Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/03/2011

A LIRE : LE TAUREAU ET LA FETE

Alain Laborieux planche sur le XIXe siècle

RETOUR AUX SOURCES AVEC
"UNA COURSA DE BIOOUS"

le taureau et la fËte au xixe siecle en languedoc,alain laborieux,courses camarguaisesAvec “Des siècles de bouvine" l’auteur Lansarguois Alain Laborieux avait offert une couverture grand format de la course camarguaise et de son évolution. Dans ce nouvel ouvrage “Le taureau et la fête”, c’est plus précisément le XIXe siècle en Languedoc qui est dépeint. Prenant appui sur un poème en quatre chants de Germain Encontre, érudit marsillarguois, Alain Laborieux après avoir situé politiquement, géographiquement et socialement la période, dissèque la culture du taureau au centre des sociétés villageoises. Le texte en languedocien de Germain Encontre - traduit en vis à vis - plonge le lecteur dans un récit truculent et jubilatoire à la poursuite des taureaux en pays, sur les routes, dans le rond de charrettes, etc. Les exploits de Jeanot, le benêt et son défaillant “Rossinante” pimentant l’affaire.
A Marsillargues bien sûr mais aussi à Aimargues, Lunel, Vergèze, etc. qualifiées de «ville turbulentes» où les fêtes émaillées de bagarres troublaient souvent l’ordre établi. Ceci expliquant les nombreuses interdictions des courses de taureaux, prétextes à la circulation des idées politiques et sociales. A une époque où la langue d’Oc «perd chaque jour de sa valeur» au profit du français.

La fête, les conscrits, les gardians, le cheval Camargue, la course, les raseteurs... la vie, Germain Encontre livre une fresque un tantinet rabelaisienne, Alain Laborieux borne de références mais garde la plume légère et le verbe facétieux... A la découverte d’un autre temps, “Le taureau et la fête” se déguste presque comme un roman.

 


Martine ALIAGA


“Le taureau et la fête au XIXe siècle en Languedoc” d’Alain Laborieux avec une traduction du poème de Germain Encontre “Une coursa de biôous” (1839). Editions Gaussen. 20€.

Les commentaires sont fermés.