 DECEMBRE 2007

072b98eae0739e07de182a8e480509a6.jpg
97d69063dd0091647c097bb3052f87c3.jpg
Photos Luc PERO

ARÈNES DE NÎMES 2007 - 2008

LES ARÈNES EN HABITS DE FÊTE

Comme tous les ans de mi-décembre à fin janvier, l'Amphithêatre nîmois se pare de ses plus beaux atours afin de participer aux illuminations festives de la ville pour célébrer comme il se doit les fêtes de Noël et du Nouvel An.

702f93ca082338b7b516cf1516bcc6d6.jpg
9f6ac0a8daff28cd3843afc9b79ebcbd.jpg
01b025e1d6e95b5adb4f24050b7aae7f.jpg

 

Photos Luc PERO

14/12/2007

PRESIDENTS DE COURSE

APRES LEUR A. G. A LA MANADE SAINT-PIERRE

MARC MOUCADEL, PRESIDENT DES PRESIDENTS
FAIT LE POINT

QUESTIONS-REPONSES

9b973718b3c5e8e6d69e262fcc5e8364.jpgAprès une saison d’existence, où en l’association ?
104 présidents de course sont licenciés à la FFCC, 30% d’entre eux n’exercent pas et sur la trentaine qui officient régulièrement, dix-huit sont membres de l’association. Nous invitons donc un maximum de présidents à nous rejoindre en 2008.

Quels sont vos interlocuteurs privilégiés ?
Tous les acteurs de la course camarguaise. Nous avons pris des contacts avec la FFCC pour avoir des représentants au comité directeur notamment dans les commissions "Statuts et règlement" et "Sécurité". Nous rencontrerons les associations de manadiers et celle des raseteurs. Des conversations intéressantes ont eu lieu avec des membres du Trophée Taurin.
Pour quelles propositions ?
Par exemple: nous voulons être concertés et participer à la future école des présidents de course de la FFCC ; nous demandons aux raseteurs d’équilibrer les capelado et de venir se présenter jusqu’à la présidence; nous insistons sur les gestes traditionnels pour la levée des attributs à faire uniquement par le raseteur concerné (pas par le tourneur); nous demandons une remise à jour plus claire du règlement du président de course, etc.
Quelques points rédhibitoires ?
Nous refusons le terme d’arbitre. Nous sommes des  présidents de courses, notre fonction, notre rôle est d’arbitrer. Nous sommes aussi hostiles à la rumeur de la nomination des présidents par la FFCC.
Des avancées ?
Nous avons constaté moins de litiges graves, cette saison. La FFCC a fait un effort sur la discipline et nous nous sentons davantage soutenus.
Un mot sur cette journée ?
Nous avons été agréablement reçus par le manadier Christian Saint-Pierre au domaine de la Mourade et après une  séance de travail de qualité -  en présence notamment d’Henri Itier, président de la FFCC, Frédéric Raynaud représentant les manadiers, Patrick Bonton, conseiller général Rhony-Vidourle -  et un bistournage, les conversations se sont poursuivies autour d’une bonne table.

Propos recueillis par
Martine ALIAGA

09/12/2007

SORTIE DES CHRONIQUEURS

SAMEDI 8 DECEMBRE :  AMICALE DES CHRONIQUEURS ET PHOTOGRAPHES DE COURSE CAMARGUAISE

LES MEDIAS EN BALADE

 

6798b2eb623d28c499ee780036f7e661.jpgLa belle bâtisse ocre jaune se découvre au bout de l'allée de platanes, si près de la route Saint-Gilles–Vauvert et pourtant si loin du bruit et de l'agitation. Au loin, on découvre les patures… des hectares quadrillés par les roubines, le pays des taureaux. On est à la manade Espelly-Blanc. Georges et Bernadette Blanc travaillent dur pour maintenir l'héritage d'Albert Espelly. Maintes fois, les inondations ont anéanti leur labeur, ils sont toujours repartis. Aujourd'hui, avec Andalou qui porte haut les couleurs jaune, rouge, bleu, et une salle flambant neuve pour accueillir les groupes dans un superbe parc boisé, la manade dont les origines remontent à 1912, espèrent recueillir les fruits d'une sélection précieusement suivie depuis 1957.

4a50f5ed17b53be208904b4123f47e3a.jpgC'est là que l'Amicale des chroniqueurs et photographes de course camarguaise a décidé de passer sa sortie d'automne. Une journée calme et chaleureuse autour d'une bonne table après un apéritif offert par Pernod 51. Au-delà des spécificités de chaque journal et support médiatique, l'occasion d'échanger des idées, de partager différents points de vue et de parler encore et toujours d3300065af712669fe4832b198d4b028.jpgde course camarguaise. De beaucoup s'amuser aussi, il ne manque pas de joyeux drilles dans la bande. L'heure n'était pas aux discours, bien sûr, mais Georges Blanc et Raymond Siméon, venu en voisin, ainsi que Luc Pero, le président, ont été chaleureusement applaudis pour leur prise de parole.

