Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/09/2011

CHATEAURENARD *FINALE DE L'AVENIR*

Dimanche 02 Octobre 2011 CHATEAURENARD

Direction Chateaurenard où ont rendez-vous les espoirs du crochet. Les voici en présentation dans l’ordre du classement.

Leader malgré plus d’un mois d’arrêt, Boris SANCHIS (21 ans, 571 points, Beaucaire) effectue une saison remarquable avec le gland d’or et la cocarde d’argent. Droitier courageux et loyal, il décrit des courbes toujours à l’avantage des cocardiers. Dimanche, son talent devrait éclabousser la piste.

Talentueux gaucher, Jérémy ALIAGA (23 ans, 517 points, Villeneuve les Maguelone) est très apprécié du public. Son raset élégant avantage toujours ses adversaires. Un arrêt d’un mois a coupé un peu son élan au plus fort de la saison le privant de la victoire finale mais il a toutes les qualités requises pour le niveau supérieur.

Longtemps premier, Maxime FAVIER (21 ans, 476,5 points Salin de Giraud) est toujours dans les cornes mais paye de sa personne. C’est un combattant qui tire les courses et donne du rythme. Après un gros coup de corne à la cuisse, il revient plus volontaire que jamais.

Travailleur, Radouane ERRIK (24 ans, 474,5 points Marsillargues) est expérimenté. Il est facile, technique et possède une bonne main. Un raseteur qui ne ménage jamais sa peine.

On n’attendait pas à ce niveau Guillaume CANO (23 ans, 431,5 points Marsillargues) qui prouve qu’il faut compter avec lui. Auteur d’une saison régulière, c’est un élément de valeur qui sait faire briller les taureaux.

Vainqueur de la cerise d’or, Romain BRUSCHET (25 ans, 392 points Redessan) droitier émérite fait une saison constante. Il s’inscrit dans une lignée de bon raseteurs et progresse.

Petit par la taille mais grand par le talent, Jérôme MARTIN (21 ans, 380 points Redessan) est un gaucher souvent infatigable. Malgré ses moyens physiques, il compense par une volonté de fer. De plus son caractère calme et posé en fait un raseteur très attachant.

Damien MARTINEZ (24 ans, 356,5 points Istres) rasète proprement. Après un départ canon, il marque un peu le pas mais c’est une valeur sure de la compétition qui sait faire les efforts.

Loïc ALARCON (23 ans, 333 points Arles) est un gaucher téméraire, parfois un peu kamikaze, doté d’un gros potentiel physique et d’une bonne connaissance des taureaux. C’est un animateur précieux. Généreux,

Jean-Henri OUDJIT (21 ans, 322,5 points Portiragnes) s’est rapidement mis au diapason et accède pour sa première saison à la finale. Il est capable de contribuer à la réussite de la journée.

Première saison aussi pour Lucas FAURE (20 ans, 255,5 points Gimeaux) qui étonne course après course et termine en boulet de canon. Certainement la meilleure progression. Il faudra compter sur lui la saison prochaine.

Gravement blessé par Garlan en 2009, Mathieu SCHULLER (25 ans, 254 points Baillargues) revient dans la lumière. A force de courage et tempérament, il vient de démontrer dernièrement avec les As aux Grau du Roi qu’il a franchi un pallié. Toute cette jeunesse a-t-elle l’étoffe des futurs grands ? L’Avenir nous le dira dimanche……

Eric AUPHAN

SAINT MARTIN DE CRAU *LES COCARDIERS*

LES COCARDIERS DE LA FINALE DU TROPHEE DES RASETEURS 2011

Une affiche alléchante digne du soixantième anniversaire

Voici dans l’ordre de sortie les 7 cocardiers qui vont fouler le sable de la piste Saint Martinoise avec les impressions de leur pélot respectifs.

MATUTE (Saint Antoine) 12 ans, 3 sorties (13/06 et 15/08 Grau du Roi, 16/07 Chateaurenard). Le cocardier des grandes cabanes du Vaccarès a la lourde tache d’ouvrir les débats. Alexandre Clauzel confie : «Ce n’est pas un premier mais s’il est raseté en fonction de sa personnalité, il peut mettre la course sur de bons rails. Franc et plein de noblesse, il sait gérer la pression».

KÉKÉ (Agu) 7 ans, 4 sorties (11/06 Alleins, 14/07 Fos sur Mer, 13/08 Maussane, 23/08 Plan d’Orgon) Meilleur taureau à Fos face aux As, Kéké malgré son jeune âge a déjà du métier. Gérard Agu déclare : «Finaliste des ligues a 4 ans, il a mûri très tôt et beaucoup progressé. Son anticipation à droite est fulgurante et son placement lui permet de se faire respecter».

VERDIER (Saumade) 7 ans, 6 sorties (24/04 Les Saintes, 02/06 Alès, 14/07 Lansargues, 28/07 Beaucaire, 19/08 Vauvert, 11/09 Grau du Roi) Avec la moitié des courses aux As, le bioù du mas de la grande abbaye est déjà une valeur sure. Magali assure : «Barricadier méchant, il faut le raseter dans son terrain et aller le chercher. Habitué aux grandes pistes il a fait une belle palme d’or et devrait tenir son rang».

