Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/10/2009

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE

Samedi 31 octobre 2009

UN REGAL POUR LA CLOTURE DU BANDOT

4A.jpg

Aiglon de l'Occitane et Allouani : deux pointures

 

Entrée : 3/5e d’arène. Organisateur : CT Le Bandot. Présidence : Philippe Gibert. Raseteurs droitiers : Allouani, Jourdan, Noguera, Moine. Gauchers : Aliaga, C. Chanat, L. Galibert. Tourneurs : Benzegh, Beker, Ménargues, Zerti.

Dans ce climat familial et détendu, les raseteurs s’appliquent et les cocardiers s’épanouissent. Du coup, les spectateurs se régalent. Tout le monde est gagnant. Carmen pour la der 2009 du Bandot.
8.jpgBonne idée : nouvelle sono ; mauvaise idée : pas assez testée et hyper sophistiquée ; résultat : un mescladis de Carmen et de coups de trompette ; heureusement, le président du Bandot, Aimé Hugon, paye de sa personne et se transforme en DJ rajoutant bonne humeur et participation du public.
Points forts de la course : le choix des taureaux, qualités variées et comportements diverses ; mélange de raseteurs As - Avenir, les jeunes profitant de l'expérience des aînés et de leurs tourneurs expérimentés ; la présence amicale de Sabri Allouani qui tire la course vers le haut.


1.jpgMerlot (Cuillé).- Placement et la puissance qu’il développe au départ de l’action mettent du piment dans sa prestation. Des enfermées (Jourdan, Noguera) et des séries pour défendre ses ficelles. 12 minutes. 1 Carmen.
► Photo avec Noguera
2.jpgLéandre (Plo).- Malgré un coup de mou à mi-parcours, Léandre se fait respecter par des poursuites affirmées (Galibert, 3 fois Chanat, Allouani). Les dernières minutes sont intenses dont le dernier raset de Chanat qu’il déséquilibre au saut. Une dizaine de Carmen et les ficelles au toril.
Photo avec C. Chanat
3.jpgRegain (Les Baumelles).-  Un jeune élément qui montre beaucoup d’envie en se jetant après les hommes pour des enchaînements rythmés et suivis jusqu’au ras des planches. Remuant, mais toujours le long des bois, pas facile le biòu qui a montré de prometteuses qualités ! Rentre ses ficelles. 6 Carmen.
Photo Regain avec J. Aliaga
Aiglon (Occitane).- LE cocardier de l’après-midi. Imposant, sérieux, il ne se laisse pas enfariner. Des poursuites sévères où il met la corne en conclusion. Tour à tour, Allouani dans les cornes, Jourdan emporté, Noguera séchement éconduit, Aliaga enfermé... pour onze minutes les glands. Du beau travail, aux ficelles, où il embarque Aliaga, ponctue sur Allouani, Chanat, Noguera. Aiglon prêt pour le niveau supérieur. Les ficelles rentrent. 8 Carmen.

5.jpgPhoto Gaffet avec L. Galibert
Gaffet
(Aubanel).- De la vivacité dans les échanges, aucun refus, un peu brouillon au début mais un nombre impressionnant de coups aux bois sans baisser de rythme. Casse les planches, s’emporte après Jourdan, Chanat, Noguera, défendant sa 1re ficelle jusqu’à la 14e. Rentre l’autre avec une dizaine de Carmen.


6.jpgCanelet (Blanc).- Rapide dans ses interventions, les blancs mettent du temps à s’organiser. Suivent de longues séries qu’il conclut droit sur l’estribo. Il s’emporte après Allouani qu’il va chercher haut sur les tubes. Jusqu’au terme des séries toujours aussi endiablées, musique en boucle. Une ficelle rentre.
Photo Canelet avec Noguera

7.jpgRabino (Raynaud).- Un beau gabarit qui pour peu qu’on le cite à la régulière s’engouffre après l’homme pour s’éclater à l’assaut des planches. Un final hautement spectaculaire pour un concerto de musique.
Photo Rabino avec V. Jourdan.

