Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/03/2012

AIMARGUES : JOURNEE FANFONNE GUILLIERME

Dimanche 4 mars 2012

Ferveur autour de Fanfonne

benedictionBLOG.jpg

▲ ▼ La bénédiction des chevaux par le père Benjamin

BENEBLOG.jpg

▼ Inauguration de la statue de Fanfonne Guillierme

STATUEBLOG.jpg

STATUEBLOG2.jpg

aimargues,fanfonne guilllierme,inauguration de la statue de ben k,courses camarguaises

Trois mille pour la bénédiction des chevaux et autour de la statue de la manadière ? Difficile de compter mais ce qui est sûr c’est qu’à la sortie de la messe en lengo nostro, il fallait jouer des coudes pour voir le père Benjamin bénir les chevaux. Et monter sur la pointe des pieds pour avoir un aperçu de la tribune où se tenaient les autorités. En grande tenue, les gens de bouvine, gardians et Arlésiennes ont fait honneur à la mémoire de Fanfonne Guillierme tout comme le public respectueux.

 

aimargues,fanfonne guilllierme,inauguration de la statue de ben k,courses camarguaises

Hadrien Poujol et Ventareu

Aux arènes l’après-midi, les cocardiers de Guillierme aussi ont participé à la bonne tenue de cette journée devant des gradins pratiquement pleins. Le président de course Aurélien Laget a ainsi pu tranquillement se remettre dans le bain d’autant que les raseteurs ont travaillé dans l’esprit. Hadrien Poujol en chef de file d’une équipe composée de Garcia, Servière, N. Benafitou, Alarcon, Guyon, Sabot et Sanchez. Tourneurs : Curtil, Lizon et G. Rado.
aimargues,fanfonne guilllierme,inauguration de la statue de ben k,courses camarguaisesChez les jeunes cocardiers de Guillierme, Ventareau fait un bon premier, port altier et caractère affirmé pour une ficelle gardée. Mobile, Viroulet sort parfois de la fin du raset mais déclenche le disque pour deux grosses enfermées sur Poujol. Ibère, lui, occupe toute la piste et se donne bien dans les enchaînements plus quelques belles accélérations. Poujol régale, N. Benafitou allonge... Ibère ne refuse rien.
Le gros morceau c’est Estepous (photo avec Benjamin Sabot). Les blancs ne lui sautent pas dessus. Attentif, un peu décalé des planches, le cocardier ne dédaigne pas les séries, pousse fort dans le raset et peut méchamment finir. Sabot (2), Poujol sentent le souffle de l’animal aux planches avant qu’il ne rentre fièrement ses ficelles. Franc, Lou Fraï se livre et se soulève volontiers. Sur la fin, perd un peu en placement et en intensité sauf sur Hadrien qui l’embarque jusqu’aux planches. Les ficelles rentrent. Reste le jeune Miasset (N.602), partenaire avec de l’envie mais encore inexpérimenté. Pourtant quand Nabil Benafitou temporise, il conclut méchamment (2) et peut enchaîner jusqu’à 7 ou 8 rasets. Vaillant, c’est certain ! Et bien sûr le disque en récompense à chaque taureau.


MARTINE ALIAGA
Photos Christian ITIER et MALI

Les commentaires sont fermés.