Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/08/2010

SAINT-GENIES-DES-MOURGUES *AS*

Dimanche 29 août 2010

ON EST BIEN A SAINT-GENIES

 

2.jpg

 

3.jpgC'est une ambiance. Lieu de convivialité, de rencontres, de conversations, de rigolades... Sans se prendre la tête mais avec empathie. Déjà à la capelado, les remerciements à Sabri Allouani pour sa fidélité au village et les amitiés qu'il y a créées. Gérard Gehin et Yvan Pellet, le maire, au micro, la voix vibrante, les mots justes, sincères. Puis c'est la cheville ouvrière des fêtes taurines qui a droit à sa citation, Gérard Gehin, Michèle son épouse n'est pas oubliée... là c'est Jacques Valentin dont la voix se voile d'émotion et le maire qui lui décerne le titre de "maire des arènes"...  Quelques larmettes...

Les gradins sont bien garnis, la piste aussi : Allouani, Schuller, Jourdan, Outarka à droite ; Sabde, N. Benafitou, Ouffe, Clarion, à gauche ; Zerti, Beker, Benzegh, Bensalah, Kerfouche pour tourner. Pas de grande vedette noire annoncée mais rasetés sur un bon rythme, les cocardiers ont brillé. Mention à Marcamau de Raynaud (3e) et Varadero de Guillierme (5e) mais Insolent (Nicollin, 1er), Catalan (Saumade, 2e) sont bien passés. Titouan (Cuillé, 4e) en revanche a déçu. Nevers (Blatière-Bessac, 6e) a fait un court séjour en piste - 5 minutes - après avoir pulvérisé la porte du toril, il a semblé plus sage de le rentrer. Et le jeune Nicolas (Janin, 7e hp) a fait montre de volonté, de vitesse et de vigilance. Les blancs ont tous travaillé,  confondant parfois vitesse et précipitation mais Allouani a encore régalé et levé, Clarion fait plaisir, Jourdan lève, Outarka avec deux pointes aux avants-bras assure chez lui, Ouffe par moments, Schuller s'essaie aux As.

4.jpgInsolent (Nicollin).- Bien placé, il vient gaillardement sur les premiers échanges, Outarka, Jourdan et Allouani repoussés avec force. Plus dur par la suite, il faut le rentrer ce que font Jourdan, Ouffe, Allouani. Dix minutes, 1 Carmen et retour.
Catalan
(Saumade).- Un gros gabarit qui plonge comme un train sur les blancs. Clarion, entreprenant, lui sert de longues trajectoires et Catalan s'engage, davantage sur les gauchers. Mais Jourdan l'emporte aussi. Clarion encore quiché et Catalan rentre ses ficelles avec 1 Carmen et retour.
Marcamau
(Raynaud).- Classique, généreux, il pousse fort dans els rasets. Aux rasets, avec un placement rigoureux, il donne des poursuites autoritaires. De belles longueurs avec Outarka, Schuller, Clarion pour des séries au ras des planches et Carmen en continu. Quelques temps de récupération mais quel coeur dans les enchaînements et assez de réserve pour rentrer ses ficelles en musique.

Titouan (Cuillé).- Il attaque comme un Cuillé, à fond et s'encastre dans les gradins. Mais c'est de courte durée. Réservée, cul au toril, sélectif et imprévisible, il se garde surtout à droite. Ouffe est son meilleur partenaire pour des conclusions en force. Mais il termine en hochant la tête même sur les gauchers. La déception du jour. Les ficelles rentrent en silence.
6.jpg▲ Varadero
(Guillierme).- Des séries à fond sur lesquelles il se chauffe jusqu'aux planches. Pas un refus, il se livre jusqu'à épuisement mais ne renonce jamais. Avec Clarion, ce sont de longues traversées empreintes d'émotion. Varadero se cale un peu sur la 2e ficelle mais termine en fanfare, les derniers brins restants dans le crochet de Clarion à la limite du temps. 7 Carmen et retour.
Nevers
(Blatière-Bessac).- Le lourdaud se donne avec envie les deux premières minutes, aux pompons. Puis ça se gâte, il saute seul lestement. Puis la colère le gagne et il se défoule sur la porte qui donne au du toril. Elle ne lui résiste pas. Gonds dessoudés, pour plus de sécurité le fou furieux est rentré à la 5e minute.
Restait le jeune Nicolas (Janin, hp) mais dans les têtes la course est finie. Pourtant Nicolas a le temps d'étaler ses qualités, sa volonté et sa vitesse. Le Janin chasse, se retourne comme un chat et poursuit les blancs à fond le temps de la cocarde et d'un gland levés par Outarka. Rideau en musique.