Martine ALIAGA
Photos C. ITIER


SAINT-GILLES : FINALE DU GLAND D'OR

Samedi 31 octobre 2009

NABIL BENAFITOU ET GASTABOI VAINQUEURS

N.Benafitou.jpg
Le cran et la volonté ont forgé la victoire de Nabil 

Une demi-entrée pour assister à cette finale du Gland d'Or 2009. A la présidence, Didier Gaillard invite Auzolle, Villard, Khaled, Four, N. Benafitou, Guyon à prendre part à la capelado. Cinq tourneurs les rejoignent. Nabil Benafitou grâce à sa pugnacité coiffe sur le poteau Benjamin Villard. Gastaboï de Guillierme s'adjuge logiquement le prix du meilleur cocardier. Alésien de Briaux, peu raseté, n'a pu étaler ses réelles qualités.

Rascaillon (J.-C. Blanc).- 13 ans. Il perd vite ses pompons et ne se signale qu'avec parcimonie. Que c'est long 15 minutes. Un Carmen généreux sur une enfermée derrière N. Benafitou.
Forest (L'Argentière).- 13 ans. Lui aussi, cède vite cocarde et glands. Et fournit 15 minutes avec deux gros coups sur Auzolle et N. Benafitou. 2 Carmen en course.
Alésien (Briaux).- 11 ans. D'entrée, il cherche son terrain qu'il trouve sans pour autant y prendre racine. Respecté, il garde ses principaux attributs six minutes. Raseté au compte-goutte, il ne peut briller aux planches et c'est avec une belle maîtrise cocardière qu'il rentre ses ficelles. 3 Carmen.
Andalou (Espelly-Blanc).- 14 ans. Du bon avec quelques jolies poursuites réhaussées d'anticipations. Mais il est peu raseté en rythme et a quelques oublis. Aussi, ses 15 minutes sont languissantes. 2 Carmen.
Leventi (Plo).- 10 ans. Attaqué tambour battant, il récolte très vite un Carmen et laisse ses attributs. Par la suite, il s'illustre dans de nombreuses séries qui lui valent de nombreuses fois les honneurs dans 9 minutes très brillantes.
Mathis (Lautier).- 11ans. Toujours barricadier mais nettement moins dominateur et cocardier, il régale néanmoins son public par de nombreux coups de barrière. 15 minutes et des Carmen à foison.
Gastaboi (Guillierme).- 6 ans. Du tonus, de l'envie chez ce jeune biou qui se livre bien et frappe en conclusion. Une belle brillance dans les finitions (dont un magnifique saut sur N. Benafitou) et de nombreux enchaînements lui permettent d'écouter moult Carmen et d'obtenir du haut de ses six printemps, le prix de la journée.

Texte et photo
Luc PERO

30/10/2009

LES SAINTES-MARIES-DE-MER

Vendredi 30 octobre 2009

3.jpg

LES ADIEUX DE MICHOU, MARICO,
LE BIOU DE L'AVENIR DE GARLAN
LA BELLE SAISON DE RODIN...
C'EST LA FÊTE "DES BAUMELLES"

7.jpgBruno Pascal au micro donne le top départ d'une majestueuse capelado avec les groupes folkloriques, les Arlésiennes, les gardians, La Gardounenque. En piste, Poujol (se retire au 1er), Ibanez, Khaled, Auzolle, Chig, Moine, Villard, Miralles, Four et Mebarek. Sur les gradins, banderolles, mouchoirs aux couleurs de la manade agités par le nombreux public, le ton est donné pour cette course de gala en l'honneur des adieux de Michou et Mari Co.

