Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/07/2009

CABANNES *AVENIR*

Mercredi 29 juillet 2009

MAÏ FAIT CE QU’IL LUI PLAIT....

Cabannes_29_07_091.jpg
MAI - Martin-Cocher

 
Cabannes_29_07_173.jpgUne grosse demi-entrée lorsqu’à l’appel de Jacky Faure le sérieux président se présentent Gros, Maurel, Moine, Moutet, Roux à droite suivis de Clarion, Fadli, Martin Cocher et Mébarek à gauche accompagnés des tourneurs Babacène, Cuallado, Dunan, Ménargues. Poète de la manade Navarro remporte la 20 ème coupe de Provence pour sa course du samedi. Maï est désigné meilleur taureau de la finale. Martin Cocher est proclamé meilleur animateur sans contestation bien aidé par Moine et Roux qui reçoivent un coup de cœur. Moutet aussi est excellent. Difficile première partie pour les blancs avec des taureaux peu coopératifs et dotés de sacrés coup de revers.

Cabannes_29_07_177.jpgAvec TOBIAS (Lautier), GALERIEN (La Galère) et RUBIS (Lou Pantaï) la mayonnaise ne prend pas. Heureusement la deuxième partie détone avec MEJANNAIS (Ricard) qui a quatorze ans fait sa despédida à l’aide de quelques séquences percutantes. MARIUS (Chauvet) n’est pas là pour une partie de cartes. Il est sérieux, ne permet pas l’à peu près et menace de ses cornes à l’arrivée jusqu’à faire voltiger Mébarek et lui déchirer le pantalon. MAÏ (Les Baumelles) met peu de temps à trouver la bonne carburation. Placement, anticipations et arrivées fracassantes pour le prix de la journée bien mérité. Le jeune QUASAR (Plo) est pétri de qualités. Une volonté évidente et des qualités cocardières et barricadières qui ne demandent qu’à mûrir. Remise des prix impeccable avec péna, arlésiennes et le truculent Georges Tarascon au Micro.

Texte et Photos Eric AUPHAN


S. Mebarek en difficulté avec MARIUS

Cabannes_29_07_070.jpg
Cabannes_29_07_071.jpg
Cabannes_29_07_072.jpg

29/07/2009

MARGUERITTES *Avenir*

Mardi 28 juillet 2009

LA MARGUERITE D'OR POUR A. AYME
LE TROPHEE RAMI - M. MAILAN A ELIODOR (Lautier)

 

AYME 1.jpg
Anthony a géré sa première place sans forcer son talent.

 

 Des arènes archi-combles (gratuit) pour cette 47e finale de la Marguerite d'or, une présidence peu avare en euros, même trop sur le petit dernier PHARAON hors points, peu avare aussi sur les Carmen qu'elle distribue comme on jette les gadgets lors du passage de la caravane du Tour de France. A la capelado Violet, Bruschet, Ayme, Mebarek, Sanchez, Errik, C.Chanat et quatre tourneurs Ranc, Euzeby, Ranc et F.Garrido. On ne les félicitera pas pour leur régularité au labeur. Le palmarès final récompense A. Ayme devant C.Chanat et S.Mebarek. A la surprise générale ELIODOR de Lautier remporte le trophée RAMI qui se jouait sur trois courses.