En guise de conclusion, Jacques Valentin fait résonner un Carmen général englobant toutes les courses de la vote et la fête dans son ensemble qui s'est déroulée sans incident. L'esprit de Saint-Geniès.

Texte et photos
Martine ALIAGA

1.jpg
La manade Nicollin remerciée
pour la qualité du bétail des courses de Ligue


IMGP2555.JPG

▲ Sabri, la cool attitude à Saint-Geniès

5.jpg
Outarka, chez lui, a assuré le spectacle. Il paie de sa personne
avec deux pointes aux avants-bras.
▼ Nevers (Blatière-Bessac) a tout cassé.
Les "ingénieurs es planches" se grattent la tête.
7.jpg
*********************************

 


FONTVIEILLE *AS*

FONT AS 1.jpg

Dimanche 29 août 2010

UN 40e CROCHET D’ARGENT EN MANQUE D’ECLAT

dmc.jpg

Entrée : Plein. Organisateur : CT Fontvieillois. Présidence : P Bayle. Raseteurs droitiers : Gleize, Marquier, Mascarin, Moutet, Sabatier. Gauchers : A Bénafitou, Errik, Martin Cocher, Poujol. Tourneurs: Dunan, Dengerma, Galibert, Lebrun, Ull.

Superbe décorum avec la pena La Gardounenque et les Arlésiennes de Fontvieille accompagnées par la demoiselle du moulin et sa demoiselle d’honneur pour cette 40e finale. On retiendra la victoire de Lieutenant pour sa très belle entame, le pétillant de Géricault meilleur barricadier et le final de Banaru très volontaire. Il a manqué de la compétition chez les blancs pour que la mayonnaise prenne. Un manque de travail évident sur certaines ficelles. Martin Cocher peu en réussite remporte le trophée sans opposition. Bénafitou se hisse second avec les deux ficelles de Banaru. Moutet et Sabatier très actif après la pause sont à citer mais le prix de l’animation revient logiquement à Errik qui amène sa fraîcheur et son enthousiasme tandis que les anciens vainqueurs sont honorés.

Face au rush blanc, le vaisseau de LIEUTENANT (Lautier) tient le cap et fait dans le sérieux. Un premier idéal qui contrôle cul aux planches et se livre méchamment. Il met en danger Moutet à deux reprises et conserve une ficelle avec brio et en musique jouée quatre fois.
En mouvement, BATELIER (Ribaud) navigue aux rubans et pousse des séries toniques en se soulevant à l’arrivée. Aux ficelles il subit une grosse bourre pour la première et se bat avec beaucoup d’énergie. Il garde la seconde. 3 Carmen et rentrée.
Rugueux, MIRABEAU (St-Pierre) se donne généreusement pour les attributs mais aux ficelles il durcit le ton et les blancs ne font pas les efforts et sa course devient décousue mais ce n’est pas sa faute.
Agressif, GERICAULT (Chauvet) se jette sur tout ce qui bouge y compris les tourneurs et les juges de piste. Un comportement belliqueux et barricadier qui lui permet petit à petit de prendre le dessus sur les blancs et de rentrer une ficelle en musique entendue à cinq reprises.
Franc et sans terminer ses poursuites VENT LARG (Guillerme) donne du tonus aux blancs. Dix minutes vaillantes et malgré une pointe infligée sous l’aisselle à Errik sans difficultés. 1 Carmen.
Le cardinal noir MAZARIN (Joncas) semble décidé et cloue souvent les cornes aux planches mais reçoit une avalanche de rasets certains pas toujours orthodoxes et n’a guère l’occasion de briller si ce n’est derrière Martin Cocher (2) et Poujol. Avec son coup de revers il garde ses deux ficelles. 3 Carmen.
Vif et plein de jus, BANARU (Fabre-Mailhan) termine par treize minutes pleines de combativité. Anticipations, enfermées et actions percutantes sur Poujol (2), Sabatier, Gleize. Une belle vaillance pour 8 Carmen et retour.

Eric AUPHAN


Palmarès : 40e crochet d’argent Martin-Cocher 34 points. 2e Bénafitou 23 points. Meilleur animateur Errik.
Meilleur cocardier Lieutenant Manade Lautier. Meilleur barricadier Géricault Manade Chauvet.


