Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/06/2011

VENDARGUES *AS*

Dimanche 5 juin 2011

LA MULETA PASSE A TRAVERS LES ORAGES

Les bénévoles du CT La Muleta ont bossé comme des forçats pour que la piste reste en état et que la course phare du 90e anniversaire puisse avoir lieu. Ils ont été récompensés. Vendargues a été la seule course du week-end a avoir lieu. Sous le soleil, les arènes se sont remplies. La course n'a pas été extraordinaire mais, sevré de biou par la météo, le public n'a pas boudé son plaisir. Et puis, c'était le retour de Sabri... Sobre en première partie, le Vendarguois a retrouvé rapidement ses marques. Honoré à la remise des prix - avec Chekade, meilleur raseteur, et Cuillé pour Renoir - le raseteur avait les yeux brillants de plaisir. Il l'a annoncé, il faudra compter sur lui à la Cocarde d'Or.

Martine ALIAGA
Photos Christian ITIER


BLOGVENKHECKADE.jpg

▲ Chekade et Gallicianais de Briaux (3e)

blogvendallou.jpg

▲ Allouani et Gallicianais

BLOGVENDTRAVAUX.jpg

▲ Ils avaient bâché la piste, drainé, travaillé comme des forçats...
La récompense était au bout, les arènes pleines.

BLOGVENABRIVA.jpg

▲ Tout a commencé et fini par les abrivado et bandido.
Ici l'arrivée des pelots.

*************************************

vebndargues,as,sabri allouani,chekade,courses camarguaises

Pour le coup il n'était pas venu pour rien, Renoir...
Les cornes en faucille pour choper le raseteur
dans un coup de barrière violent.

LA COURSE : de ce qui aurait dû être un après-midi totalement dédié à la fête, les raseteurs sont passés à côté. Et il est vrai que les taureaux au comportement dans l'ensemble brouillon n'aidaient pas. Mais après avoir subi cinq jours de pluie, les cocardiers n'étaient pas dans le coup, on peut comprendre. En revanche, les blancs auraient dû profiter des arènes pleines pour régaler ce public fidèle et récompenser les organisateurs qui se sont démultipliés pour assurer la course. Il parait que les points mettent la pression sur les taureaux. En ce dimanche, ce n'était pas le cas puisque Vendargues course unique, la compétition était écartée. Seul Chekade, dans son style entreprenant, fait passer l'émotion, Auzolle par moments, Allouani pour son retour.

A la capelado : Allouani, Auzolle, Ayme, Oufil (se retire au 3e), Chekade, Outarka à droite; Poujol, Ouffe, N. Benafitou, Errik à gauche. Tourneurs : G. Rado, Kerfouche, Dunan, C. Galibert, Labrousse.

Caïman de Margé est remuant mais combattif. Il laisse parfois passer et ainsi ne subit pas trop la pression. Se cabre sur Allouani, Auzolle, Chekade pour 7 minutes et deux Carmen.
Mascarat de Bon : un quart-d'heure de sauts dans les deux sens.
Gallicianais de Briaux sort avec une fougue qui fait espérer le meilleur. Làs ! Deux rasets meurtriers lui coupent les pattes. Alors que les blancs auraient pu profiter de sa bonne volonté et de son brio, les sollicitations trop denses et peu franches ont raison de ce fonceur spectaculaire. Aux ficelles, avec un peu plus d'air, il retrouve sa hargne pour une super action où Chekade l'embarque puis sur Allouani. Mais blessé à l'oeil (juste une coupure au-dessus nous a rassurés Claude Briaux) et sa prestation est écourtée à la 9e. 3 Carmen.

Périclès de Nicollin est le seul à tenir la dragée haute aux blancs. Il baroule mais quand il se place, c'est avec du jus qu'il participe. Ses grandes banes dissuasives force les hommes à l'application. Il catapulte Chekade tête la première dans le burladero. Beaux cites d'Auzolle, Poujol, Allouani. Errik essaie, Ayme, Ouffe pour des séries endiablées sur lesquelles il conclut parfois sévèrement. Maître de ses ficelles, Péricès rentre avec les honneurs plus 3 Carmen en course.
Renoir de Cuillé fait du large sans se fixer et ne favorise pas les beaux gestes. C'est la pagaille dans les rangs des crocheteurs. Une fois placé, aux ficelles, ses ripostes sont plus convaincantes, grosse anticipation sur Auzolle, explosion après Chekade, méchante agression sur Allouani. Pas très coopératif avec les gauchers, il sauve une ficelle. 3 Carmen.
Jivago de Blatière-Bessac se montre coureur, sauteur. Les blancs rasètent "à la raspaille" mais comment faire avec Jivago qui ne suit pas ? S'engouffre violemment après Ayme aux planches, tape avec méchanceté après Chekade, Poujol et termine par un coup de barrière terrible sur Auzolle tandis qu'Ayme lui pique sa 2e ficelle. 3 Carmen.
Icare (Paulin-Niquet), après quelques minutes insignifiantes, s'envoie aux planches sur un beau raset d'Ouffe. Tout feu tout flamme, mais brouillon - l'image des blancs - il n'arrive pas à canaliser son trop plein d'énergie. Il n'en fait qu'à sa tête et passe trop de temps en contre-piste.

Les prix du jour pour Chekade, Renoir et un cadeau à Allouani pour son retour en piste.

M. A.

******************************



Les commentaires sont fermés.