Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/09/2012

BLESSURES

Mardi, à Saint-Rémy-de-Provence, les raseteurs Sofiane Rassir et Hadrien Poujol ont été blessés.

Sofiane par le premier étalon de ce 24e Tau d'Or, Camisard de La Galère. Déséquilibré par le taureau, le raseteur est lourdement retombé sur le dos et la tête.
Hadrien, lui, a été rattrapé au milieu de la piste par Ulysse de Rouquette (4e) qui lui inflige un sérieux coup de corne dans le fessier (gauche).

Les deux raseteurs ont été emmenés à l'hôpital d'Avignon, Rassir pour un suivi après son KO et Hadrien pour sa blessure. Les dernières nouvelles des deux garçons étaient plutôt bonnes.

* Aujourd'hui, mercredi, d'autres nouvelles d'Hadrien, plus précises : 30 cm dans la fesse gauche et 15 cm au niveau du muscle pectoral droit. Opéré hier soir, le raseteur espère sortir de l'hôpital dans deux ou trois jours. Sa saison est certainement terminée.*

Malgré toutes ces émotions et deux longs arrêts, la course a été intéressante. Palmarès : Tau d'Or Gardoun de Lautier (7e), Tau d'Argent Ulysse de Rouquette (5e), Tau de Bronze Boutar de Mogador. Meilleur animateur : Jérémy Lafare.

25/09/2012

LES 20 ANS DU PANTAI

 

les 20 ans de la manade du pantaï,famille manaud,courses camarguaises

Bardouine, une terre propice aux rêves

Samedi 22 septembre 2012

Hubert Manaud :
"Modestement nous tous suivons notre rêve"

 les 20 ans de la manade du pantaï,famille manaud,courses camarguaises

La famille Manaud

Les ballons bleus et blancs balisent la piste, à l’entrée un gardianou, petit-fils du manadier, assure l’accueil. Les amis de la manade du Pantaï rejoignent la famille Manaud, tout est fin prêt pour fêter les vingt années de l’élevage. Dans la salle, les trophées et photos retracent l’histoire. Françoise Manaud a brodé son chagrin quand la manade a dû être abattue en 2002. Point par point, les noms des vaches et cocardiers disparus s’affichent sur les murs... pour ne jamais oublier. «Cette année-là nous n’avions plus rien, dira Hubert Manaud, si... des amis». En ce jour anniversaire, un retour en arrière s’impose pour suivre la route d’Hubert Manaud, du gardian au manadier. De la naissance en 1939 saluée par le Marquis de Baroncelli, à l’enfance «avec mon frère de lait Pierrot Aubanel», l’apprentissage auprès du père Fernand Manaud gardian chez Aubanel, et des “figures” comme Féraud, les frères Espelly, René Jalabert... 
«... Jusqu’à cette ferrade à la manade du Comte de Pastré à Bardouine où, conquis, avec mon épouse, nous sommes restés 26 ans. Quand Pierre Pastré a vendu, nous avons acheté en 1992».
Le Pantaï naît mais l’escoussure et la devise restent. Amadeus et Mazar font alors parler d’eux. Coup de tonnerre en 2001 où, pour raisons sanitaires, les bêtes sont abattues: «Nous nous sommes battus pendant un an mais n’avons pu sauver la manade. Dura lex sed lex».

les 20 ans de la manade du pantaï,famille manaud,courses camarguaisesRedémarrer tout de suite reste le rêve des Manaud. Alors l’amitié avec des confrères a fait le reste. «Les manadiers Bon, Raynaud, Blatière et Janin m’ont vendu des vaches de qualité. Et Yves Janin de me dire “Je ne te laisserai pas sans taureaux”, me vendant alors des anoubles et doublens. Dans le lot, un petit veau reçoit le nom d’Yvan (Yves-Anne) pour que chaque jour on se souvienne du cadeau que m’ont fait Yves et Anne Janin».
La suite on la connaît, la carrière du N.020 Yvan et du N.204 Gavot... Aujourd’hui, les purs produits nés et marqués à Bardouine, dont une complète sortie récemment à Lansargues, font honneur à la devise.

Et si «le fleuve de la manade ne fut pas toujours tranquille, aujourd’hui, modestement nous tous suivons notre rêve.» Entouré des amis, des amateurs de la manade, de manadiers, raseteurs, organisateurs, Hubert et Françoise tout comme Florence et Clotilde, conjoints et enfants ont offert ce rêve en partage. Après la ferrade, où Olivier Pastré (fils de Pierre) s’est illustré en attrapaïre, la loupiot au milieu du pays a permis de débrider les conversations et de refaire encore et toujours l’histoire et les histoires de la Camargue. Tout comme celle, émouvante, de la manade du Pantaï.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

*Lou Pantaï : le rêve en provençal*

 

les 20 ans de la manade du pantaï,famille manaud,courses camarguaises

**********************************


24/09/2012

DES NOUVELLES DE FREDERIC EUZEBY


«C’est un miracle, explique Jean-Henry Oudjit, après la blessure de son tourneur Frédéric Euzéby, dimanche à Montfrin, par Sisley de Blatière-Bessac (1er). Je viens de l’avoir au téléphone de sa chambre d’hôpital, il n’a rien de touché, ni veine, ni artère, ni tendons... mais un gros coup de corne qui lui a traversé le muscle d’où l’impressionnante hémorragie en contre-piste. Le point de compression que lui a fait Rémi Guyon a stoppé l’écoulement, permettant ainsi d’attendre   le relais du Samu. Rémi n’a pas perdu les pédales, moi j’étais tétanisé... choqué, c’était impressionnant.»  Frédéric va rester à l’hôpital pour surveiller l’évolution de la blessure. «Il va au mieux étant donné les circonstances», termine Jean-Henry.
Les rédacteurs du blog souhaitent à Frédéric Euzéby un bon rétablissement.