Trophée des As : Sabatier (11), A Bénafitou (9), Gleize(8), Moutet (7), Marquier (6), Martin Cocher (3), Poujol (3).

FONT2.jpg

▲ Géricault de Chauvet à l'attaque sur David Sabatier

▼ Mazarin du Joncas et Damien Martin-Cocher

FONT3.jpg
*************************************

FONTVIEILLE *AVENIR*

Samedi 28 août
ARES LE PETIT GUERRIER NOIR
FONT ARES FAVIER.JPG
Arès et Maxime Favier : l'émotion

Entrée: ¼. Organisateur: CT Fontvieillois. Présidence: P Bayle. Droitiers: Chekhade, Gautier, D Martinez. Gauchers : Favier, Ferriol, Ghorzi. Tourneurs: Bensalah, Cuallado, Duran.

Après une première partie facile pour les blancs, les noirs après la pause prennent le dessus et manquent cruellement de travail aux ficelles. Néanmoins Martinez gagne la lutte aux points et Ferriol remporte le prix de l’animation. Chekhade les épaule généreusement. Favier est à l’origine d’actions spectaculaires. Gautier rasète propre mais à son rythme et Ghorzi assure le minimum. En première partie les bioùs subissent même Campouceù le seul à rentrer ses ficelles avec de nombreux refus. En seconde partie tous les taureaux rentrent leurs ficelles et manquent de pression. Quatre combattants aux qualités intéressantes mais non exploitées. Remise des prix en piste avec la demoiselle du moulin, sa demoiselle d’honneur et les arlésiennes de Fontvieille. S’il reçoit la musique sur trois séries,
HELIOS (Gillet) ne termine que rarement ses poursuites. Malgré une sortie aux As six jours plus tôt, il effectue douze minutes honnêtes.
Vaillant mais sans difficulté BASILIC (Ribaud) embaume le piste pendant huit minutes. Un gentil parfum non répulsif pour les blancs malgré une odeur de danger sur un départ à deux Ghorzi-Favier qui se termine en bascule aux planches. 1 Carmen et retour.
Après un début agressif, CAMPOUCEU (Allard) campe sur ses positions aux ficelles. Malgré quelques fusées il frise le statique et de ce fait conserve ses ficelles malgré l’insistance des hommes. 2 Carmen.
Comme le dieu de la guerre, ARES (Lautier) vif et rapide se jette avec vigueur dans la bataille. Poursuites rapides, cornes dangereuses et concentration de tous les instants pour une poursuite émotionnante après Favier qui sent la corne. Une boule de nerf au sens du combat aiguisé qui domine aux ficelles et les rentre en musique jouée à cinq reprises.
Surpris en soixante secondes aux rubans, CANELET (Blanc) remet les pendules à l’heure aux ficelles. Il voit tout, se tourne et guette la moindre faute. Il tape après Martinez et saute après Gautier dans une course dominatrice aux ficelles. 3 Carmen et rentrée.
Rapide mais sauteur, ARLATEN (Fabre-Mailhan) une fois calmé, attend, se place et déboule à grande vitesse après les blancs mais sans pouvoir étaler toutes ses qualités aux ficelles par manque de pression. A revoir. 3 Carmen et retour.
Venimeux, SCORPION (Chauvet) empoisonne la vie des blancs. Certes, il perd ses attributs sans démériter face à Martinez qui assure la victoire finale. Toujours bien placé, aux ficelles il n’aura pas l’opposition nécessaire pour briller alors il se déplace et on reste sur notre faim. Carmen au retour.

Texte et photo
Eric AUPHAN

Palmarès : 1er Crochet d’argent Espoir Damien Martinez 33 points. Meilleur animateur Ferriol. Meilleur cocardier Arès Manade Lautier.

Trophée de L’Avenir : D Martinez (18) Ferriol (11) Chekhade (9) Gautier (6) Ghorzi (5) Favier (4).

 

FONT D. MARTINEZ CANELET.jpg

▲ Damien Martinez, le vainqueur et Canelet de J.-C. Blanc.