INDIEN (Cuillé) 8 ans, 4 sorties (10/04 Vauvert, 22/05 et 17/08 Lansargues, 22/07 Vendargues) L’espoir de la tribu de Générac est un sérieux adversaire capable de déterrer la hache de guerre. Pierre fonde beaucoup d’espoirs : «J’ai été agréablement surpris par sa première course. Il s’est aguerri au combat, anticipe, saute après l’homme et crée le danger. Il pourrait bien devenir la prochaine vedette de la royale». Méfiance car a Vendargues il avait blessé Allouani à la cuisse.

VÉRAN (Allard) 9 ans, 4 sorties (20/03 St Martin de Crau, 10/07 Méjanes 09/08 Montfrin, 28/08 Fontvieille). Blessé en début de saison suite à un gros choc, Véran s’est admirablement repris après 2 mois ½ de repos. Guy est confiant : «Il s’exprime mieux à gauche mais avec un bon placement, il emboîte et sait aller au bout». Meilleur cocardier de la saison à Montfrin et à la finale du crochet d’argent à Fontvieille, il a de sérieux atouts.

PRINCE (Albert Chapelle) 8 ans - 6 sorties (16/04 St Rémy, 08/05 Mouriès, 12/06 Eyragues, 03/07 Montfrin, 11/08 Mauguio, 15/09 Grau du Roi). Barricadier, explosif le petit prince du mas de Pernes est en pleine forme. Florent Lupi révèle : «Prince refuse rarement le combat et a une excellente tenue de piste. Il change de terrain après 4 ou 5 rasets et ne se laisse pas enfermer. Il confirme de course en course et sa dernière au Grau du Roi a été excellente face au meilleurs raseteurs». Un sérieux candidat.

ESTRELLOUN (Caillan) 9 ans, 06 sorties (20/03 Mauguio, 10/04 Chateaurenard, 08/05 Mouriès, 11/06 Grau du Roi, 17/07 Saint-Andiol, 16/08 Mauguio). Puissant barricadier, l’étoile de la manade Caillan devrait briller dans une piste qu’il connaît bien. François espère : «Cocardier et surtout barricadier, Estreloun est difficile pour les gauchers grâce a sa grosse anticipation. Son agressivité s’exprime dans la bourre et il devrait bien terminer».Vainqueur d’une quinzaine de trophées, dont les olives vertes en 2010, il peut s’imposer.....

Eric AUPHAN

PROGRAMME DES COURSES DU 30 SEPTEMBRE AU 6 OCTOBRE ET CLASSEMENTS DES RASETEURS POUR LES FINALES

 

programme des courses du 30 septembre au 6 octobre,classement des raseteurs pour les finales,courses camarguaises

 
COURSES DE LIGUE

 
MERCREDI 5 OCTOBRE

LES SAINTES-MARIES-DE-LA-MER : 14 h 30, gratuit, PNRC, dél. Blanc. Course de tau Marcel-Mailhan. Navarro N.837. Saint-Antoine N.800. Crémier N.805. Pagès N.811. Mogador N.807. Ricard N.880. Lafon N.842. Paulin N.829. Quet N.835. Chauvet N.801. Raseteurs : Anane, Bousanquet, Boyer, Faure, Gaillardet, J. Garcia, Pinter, Roig, Sabot, C. Dengerma, Servière, Zéroual. Tourneurs : Patou, Joseph.

 

FINALES CLASSEMENT DES RASETEURS AVANT LES FINALES
A la demande de l’Association des Raseteurs et en accord avec le Trophée Taurin, il a été décidé en début de saison de ne retenir, de façon expérimentale, que les meilleures courses des raseteurs dans les trois catégories : 30 aux As, 50 à l’Avenir, 15 au groupe 2 (Raseteurs). Le but était d’éviter entre autres la pression sur les taureaux pour les courses en semaine.
Finalement, cela ne change pas grand chose au résultat final. Pour information, ont dépassé le quota : aux As, Adil Benafitou avec 38 courses ; Chekade avec 36, Loïc Auzolle et Bastien Four avec 35, Mathieu Marquier et Julien Ouffe, 33 ; Moutet 31. A l’Avenir, seulement Jérôme Martin avec 57, Jérémy Aliaga 52 et Boris Sanchis 51 sont concernés. Enfin chez les Raseteurs, Jérémy Lafare 24, Marc Sanchez et Jacques Estevan 22, Frédéric Jockin et Olivier Ruiz 20, Rodolphe Roux 19.
Après déduction des points, le classement final, publié ci-contre, fait référence pour l’accession à la piste des raseteurs pour les trois finales.
En cas de défection, les entrées en piste se feront dans l’ordre de ce classement.


