Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/07/2010

FINALE DE LA PALME D'OR

Lundi 26 Juillet 2010

SEULE LA CAPELADO A FAIT VIBRER...

Capelado.jpg
Les arènes Paul-Laurent pleines c'est beau, une capelado majestueuse retraçant l'histoire du costume d'Arles c'est beau. Des raseteurs tout de blanc vêtus qui défilent au centre de ce décorum c'est beau. Quelle fierté pour un raseteur d'évoluer dans un tel contexte... Eh bien non ! ces messieurs n'en n'ont que faire, pas plus que des primes largement distribuées par la présidence. Alors à la sortie on ne peut que constater l'énorme gâchis offert par les "rasibles" aujourd'hui, jour de fête et de faste normalement pour une finale de Palme d'Or.
Dans ce "clafoutis" nous n'incriminerons pas les cocardiers qui pour la majorité ont dû se demander pourquoi ils étaient là et
sont retournés dans leurs manades sans avoir pu montrer leurs valeurs guerrières de taureaux camarguais.
Pauvre public qui était venu voir une des plus prestigieuse compétition de notre patrimoine... Et dire qu'il y en a qui veulent exporter ce triste spectacle en Chine où en Israël, les Dieux de la Bouvine seraient-ils tombés sur la tête ?

Luc PERO
************************
PALMARES DE LA PALME D'OR 2010
1- Benjamin VILARD
2- Bastien FOUR
3- Nicolas VIOLET
Meilleur cocardier de la compétition
ANDALOU de Blanc-Espelly
*************************
LA COURSE
Au micro Raymond Arnaud, en piste Villard, Violet, Grammatico, Gleize, Sabatier, Beaujard à droite. A gauche Four, A.Benafitou, Martin-Cocher, Clarion. Tourneurs Mata, Th Garrido, Bensalah, Ranc, Zerti.
TRELUS de Nicollin, au petit trot il effectue son quart-d'heure et Grammatico lève la deuxième ficelle dans les ultimes secondes.
RIO de Bon, redoutable escrimeur, il inflige une pointe (main) à Violet. Il sélectionne beaucoup et même trop souvent pour enfermer son second gland.
GERICAULT de Chauvet, des coups de barrière sur Villard, Violet, Four le temps des attributs puis c'est la promenade de santé pour le biou qui en voulait... Trois Carmen.
ANDALOU de Blanc-Espelly n'a pas eu à forcer son grand talent pour s'imposer. Des anticipations sur Clarion, M.Cocher et surtout Violet. Il rentre sa première ficelle à 1000 euros et attend encore un  véritable duel avec deux des leaders du Trophée des As présents en piste. Cinq fois les honneurs.
LEVENTI de Plo, quarante cinq secondes pour les pompons. Puis ce sont de belles poursuites sur Clarion, Four, Violet, Gleize dans les seules (onze) minutes véritablement rythmées de l'aprés-midi. Cinq Carmen.
CARLOS de Lautier, d'entrée se jette au dessus des planches sur Villard, pas à sa place en sixième position, il réalise sept bonnes premières minutes, mais la fin est languissante par manque de pression. Quatorze minutes et trois Carmen.
AGASSOUN de Blanc, un grand fantasque qui attend les attaques... mais tout était joué, alors une petite série et la musique. Rentre ses ficelles.
Texte et photos
Luc PERO
VILLARD.jpg
▲ Benjamin Villard le vainqueur et LEVENTI
FOUR.jpg
▲ Bastien Four second ici avec GERICAULT
VIOLET.jpg
▲ Nicolas Violet troisième et ANDALOU
VILLARD.jpg 2.jpg
▲ Les deux lauréats de la Palme 2010
*************************
VOYAGE DANS LE TEMPS
Reine.jpgEn quelques minutes, le Pré a remonté les siècles. Belle performance des organisateurs et des acteurs de l'entrée en matière de la course de la Palme d'Or. Le temps d'une capelado, ce voyage du XVe au XX1e siècle au fil des costumes a transporté  touristes et connaisseurs au doux rythme des traditions. Deux superbes attelages de chevaux lourds en fond pour des saynettes joliment dessinées, expliquées et datées, des fêtes de la Madeleine à la foire de Beaucaire en passant par les balbutiements de la course camarguaise. Il était une fois... Les consuls, les jeux avec les vaches, l'arrivée des "Indiennes" pour "étoffer" le costume, les élégantes de l'Empire, la coiffure qui s'enorgueillit du ruban. Puis l'enceinte de pierre qui s'élève pour délimiter les arènes du Pré (1855), la course de la Palme d'Or (juillet 1926), la première finale du Trophée des As (1952)....et pour rester de plain pied dans le XXIe, une "Carmen" techno liant ce joli passé et dansée avec une ferveur nouvelle toute de jeunesse habillée. Public conquis... Dommage, la suite n'a pas été à la hauteur.
Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

DSC03875.jpg
DSC03879.jpg
DSC03885.jpg
DSC03886.jpg
DSC03887.jpg
DSC03888.jpg
DSC03890.jpg
P&ame.jpg

DSC03891.jpg
DSC03893.jpg
DSC03916.jpg
DSC03918.jpg
DSC03930.jpg
DSC03935.jpg
Photos Luc PERO

Les commentaires sont fermés.