Galinier.- Quelques belles réactions sur Four en particulier et une grosse enfermée sur Auzolle chahuté dans la longueur. 12 minutes, 3 Carmen.
Saint-Gillois.- Une enfermée sur Villard, suivie d'une anticipation sur Auzolle et 2 Carmen résonnent. Deux séries pour deux Carmen ainsi qu'à son retour.
Marquis.- Il saute sur Auzolle, puis répond et donne quelques valables ripostes surtout lorsqu'il est charbonné. Six Carmen.
Mari Co.- Dernières actions, derniers Carmen et derniers bravos pour la Cocardière d'Or qui va désormais assurer son rôle de reproductrice.
2.jpgMai.- Trop souvent au centre de la piste, il profite des erreurs humaines pour se signaler. De bonnes choses mais pas mal de déchet malgré les nombreux Carmen entendu.
Garlan.- Il étrenne son titre de Biou de l'Avenir et dès sa sortie, garde les planches. Très compliqué, il pose beaucoup moins de problèmes lorsqu'il est entrepris. A revoir en compétition. Musique 4 fois.
Rodin.- Boîteux, il sort en présentation et lève - si besoin était - le doute émis à son encontre sur sa non participation à la finale du Trophée des As.
Michou.- Un gros coup de barrière sur Auzolle▲, des Carmen, des hourras, des serviettes aux couleurs de la devise qui s'agitent dans les gradins, pour assurer une sortie triomphale au grand cocardier qui termine aujourd'hui.

Texte et photos
Luc PERO

FINALE DES TAU AUX SAINTES

Mercredi 28 octobre 2009 : finale des courses de tau Marcel-Mailhan


SUCCÈS MÉRITÉ

SAINTES.jpgArènes bondées, temps estival, mercredi dernier, la course finale des tau Marcel-Mailhan organisée par le Parc Naturel régional de Camargue s’est taillé un beau succès. Un succès populaire qui, au fil des années,  ne se dément pas pour une course qui n’a pas déçu. Les stagiaires FFCC (à droite Chekade, Gautier, Sanchez ; à gauche Martin, Favier, Rassir, Alarcon ; tourneurs Martinez, Fouque) ont raseté proprement avec envie et rigueur. Et si les récompenses finales sont décernées à Chekade (1er), Gautier (2) et Favier (3), les félicitations vont à l’ensemble.
Fantasques, agressifs,  volontiers fugueurs, parfois distrait, naïfs... Tous ces tau, entre 3 et 5 ans,  ont montré à des degrés divers ces traits de caractère. Les plus aptes à participer au jeu ont été distingués :  le Lautier, 1er ; 2e le Guillierme, 3e le Fabre-Mailhan ; le Lagarde aurait pu y prétendre.
Dans l'ordre de sortie, le très beau N.645 de Raynaud s’est montré fugueur et pas trop intéressé. Celui d’Aubanel-Baroncelli, N.5108, a mis du jus dans les poursuites notamment surles gauchers mais a volontiers campé en contrepiste.
Le N.563 de Guillierme, 3e, a paru le plus complet et le plus prometteur. Il montre du moral jusqu’au terme de ses 10 minutes, avec une bonne occupation de la piste. Dans les séries qu’il honore sérieusement, il ponctue de la corne. Tour à tour les stagiaires le cite proprement et le tau plonge avec envie dans des poursuites poussées.
Le N.431 de Lautier, 4e, surprend. Un petit gabarit vif qui anticipe et poursuit avec détermination. Les raseteurs lui servent de belles longueurs en musique. Trop en confiance, Favier se fait surprendre et renverser pleine piste (voir photos ci-dessous) Avec sang-froid, le raseteur se sauve des cornes. Mais la séquence a été émotionnante.

A la reprise, le L’Ilon N.657 a eu plus de cœur à s’échapper qu’à poursuivre  manquant de conviction. Le N.576 de Fabre-Mailhan est un bel exemplaire qui s’offre généreusement sur tous les cites. Des séries rythmées souvent conclues avec cœur où il laisse sa 2nd ficelle à la 7e minute. Le N.519 de Lagarde met toute sa puissance à couper le terrain de ses adversaires. Toujours bien placé, il est attentif et signe de beaux engagements. Quant au Martini, N.601 même s’il ne refuse rien quand il est bien pris par les blancs, ses désirs d’évasion l’ont empêché de se concentrer.

Martine ALIAGA
* Les vainqueurs de la finale ont été récompensés en fin de course mais la remise des prix décernés sur l'ensemble des courses se fera prochainement au Relais culturel des Saintes-Maries-de-la-Mer.