Trophée des As - Gr.1

1. AUZOLLE Loïc (D) 370
2. FOUR Bastien (G) 319
3. CHEKHADE Amine (D) 297
4. MARQUIER Mathieu (D) 286
5. OUFFE Julien (G) 270,5
6. AYME Anthony (D) 260
7. BENAFITOU Adil (G) 256
8. VILLARD Benjamin (D) 222
9. POUJOL Hadrien (G) 218
10. MARTIN-COCHER (G) 166,5
11. ALLOUANI Sabri (D) 161
12. MOUTET Damien (D) 148,5
13. REY Julien (D) 143
14. MATRAY Mickaël (D) 133
15. OUTARKA Lahcéne (D) 116,5
16. OUFDIL Icham (D) 107,5
17. CLARION Chris. (G) 96,5
18. GROS Romain (D) 92
19. SABATIER David (D) 74
20. BENAFITOU Nabil (G) 41
21. SABDE Freddy (G) 34
22. FERRIOL Joffrey (G) 31,5
23. FOUGERE Dimitri (D) 26,5
24. GLEIZE Alexandre (D) 24,5
25. CHIG Mohammed (D) 18
26. BARI Khaled (G) 15
27. OLESKEVICH N. (G) 13,5
28. MAUREL David (D) 9
29. VIOLET Nicolas (D) 8
30. MARTINEZ Gaëtan (G) 6,5
31. MASCARIN Romain (D) 2


Trophée des Raseteurs - Gr.2

1. LAFARE Jérémy (G) 198
2. JOCKIN Frédéric (D) 189
3. SANCHEZ Marc (G) 179
4. RUIZ Olivier (G) 132
5. JOURDAN Victor (D) 128
6. ROUX Rodolphe (D) 125
7. VALETTE Benjamin (D) 116
8. MONDY Romain (D) 111
9. GUIN Romain (G) 108
10. RICCI Jean-Louis (G) 104
11. ESTEVAN Jacques (D) 100
12. FADLI Hicham (G) 96
13. MOINE David (D) 87
14. MONDY Thomas (G) 82
15. TOUREAU Tommy (D) 80
16. BEAUJARD Eric (D) 79
17. GRAMMATICO Fabien (D) 66
18. BONHOMME Arnaud (D) 59
19. CARTALADE Kevin (G) 42
20. MEBAREK Sidi (G) 36
21. PEREZ Guillaume (G) 35
22. CANALES Damien (D) 34
23. MIRALLES Cédric (D) 31
24. NOGUERA Nicolas (D) 28
25. GUYON Rémi (D) 25
26. TORTEL Nicolas (G) 24
27. GARCIA Cyril (D) 22
28. THIERRY Patrice (G) 20
29. CASTEL Cyril (D) 17
29. MOULIN J.-F. (D) 17
31. SALINESI Sylvain (D) 14
32. SOLERA Raphaël (G) 10
33. ZUCCHELLI Christophe (D) 8
34. DUMONT Thomas (D) 6
35. FARGIER Stéphane (G) 5
36. DESLYS Jérôme (G) 3
36. PEREZ Arnaud (D) 3
38. PINOT Jérôme (D) 2


Trophée de l’Avenir - Gr.3

1. SANCHIS Boris (D) 571
2. ALIAGA Jérémy (G) 517
3. FAVIER Maxime (G) 476,5
4. ERRIK Radouane (G) 474,5
5. CANO Guillaume (D) 431,5
6. BRUSCHET R. (D) 392
7. MARTIN Jérôme (G) 380
8. MARTINEZ Damien (D) 356,5
9. ALARCON Loïc (G) 333
10. OUDJIT Jean-Henri (D) 322,5
11. FAURE Lucas (D) 255,5
12. SCHULLER Mat. (D) 254
13. ALLAM Fayssal (G) 205
14. CHARNELET M. (D) 194,5
15. BENOIT Benjamin (D) 193
16. EL HAJJOUJI Fouad (G) 181
17. GAUTIER Anthony (D) 173,5
18. GRANIER J.-Baptiste (D) 138
19. COULOMB Florian (G) 113
19. IMBERT Cyril (D) 101
21. BENAFITOU Ilias (D) 78,5
22. RASSIR Sofiane (G) 69
23. GOUGEON Mickaël (G) 64
24. CAIZERGUES Kévin (D) 59,5
25. LAURENT J.-Michel (D) 53
26. DOUVILLE Thibaud (D) 29
27. SANTELLI Mickaël (D) 27
28. PAPARONE Nicolas (D) 18
29. BOURNEL Marc (D) 15
30. GARCIA Ludovic (G) 14
30. PLAZA Folco (D) 14
32. MARQUIS Kévin (G) 12

 

29/09/2011

SAINT REMY DE PROVENCE *TAU D'OR*

Mardi 29 Septembre 2011

LA JOLIE DONATION DE NOTAIRE...

 St Rémy 27 09 048.jpg

▲ Notaire (Cuillé) et Benjamin Villard les deux vainqueurs de la journée

Entrée: Plein Organisateur: Comité des fêtes Présidence: P Gibert Droitiers: Sabatier, Sanchis, Villard. Gauchers: Errik, Favier, Martin, Poujol. Tourneurs: Baccou, Cuallado, G et P Rado.