27/07/2009

BEAUCAIRE : FINALE DE LA PALME D'OR

Lundi 27 juillet 2009

ALLOUANI AU BOUT DU  SUSPENSE
1.jpg
Sabri Allouani avec LEVENTI de Plo
Entrée : le plein. Organisateur : Affaires taurines.  Présidence : Raymond Arnaud. Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, Gleize, Moutet, Villard. Raseteurs gauchers : Four, Khaled, Martin-Cocher, Martinez (sort au 5e), Poujol. Tourneurs : Benzegh, V. Dengerma, Fouque, T. Garrido, Mata.
5.jpgEx-aequo jusqu’aux ficelles du dernier taureau le suspense est allé jusqu’au bout. Finalement c’est au bénéfice des cocardes levées que Sabri Allouani s’offre sa 4e officielle Palme d’Or. Benjamin Villard second avec lui aussi 53 points mérite les félicitations pour avoir été l’égal du vainqueur dans une finale d’un bon cru. 3e. Auzolle, 17 points. Géricault (Chauvet) est proclamé meilleur taureau de la Palme d’Or.
Lou Pounchu (Guillierme).- Il pleut du blanc sur lui, mais il fait face avec du brio dans les séries le temps de céder cocarde et glands. Puis il se positionne devant le toril et défend sévèrement ses ficelles. Il en conserve une. 1 Carmen en course.
Géricault (Chauvet).- D’un comportement fantasque, il n’en est pas moins concentré et vient plusieurs fois conclure brillamment sur Poujol (2 fois), Gleize, Martinez, Khaled. Cocardier au placement sûr, il se défend avec beaucoup de métier et offre une course sérieuse et spectaculaire. A la 13e minute il crochète Khaled au saut de barrières puis coince les pieds de Four et d’Allouani dans un final houleux où de nombreux Carmen résonnent.
Romain (Mermoux).- Un méchant coup de revers contrarie les hommes, ainsi il conserve ses pompons jusqu’à la 4ème minute. Puis il se cale devant le toril et coince... en jouant toujours de la tête. Ses ficelles au toril.
2.jpgYvan (Lou Pantaï).- Il ne paraît pas au top de sa forme, pourtant lorsqu’on le chahute il vient plusieurs fois serrer les hommes à l’arrivée. Hadrien Poujol lui tire de belles longueurs. Allouani, Gleize, Moutet, Four, Villard l’invitent dans des grandes séries pour une très bonne fin de course. Sa brillance lui permet d’écouter de nombreuses fois la musique dans quinze minutes.
Carlos (Lautier).- Perdu à sa sortie, il vient ensuite se soulever sur Allouani et traverse les planches sur Villard qui s’en tire sans mal. Une autre énorme action sur Villard après lequel il bascule encore. Un autre coup de barrières sur Moutet. Moins en verve en fin de parcours il réintègre le toril avec Carmen déjà entendu.
Leventi (Plo).- Sitôt sorti, sitôt dépourvu de ses pompons. Ensuite il bénéficie d’un excellent travail des hommes qu’il embarque dans de belles arabesques. Le bioù se donne alors avec générosité et frappe les bois à son arrivée. Des Carmen le récompensent pour douze minutes pleines.
Péricles (Nicollin, hors point).- Les deux prétendants à la victoire finale se retrouvant ex-aequo avant d’attaquer les ficelles et c’est le black-out, personne ne voulant les ouvrir ! Quelques gros coups aux planches dont un qui lui fait mal et ses ficelles rentrent au toril avec des Carmen.

Texte et Photos Luc PERO
3.jpg
Valeureux second Benjamin Villard
4.jpg
La joie d'un grand guerrier qui accroche sa 4ème Palme officielle...

Trophée des As : Poujol, 6,5 points ; Allouani, 6 ; Villard, 6 ; Four, 5 ; Auzolle, 4,5 ; Khaled, 2,5 ; Gleize, 2,5 ; Martin-Cocher, 1.

VILLENEUVE-LES-MAGUELONE *AVENIR*

Dimanche 26 juillet 2009 : 3e journée du Trophée de la Vigne et des Etangs

LE 4e SOUVENIR ALEXANDRE-HERNANDEZ
POUR JEREMY ALIAGA ET POKER DE PLO

AliAga.jpg
Le talentueux local Jérémy ALIAGA

Dans l'ambiance très amicale de la Section taurine, la course s'est débridée en seconde partie après une entame où on a frôlé l'hystérie en piste. Allez savoir pourquoi ? Sous l'oeil très étonné des spectateurs qui petit à petit ont pas mal rempli les arènes, les blancs vociférants, raseteurs et tourneurs compris, ont vidé leur trop plein d'énergie, de nervosité et un peu... de bêtise. Quelques mises au point à l'entracte ont calmé tout cela. Heureusement Bruno Séguier au micro a géré avec paternalisme et empathie tout ce petit monde. A droite, Garcia, Jockin, Noguera, D. Maurel, Malige ; à gauche, Aliaga, Clarion, Khaled ; tourneurs : Zerti, Causse, Lieballe, Cano. Cabri (Saumade, 2e), par sa difficulté s'est bien sorti de la mêlée ; Vérone (Lautier, 4e) et Poker (5e) ont dominé la seconde partie. A la remise des prix avec tout le cérémonial, Poker est le taureau élu du jour, et Aliaga se voit remettre le Souvenir Alexandre-Hernandez, un encouragement pour sa reprise en piste, après blessure, et une récompense pour ses rasets très engagés mais pas encore totalement maîtrisés qui mettent en transe le public et terrifie sa famille. Mention à Monsieur Bari Khaled, pour son implication et son calme.