 

LE " TAU " DE LAUTIER VAINQUEUR
CORRIGE SERIEUSEMENT M. FAVIER

DSC09568.JPG
DSC09569.JPG
DSC09570.JPG
DSC09571.JPG
DSC09572.JPG
DSC09573.JPG
DSC09574.JPG
DSC09575.JPG
DSC09576.JPG
DSC09577.JPG
DSC09578.JPG
Photos Luc PERO

26/10/2009

REDESSAN : COMPLETE DE PLO

Dimanche 25 octobre 2009

L'EAU A LA BOUCHE

ERRIK.jpg

 

Entrée : 1/2 arène. Organisateur : CT Le Toril. Président : Aurélien Laget. Raseteurs droitiers : Ayme, Estevan. Gauchers : Aliaga, O. Ruiz, Errik. Tourneurs : F. Garrido, Rouveyrolles.

D'entrée on se disait que cinq raseteurs pour ces taureaux de Plo dont on connaît les qualités, ça faisait pas beaucoup. Làs, au 4e, coup sur coup, Ayme et Aliaga se font mal (chevilles), les blancs se retrouvent à trois avec courage certes mais les spectateurs sont restés l'eau à la bouche, malgré les bons passages.

OLIBRIUS : un premier qui s'engage et met la corne. Bien rentré, il est offensif jusqu'aux planches. Des séries et des enfermées sur Errik, Ayme, O. Ruiz. Défend sévèrement sa 1re ficelle qu'il cède au terme. 6 Carmen.
AYME.jpgMENDIANT : un peu brouillon mais du jus à revendre. Brave, il se livre surtout avec les gauchers qui s'en donnent à coeur joie. Mais garde ses ficelles. 5 Carmen.
PAVOT : beau gabarit de six ans qui pousse fort en toute franchise. Permet les beaux gestes aux blancs (surtout Ayme) qui travaillent joliment sa 2e ficelle. Onze minutes. 1 Carmen.
PORTO : impressionne par sa rapidité, sa méchanceté et son placement rigoureux. Du coup les blancs tirent des plans. Porto prend l'air et patiente. Ayme boîte, Aliaga s'écrase en contre-piste, Errik s'engage, Porto s'engouffre pour une arrivée émotionnante, une fusée sur Ruiz, et même sur Frédéric Garrido dans un quart d'heure de domination totale duquel Porto ramène tous ses attributs intacts. 3 Carmen.
POKER : les trois derniers mousquetaires trouvent un second souffle, celui de l'honneur. Poker se place, et manquant de travail, se garde un peu. Mais Estevan fait tourner le crochet, Errik à la pointe du combat, alors Poker s'explose en conclusion ou cloue les planches dans une rafacle d'actions. Rentre une ficelle. 5 Carmen.
PAGNOL : sort avec une rougne terrible et un vrai comportement de bestiau. Les longs rasets d'Errik trouvent preneur. Pagnol s'éparpille un peu mais se livre avec de jolies anticipations. Rentre ses ficelles. 3 Carmen.
OUNDO : calme et amaigri, lui aussi s'ennuie et s'évade. Errik ne se dérobe pas et l'affronte pour de gros engagements ; Estevan nous fait des frayeurs ; Ruiz à son tour. Errik fait l'effort et Oundo explose magistralement pour un bon final. Rentre une ficelle avec 7 Carmen.

Martine ALIAGA
Photos archives L.Pero

CABANNES

Dimanche 25 octobre 2009

LE SACRE DE CLOVIS
POUR LA 22e COUPE DES PETITS MANADIERS

DSC_7825.jpg b.jpg
QUASAR et D. Maurel

Entrée : ¾ d'entrée. Organisateur : CT Lou Prouvenco.  Présidence : J. Faure. Raseteurs droitiers : Chig, D. Maurel, Moine, Sabatier. Gauchers : J. Chanat, L. Galibert (sort au 5e sur contracture), G. Perez. Tourneurs : Kherfouche, Lieballe, Ménargues, G Rado.
Quelle est belle la course camarguaise
quand les raseteurs y mettent la manière et que les taureaux étalent leurs qualités. La 22e coupe des petits manadiers a donné satisfaction du début à la fin. Difficile exercice pour le jury car si Clovis remporte le 1er prix (comme Gaspard l’an dernier) et Quasar le second (comme Organdi l’an dernier), Phénix, Hébus et voire Paséo auraient pu y accéder. Mai (Les Baumelles) remporte le prix du meilleur taureau de la saison pour sa course du 29 juillet. Côté blancs, Moine toujours à la pointe de l’effort est récompensé mais Chig jusqu’à sa chute au 6ème était dans le coup. Ils sont les deux leaders du jour avec Maurel et Sabatier. Galibert jusqu’à sa sortie, Pérez et Jean Chanat participent activement. Ce dernier pour son dernier raset à Cabannes reçoit la médaille de la ville dans une remise des prix sous les projecteurs.