Le plein sur les gradins et une ola avant que ne débute le 23ème Taù d’Or. Capélado agrémentée par la péna la Gardounenque, les arlésiennes, la demoiselle de St Rémy et les gardians dans une charrette d’où ils descendent un à un devise à la main. En piste Villard et Sanchis sont les plus assidus, Poujol sert des rasets de choix et les autres épaulent bien le trio. Notaire remporte le Taù d’or, Vauban vainqueur 2010 est Taù d’argent, Juvenal remporte lui le Taù de Bronze. Gardoun et Chacha auraient pu également se couvrir de bronze. A la remise des prix Benjamin Cuillé offre son bouquet à Henri Laurent pour un petit moment d’émotion pour les deux acteurs.

LE FISSOU (Michel) saute, resaute et s’éternise en contre piste. Un jour sans envie et une désagréable sensation à son retour au toril sous les sifflets. Sélectionné, il doit avoir des qualités non révélées ce jour. GALOPIN (Fabre-Mailhan) accepte les séries cornes aux planches puis saute seul. Du moral et des actions dont un saut après Poujol mais il saute et finit moins bien en restant en contre piste. 3 Carmen et rentrée. Volontaire CHACHA (Thibaud) danse avec les blancs mais physiquement à du mal même s’il se chauffe au fil des minutes avec deux coups de butoirs après Villard et Poujol et un saut derrière Sanchis. Il se livre neuf minutes mais termine éprouvé. 6 Carmen et retour. Avec un sens du placement aiguisé, NOTAIRE (Cuillé) fait donation de sa fougue après Villard Poujol et Sanchis qui le mettent en valeur. Cocarde 200€ pour Poujol avec une belle série. De l’agressivité aux planches et une combativité qui lui permet de se couvrir d’or. 10 Carmen et rentrée.

Sans être une forteresse, VAUBAN (Blanc) a des dispositions pour s’envoyer au delà des planches après les hommes et notamment Poujol qui le fait briller couleur argent. Un placement pas dénué d’intérêt et une bonne maîtrise du combat. 6 Carmen et retour. Vif, GARDOUN (Lautier) sort avec du pétard. Rapide on ne se bouscule pas. Le taureau manque de pression mais frappe ou saute après les téméraires du jour. Excellent dans sa tenue de piste il a un bon potentiel et aurait pu rentrer dans les prix. 6 Carmen et retour. Leste, JUVENAL (Nicollin) frappe sur Errik et lui aussi ne rechigne pas à sauter après les hommes. Méchant et à la recherche de la faute il la trouve quand il déshabille Rado en contre piste. Heureusement Patrice retombe en piste le visage en sang, la tenue en lambeaux mais indemne. Par la suite il saute un peu à côté et semble moins concerné. Pourtant il finit en bronze. 4 Carmen et rentrée. CAÏFFA (St Pierre) est volontaire et peut percuter aux planches mais s’il ne rechigne par à l’effort il manque de punch. Beaucoup de Carmen avec les blancs qui jouent le jeu et l’attendent pour le faire briller mais le soufflet est retombé

St Rémy 27 09 097.jpg

▲ Vauban (Blanc) Taù d'argent sur Poujol

▼ Juvenal (Nicollin) Taù de Bronze frappe après Errik

St Rémy 27 09 130.jpg

Texte et photo Eric AUPHAN

25/09/2011

MONTFRIN *AVENIR-

Dimanche 25 Septembre 2011

ESCAMILLO SOUS LE CHARME DE CARMEN

 Montfrin 25 09 151.jpg

▲ Escamillo (Raynaud) à la poursuite de Jérémy Aliaga

 

Entrée: ¾ Organisateur: CT Lou Pougaou Présidence: A Laget Droitiers: Estevan, Faure, Grammatico, Laurent, Sanchis. Gauchers: Aliaga, El Hajjouji, Marquis. Tourneurs: Grando, Patou, P Rado.

Même si la première partie est un peu poussive, on sort satisfait du petit plan Montfrinois avec une deuxième partie rehaussée par les grandes actions de Napoléon, la combativité de Rocio et la hargne du brutal Escamillo. Chez les tenues blanches, Aliaga, Faure et Sanchis sont les moteurs du jour bien secondés par Estevan, Fouad et Laurent. Marquis est plus effacé. Présidence impeccable d’Aurélien Laget.

Volontaire, CHENEBIER (Cavallini) est rapidement délesté des ses rubans et une ficelle pleine par Faure en moins de trois minutes. Il frappe après Sanchis mais réintègre le toril en silence au terme de sept minutes poussives. 1 Carmen. Vaillant, BRACO (Saumade) répond à toutes les sollicitations et se dresse sur Faure. Franc, les hommes utilisent ses bonnes dispositions en un peu moins de huit minutes et sans difficultés. 3 Carmen et retour. Dans sa quête du Graal, PERCEVAL (Nicollin) s’aide d’un coup de tête tout en se tenant près des planches. Il saute après Grammatico et passe la tête sur Aliaga. Combatif il concède sa première ficelle à une minute du terme et conserve la seconde en musique jouée à trois reprises.