Gitan (Le Soleil), sous la pression, se montre très vaillant et fournit quelques grosses poussées plus une belle enfermée sur Maurel en musique. Rentre ses ficelles. Cabri (Saumade) sort déjà furax en beuglant. Avec son placement flottant aux pompons et dans une ambiance électrique, il sort puissamment sur les cites avec une légère anticipation. Mieux placé aux ficelles, et avec un peu plus d'espace, ses réponses sont affirmées. Sur la fin, calé aux planches, grosse enfermée sur Aliaga. Les ficelles rentrent, 1 Carmen et retour. Satin (Cougourlier) prend tout bravement sur ses déplacements. Au fur et à mesure, se fait bon partenaire, et des planches se livre dans de belles séries concluant parfois (Garcia, Carmen). Au terme de dix mille rasets, rentre une ficelle.

Les affaires sont plus limplides avec Vérone (Lautier) qui, par sa rapidité et ses finitions, oblige au discernement. Des conclusions sur Garcia, Maurel (2 fois) mais à la 12e, tape droit dans les planches et "s'ensuque". Son manadier le fait intelligemment rentrer. Carmen au retour avec une ficelle, plus 4 en piste. Avec Poker (Plo) la course prend du panache. Le beau cocardier, se livre franchement et avec maestria jusqu'aux bois. Des enfermées (Aliaga, Maurel, Garcia), des cabrages aux planches, des séries pour onze minutes brillantes. 5 Carmen et retour. Le biscornu Corignan (Daumas) est plus difficile à cerner. Un peu décollé des planches, un peu brouillon et inattentif mais parfois de terribles réparties (Aliaga,) et des coups aux planches. Bien capté, il va au bout. Une ficelle rentre avec 5 Carmen et retour. Le bel étalon de l'Aurore, Marigot (hors points), quand il a été raseté s'est prêté de bonne grâce au jeu, mais trop délaissé, n'a pu montrer ses qualités (comme d'hab !).

Martine ALIAGA

 

PALUDS-DE-NOVES *AVENIR*

Dimanche 26 juillet 2009

L’ONDE DE CHOC OUNDO

Paluds_de_Noves_26_07_187.jpg
OUNDO sur Gros


Le plein dans les arènes palunaises pour la première journée du trophée de la Saint-Roch qui permet également d’honorer la mémoire de Michel Beltrando ancien membre du club dont c’est le dixième souvenir. A la capelado sous les directives d’Agnel Bono défilent les droitiers Bruschet, Gros, Guyon et les gauchers N. Bénafitou, L. Galibert et Oleskevich qui remplace dans l’urgence Adil Bénafitou blessé. Ils sont accompagnés des tourneurs Bensalah, Cuallado, Lizon. Au final la course s’avère intéressante bien terminée par la vague de coups de barrière d’Oundo mais un peu plus de travail aurait accentué l’impression positive d’ensemble. Chez les blancs, Guyon omniprésent remporte le prix du meilleur animateur et Oundo fait passer une onde de choc positive. Guingue est difficile et les autres tirent leur épingle du jeu. Avec Guyon, Gros travailleur, Bruschet loyal et Benafitou tirent la course superbement animée par la péna de Saint-Etienne-du-Grès, les Arlésiennes et les cavaliers du Casteù. Tous les taureaux reçoivent Carmen au retour.

Cœur fidèle, ARDECHOIS (Ricard) met de l’ardeur durant dix minutes généreuses et un bout de ficelle récalcitrant qui donne du piment à sa fin de course. 5 Carmen. BELLAN (Chauvet) gère avec autorité sa course devant le toril. Ses poursuites sont virulentes après les gauchers et son coup de revers avec les droitiers lui permet de conserver une ficelle. 2 Carmen. Abordé prudemment, GUINGUE (Caillan) inspire la crainte. Il domine, crée la difficulté et lâche cocarde et glands après douze minutes. Il rajoute de grosses percussions aux planches dont une finale explosive après Guyon et garde ses ficelles facilement. 2 Carmen. CIGALON (Lautier) bénéficie d’un travail de fourmi des blancs. Pas vraiment de difficulté et raseté à son avantage il accélère souvent à la sortie du raset pour menacer avec sa corne. Il concède son dernier bout de ficelle sur le fil. 7 Carmen. Expert dans les séries ORACIO (F-Mailhan) ne laisse pas poser la main facilement. Toujours bien positionné c’est un cocardier sobre mais efficace avec des arrivées tête au dessus des bois. Il demande beaucoup d’engagement et conserve aisément ses ficelles. 2 Carmen. Vaillant au début, les blancs attendent les ficelles pour allumer la mèche et faire pétiller CASSIEU (Didelot) avec une fin de course très spectaculaire et un Benafitou déchaîné qui l’emmène à plusieurs reprises en contre piste ou en bascule sur les planches. Lui aussi conserve une ficelle après un final intense. 6 Carmen. Le spectacle c’est OUNDO (Plo). Un monument de bravoure qui propage un déferlement d’actions au-delà des planches ou de chocs hyper brutaux contre les planches. Barricadier qui sait aussi se placer sans faillir dans l’effort de percussion. Plus on lui en demande meilleur il est. Il reçoit une belle ovation accompagnée de 12 Carmen et le prix de la journée.