Volontaire à souhait, PASEO (Didelot) malgré la débauche de travail, ne concède que la coupe de la cocarde. Avec son coup de revers, mettre la main dans les cornes n’est pas aisé. Malgré deux passages au centre, il saute après Sabatier et à cette rude place aura tenu son rang. 3 Carmen et retour. JACQUOT (Granier)  manque un peu de rein mais pas de volonté dans les séries qu’il enchaîne avec deux coups de barrières après Chig et Sabatier. Toujours décidé, il peine physiquement mais se bat avec conviction et s’incline sur la sonnerie avec les honneurs joués trois fois. Mobile au départ, BELEU (Lou Pantaï) se fixe aux ficelles et vient menacer les blancs cornes pointées en avant. Il donne du fil à retordre et ne se laisse pas manœuvrer aisément. Il conserve ses ficelles. 1 Carmen et retour.
Barricadier, CLOVIS (Richebois) se propulse une quinzaine de fois aux planches dans des actions très spectaculaires notamment après les gauchers. Son sens du combat est incontestable et lui permet de remporter le prix. 11 Carmen et retour. Coureur, PHENIX (Brestalou) doit défendre ses ficelles dès la première minute. Il enferme fort jusqu’aux planches avec un cœur énorme. Agé de 5 ans son potentiel est indéniable car il ne baisse pas de régime et la plupart de ses poursuites donnent le frisson. 9 Carmen et retour avec une ficelle. Rapide et concentré, HEBUS (Agu) se jette fort et termine au ras des planches. Son placement est adéquat et il baisse la tête au contact. Il finit sa course de plus en plus fort avec de super rasets de Sabatier. A la dernière minute, Chig percuté au saut doit se jeter en contre piste et reste commotionné longtemps. 5 Carmen et rentrée. QUASAR (Plo) termine sur des actions d’envergure notamment une envolée sur Maurel les cornes dans le dos et des percussions sur Sabatier. Jeune et perfectible, il manque de pression aux ficelles mais l’impression d’ensemble est très positive. 6 Carmen et rentrée.