Craint, NAPOLEON (Blatière-Bessac) se dresse d’entrée sur Sanchis, brise une planche après Aliaga et enferme Faure. Le ton est donné car il décolle aussi derrière Faure dans un début tonique. Quelques fautes de placement mais il va chercher Fouad haut sur le tube du mur d’enceinte et percute Laurent aux barrières. Il conserve ses ficelles et termine par un saut après le courageux Aliaga. 5 Carmen et retour après une course agrémentée d’actions d’éclat. Rugueux, ROCCIO (Daumas) sort avec du jus, coupe le terrain et passe le poitrail sur les planches après les droitiers. Bris de planche sur Grammatico, actions sur Faure et Estevan (2) qui s’offre la cocarde puis le premier gland sous l’ovation. Sur Sanchis il percute puissamment et passe la moitié du corps en contre piste. Il laisse des forces dans la bataille et accuse le coup sur la fin mais conserve un gland. 4 Carmen et rentrée. Surpris aux rubans en moins de deux, ESCAMILLO (Raynaud) gomme ses erreurs aux ficelles. Attentif, il enferme Sanchis puis Aliaga. Bien positionné il a la rage au bout des cornes jusqu’à s’en casser une partie. Il appuie ses actions sur Aliaga et Faure ses principaux adversaires. Raccompagné au-delà des planches, Faure bascule dans le burladéro au terme d’une poursuite meurtrière. Il brise encore les planches sur Aliaga qui sert des rasets de grande classe. Le taureau sans une pression excessive démontre une agressivité manifeste et rentre ses ficelles. 8 Carmen et retour. SIXSOUS (St-Pierre) met du cœur dans les séries et percute une paire de fois aux planches. Peu ménagé il subit pour l’attribution de sa première ficelle qui tombe dans le crochet d’Aliaga. Il termine de façon plaisante mais après la prestation d’Escamillo c’est compliqué. 7 Carmen et rentrée.

Montfrin 25 09 029.jpg

▲ Perceval (Nicollin) pointe la corne sur Aliaga.

*************************************************************

▼ L'immense action de Napoléon (Blatière) sur Fouad El Hajjouji

Montfrin 25 09 071.jpg

Montfrin 25 09 072.jpg

Montfrin 25 09 073.jpg

Montfrin 25 09 075.jpg

Texte et photos Eric AUPHAN

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

 

 Dimanche 25 septembre 2011 - Finale du Trophée Albert-Dubout

 SPARAGUS LE MEILLEUR... AMADEUS LE PRIX ?

 

palavas-les-flots,finale du trophée albert-dubout,feria d'automne de palavas,courses camarguaises
SPARAGUS surclasse ses adversaires, comme ici avec A. Ayme

 

Entrée : demi-arène. Organisateur : CT Fiesta y Toro. Présidence : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani (sort au 5e), Auzolle, Ayme, Chekade, Outarka. Gauchers : A. Benafitou, N. Benafitou, Ouffe. Tourneurs : Benzegh, Bensalah, Bruno, Dunan, Kerfouche.


palavas-les-flots,finale du trophée albert-dubout,feria d'automne de palavas,courses camarguaisesPlutôt monotone cette finale du trophée Albert-Dubout. Avec des hommes timorés (plusieurs broncas), sauf Adil Benafitou et Amine Chekade et des cocardiers pas toujours au top, hormis Sparagus le plus cocardier et le plus complet du jour et Amadeus complexe, l’après-midi ne fut guère réjouissant. Le palmarès : 1. Ayme (33 points) ; 2. Auzolle (32) ; Adil Benafitou (27). Meilleur taureau de la saison : Guépard (Cuillé) ; de la journée : Amadeus (Lautier). A noter la bonne présidence de J. Valentin qui prime et octoie les Carmen à bon escient.

Petit Lou (Chaballier).- 14 ans et pourtant toujours cette volonté et cette faculté à mettre les hommes en danger à la barrière (Chekade, Ayme). 8 minutes très agréables 5 fois récompensées.
Saint-Gillois (Les Baumelles).- Franc, il se livre avec bravoure et cède très vite ses principaux attributs. Toujours sur le même tempo, il parvient à tenir 8 minutes.
Mollières (Cuillé).- Généreux, parfois brillant, il impose petit à petit sa façon de jouer. De belles actions aux planches dont certaines dangereuses dans 12 minutes 5 fois honorées.
Yvan (Lou Pantaï).- Sur le premier raset digne de ce nom, il enferme Outarka (2 fois) puis se soulèvera sur Allouani (3 fois), Chekade. Ensuite, avec l’aide des raseteurs peu motivés, il se cale et sélectionne durement. Il termine par une belle action sur Outarka et rentre ses ficelles avec 5 Carmen.
Sparagus (Janin).- Comme à son habitude, il fait le ménage en jouant de sa rapidité et de ses déplacements. Aux ficelles, son placement fait réfléchir les blancs, et sur Chekade, Adil Benafitou, les ripostes sont de belle facture. Sérieux et surtout volontaire, il finit par totalement s’imposer pour rentrer fièrement ses deux ficelles. 4 fois les honneurs.
Amadeus (Lautier).- Un petit gabarit, vif et disponible le temps de lui ravir cocarde et glands. Moins sollicité, mais bien positionné pour les fils jaunes, il délivre quelques séries en ayant un comportement assez irrégulier. Avec une manque de travail évident, il rentre ses ficelles et entend 6 Carmen pour un bon quart d’heure. A noter une grosse enfermée sur Chekade.
Languedocien (Briaux).- Hors points pour 10 minutes. Le biòu est franc. Mais avec un cœur énorme. Il apporte ainsi la note spectaculaire avec de gros coups dont un avec planches brisées et bascule sur Ouffe. Une ficelle au toril et des Carmen.