▼ Les prix à D. Martinez et J. Ferriol
FONT AVENIR PRIX.jpg

***********************************

 

28/08/2010

SAINT-GEORGES-D'ORQUES *VACHES COCARDIERES*

Samedi 29 août 2O1O

LES VACHES OUI
LES HOMMES NON

1.jpgSaint-Georges renouait cet après-midi avec les courses de vaches, absentes depuis 10 ans.Bonne initiative du club taurin Le Trident - après déjà une bonne course à l'Avenir dimanche dernier - suivi par un public mixte (néophytes et connaisseurs). Et si ces dames s'épanouissent toujours aussi bien à l'ouest de l'Hérault, les raseteurs ne sont pas vraiment  au niveau même s'ils sont sympathiques au demeurant. Toutes ces sacrées femelles sont donc rentrées avec leurs ficelles et même plus, et, si elles ont brillé par moment, c'est qu'elles ont un sacré moral. On se prend à espérer en de vrais raseteurs de vaches. Sur l'ensemble, mes préférées : Altair, en premier, a trés bien assuré ; La Moure, 4e, de Chaballier, est la plus complète de la 1re partie ; Opale (5e du Brestalou) a dissuadé les blancs ; Duchesse (8e, Chaballier), intraitable, domine totalement son sujet, pour moi la meilleure.
Les prix Souvenir Michel-Laurens ont été remis en piste à Henri Gibert pour Opale (Le Brestalou) et au raseteur Deslys (au nombre de points).

2.jpgAltaïr (Saint-Pierre, N.012).- Quand elle se pose, peu lui touche la tête. Du placement, du caractère pour se faire respecter. Vive dans les séries où elle pousse fort. Des Carmen.
Calinéa (Le Ternen, N.244).- Cocardièrement positionnée, elle pousse jusqu'aux planches dans les enchaînements. De belles séries, quelques enfermées dont une conclue sur Ruiz. Des Carmen.
Gabelle (Le Brestalou, N.509).- Leste, elle chasse, demi-tours sur les pattes arrières. Du moral même si elle se montre naïve, la jeunette ! Une belle anticipation et une série où elle se chauffe. Jamais rebutée, elle a un coeur énorme. Des Carmen.
La Moure (Chaballier, N.314).- Premiers échanges à fond. Avec son placement et ses réactions, les blancs calculent encore plus.  D'autant qu'elle peut conclure (Dumont, Paparone). Autoritaire, elle met aussi la corne. Des Carmen.

3.jpgOpale (Le Brestalou, N.906).- Plus de blancs à l'horizon... devant la défection, Opale part en chasse. Crainte pour sa vitesse, elle a en plus l'oeil à tout et dissuade bien des tentatives (1er raset à la 5e minute). Des séries prestement menées et arrivée serrées (Dumont) et elle rentre royalement son second gland. Des Carmen.
Pâquerette (Saint-Pierre, N.02O).- Au début sauteuse à maintes reprises dans l'action ou seule. Mais, une fois calmée et placée, elle montre toute sa bravoure pour des séries pleine d'entrain. Rentre quand même ses glands ! Des Carmen.
Cybille (Le Ternen, N.481).- Au début brouillonne et un peu sauteuse, mais une fois prise dans le raset, elle va au bout et se monte la mayonnaise pour terminer au ras des planches. Du moral et du tonus. Des Carmen.
Duchesse (Chaballier).- Charpentée, elle trouve immédiatement sa place. ça cogite dur chez les blancs qui se font agresser même quillés sur les tubes. Intraitable, même sur les rasets à blanc. Ruiz la cite de loin - mais alors de loin - Duchesse s'envoie, le rattrape presque aux planches où elle se jette. Délaissée, elle s'approprie l'ovale. Les blancs s'entendent et une série s'ammorce ponctuée sur Santelli. Elle termine par un violent et viril coup de barrière sur le même. Rentre majestueusement son 2nd gland. Des Carmen.

Texte et photos
Martine ALIAGA


4.jpg
******************

STGEORDUCHESSE.jpg
Photo J. C.


26/08/2010

LATTES *AVENIR*

Vendredi 27 août 2010

SUENO PIMENTE LE FINAL

JAL3.jpgEntrée : 1/6e d’arène.  Organisateur : CT Lou Méjean. Président : Bruno Séguier. Raseteurs droitiers : Canales, Fougère, Roux.
Gauchers : Aliaga, Ferriol. Tourneurs : Curtil, Duran, Grando.