Eric AUPHAN

Paluds_de_Noves_26_07_195.jpg
Encore ce diable de OUNDO

 


Trophée de l’Avenir: Gros, 14 points ; Bruschet, 6 ; L. Galibert, 4.
Trophée de la St Roch : Guyon, 31 points ; Gros, 16 ; Bruschet, 8 ; N. Benafitou, 5 ; L. Galibert, 4.
 

26/07/2009

BAILLARGUES *AVENIR*

Dimanche 26 juillet 2009

PHOENIX SANS CONCESSION

PHOENIX.jpg
PHOENIX du Brestalou sur Mathieu Schuller

Entrée  : 3/4 d’arène. Organisateur : CT Le Sanglier. Présidence : André Turquay. Raseteur droitier : Bonhomme, Paparone, Roux, Schuller, Valette. Gauchers : G. Perez, Sabde (sort au 5e suite à un choc avec Laurier, hématome à la hanche). Tourneurs : Patou, Molins, Sanchez.

C’est la première journée du Trophée J.-F. Brouillet avec  des points de bonification alloués aux raseteurs les plus méritants dans le style. Schuller, Bonhomme s’avèrent les plus entreprenants du jour. Sabde et Perez ont bien complété. Côté cocardiers, Phœnix a fourni un quart d’heure complet, Ménélas a fait apprécier ses aptitudes barricadières, Hérode et Caballero se sont bien battus.
Caballero (Guillierme).- Finisseur dangereux il sait l’être quand l’occasion se présente comme c’est le cas de nombreux fois sur Bonhomme et Roux. Six fois la musique pour 9 minutes.
Bazaget (Saint-Gabriel).- Bien bravas, il répond à tout sur le même rythme dans 8 minutes de présence.
Phœnix (Le Brestalou).- Il excelle dans les séries et se jette fort quand l’homme le défie arrêté. 4 très grosses enfermées sur Sabde (2), Paparone, G. Perez et de nombreuses belles poursuites qu’il conclut au fil des barrières lui valent une dizaine de Carmen. Attentif jusqu’au bout, il rentre fort applaudi avec ses ficelles.
Hérode (Joncas).- Perd facilement ses pompons mais aux ficelles, il n’a plus la pression suffisante pour briller. Lorsqu’elle vient, ce sont de belles séries qu’il réalise notamment pour la prise de la première ficelle. Des Carmen récompensent sa générosité.
Laurier (Ribaud).- Débute fort par de bonnes actions et coince Sabde à la planche. Puis devient intermittent avec des oublis ou des finitions dangereuses. Une ficelle au toril et des Carmen.
Ménélas (Le Ternen).- Se fait rapidement délester de ses principaux attributs. Puis en très bon barricadier, il va prodiguer une quinzaine d’actions spectaculaires. Il donne aussi un aperçu de ses qualités cocardières et rentre une ficelle. Des Carmen.
Radjaud (Paulin-Niquet, hp).- Un magnifique tau aux qualités naissantes qui sera revu avec plaisir.

Texte et Photos Luc PERO

Trophée de l’Avenir : Schuller, 18 points ; G. Perez, 10 ; Sabde, 8 ; Valette, 4.
Trophée des Raseteurs : Bonhomme, 17 points ; Roux, 7.
MENELAS.jpg
MENELAS du Ternen sur Mathieu Schuller

VENDARGUES *Avenir*

 

BRAVES, TRES BRAVES LES SPECTATEURS...