Eric AUPHAN

25/10/2009

SAINT-GILLES

Dimanche 25 octobre 2009

LES PRIX A MARQUIER ET NOMADE

NOMADE 1.jpg
NOMADE de Plo sur M. Marquier
 
Entrée : 300 entrées environ. Organisation : Service des festivités.  Présidence : Didier Gaillard.  Raseteurs droitiers : Bournel, Canales, Fougère, Marquier. Gauchers : Cartalade, Khaled. Tourneurs : Abbal,  Curtil, Max, Tourki.
Le Souvenir José-Boulaire revient fort logiquement à l’omniprésent Mathieu Marquier. Kévin Cartalade, Khaled sont à citer parmi les plus travailleurs. Le prix du meilleur cocardier quant à lui est attribué à Nomade de Plo.
Bastidon (Cavallini).- Un premier sérieux, barricadier lorsque lui en est donnée l’occasion (Marquier 2, Cartalade, Khaled). Une bonne occupation du terrain et un coup de revers pour défendre et rentrer son unique ficelle. En récompense 5 fois la musique joue.
Kaki (Félix).- Dès sa sortie, il se positionne dans le terrain des planches et pose ainsi des problèmes. Anticipateur à droite surtout, il n’inspire guère aussi, il n’a peut-être pas le travail soutenu mérité. Il rentre aisément ses ficelles après avoir écouté la musique sur une grosse poursuite après Fougère. Carmen au retour.
Bohémien (Les Baumelles).- Il se donne avec vaillance dans des séries sans conclusions mais toniques. Sans aucun refus, il effectue quinze minutes d’une belle brillance et sauve après une belle bagarre sa 2e ficelle. 5 fois les honneurs.
Nomade (Plo).- Le gros morceau de l’après-midi. Très difficile à prendre en défaut. Il surveille tout, anticipe et termine avec une corne meurtrière. Maître de l’ovale, on ruse pour l’aborder mais sans grande réussite. Marquier, Khaled et Bournel seront les seuls à le provoquer pour de belles répliques. Il concède 1 gland mais rentre sa cocarde. 4 Carmen.
Mazarin (Le Joncas).- Dans un premier temps il se chauffe et se distingue dans de longues séries. Puis aux ficelles, le travail devient trop parcimonieux. Malgré ce, il se soulève sur Cartalade, mais la pression est vraiment trop insuffisante pour son caractère belliqueux. 5 Carmen et ses ficelles au toril.
Fanau (Lautier).- Dommage qu’il se tienne trop souvent au centre, car dans les planches, ses réactions sont positives et ses finitions spectaculaires. Brave barricadier, il conclut une dizaine de fois et rentre ses ficelles. 5 Carmen.
Catouli (Blanc).- Sur la 1re attaque, il saute sur Marquier. Peu raseté, il va se dégourdir les pattes dans le pourtour. Marquier est vraiment le seul à le consentir et finalise avec lui sa victoire. Ficelles au retour et 2 Carmen.

VIDOURLE

PALUDS-DE-NOVES

Samedi 24 octobre 2009

LA JOLIE BANDE A BONO ET LE GANG DES CARMEN.…

DSC_7568.jpg
DILUN et M. Chig


 

Entrée: 3/4 d'arène. Organisateur: CT Paluds. Présidence: A Bono. Raseteurs droitiers: Bournel, Chig, Guyon, Moine. Gauchers: Aliaga, C. Chanat, Errik, Fadli, L Galibert. Tourneurs: F Garrido, Lizon, Ménargues, G Rado.

DSC_7659.JPGAprès de nombreuses années passées à la présidence du club taurin et au micro Agniel Bono raccroche. Pour sa dernière, taureaux  de Fabre-Mailhan et raseteurs ont brillé à l’unisson pour offrir un spectacle de qualité et un final sous une pluie de Carmen. Une journée marquée par la sympathie et l’amitié dans un esprit de camaraderie.

Généreux, DILUN (7 Carmen) ouvre le bal des raseteurs avec une valse de séries accompagnée de Carmen bien mérités. Il ne lâche jamais prise ce qui lui permet de conserver une ficelle en musique. Coureur de fond, YAGO (2 Carmen) défend chèrement ses attributs cinq minutes. Chevronné, aux ficelles, il se tient mieux et frappe après Chig (2) et Guyon. Sérieux, il conserve ses ficelles en musique. Disponible, CARABIN (1 Carmen et rentrée) répond avec vaillance des deux côtés. Méchant, il cloue souvent les cornes à l’arrivée. Il ne lâche rien jusqu’au bout, même pas ses ficelles qu’il réintègre lui aussi en musique. Avec beaucoup de cœur, ALADIN (2 Carmen et rentrée) se donne avec conviction et une paire d’arrivées menaçantes. S’il perd une ficelle sur la sonnerie, c’est un pur cocardier qui se fait respecter. Vif et rapide, BELOLI (7 Carmen dont retour) perd ses attributs en soixante secondes tout en étant agressif aux planches sur Guyon. Coopératif à merveille, il donne le change pendant treize minutes avec un final éblouissant. Sans faire de vagues, NEPTUNE (8 Carmen et rentrée) lâche vite ses pompons non sans percuter Guyon. Avec lui, c’est main sur le frontal et arrivées jusqu’aux planches dans treize minutes euphoriques.

Ensuite place aux anciens de l’école taurine de Nîmes de Daniel Siméon, qui ont offert avec Touradon, Néron et Tonin emboulés pour la circonstance, des moments inoubliables. Des rasets merveilleux,  couverts par les Carmen continus sous les vivats des afeciounas conquis. Et Agniel Bono accompagné de sa joyeuse bande de donner rendez-vous salle de l’amitié pour lever le verre à la gloire de la course camarguaise.

