Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/12/2011

RASETEURS : ASSEMBLEE GENERALE

SUR LES TERRES DE GARLAN

 DISCOURS2.jpg

BLOG4.jpgLoin de la saison des courses et des tensions de la piste, les raseteurs affichent une franche camaraderie et un joyeux moral. Mais avant de faire la fête, ils ont sérieusement participé à leur assemblée générale, dernièrement, à la manade des Baumelles. Leur président Nicolas Noguera se fait le porte-parole de leurs préoccupations, après une saison débutée houleusement (au Congrès des Saintes-Maries-de-la-Mer) mais qui s’est poursuivie « tranquillement et sans souci. Je crois qu’on a bien travaillé. Ne faut-il pas un bon désordre pour un bon ordre. Les raseteurs ne sont pas les méchants et tiennent à apporter leur pierre à l’édifice ». Nicolas Noguera signale au passage leur avoir « passé un savon suite aux capelado désastreuses lors de certaines courses ».
Les propositions de l’association
Voici les principales propositions et pistes de réflexions que les raseteurs défendent.
Le système des rentrants ne convient plus ni aux raseteurs ni aux organisateurs. Ceux-ci devraient pouvoir adapter le nombre des invités à leur arène et aux taureaux qu’ils ont choisis. Aussi, tout en gardant un entrant, les organisateurs pourraient inviter - par exemple pour les pistes à huit raseteurs - cinq, six, sept, ou huit, il y aurait donc respectivement 3, 2 ou 1 entrants.
Pour les courses de Ligue et taureaux jeunes, les raseteurs verraient bien fusionner les deux catégories. La FFCC nommant 4 jeunes stagiaires par course, l’organisateur invitant 2 raseteurs confirmés, un droitier, un gaucher. Forts de leur expérience, ceux-ci encadreraient les jeunes pour leur donner conseils et confiance.
Les raseteurs ont aussi noté un nombre important de courses uniques au Trophée des As qui pose un problème d’équité pour la compétition.
Le nombre de tourneurs a aussi été évoqué. Nicolas Noguera trouve « qu’il n’est pas normal d’avoir autant de tourneurs dans une grande que dans une petite piste. On pourrait équilibrer en ôtant un tourneur d’un côté et en rajoutant un de l’autre... ». Quant à l’encocardement, « Il faudrait qu’un tourneur, un délégué et l’organisateur aillent au toril avant la course et annoncent ce qu’il en est au micro. Les spectateurs ne seraient ainsi pas pris en otage en cas de problème ».
D’autres idées seront proposées : le retour à la ficelle blanche, la suppression du groupe 4 totalement obsolète et un point sur les infirmeries dans certaines arènes...
Bref, « les raseteurs restent ouverts à la discussion et ont commencé à rencontrer les parties prenantes de la course camarguaise ».
Solidarité, respect et fierté de la tenue

Les discours, à l’heure des mises à l’honneur, tant de la part de Jacques Roumajon représentant les anciens raseteurs, de la famille Linsolas, de Nicolas Noguera, d’Hadrien Poujol, de Khaled ou de Loïc Auzolle, ont prôné la solidarité en et hors piste, le respect des manadiers, des taureaux et du public, la fierté de porter la tenue...
Dans les discussions hivernales qui ne manquent pas pour préparer la saison, les raseteurs se veulent force de propositions.


Texte et photos
MARTINE ALIAGA

AMBIANCE

 

BLOG8.jpg

BLOG7.jpg

 

BLOG2.jpg

BLOG1.jpg

BLOG3.jpg

 

BLOG9.jpg

BLOGLOIC.jpg

BLOG6.jpg

BLOGESPONTANEO.jpg

*******************************


Les commentaires sont fermés.