 


Texte et Photos Luc PERO

Trophée des As : A. Benafitou, 16 points ; Chekade, 15 ; Allouani, 9 ; Ayme, Auzolle, Ouffe, 6.

 

palavas-les-flots,finale du trophée albert-dubout,feria d'automne de palavas,courses camarguaises
AMADEUS, du bon, des lacunes, mais prend toutefois... le prix du jour ?

palavas-les-flots,finale du trophée albert-dubout,feria d'automne de palavas,courses camarguaises
Adil Benafitou le plus combatif, effectue une belle remontée pour une troisième place méritée.

palavas-les-flots,finale du trophée albert-dubout,feria d'automne de palavas,courses camarguaises
SPARAGUS tape au bois

 

palavas-les-flots,finale du trophée albert-dubout,feria d'automne de palavas,courses camarguaises
Avec SPARAGUS, Amine Chekade s'applique

 

 


 

 

24/09/2011

LE GRAU-DU-ROI *AS* FINALE DU TROPHEE DE LA MER

Samedi 24 septembre 2011

CHEKADE ET GUEPARD PRENNENT LA MER

Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : Régie municipale. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, Chekade, Outarka, Schuller. Gauchers : A. Benafitou, Martin Cocher, Ouffe, Poujol, N. Benafitou. Tourneurs : Bruno, Bensalah, Kerfouche, Dunan, G. Rado.

Pas un cru inoubliable cette finale du Trophée de la Mer mais de bons passages quand même. Un ensemble un peu brouillon manquant de conviction autant chez les raseteurs que chez les cocardiers qui laisse un goût d’inachevé.
Le palmarès : 1er. Chekade, 33 points ; 2. Allouani, 29 ; 3. Ouffe, 25. Meilleur animateur des trois courses : Mathieu Schuller. Meilleur taureau : Guépard de Cuillé. Prix spécial de l’Union des clubs taurins du Grau-du-Roi pour Valmont de Lautier, meilleur taureau de la saison 2011.
Nivo (Guillierme).- Désorienté par les nombreux cites désordonnés, il flotte mais peut fuser méchamment. Aux ficelles, il laisse passer l’orage pour trois belles ripostes sur les rasets engagés de Nabil Benafitou. 8 minutes avec des hauts et des bas. 4 Carmen et retour.
Périclès (Nicollin).- En mouvement et aidé de ses grandes cornes dissuasives, il garde ses premiers attributs 7 minutes. Petit à petit, il se tient mieux et raccompagne sèchement. La pression tombe et Périclès retrouve du caractère pour tutoyer les planches sur Chekade (3 fois), Ouffe. Pas assez travaillées, les ficelles rentrent. 4 Carmen et retour.
Tassou (Cuillé).- Abordable dans les séries qu’il honore sans s’approcher des planches, mais concluant en tête à tête pour six grosses actions tapantes (Chekade, Poujol, Allouani, A. Benafitou). Fantasque, 14’30 en dents de scie. 5 Carmen et retour.
Hébus (Agu).- Sa spécialité ? Des poursuites très serrées jusqu’au ras de la planche. Très cocardier, il ne part pas sur n’importe quel cite. Froid, sélectif, mais franc, il collabore avec autorité sur de belles longueurs où les hommes posent la main (Chekade, Outarka, Schuller, Auzolle). Les blancs démarmaillent les ficelles mais pas assez et Hébus les rentre. 5 Carmen et retour.
Rodin (Les Baumelles).- Cocardièrement positionné, Rodin fait le métier consciencieusement et met du panache dans de belles anticipations ou les allonges de Chekade, A. Benafitou, Schuller, Poujol. Se montre dangereux sur Chekade et Outarka dans une série musclée et bien accompagnée au ras des planches. Rentre fièrement une ficelle. 8 Carmen et retour.
Mithra (Vidourlenque).- Concluant aux planches dès le premier raset d’Allouani, Mithra se livre généreusement. Il traverse après Schuller et se montre pressant sur Chekade. Un peu décollé, il répond présent dans les enchaînements mais le rythme soutenu le fait succomber en 7 vaillantes minutes. 2 Carmen et retour.
Calendau (Saint-Pierre, hp pour la Mer).- S’intéresse à tout hors du pourtour et du coup se montre distrait au jeu de la piste. Mais signe plusieurs actions très barricadières (3 Carmen). Pour les blancs la course est terminée ainsi Calendau rentre ses ficelles. Musique.


MARTINE ALIAGA

23/09/2011

LA DER DE TRISTAN

Le grand cocardier de la manade Saumade s'est éteint à l'âge de 22 ans. Après une extraordinaire carrière (1992 à 2004) couronnée de deux Biou d'Or 1999 et 2001, Tristan a illustré à lui seul toutes les qualités requises de la race des combattants de Camargue. Emblématique Tristan, dominateur, fier et colérique, les images et les émotions que tu nous a données, sont à jamais gravées sur le sable des pistes et dans nos mémoires.