Texte et Photos Eric AUPHAN

 

PALUDS 1.jpg
Rémi GUYON et YAGO
ANCIENS NIMES.jpg
Les Anciens de l'Ecole Taurine de Nîmes

 

 



24/10/2009

MARSILLARGUES : COURSE POUR L'ANAPI

Samedi 24 octobre 2009

Il arrive parfois que les actes les plus désintéressés donnent lieu à de féroces empoignades. Telle cette histoire marsillarguo-marsillarguoise entre les CT Le Banet et La Sounaïa. Depuis une quinzaine d'années, Thierry Félix, ancien raseteur et manadier, a initié cette course au profit de l'association ANAPI qui aide les handicapés. Bon an mal an, cette course se déroulait avec le CT La Sounaïa. Cette année, c'est Le Banet qui en a pris la charge. Pourquoi ? On laissera les Bajans en démarmailler les fils entre eux. Mais de là à faire croire que la course n'avait pas lieu, voilà un excès qui n'avait pas lieu d'être. Les actes de bénévolat n'étant pas légion pourquoi à l'avenir ne pas s'entendre à deux clubs taurins pour péréniser cette course sans pénaliser toutes les bonnes volontés.

UNE COURSE DANS L'ESPRIT

Revenons-en à cette agréable après-midi ensoleillée où une mention doit être apportée aux raseteurs qui ont parfaitement joué le jeu, aux manadiers pour le bétail de qualité et aux spectateurs qui ont petit à petit garni les gradins. Sous la présidence de Thierry Daniel, défilaient à la capelado les droitiers Garcia, Daniel, Villard, D. Fougère, Paparone et les gauchers Poujol, Cartalade, Sanchez ; tourneurs : Curtil et Abbal.
Tous les taureaux entendent Carmen au retour et en piste. Christian Saint-Pierre pour Fortune et Paparone en tant qu'animateur reçoivent coupe et bouquets.

Lancelot de l'Occitane a ouvert les débats avec volonté s'engageant jusqu'aux planches. Des séries et une bascule derrière Poujol pour un quart d'heure agréable. Suivait un petit gabarit inexpérimenté, Franco de Cyr, qui a eu du mal à trouver sa place malgré quelques poursuites (9'30). Le remuant Bourbotte de la Saliérène a montré un beau tempérament et des accélérations offensives. Attentif, il garde son second gland.

Fortuné de Saint-Pierre fait un bon 4e et d'ailleurs recevra le prix du jour. Des séries sur un bon rythme où il s'engage rageusement. Du placement pour 6 minutes les pompons. Met Fougère en danger, pousse sur Garcia. Quelques belles séries et il rentre sa 2nd ficelle.
Au petit trot, Antares (Hervas) participe mais il se laisse "claver" pour les pompons et dès la 5e minute, les blancs travaille la deuxième ficelle qui partira à la 8e. Pour Muguet c'est un baptême. Il est le premier de la manade de Layalle à sortir à ce niveau. Pas étouffé, il part en chasse et, le long des planches, se livre correctement. Il aurait fallu un peu plus de travail pour voir ses qualités mais son manadier était ravi de participer, c'est l'essentiel. Rentre une ficelle.
C'est un beau tau qui clôture, Sylvéréal de Saint-Gabriel, plein de fougue et de violence. De la méchanceté à revendre, de la rage à taper les planches, de l'inexpérience aussi, c'est normal. Et trois belles actions après Poujol qui l'embarque avec lui au-delà des barrières.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

 

 

21/10/2009

DÉCÈS

Hervé Turrier est décédé à l'âge de 59 ans. Il avait été pendant des années chroniqueur à La Provence et secrétaire de l'Amicale des chroniqueurs et photographes taurins. Habitant à Barbentane et résidant depuis quelques temps aux Saintes-Maries-de-la-Mer, ses obsèques se dérouleront demain (jeudi 22 octobre), 15 h, à l'église de Barbentane suivies de l'inhumation au cimetière communal.