Heureusement qu’en seconde partie, les blancs – à cinq – ont mis un peu de rythme. Mais que les jambes sont lourdes et les mains maladroites en cette fin août. Les taureaux ont fait une promenade de santé et Sueño, le petit jeune de Rouquette, a pimenté la fin de course par ses actions aux planches. Mention au président de course qui prime à bon escient pour entretenir la flamme. Et si Fougère mène la première partie, Aliaga prend le relais par la suite.
Georges
(Félix).- Quand il promène, s’intéresse plus ou moins. Placé, ses réponses sont plus abouties (Ferriol, 2 fois pour 2 Carmen), Aliaga pour les cites arrêtés. Quart d’heure pépère. Les ficelles rentrent.
Mintau
(Blatière-Bessac).- Mintau tient les planches et les blancs mettent un moment à l’attaquer. Dans son terrain, il fait la loi. Se montre offensif sur Canales, Aliaga et s’envoie méchamment sur Roux. Le 1er gland à la limite du temps pour Fougère. Musique.
Tricheur
(Lautier).- De suite placé, sa pointe de vitesse dissuade les hommes. Pourtant rien d’insurmontable. Quelques enchaînements (1 Carmen) et c’est tout. Les ficelles au toril.
Baryton
(Lautier).- Assez de caractère pour impressionner et faire du large. Pourtant, les hommes requinqués en prennent la mesure et les échanges s’animent. Quelques belles poussées et Baryton sauve une ficelle. 3 Carmen et retour.
Chouan
(Bon).- Une armure impressionnante mais brave comme un sou. Il se lance à grande enjambées après les raseteurs, se livrant franchement jusqu’aux planches (Carmen). Les blancs travaillent la 1re ficelle bien primée mais n’auront pas la "gnacque" de lui lever la seconde qu’il ramène en musique.
Sueño
(Rouquette).- Du jus et du placement… les hommes tardent. Sueño fait son show tout seul, montre ses qualités et sa bonne dose de méchanceté. Raseté, même s’il lâche quelquefois, il se livre avec ardeur et conclut violemment (Canales, Ferriol). 2 Carmen et retour avec ses ficelles.

Martine ALIAGA

Trophée de l’Avenir : Aliaga, 19 points ; Fougère, 14 ; Ferriol, 2.

SAINT-GENIES-DES-MOURGUES *AS*

Jeudi 26 août 2010

RABINA BRILLE A LA GRAND'COURSE

2.jpg
Jourdan entre les cornes de RABINA

Entrée : 4/5e d’arène. Organisateur : CT Le Trident. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Jourdan, Outarka.
Gauchers : Ouffe, Clarion, Sabde, A.et N. Benafitou. Tourneurs : Beker, Benzegh, Zerti, Bensalah, Kerfouche.

9x12.jpgDe la grand’course de la fête saint-geniéroise, nous retiendrons l’excellente prestation de Rabina de Guillierme (sorti 3e), un généreux cocardier qui se livre tout en se faisant respecter ; le plaisir de profiter encore des rasets d’Allouani et le travail d’Outarka et A. Benafitou dans un ensemble souvent brouillon.
Angelo (Rouquette).- Un placement aléatoire qui ne l’empêche pas de pousser jusqu’aux planches sur certains rasets (Outarka, Carmen). Sélectionne ses adversaires avec une préférence pour Allouani (grosse conclusion en musique) et Outarka. Se perd un peu sous la pression mais ne lâche sa seconde ficelle que sur la sonnerie.
Capitan (Blatière-Bessac).- 10 sur 10 pour le placement et la volonté. Aucun refus. Et des enchaînements à son rythme dont un "longuissime" sur sa 1re ficelle. Délaissé (?), rentre la seconde.
Rabina (Guillierme).- A fond, il se livre sans temps morts. Les blancs sont brouillons, qu’importe… Rabina se chauffe et serre de plus en plus ses finitions. Les séries se font infernales pour un bout de ficelle, Rabina prend une sacrée rafale dont il sort gueule fermée, s’il vous plaît. Moins de pression sur la seconde ficelle qu’il ne lâche qu’à la 14e. Intense ! 6 Carmen et retour.
Fallone (Janin).- Remuant, il attaque au petit trot le long des planches en raccompagnant sèchement les blancs. Il ne bénéficie pas d’un travail assez régulier pour se chauffer, malgré un cabrage après Allouani, une enfermée sur Clarion et quelques séries où il se fait respecter (1 Carmen). 10 minutes.
Aladin (Nicollin)▲- Il prend tous les rasets, les bons et les mauvais avec une vaillance à toute épreuve. Et cette cocarde qui résiste jusqu’à la 12e, lui vaut une débauche d’énergie qu’il tempère d’un coup de revers offensif. Il sauvera ainsi son unique ficelle avec 3 Carmen et retour.
Levant (Saumade).- Ne fait l’effort que sur des rasets très – mais alors très – engagés. Sinon, promène, ignore ou lâche en cours de route. Ses plus belles finitions sont pour Allouani (3), Outarka, Clarion, Ouffe. Quelques beaux éclairs mais trop de déchet. 4 Carmen en course, retour en silence avec ses ficelles.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO


Trophée des As : A. Benafitou, 15 points ; Outarka, 13 ; Jourdan, 12 ; Ouffe, 8 ; N. Benafitou, 7 ; Clarion, 3.

