Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/07/2010

SUR LA ROUTE DES MANADES - 3 -

Juillet 2010 : manade MARGÉ

A FLEURY-D'AUDE LA SAGA MARGÉ

BATISSE.jpg
Le Mas de la Batisse

pl07.jpg MA.jpgRobert le créateur et Olivier le fils sont manadiers et ganaderos. Françoise, l’épouse, veille à l’authenticité du domaine, les filles, Estelle et Caroline, développent l’activité équestre ; Frédéric et Vincent, les gendres, s’investissent dans le travail des taureaux. Les petits-enfants, Aubain, Mathis, Emma, Naïs, participent à toutes les activités. "Mais tous sont polyvalents, explique Françoise Margé, pour soigner les bêtes, monter à cheval, défiler ou accueillir nos hôtes".
Au Domaine des Monteilles, en 30 ans, la famille Margé s’est épanouie. L’embouchure de l’Aude, réplique des écosystèmes camarguais, à quelques kilomètres de Béziers, est un écrin exceptionnel pour qui fait vœu d’élever des taureaux. Entre étangs et marais, mer et garrigue, les toros espagnols et les biòu camarguais vivent libres dans ces grands espaces. Et si la ganaderia Margé obtient de sacrés résultats en corrida, la manade à la devise bordeaux et or peut se vanter de deux titres de Biòu de l’Avenir (Galant, 1989; Aramis, 1993) et de distinctions en terre de bouvine (cette année, la Cocarde d’Argent arlésienne a récompensé Gambay.
Le Mas de la Bâtisse complète les installations entourant les arènes. Là, Françoise a conservé «le côté rustique, campagnard. C’est une vraie maison de grand-mère» dont  les chambres d’hôtes et les salles de réception donnent sur le magnifique parc. Dans les écuries, «Camargue ou Andalou, le cheval est roi. Il se prête au cours d’équitation, promenades, travail dans les taureaux, débourrage, roussataïo, etc. On peut tout faire», indique Vincent.
Les Monteilles témoignent de l’art de vivre deux cultures complémentaires, espagnole et camarguaise. «Nous travaillons dans le plaisir, sérieusement, simplement et proprement. Et si mes petites-filles portent le costume traditionnel, poursuit Françoise, ancienne Reine d’Arles, cela n’empêche pas Naïs de monter en doma vaquera (équitation espagnole). Et hier, le petit dernier, 4 ans, a participé à son premier défilé gardian…» La saga des Margé ne fait que commencer.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO
Devise : www.camargue.fr

BA 1.jpg
Vincent Chaptal nourrit les " Toros Bravos "
BA 2.jpg
Les Cocardiers
BA 3.jpg
Frédéric Fabre, Vincent Chaptal gendres et bayles de la Manade.

Les commentaires sont fermés.