Chouchouté tout au long de sa retraite à la Grande Abbaye par Magali Saumade, nous avions rencontré cet illustre seigneur en 2009.

 

24 juillet 2009

A 20 ANS TRISTAN REGNE SUR LA GRANDE ABBAYE

tristan.JPG

Son nom d’origine celtique évoque, paraît-il, le tonnerre et les applaudissements, il le caractérise particulièrement. Tristan – le cocardier – a souvent fait tomber la foudre et provoqué les acclamations.
La légende raconte l’épopée d’un chevalier de la table ronde… Tristan – le nôtre – est roi de Camargue. Entre Petit-Rhône, étang et mer, visite au monarque du mas de La Grande-Abbaye.
Au loin, dans le champ, une corne dressée dépasse des hautes herbes, une queue chasse sporadiquement les mouches. Tristan étalé de tout son long profite de la fraîcheur d’un bouquet d’arbre. Nandin – 17 ans – de même… à bonne distance. «C’est pas croyable le monde qui vient le voir, s’étonne toujours Thierry Ferrand, mais quand il n’a pas envie, tu peux même pas le prendre en photo. Il a un caractère de folie, il ne s’entend qu’avec Nandin, avec les autres il se bat».
Visiblement dérangée, sa Majesté nous toise. Tête haute, banes dressées, le tour des yeux à peine blanchi, à 20 ans, Tristan n’a rien perdu de son extraordinaire beauté ni de son altière agressivité. «Il n’a jamais été facile même en pays, c’est un meneur. Très intelligent… Et il fait tout en force…» Effectivement, le superbe cocardier ne quitte pas les intrus de l’œil, agite la tête, gratte le sol et mugit… «Là il nous dit de garder la distance ».
x.jpgUne attitude qui n’est pas sans rappeler les nombreux quarts d’heures de sa longue carrière gérée au mieux par Claude Saumade. 10 ans au sommet, sans jamais rater une sortie. Deux Biòu d’Or (1999 et 2001), six participations consécutives aux finales du Trophée des As avec quatre prix du meilleur taureau à la clé et des trophées à ne plus les compter.
La presse aussi s’est enthousiasmée pour l’immense talent de Tristan. Dans Midi Libre, Jean Oddoz écrivait en 1996 après un 15 août au Grau-du-Roi titré Tout simplement "Hénaurme"!: «Toujours très bien placé, aux aguets de son seul œil gauche valide, développant une force incroyable dans chaque départ, et venant à tout coup raboter la barrière sur plusieurs mètres, le poitrail fortement engagé et la corne baladeuse, Tristan a donné le spectacle impressionnant d’un terrible puncheur cherchant constamment le coup dur. Quelle méchanceté dans ses assauts répétés! Quelle formidable catapulte lancée à toute vitesse…».
Un cocardier exceptionnel, un bonheur pour ses propriétaires. Magali Saumade se souvient et avoue avoir besoin de recul pour goûter à la joie des victoires de ses taureaux, notamment à l’ampleur de la carrière de Tristan: «Pendant le quart d’heure en piste, je ne ressens que du stress, de la souffrance, la peur que le taureau ne se fasse mal… La satisfaction ne vient qu’avec le temps… avec beaucoup de temps. Tristan, tous les jours, on le visite, on ne lui donne que le meilleur. Il passe l’hiver contre le mas où, curieux, il regarde le mouvement, le reste de l’année, il a des hectares rien que pour lui». Et Thierry Ferrand de rajouter: «C’est vrai qu’il entend un peu moins bien, et sa vue baisse déjà qu’il est borgne, mais il tient la forme. Une longévité extraordinaire après tous  les coups aux planches qu’il a donnés».

A la tombée de la nuit, comme tous les soirs, Tristan fera le tour des barrages, ira bramer aux vaches, beugler aux taureaux jeunes, histoire de leur rappeler que le roi c’est lui et qu’il est toujours là!

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO



z.jpg
Visiblement, nous avons suffisamment dérangé Sa Majesté.
O.jpg
TRISTAN le Seigneur de l'Abbaye.

***************************************

 



21/09/2011

UNE STATUE POUR BARRAIE

 

le crès,école taurine,course camarguaiseLa souscription pour ériger une statue au cocardier Barraïe à Saint-Christol suit son bonhomme de chemin. Au lundi 19 septembre 2011, 6350 € ont été transmis à la Fondation du Patrimoine ou au Club Taurin Lou Ferri, soit un peu plus de 42 % de la somme necessaire.
Le club taurin Lou Ferri remercie les donateurs et invitent les personnes qui souhaitent participer à prendre contact les organisateurs de la soucription.
Un blog dédié à la souscription est disponible à l'adresse suivante : http://unestatuepourbarraie.blogs.midilibre.com/