1.jpg
Allouani au travail sur les ficelles de FALLONE
DSC_9979.JPG
RABINA et A. Benafitou

 

25/08/2010

SUR LA ROUTE DES MANADES - 7 -

Août 2010 : manade PLO

LE CHARME SURANNÉ DE PONTEVES

1.jpg

2.jpgDes moutons occupés à tondre le pré. Des juments attentives à leurs poulains. Au bout de l’allée, des poules et des poussins. Le coq qui s’égosille "quillé" sur une pierre. Plus loin, des chevaux sur la relevée. Et des taureaux… cocardiers, étalons, vaches, veaux. Quelques moustiques donnent du piquant à la carte postale. Sous les platanes entourant la maison de maître, le domaine de Pontevès, havre de la famille Plo, déroule son charme suranné et ses 300 hectares. Une ferme, une manade.
Ses parents étaient fermiers de ce domaine depuis 1947, et c’est tout naturellement que Jean-Louis Plo s’est tourné, tout jeune, vers l’élevage et le dressage de chevaux Camargue : « J’avais mes chevaux et je montais en amateur à la Tour du Vallat, j’ai eu envie de mes propres taureaux. Alors, de quelques bêtes pour m’amuser, je me suis tourné vers les manades Raynaud, en 1985, puis Ribaud et Guillierme pour commencer une vraie sélection ».5.jpg Dans les arènes, Manolo, Falerne et surtout Lebrau►, Léandre et Kouffa ont fait remarquer les couleurs "rouge, noir, blanc" en course camarguaise. « Avec le brassage des sangs, on arrive maintenant à sortir quelques taureaux », explique modestement le manadier à la parole réservée mais à l’œil rieur.
Ici le temps a comme ralenti sa fuite en avant. Le quotidien épouse les saisons, les soins aux bêtes. Les rapports humains conjuguent fidèles et famille :
« Les amateurs sont les mêmes depuis longtemps, c’est un petit cercle, bien soudé. »
La plupart ont leurs habitudes dans la grande maison aux longues tablées et multiples chambres. « Ah pour le confort, c’est à l’ancienne » rigolent les gardians. Pourtant, ils ne céderaient leur place pour rien au monde, attachés à ces taureaux
« susceptibles, difficiles à encocarder et destructeurs de torils. Ici, même les vaches défendent leur territoire comme des sorcières ».
Austère mais riche d’émotions, de sens et de liberté, la vie à Pontevès ne s’offre pas facilement. Eux l’ont choisie. Et c’est la plus belle de toutes.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO
Devise www.camargue.fr

LE TRI
Les cocardiers ont déboulé dans le clos de tri forts de leur instinct grégaire. Patiemment, les gardians ont attendu le calme pour sortir du troupeau les simbeù ainsi qu’Ocaña et Octanto qui sortent en course l’après-midi. Pas facile à manipuler, ces taureaux fortement armés et charpentés au caractère ombrageux. Jean-Louis Plo sur son Camargue est à la manœuvre.

3.jpg

LES COCARDIERS
Dans le clos des cocardiers, l'aîné et géniteur pendant 5 ans, Falerne est toujours là, tout comme son petit-fils Lebrau (N.934) à la retraite. Egalement,  Leventi, Mendiant, Nomade, Olibrius, Organdi, Oundo, Poker, Porto, etc.

6.jpg

LES CHEVAUX
Depuis 1972, Jean-Louis Plo élève des chevaux Camargue reconnus pour leurs qualités de travail en pays. L'étalon Tadorne,  tranquille dans un pré à part,  en est un des emblématiques spécimens. Pour la petit histoire, Ribade, sa mère, vit toujours au mas. La manade compte environ une centaine de têtes dont 20 poulinières qui donnent une quinzaine de poulains, tous descendants de Tadorne.

4.jpg

Devise PLO.jpgIDENTITÉ
Manade Plo, Domaine de Pontevès, Le Sambuc, 13200 Arles. Tél.04 90 97 21 63.
Pâturages : autour du domaine et Marais du Vigueirat (Conservatoire du Littoral).

