Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/12/2011

VENDARGUES

14 décembre 2011

RICHARD TRAVAILLE AVEC TAMARIS

 BLOGB.jpg

Après Quignon, le cheval de trait, pour le ramassage scolaire
Tamaris fait équipe avec Richard à l'entretien des rues.

A deux pas de Montpellier, Vendargues revendique depuis toujours sa tradition taurine et équine. Notamment par l'inlassable travail du CT La Muleta et l'équipe de cavaliers de l'Association AVEEC : courses camarguaises, spectacles de rues ou en pays à l'Espace La Cadoule. Cet art de vivre à la camarguaise et plus près de la nature se retrouve dans la volonté municipale. Notamment avec des employés communaux pas ordinaires.

Dans les lotissements de Vendargues, trottine un drôle d’équipage. Richard, casquette vissée sur la tête et tenue d’employé communal, balai en main. A ses côtés, Tamaris, joli âne bâté, attendant sagement les pelletées de feuilles mortes qui rempliront les charmants paniers dont il est pourvu. « On fait équipe depuis lundi, explique Richard,  il est facile de caractère. On se découvre mais il m’est déjà attaché et me renvoie une belle affection ». Attentif, Richard surveille les bruits qui pourraient effrayer Tamaris « A part les bus, il tolère bien les mobylettes, les voitures… » Le binôme a en charge la propreté des placettes et des rues des quartiers de villas et suscite l’intérêt des habitants « Les gens et surtout les enfants sortent pour nous voir et parfois lui donnent du pain sec ».
Pour le maire de Vendargues, Pierre Dudieuzere, amateur de bouvine et de chevaux, le but est atteint : « Au-delà d’utiliser des méthodes plus écologiques, comme nous l’avons déjà fait avec « Quignon » le cheval de trait qui transporte les enfants à l’école, cela permet de tisser des liens avec les habitants et privilégier ainsi la convivialité ».

Richard, lui, cabossé par une vie compliqué, intègre ainsi une équipe de travail, retrouve un statut social et un regard sympathique de la population posé sur lui. Sans compter la responsabilité du bien être et du bien travailler de Tamaris. Entre eux la complicité est évidente : « Il est coquin, il aime attraper les sacs plastiques qui sont dans les paniers, parfois, il mange les feuilles que je mets en tas. Et quand il m’a attendu patiemment, il a droit à une petite récompense ». Mais ce que Richard préfère : « C’est quand je suis occupé et qu’il vient poser sa tête sur moi… ». Un souffle de tendresse dans ce monde difficile.

 

Texte et photo
MARTINE ALIAGA

Les commentaires sont fermés.