GALLICIA.jpg
GALLICIANAIS a montré ce qu'il savait faire...
Six raseteurs à l'affiche, moins un blessé et un absent ils ne sont plus que quatre (Guyon, Fougère, Sabde, N.Benafitou) pour effectuer la capelado avec deux tourneurs (Bensalah, Curtil). Ils sont tous à féliciter pour avoir donné le maximum dans cette situation. Dans ce contexte qui devient lassant, il n'est point besoin d'être un énarque pour comprendre que les taureaux n'ont pu, malgré la bonne volonté des raseteurs, faire étalage de leurs aptitudes. Quant au public... sa patience aura un jour atteint la limite !
DEMON du Joncas n'a pas connu l'enfer des premiers et sa course est anodine. MITHRA de Mermoux, "bravas" sept Carmen pour l'ambiance dans quelques séries. Mais seulement dix minutes de présence. MAGELLAN de Plo a navigué dans la piste sans craindre la tempête. Musique. GALLICIANAIS de Briaux a fait admirer sa superbe plastique et en quatre occasions fait parler la poudre aux barrières. Musique. VISON de Hervas un barricadier qui a du potentiel. Bien travaillé il offre de belles actions pour plusieurs Carmen. DUBONNET de Ricard en visite touristique, il connait maintenant la contre-piste par coeur.
Texte et Photo Luc PERO

24/07/2009

MANADE SAUMADE

A 20 ANS, TRISTAN
REGNE SUR LA GRANDE ABBAYE

TRISTAN3.JPGSon nom d’origine celtique évoque, paraît-il, le tonnerre et les applaudissements, il le caractérise particulièrement. Tristan – le cocardier – a souvent fait tomber la foudre et provoqué les acclamations.
La légende raconte l’épopée d’un chevalier de la table ronde… Tristan – le nôtre – est roi de Camargue. Entre Petit-Rhône, étang et mer, visite au monarque du mas de La Grande-Abbaye.
Au loin, dans le champ, une corne dressée dépasse des hautes herbes, une queue chasse sporadiquement les mouches. Tristan étalé de tout son long profite de la fraîcheur d’un bouquet d’arbre. Nandin – 17 ans – de même… à bonne distance. «C’est pas croyable le monde qui vient le voir, s’étonne toujours Thierry Ferrand, mais quand il n’a pas envie, tu peux même pas le prendre en photo. Il a un caractère de folie, il ne s’entend qu’avec Nandin, avec les autres il se bat».
Visiblement dérangée, sa Majesté nous toise. Tête haute, banes dressées, le tour des yeux à peine blanchi, à 20 ans, Tristan n’a rien perdu de son extraordinaire beauté ni de son altière agressivité. «Il n’a jamais été facile même en pays, c’est un meneur. Très intelligent… Et il fait tout en force…» Effectivement, le superbe cocardier ne quitte pas les intrus de l’œil, agite la tête, gratte le sol et mugit… «Là il nous dit de garder la distance ».
x.jpgUne attitude qui n’est pas sans rappeler les nombreux quarts d’heures de sa longue carrière gérée au mieux par Claude Saumade. 10 ans au sommet, sans jamais rater une sortie. Deux Biòu d’Or (1999 et 2001), six participations consécutives aux finales du Trophée des As avec quatre prix du meilleur taureau à la clé et des trophées à ne plus les compter.
La presse aussi s’est enthousiasmée pour l’immense talent de Tristan. Dans Midi Libre, Jean Oddoz écrivait en 1996 après un 15 août au Grau-du-Roi titré Tout simplement "Hénaurme"!: «Toujours très bien placé, aux aguets de son seul œil gauche valide, développant une force incroyable dans chaque départ, et venant à tout coup raboter la barrière sur plusieurs mètres, le poitrail fortement engagé et la corne baladeuse, Tristan a donné le spectacle impressionnant d’un terrible puncheur cherchant constamment le coup dur. Quelle méchanceté dans ses assauts répétés! Quelle formidable catapulte lancée à toute vitesse…».
Un cocardier exceptionnel, un bonheur pour ses propriétaires. Magali Saumade se souvient et avoue avoir besoin de recul pour goûter à la joie des victoires de ses tauraux, notamment à l’ampleur de la carrière de Tristan: «Pendant le quart d’heure en piste, je ne ressens que du stress, de la souffrance, la peur que le taureau ne se fasse mal… La satisfaction ne vient qu’avec le temps… avec beaucoup de temps. Tristan, tous les jours, on le visite, on ne lui donne que le meilleur. Il passe l’hiver contre le mas où, curieux, il regarde le mouvement, le reste de l’année, il a des hectares rien que pour lui». Et Thierry Ferrand de rajouter: «C’est vrai qu’il entend un peu moins bien, et sa vue baisse déjà qu’il est borgne, mais il tient la forme. Une longévité extraordinaire après tous  les coups aux planches qu’il a donnés».
A la tombée de la nuit, comme tous les soirs, Tristan fera le tour des barrages, ira bramer aux vaches, beugler aux taureaux jeunes, histoire de leur rappeler que le roi c’est lui et qu’il est toujours là!