ACTIVITÉS
Elevage de chevaux Camargue (une centaine) depuis 1972.
Depuis 1985, élevage de taureaux (500) pour la course camarguaise.
2 000 moutons actuellement à l’estive.
Salle pour petits groupes (40 personnes environ).

PARTICULARITÉ
A la manade Plo, les taureaux ont une lettre référence par année. Leurs noms de baptême portent la même initiale. Exemple: nés en 2002, Ocaña, Oundo, Octanto, Olibrius, Organdi, etc.

A.jpg
7.jpg

 

23/08/2010

MOURIES *AS*

Dimanche 22 août 2010

PATTON PREND DU GALON....

Mouries 22 08 062.jpg
PATTON - Outarka

Entrée: 1/3 Organisateur: CT Mouriesen Présidence: P Gibert. Droitiers: Marquier, JF Moulin, Outarka, Rey, Roux. Gauchers: A Bénafitou, Ouffe. Tourneurs: Benzegh, Jorquéra, Kherfouche, Molins.

Le 22e souvenir André Soler démarre fort reprend doucement puis se termine agréablement. Vainqueur, Marquier engrange au dernier et passe devant Ouffe brillant second. Bénafitou, Sabatier, Rey et Roux s’impliquent. Outarka et Moulin sont discrets. Patton meilleur taureau calme l’offensive des blancs et remporte le prix mais quelle course de Dilun.

Mouries 22 08 198.jpgPris sous le feu nourri des blancs, DILUN (Fabre-Mailhan) travailleur du dimanche, affiche une vaillance éblouissante. Avec une énergie renouvelable à souhait il se donne sans faiblir avec un cœur énorme. Brillantissime, il rentre une ficelle avec 12 Carmen et retour.
CAILLET (Raynaud) lui se livre sans appuyer ses poursuites. Son placement engendre des départs en tous sens. Aux ficelles, il se soulève après Marquier et Rey mais neuf minutes suffisent aux blancs sans que le bioù démérite. 2 Carmen et retour.
Prêt au combat, le soldat PATTON (Joncas) sonne la charge après Sabatier puis se retrouve en bascule après Outarka. Il ne se laisse pas manœuvrer et garde sa cocarde dix minutes et défend ses ficelles à la treizième. Il percute Rey, enferme Roux, se dresse sur Ouffe et tape après Bénafitou. 6 Carmen et retour avec ses ficelles et le prix.
NOE (Plo) reçoit un déluge de rasets aux rubans malgré un coup de revers meurtrier. Aux ficelles, il décourage les hommes devant le toril et n’aura pas le travail escompté. Il les rentre en silence. 3 Carmen.
Vif, BEAUCAIROIS (Chauvet) est victime de sa franchise aux rubans (2’). Aux ficelles il se positionne, surveille, accélère et anticipe tous ceux qui s’aventurent dans son terrain. Rey s’applique mais les ficelles rentrent. 7 Carmen dont rentrée.
HELIOS (Gillet) se donne dans des séries rythmées pendant dix minutes plaisantes mais sans difficultés. Carmen au retour.
Franc, CLOVIS (Richebois) percute fort après les blancs mais manque de vice. Une minute les pompons et huit les ficelles pour neuf minutes barricadières avec une dizaine de grosses percussions. Il termine bien malgré la pression des blancs. 3 Carmen et retour.

Texte et Photos Eric AUPHAN

 

Trophée des As: Ouffe (13) A Bénafitou (11) Marquier (9) Rey (7) Sabatier (7) Outarka (2).

Trophée des Raseteurs : Roux (10) JF Moulin (6).

 

Mouries 22 08 029.jpg
DILUN - Marquier
Mouries 22 08 194.jpg
CLOVIS - Ouffe

SAINT-GEORGES-D'ORQUES *AVENIR*

Dimanche 22 août 2010


LES SIX TAUREAUX EX AEQUO

 

ST GEO.jpg

 


Entrée : 2/3 d’arène. Organisateur : CT Le Trident. Président : Cyril Daniel. Raseteurs droitiers : Canales, Fougère, Oufdil.
Gauchers : Ferriol, G. Perez, M. Sanchez. Tourneurs : Curtil, Duran, Abbal.