20/09/2011

ARAMON *FINALE DU BIOU D'ARGENT*

Samedi 17 septembre 2011


aramon,finale du biou d'argent,courses camarguaises« Ça aurait pu être mieux, y’avait les taureaux pour... », roumègue Rémi Guyon assistant le président de course. Un peu frustré peut-être le raseteur en fin de convalescence, de ne pas être en piste. Et pourtant, même s’il n’a pas tort, les commentaires sont unanimes, Aramon et sa piste retrouvent des couleurs depuis que quelques-uns (unes), jeunes volontaires bénévoles - Tophe, Rémi, etc. - ont pris les rênes du club taurin. Marc Héran, conseiller municipal, souligne d’ailleurs « le travail effectué depuis deux ans qui ramène du monde sur les gradins ».
Très remarquée aussi l’ambiance festive et bon enfant, dès le matin pour l’abrivado longue
(▲photo MALI) ou le repas au Café de la Gare (bravo les danseurs). De l’entrain dans l’organisation, une capelado et remise des prix soignées avec Les Cabidoules du Cailar, les enfants d’Aramon, la peña Los Caballeros et la manade Clément, un plateau taureaux/raseteurs relevé... Et l’an prochain, le CT Aramonais l’a annoncé, ce sera encore mieux.


LA COURSE

aramon,finale du biou d'argent,courses camarguaisesEntrée : 3/4 d'arène. Organisateur : CT Aramonais. Président Sébastien Gonfond. Raseteurs droitiers : Sanchis, Faure, Grammatico (sort au 5e). Gauchers : Aliaga, Errik, Poujol (sort au 5e), Favier, Allam, Martin. Tourneurs : Cuallado, Grando, F. Garrido, P. Rado.

Sous une chaleur orageuse, les raseteurs n'ont pas toujours donné leur chance aux cocardiers, les soumettant parfois à des rythmes étouffants. L'ensemble manque un peu de panache mais cela reste une bonne course.

Tourtoulen (Guillierme).- Agressif mais brouillon, il se signale sur Poujol, Allam, Martin. Aux ficelles, un peu plus sage, il se livre dans une longue série, fuse après Martin et conclut parfois (Faure). Intermittent, 11 miinutes, 1 Carmen et retour.

Dantes (Le Rhône).- Ramène prestement les blancs jusqu'aux planches (Poujol) pour 1'30 les pompons. Des qualités de placement et du punch dans les poursuites (Martin, 2 fois). Un taureau qui doit être allongé sur l'invite pour de belles poursuites (Aliaga, Faure, Martin). D'ailleurs, il conclut sur Faure et Martin. Défend sa 2e ficelle qu'il rentre sous une avalanche de rasets. 3 Carmen.

Pescaïre (Lagarde).- Des poursuites sèches et un positionnement au point. Conclut droit devant après Martin, enferme Favier. L'intensité retombe pour 8 minutes les glands. Petit à petit, Pescaïre gagne du terrain, envoie la corne sur Favier. Poujol allonge et Pescaïre serre Favier et Grammatico. Les ficelles rentrent en musique avec 4 Carmen et le prix du jour.

Hauturier (Fabre-Mailhan).- Il se laisse submerger aux pompons. Aux ficelles, avec un peu plus d'air, il appuie ses poursuites et utilise les angles. Se ménage un peu de répit puis se contente de hocher la tête au passage. Retrouve du punch après Errik, Sanchis, Faure (4 Carmen). Puis se laisse plumer sans broncher mais fuse dangereusement sur Faure. Rentre une ficelle en silence.

Lucifer (Lautier). - Vite fait jusqu'aux pompons. Attentif et placé, Lucifer retrouve du mordant aux ficelles. Sa rapidité autant sur les rasets d'attaque que sur les reprises le font respecter. Il ne lâche pas un pouce de terrain et se défend crânement. Très belles actions sur Sanchis et Aliaga. Et rentre une ficelle avec 4 Carmen et retour.

Pharmacien (Cuillé).- Brouillon, il prend les rasets à la volée. Aux ficelles, exploite les angles de la piste, prend un raset et se dégage; Il tire la langue mais garde sa vitesse. Les blancs sont en panne et Pharmacien tire finalement son épingle du jeu en se montrant dangereux surtout sur les droitiers. Reste maître de ses ficelles. 1 Carmen et retour.

Verdi (La Galère).- Hors points mais compte pour le Biou d'Argent. Il faut reconnaître qu'avec lui, les blancs n'ont pas raseté dans l'esprit. Pour ce jeune cocardier de 5 ans qui cherche son placement mais répond rageusement. Aux ficelles, il se jette goulument dans les séries. Bien emmené par Aliaga, monte au coup de barrière. Mais pris au vire-vire, il perd pied même s'il tape violemment sur Errik. Bien tiré, il frappe sur Faure (2 fois). Pas économisé mais une jolie prestation de 10 minutes agréables. 5 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA
Photos HERVE BERNON

aramon,finale du biou d'argent,courses camarguaises

▲ Boris Sanchis et Hauturier

▼ Jérémy Aliaga et Pescaïre

aramon,finale du biou d'argent,courses camarguaises

LES PRIX DU 43e BIOU D'ARGENT

Meilleur raseteur : Boris Sanchis, 95 points.
Meilleur cocardier : BENDOR de Ricard

A la finale, 1er Souvenir Claude-Rame
Meilleur animateur : Lucas Faure.
Meilleur cocardier : PESCAIRE de Lagarde.

********************************