Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/09/2012

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

Dimanche 23 septembre 2012 - Finale du Trophée Albert-Dubout

TOUS POUR JUJU

Entrée : 1/3 d’arène. Org. : CT Fiesta y toro. Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, Ayme, Jockin, Outarka. Gauchers : Errik, Ouffe, Ruiz. Tourneurs : Kerfouche, Bensalah, T. Garrido, Labrousse.

J’aurai pas parié un euro sur l’affiche proposée par cette finale du Trophée Albert-Dubout. J’avais tort. Les raseteurs, tous unis, ont tiré le meilleur de tous les taureaux présentés. Rodin, lui, se fait respecter et réalise  une superbe prestation, plus la belle découverte avec ce jeune Moustic de Richebois (7e hp). Julien Ouffe, fort du soutien de ses pairs et du public, engrange les points avec beaucoup d’énergie et remporte le Trophée Albert-Dubout.

Banaru (Fabre-Mailhan) fait un excellent premier.  Exploite toutes les positions, le long des planches, sait se dégager. Il se livre jusqu'à exploser sur Oufdil pour 3 minutes les pompons. Disponible, cocardier, très présent sur toutes les trajectoires proposées, il met la corne à la planche, plus la légère anticipation "mailhanesque" qui fait passer l'émotion. Les ficelles très travaillées par les blancs et très défendues par le noir, rentrent en musique.

Flamant (Nicollin) plus léger, raccompagne vivement jusqu'aux planches. Remuant, sans refus, il offre sa générosité aux hommes pas toujours élégants. Ouffe s'offre la première ficelle à la 14e minute.

Indien (Cuillé) est plus retors. Superbement placé, il vient... ou pas, c'est lui qui décide. Un soupçon dédaigneux mais déterminé et dangereux quand il s'engage. Craint, il se ménage un large terrain d'où il repousse les attaques. Compliqué, il ignore les reprises. Attentif, il anticipe Ouffe et domine. Auzolle ne fait la cocarde qu'à la 14e. Les ficelles à la maison en musique.

Méphisto (Saumade) prend une rafale d'entrée et répond présent sur une belle réaction avec Ouffe. Bien positionné, il oblige Allouani à rompre, pousse sur Errik. Prend des séries rythmées, presse Errik, enchaîne avec coeur. S'engage sur Auzolle, tape après Outarka, encore des séries et coup de barrière sur Auzolle. 11 minutes de belle facture avec 8 Carmen et retour.

Rodin (Les Baumelles) assure. De suite positionné, il gère avec expérience et beaucoup de jus. Le long cite d'Errik est magistralement raccompagné. Pas de refus pour de solides répliques. De belles anticipations (Allouani, Ayme, Auzolle) et de vibrantes séries. Plus la corne qui traîne à la planche. Très sollicité, Rodin se fait respecter, donne du jeu et de l'émotion dans une très belle prestation. Un ficelle au retour en musique et les applaudissements. 7 Carmen et retour.

Malaga (Lautier) avec son physique disgracieux n'impressionne pas à sa sortie et il laisse ses pompons en deux temps trois mouvements. Mais sa vivacité et son énergie compensent sa trop grande mobilité. Ouffe a bouffé du lion et multiplie les rasets. Les réactions de Malaga prennent de l'ampleur, Oufdil dans le berceau des cornes, cabrage après Auzolle, séries, conclusions (Allouani, énorme sur Auzolle).. tout y est. Treize minutes endiablées. 6 Carmen et retour.

Très attendu car précédé d'une belle réputation, le jeune Moustic de Richebois, 6 ans (7e hors points) ne rate pas son entrée dans la grande piste. Cocardier, il trouve vite sa place, attentif, et montre sa rapidité et son agressivité. Bien sûr, en 7e position, il n'est pas submergé. Mais que ce soit dans les séries dans lesquelles il fait voir son caractère dominant ou dans ses conclusions méchamment frappantes, il offre son beau potientiel et dans le public fuse "il faudra le revoir". Il termine par un superbe coup après Errik. Des Carmen.

MARTINE ALIAGA

MATHIS ne pouvait quitter les pistes sans passer par Palavas où lors d'une mémorable course il avait enflammé les gradins pour un combat titanesque avec Allouani et Villard. Le Biou d'Or 2006 au palmarès impressionnant a reçu l'hommage mérité du public sous les yeux de son manadier. Frédéric Lautier confiait : "On aurait pu le faire courir encore une saison, mais avec tout ce qu'il nous a donné, par respect pour sa carrière, on préfère le mettre à la retraite..". A 14 ans, le N.812 a offert à ses manadiers le titre suprême  et couronné les 50 ans de son élevage. Bonne retraite Mathis !

LES PRIX : 1er Julien Ouffe avec 48 points sur les trois courses du Trophée Albert-Dubout. Meilleur taureau de la saison : Guépard de Cuillé pour sa course du 1er mai. Meilleur taureau de la finale : Rodin des Baumelles. Coup de coeur à la manade Lautier et à son superbe cocardier Mathis.

LES POINTS
Trophée des As : Ouffe, 28 points ; Auzolle, 13 ; Allouani, 4 ; Oufdil, 4 : Ayme, 2 ; Outarka, 2, Errik, 1.
Trophée des Raseteurs : Ruiz, 10 points.

**************




Les commentaires sont fermés.