Martine ALIAGA

* Manade Espelly-Blanc, Mas San Miguel, route de Montpellier, 30800 Saint-Gilles. Tél. 04 66 22 94 25, 06 82 58 13 64 et 06 87 75 69 77 

b553002ab6ab8ca16acb88908a595cfc.jpg
de0ba56fb8e73fa44b617e9b9d5f1363.jpg
27fd10db358e9642d51a640265f3c830.jpg
1c3f3aa3a9968e1c5644e44dd3b35b08.jpg
c5d80dc9abb7c77d328f238a2c3c8891.jpg

 

Photos M. ALIAGA et L. PERO


06/12/2007

LES RASETEURS DE LIGUE EN STAGE

FONT ROMEU DU 3 AU 8 DECEMBRE

LES JEUNES STAGAIRES GOUTENT LE SPORT DE HAUT NIVEAU

b4d68865bad7a2e71ab13954bc8fe754.jpg
535269d59ff955290ce454f14aae438b.jpg

Exit les protections, place aux courses de Ligues. Un simple changement d’appellation pour "coller" à la création des Ligues Languedoc-Roussillon et PACA. Cela permet, entre autres, grâce aux subventions régionales, de financer au bénéfice des apprentis raseteurs un stage au Centre national d’entraînement en altitude à Font-Romeu.
909754c170bcb4c2dded92c47a9fbb33.jpgCe sont donc dix-neuf stagiaires qui, depuis lundi et jusqu’à demain, font l’expérience des pratiques sportives de haut niveau. Découverte de la vie en collectivité pour certains, de la discipline et de l’hygiène de vie d’un sportif pour d’autres, mais pour tous la soif d’apprendre. Dans ces installations entièrement vouées à l'étude et aux sports, avec en toile de fond les forêts et les pics enneigés des Pyrénées, voyons comment évoluent nos sportifs à nous, nos raseteurs. Paroles de jeunes : « Chacun a sa chambre... On fait connaissance avec les stagiaires première année... On apprend à gérer notre saison... Le médecin de l’équipe de France d’aviron nous a fait un cours de diététique, c’était très intéressant... En calculant la masse graisseuse, j’ai découvert que j’étais en surpoids, j'ai trois kilos à perdre... Pour le test de Cooper (endurance), on s’est sorti les tripes... Le soir, on s’embête un peu, alors on sort mais le lendemain on est trop crevés… ».
Des stagiaires avec un bon état d’esprit selon Jean-Yves3a262eb127cf0f5a142baeeddc0f59f5.jpg leur préparateur physique: « Il faut qu’ils développent leur motivation. Ils n’ont pas de base d’entraînement et c’est là dessus que nous travaillons. Un programme général qu’ils pourront appliquer individuellement. Il faut travailler la dynamique et l’endurance. Tous ont de bonnes qualités physiques. Avant le stage, je me suis renseigné sur internet pour connaître la course camarguaise. C'est vrai qu'en plus des qualités physiques dont ils ont besoin, il y a le facteur danger (par le taureau) à intégrer ».
Pour Gérard Barbeyrac, directeur technique de la FFCC, qui les encadre et veille au grain : « C’est bénéfique. Ils ont un pied à l’étrier pour l’avenir, notamment avec un bilan médical qui peut leur éviter des blessures musculaires. Il y a une bonne ambiance dans le groupe, des liens se créent…. Bon le soir, ils font un peu la foire. D'accord pour se coucher tard, mais le lendemain, il faut être à l'heure ».
188cde26abe1becc5ccdcfbd7c36a251.jpgQuant au message d’Henri Itier, André Turquay et Nicolas Triol, venus pour deux jours au centre, il est clair : « Nous attendons de vous du sérieux, du respect envers tous les acteurs de la course camarguaise. Nous espérons que nous retrouverons ce bon état d’esprit plus tard ».
Et même si pour cette année, la date choisie n’est pas la meilleure, les prochains stages pourraient se faire en février pour que le bénéfice physique soit vraiment probant. En attendant, entre muscu, randonnées en montagne et sieste, les jeunes raseteurs vont être au top pour… les fêtes de Noël.

Martine ALIAGA

***********************
EN COURS

d258d8bffe42865a731d340fd5b10f74.jpg
28a36ade78de2dbccdf1ec04fd75ee39.jpg
4303df569b81401cdd7446e38c321408.jpg
3caf6210d3592e456901b09c364fbe18.jpg
ENTRAINEMENT
83d26a5564103ae8331d0ec5e80e579a.jpg
b415d54df46a94a1d61bffb21911a051.jpg
f911aaa33207977328431c141aaeffe6.jpg
8b54d08ad0f0add8ab0fa6cd0940b7f3.jpg
5e940ba47e69d118e4d7f6eef1d58ae7.jpg
2875c78e4bed8a5baceda493fdec39c6.jpg
79bc67a095cd1a61afa3026ab403d6c4.jpg
79e46c054c5ce31beaf05be996d5d518.jpg
c8eb8d8b51b4d67882ec758d814c09e5.jpg
770aaca3d85928e65ee5668e478e173e.jpg
ada7f39020b2d8f22f0f43450f721d23.jpg
cad3880671f0af652593857f84345e03.jpg
bc0f1b1ae9c38b0d80cc074e9de0533a.jpg
Photos Luc PERO