Le jury du Trophée des commerçants et artisans
n’a pu départager les six très bons taureaux d’une course saluée d’un Carmen général. Aussi, les trois manades de ce concours sont venues en piste recueillir le prix et les bravos à partager avec le meilleur des raseteurs, Icham Oufdil. Technique et travailleur, le Saintois a enthousiasmé par ses rasets engagés et maîtrisés.
Jason
(Saumade).- Les blancs dépassent leurs craintes et Jason se prête aux enchaînements qu’il ne manque pas de conclure. Placement, anticipations, séries, toute la gamme y passe. Rentre ses ficelles. 4 Carmen et retour.
Homère
(Le Ternen).- Franchement et avec tonus, il se jette vaillamment dans de multiples séries. Il ne lâche pas un pouce de terrain au contraire, et ramène brillamment ses ficelles. 4 Carmen et retour.
Crespin
(Brestalou).- Il va vite et honore chaque invite jusqu’aux planches. Il se livre en rythme sur les beaux engagements d’Oufdil, serre Canales, se cabre sur Fougère. Icham traverse la piste main au frontal... ça pousse derrière ! 14 minutes toniques. 6 Carmen et retour.
Prétorien
(Le Ternen).- Fais du large sur les cites plus ou moins franc des hommes. Cocardièrement prometteur (6 ans), une fois qu’il aura mieux assuré son placement. Il s’envoie puissamment dans les trajectoires, enferme dangereusement Oufdil, menace M. Sanchez de la corne, plus des séries menées a mas. 14 minutes. 3 Carmen et retour.
Renard
(Le Brestalou).- 4 ans et il part à la chasse comme un grand. Prend bravement les rasets, surveille tout, se tourne comme un chat et s’engouffre à la poursuite des blancs sans mollir. Difficile de poser la main. Le prendre arrêté... les blancs n’y pensent même pas ou alors, de loin, ou sur reprise. Les ficelles au toril en musique (plus trois Carmen).
Django
(Saumade).- Physique impressionnant. Il part à l’assaut des hommes, qui vont longuement le contempler. Ses puissantes anticipations finissent de les tétaniser. Oufdil pour les meilleurs échanges mais trop peu sollicité rentre sa 1re ficelle primée 200 €.1 Carmen et retour.


Martine ALIAGA


Trophée de l’Avenir : Oudil, 23 points ; Ferriol, 15 ; Fougère, 9 points. Trophée des Raseteurs : G. Perez, 6 points

VAUVERT *AS*

Dimanche 23 Aout - Trophée Camargue Médical

AUZOLLE D'UN PETIT POINT

CLARION.jpg
Christophe CLARION auteur des plus beaux cites du jour
9X12.jpgUne petite demi-arène, peu d'ambiance, peu d'argent sur la tête des taureaux, travail au compte-gouttes, hier on était dans les "Minimas" à Vauvert. Le Trophée Camargue Médical revient donc à Auzolle qui devance d'un petit point Villard. Benjamin s'adjuge le prix du meilleur animateur. ATHOR► de Daumas reçoit le prix du meilleur cocardier sur l'ensemble de la compétition, pas sur sa prestation du jour. Michel Bourrier au micro invite Auzolle, Villard, Moutet, Jourdan, Clarion, Poujol, Cartalade, Khaled et leurs cinq tourneurs à prendre part à la Capelado.
SAMSON de Saumade, cinq minutes trente de présence et un Carmen inutile en course.
CAMPARDIN de Blanc, il répond avec bravoure dans des séries où il subit mais resiste douze minutes cinq fois honorées.
EMBRUN de Nicollin, bien "mollégas" le biou ! Puis aux ficelles il gagne en tonicité pour faire des frayeurs à Khaled qui rate le marche-pied, à Moutet imprudemment engagé. Belles actions sur Clarion et cinq Carmen dont deux bien généreux.
ANDALOU de Blanc-Espelly, calé devant le toril il est moins dominateur qu'à son habitude. Entre sérieux et grande réserve la différence est bien mince. La première ficelle (700 Euros) à Poujol sur la sonnerie. Trois Carmen.
ATHOR de Daumas, pas dans un grand jour non plus ! Il saute seul, manque de mordant mais n'a pas la pression qui lui convient. Rentre ses ficelles (800 Euros) et deux fois la musique.
CHOUAM de Blatière-Bessac, sauteur, fuyard, une embardée et deux coups de barrières ne justifient pas la musique une fois, en course.
Pour clôturer MADEMOISELLE, la Cocardière d'Argent de Blatière-Bessac faisait à 15 ans ses adieux à la piste qui l'a vu débuté. Ce n'était pas le jour, elle rentre sa cocarde faute de combattants. Musique.
Texte et Photos Luc PERO
KHALED.jpg
Aïe, aïe Khaled...
VILLARD.jpg
ANDALOU et Villard