Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/01/2011

AGNS

Samedi 15 janvier, salle Castel à Lunel

OU SONT LES GARDIANS AMATEURS ?

blog.jpg

De gauche à droite :
Henri Itier (président de la FFCC), Serge Evesque (président de l'AGNS),
Jean-Marie Domenech (trésorier), Nicolas Reynes (secrétaire)

513 licenciés en 2010, une vingtaine seulement à l’assemblée générale de leur association… Pour les plus optimistes « ils sont satisfaits du travail du bureau, donc confiants ils ne se déplacent pas » ; pour le président Serge Evesque « c’est désolant, mais le nombre de participants ne reflète pas l’activité de l’AGNS ». Etonnant tout de même pour cette association qui pèse largement sur les décisions de la FFCC même si Serge Evesque assure « que le règlement de la course camarguaise n’est pas une priorité de son assoc. Nous sommes là dans un esprit constructif… » Reste que Henri Itier voudrait bien se pencher sur le nombre de votes accordés à l’association, motif de mécontentement d’autres parties prenantes de la course camarguaise,  mais apparemment ce ne sera pas encore pour cette année... Serge Evesque restera vigilant sur ce point car, après l’augmentation des assurances des gardians amateurs, il note que « à la Fédé d’un côté on paye plus que les autres, mais pour voter on pèse trop ». La négociation ne s’annonce pas simple. La FFCC tient à cette association « forte en licences – la plus forte de la fédé – et quand on va négocier les subventions au ministère, il vaut mieux être nombreux », dixit Henri Itier. Affaire à suivre…

Samedi donc, le bureau de l’AGNS a présenté les comptes rendus de l’année écoulée, en présence de Mme Arnoud, adjointe de Claude Arnaud, qui a souligné : « la mairie défend les traditions camarguaises, notamment auprès des enfants et des nouveaux arrivants ».


Comptes rendus moral et financier : Nicolas Reynes, secrétaire, a listé le travail de l’assoc.  avec la participation à 6 comités directeurs, 8 réunions de bureau, 4 commissions administratives, 1 commission médicale, 1 commission des finances, 1 commission appel discipline et, hors FFCC, réunions en préfecture (sécurité spectacles de rue), participation au dossier Unesco, à la réunion de l’ACTO, aux Vaches cocardières, sans compter les homologations des torils et les sempiternelles discussions avec les assurances, ainsi que les réunions du bureau tous les mois.  Un concours de ferrades a aussi eu lieu à Méjanes avec une bonne fréquentation. « Une activité soutenue » a souligné Serge Evesque et c’est le moins que l’on puisse dire de ces bénévoles motivés et toujours sur la brèche.
Rapport accepté tout comme celui de Jean-Marie Domenech, trésorier, présentant un solde créditeur au 31 décembre 2010, de 10 720,73€.

Postes renouvelables au bureau :
Démissionnaire : Isabelle Munier. Réélus Jean-Louis Vaquette et Nicolas Reynes, nouveaux membres Sébastien Vidal et Thérèse Aigouy.

Réflexions autour des assurances
Les tarifs sont en augmentation mais les sinistres et leur gravité en baisse en 2010 ; Serge Evesque rappelle que « la licence sportive assure la responsabilité civile, des options sont aussi proposées ». Un constat : « des dossiers sont en instance, les gens sont de plus en plus pointilleux, les demandes d’indemnisations de plus en plus chères. Et personne ne veut payer ».
Pour André Turquay (FFCC) : «  le contrat Axa est raisonnable dans l’ensemble. Les assurances des clubs taurins n’ont pas augmenté, les gardians sont davantage une catégorie à risque. Le cavalier licencié exerce son sport chez le manadier, un non licencié pourrait être considéré comme travailleur non déclaré ».
Serge Evesque restant persuadé
« qu’entre 10 et 15% des cavaliers ne sont pas assurés du tout ». Il craint « la menace sur les abrivado » et constate « plus on sécurise plus il y a d’accidents. Aujourd’hui pour aller dans les parcours fermés, les cavaliers sont mons qualifiés. On a banalisé les taureaux d’abrivado… mais ils peuvent faire très mal ».
Henri Itier estime que « si Axa nous lâche, il n’y a plus personne. La Charte de bonne conduite est citée régulièrement par les avocats ». Il souligne «  le bien fondé de la licence fédérale ».

Dossier UNESCO
Ce dossier n’a pas été retenu en 2009 et sera représenté en 2011. L’AGNS participe au comité de pilotage. Henri Itier soutient que « l’inscription au patrimoine immatériel de l’humanité pourrait servir de bouclier face aux attaques et susciter la curiosité auprès d’un public un peu plus large ».

Après quelques questions dans l’assemblée, le président invitait les participants à l’apéritif offert par les partenaires la Société Ricard et la cave de Gallician.

Martine ALIAGA

Les commentaires sont fermés.