Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/07/2008

PALUDS-DE-NOVES *AVENIR*

Lundi 14 juillet

LE FEU D'ARTIFICE DES LAUTIER 

84cb7b5a68480edb90c512b10a561eb4.jpg
BRUTUS et Grammatico

Entrée: ¾ d'arène. Organisateur: CT Les Paluds. Présidence: A Bono. Raseteurs droitiers: Bini, Biscarrat, Guyon, Grammatico, Schuller. Gauchers: Cartalade (sort au 6e sur contracture), Errik, Thierry. Tourneurs: Bensalah, Bouchité, Jorquéra, Ménargues.

8377a9a5c0ecd4a3e1cb56e4a3c7a245.jpgLes Lautiers fêtent la prise de la Bastille avec du pétard et offrent une course pleine d’espoirs avec générosité, panache, combativité, sérieux et émotions. Diamond, le petit diamant noir, est le taureau du jour avec un sens du combat aiguisé tandis que Fanaù termine en beauté. Les hommes ne ménagent pas leur peine avec un Rémy Guyon omniprésent, un Errik de retour, un Cartalade actif, un Biscarrat généreux, un Fabien Grammatico qui retrouve ses sensations et un Schuller encore en délicatesse avec son bras.
C’est un épineux CHARDON qui ouvre les débats. Des réactions agressives aux planches et une belle série à la dixième avant d’arriver aux ficelles pour lesquelles il se réserve trop (un Carmen).
BARYTHON joue d’entrée les ténors en enfermant Schuller. Son placement brouillon, il le compense par sa vitesse, son anticipation et ses cornes à l’arrivée notamment sur Errik pantalon transpercé qui doit se jeter en contre piste le raset suivant. Un dangereux client qui rentre ses ficelles (1 Carmen + rentrée).
Volontaire BRUTUS se donne à fond sur tous les rasets. Plus on le charbonne plus il se bonifie. Plein de générosité son final est brillant et spectaculaire. Errik saute encore de justesse et le bioù sauve son dernier tour de ficelle. 5 Carmen et retour.
6c388e6615f0b4235e37c477b5d131cf.jpgSérieux, DIAMOND n'est pas facile à manœuvrer. Avec un port de tête fier, il maîtrise l’espace, chasse et fait la loi aux ficelles. Guyon est son principal adversaire et avec lui chaque raset est un danger permanent. Cocardier, il impose la sélection et son final spectaculaire est un bijou d’intensité (6 Carmen dont rentrée).
Surpris par le travail des blancs, TITAN reprend le contrôle aux ficelles avec des arrivées percutantes tête au dessus des planches.En progression constante il garde une ficelle et possède une intéressante marge de progression (2 Carmen et rentrée).
Sans être une forteresse, CASTELLAS lâche ses attributs facilement mais saute après Grammatico et frappe sur Biscarrat. Aux ficelles, il pêche dans le placement mais enclenche une demi-douzaine d’actions aux planches et conserve une ficelle (7 Carmen et retour).
19ba489e8bc851094e4ff8b7428a0d65.jpgLe bouquet final est pour FANAU.► Un dernier explosif grâce à la complicité des blancs qui lui font accomplir une quinzaine d’actions grandioses où le taureau frappe du poitrail ou du mourre jusqu’à se blesser à la mâchoire. A la demande du manadier et du président de course, il réintègre le toril à la douzième sous l’ovation porteur de son second gland avec la musique jouée à neuf reprises.
Et Agnel Bono d’adresser le Carmen général pour tous les acteurs de la journée… amplement mérité.

Eric AUPHAN

 

Les commentaires sont fermés.