Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/09/2011

LES ADIEUX GRAULENS DE NICOLAS NOGUERA

Vendredi 16 septembre 2011

 
le grau-du-roi,les adieux graulens de nicolas noguera,courses camarguaisesIl y a les grandes courses avec leur âpreté, leur tension, leur adrénaline, il y a les courses qui s’étirent en longueur sous la chaleur des mois d’été, et puis il y a aussi des moments rares où l’émotion domine et où le public communie avec ses hommes en blanc. Vendredi dernier, au Grau-du-Roi, les spectateurs (3/4 d’arène, certes c’était gratuit, mais quand même) ont vécu ce moment de grâce avec Nicolas Noguera qui faisait là ses adieux à la piste graulène. Pas de grand tralala mais des témoignages lus en piste par des raseteurs soudain timides comme des ados. Des phrases fortes symboliquement, disant l’espoir ou le vécu face aux taureaux. Célébration de l’amitié, du trajet tracé par les aînés, la peur de la corne, la solitude face à la blessure, l’immense fierté de porter la tenue, le plaisir quand le public est satisfait, les doutes, les difficultés, les peines.
le grau-du-roi,les adieux graulens de nicolas noguera,courses camarguaisesDe grands sourires aux lèvres... et des larmes aux yeux de Nicolas. Pas si facile de tirer un trait. Des honneurs simples et sincères dans cette arène comme un coeur qui bat, dixit l'organisateur Daniel Siméon qui avait eu la bonne idée d’y associer Bari Khaled (▼ photo ci-dessous) lui aussi postulant à la retraite. Deux raseteurs qui ont marqué leur passage par un respect total du public et des taureaux.
En piste outre Nicolas et Khaled (Et Frédéric Jockin le copain de toujours, blessé mais présent (► photo), Cano, Jourdan, Toureau, les frères Benafitou, Errik, Oleskevich, Martin-Cocher et les tourneurs Sagnier et Sanchez pour une course mixte (taureaux, vache, étalon, taureaux jeunes), agréable et variée. Les hommes ont partagé de bons moments de connivence avec un public largement acquis à la cause. Carmen !
Hussard de Lagarde a affiché une belle présence dans les séries. Idéal par sa vaillance, Ibis de Félix a permis des échanges brillants et de longues trajectoires sincères. Fougueux et rageur, le N.517 de Saumade a fait travailler les “areneros“ du Grau, champions du monde du “changer-de-planche-à-toute-vitesse”. Très cocardier, le tau Gallicianais de Briaux raccompagne les blancs de toute sa puissance et du coup, il n’est pas étouffé de rasets. Mais au retour au toril, avec un gland, il fait sa star et malgré une manade de simbeu et une vache, c’est au lasso qu’il réintègre.
le grau-du-roi,les adieux graulens de nicolas noguera,courses camarguaisesUn brave Mistral du Galoubet qui se livre benoîtement puis Cabidoule de Nicollin. Ah la vache ! Elle se donne de tout son cœur flirtant avec les planches jusqu’à taper droit devant.
Quant au N.835 de Cuillé, c’est par deux envolées monumentales que le tau signe sa prestation. Errik et Jourdan se retrouvant “esquichés“ en haut des tubes. Et pour un final en fanfare, Lou Verri de Saint-Pierre, avec une belle envie, conclut barricadièrement à chaque action.
Pour Nicolas et Khaled c’est l’heure du dernier raset. Dans l'arène, les coeurs ont battu... pour eux !


Texte et photo
MARTINE ALIAGA

le grau-du-roi,les adieux graulens de nicolas noguera,courses camarguaises

**********************************************

Les commentaires sont fermés.