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

z.jpg
Visiblement, nous avons suffisamment dérangé Sa Majesté.
O.jpg
TRISTAN le Seigneur de l'Abbaye.

22/07/2009

BEAUCAIRE *AVENIR*

Mercredi 22 juillet 2009 

 

VIOLET TENTE D'ANIMER
DSC06290.JPG
 
Entrée : 200 spectateurs environ.  Organisateur : CT Le Clairon. Présidence : Georges Garcin. Raseteurs droitiers : Violet, Guyon, D. Maurel, Moine. Raseteurs gauchers : Cartalade, Ferriol, Mebarek, Ricci.  Tourneurs : Duran, Lieballe, Menargues, Ranc.

A l’heure des récompenses Marcel Estellon, président fondateur du club taurin Le Clairon, remet à Nicolas Violet le prix du meilleur animateur. Avec lui citons Cartalade et Ferriol. Les bayles gardians des deux manades - Nicollin et Lautier - sont honorés. C’est le 50e anniversaire du club taurin et les trois présidents successifs reçoivent un trophée souvenir.
Basco (Lautier).- Ce n’est pas un novice et de ce fait il gère parfaitement les débats. Attentif, il n’autorise aucune faute (surprend Cartalade qui se couche devant lui). Bien placé dans l’ovale, il rentre ses ficelles en musique.
Terence (Nicollin).- La bravoure de l’élevage dans de multiples échanges. Abordable par tous les hommes, il se livre sans retenue mais parvient brillamment à défendre sa deuxième ficelle qu’il rentre en musique déjà entendue.
Tobias (Lautier).- A dix ans on ne la lui fait plus. Maître du terrain de jeu, pas de bousculade au portillon... Une bonne série pour la cocarde puis avec un méchant coup de revers, il défend et conserve ses glands. Musique.
Emir (Nicollin).- Une remarquable présentation, il manque de jus mais donne quelques bonnes réparties. Au fil des minutes son moral baisse et sa deuxième ficelle rentre. Musique.
Major (Nicollin).- Il a de la volonté et la met en pratique dans de nombreux enchaînements et des conclusions museau au-dessus pour neuf minutes. Plusieurs fois honoré.
Hares (Lautier).- Véloce, barricadier, il effectue un quart d’heure assez brouillon mêlé de sauts inutiles à des répliques intéressantes. Musique et ses ficelles au toril.

Texte et Photos Luc PERO
 
Trophée de l’Avenir : Cartalade, 10 points ; Violet, 10 ; Ferriol, 3 ; D. Maurel, 3.
DSC06279.JPG
Nicolas VIOLET le plus régulier dans l'effort.
DSC06269.JPG
EMIR de Nicollin bien esseulé...

REMOULINS - 21e CERISE D'OR *Avenir*

Mardi 21 juillet 2009

CANBERRA, MILOU POUR LES COCARDIERS
GRAMMATICO, AYME, GROS POUR LES RASETEURS

CANBERRA 1.jpg
CANBERRA sur Violet
21e Cerise d'Or pour CANBERRA de St Pierre, Souvenir P. Mayor MILOU de Lagarde car à Remoulins comme l'a bien spécifié le président de course Gérard Valentin ce sont les taureaux qui sont avant tout récompensés. Ensuite les raseteurs F. Grammatico meilleur aux points sur les quatre courses. A. Ayme arrive second et le coup de coeur pour R. Gros.
Cette finale a permis à d'autres cocardiers et d'autres raseteurs de faire valoir leurs qualités, mais... seul le jury est maître des décisions. MOURVEDRE, MITHRA, RAIMANA pour les taureaux avaient aussi les atouts pour les récompenses, de même que N. Violet, C. Clarion, Errik chez les blancs pouvaient prétendre sans orgueil mal placé au coup de coeur.
Texte et Photo Luc PERO