M. A. 

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

Dimanche 23 septembre 2012 - Finale du Trophée Albert-Dubout

TOUS POUR JUJU

Entrée : 1/3 d’arène. Org. : CT Fiesta y toro. Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, Ayme, Jockin, Outarka. Gauchers : Errik, Ouffe, Ruiz. Tourneurs : Kerfouche, Bensalah, T. Garrido, Labrousse.

J’aurai pas parié un euro sur l’affiche proposée par cette finale du Trophée Albert-Dubout. J’avais tort. Les raseteurs, tous unis, ont tiré le meilleur de tous les taureaux présentés. Rodin, lui, se fait respecter et réalise  une superbe prestation, plus la belle découverte avec ce jeune Moustic de Richebois (7e hp). Julien Ouffe, fort du soutien de ses pairs et du public, engrange les points avec beaucoup d’énergie et remporte le Trophée Albert-Dubout.

Banaru (Fabre-Mailhan) fait un excellent premier.  Exploite toutes les positions, le long des planches, sait se dégager. Il se livre jusqu'à exploser sur Oufdil pour 3 minutes les pompons. Disponible, cocardier, très présent sur toutes les trajectoires proposées, il met la corne à la planche, plus la légère anticipation "mailhanesque" qui fait passer l'émotion. Les ficelles très travaillées par les blancs et très défendues par le noir, rentrent en musique.

Flamant (Nicollin) plus léger, raccompagne vivement jusqu'aux planches. Remuant, sans refus, il offre sa générosité aux hommes pas toujours élégants. Ouffe s'offre la première ficelle à la 14e minute.

Indien (Cuillé) est plus retors. Superbement placé, il vient... ou pas, c'est lui qui décide. Un soupçon dédaigneux mais déterminé et dangereux quand il s'engage. Craint, il se ménage un large terrain d'où il repousse les attaques. Compliqué, il ignore les reprises. Attentif, il anticipe Ouffe et domine. Auzolle ne fait la cocarde qu'à la 14e. Les ficelles à la maison en musique.

Méphisto (Saumade) prend une rafale d'entrée et répond présent sur une belle réaction avec Ouffe. Bien positionné, il oblige Allouani à rompre, pousse sur Errik. Prend des séries rythmées, presse Errik, enchaîne avec coeur. S'engage sur Auzolle, tape après Outarka, encore des séries et coup de barrière sur Auzolle. 11 minutes de belle facture avec 8 Carmen et retour.

Rodin (Les Baumelles) assure. De suite positionné, il gère avec expérience et beaucoup de jus. Le long cite d'Errik est magistralement raccompagné. Pas de refus pour de solides répliques. De belles anticipations (Allouani, Ayme, Auzolle) et de vibrantes séries. Plus la corne qui traîne à la planche. Très sollicité, Rodin se fait respecter, donne du jeu et de l'émotion dans une très belle prestation. Un ficelle au retour en musique et les applaudissements. 7 Carmen et retour.

Malaga (Lautier) avec son physique disgracieux n'impressionne pas à sa sortie et il laisse ses pompons en deux temps trois mouvements. Mais sa vivacité et son énergie compensent sa trop grande mobilité. Ouffe a bouffé du lion et multiplie les rasets. Les réactions de Malaga prennent de l'ampleur, Oufdil dans le berceau des cornes, cabrage après Auzolle, séries, conclusions (Allouani, énorme sur Auzolle).. tout y est. Treize minutes endiablées. 6 Carmen et retour.

Très attendu car précédé d'une belle réputation, le jeune Moustic de Richebois, 6 ans (7e hors points) ne rate pas son entrée dans la grande piste. Cocardier, il trouve vite sa place, attentif, et montre sa rapidité et son agressivité. Bien sûr, en 7e position, il n'est pas submergé. Mais que ce soit dans les séries dans lesquelles il fait voir son caractère dominant ou dans ses conclusions méchamment frappantes, il offre son beau potientiel et dans le public fuse "il faudra le revoir". Il termine par un superbe coup après Errik. Des Carmen.

MARTINE ALIAGA

MATHIS ne pouvait quitter les pistes sans passer par Palavas où lors d'une mémorable course il avait enflammé les gradins pour un combat titanesque avec Allouani et Villard. Le Biou d'Or 2006 au palmarès impressionnant a reçu l'hommage mérité du public sous les yeux de son manadier. Frédéric Lautier confiait : "On aurait pu le faire courir encore une saison, mais avec tout ce qu'il nous a donné, par respect pour sa carrière, on préfère le mettre à la retraite..". A 14 ans, le N.812 a offert à ses manadiers le titre suprême  et couronné les 50 ans de son élevage. Bonne retraite Mathis !

LES PRIX : 1er Julien Ouffe avec 48 points sur les trois courses du Trophée Albert-Dubout. Meilleur taureau de la saison : Guépard de Cuillé pour sa course du 1er mai. Meilleur taureau de la finale : Rodin des Baumelles. Coup de coeur à la manade Lautier et à son superbe cocardier Mathis.

LES POINTS
Trophée des As : Ouffe, 28 points ; Auzolle, 13 ; Allouani, 4 ; Oufdil, 4 : Ayme, 2 ; Outarka, 2, Errik, 1.
Trophée des Raseteurs : Ruiz, 10 points.

**************




23/09/2012

LE TOURNEUR EUZEBY BLÉSSÉ


MONTFRIN

Frédéric Euzéby blessé
Hier (dimanche 23 septembre), à Montfrin, le tourneur du raseteur Jean-Henry Oudjit (Trophée de l’Avenir), Frédéric Euzéby, a été blessé par le taureau Sisley de la manade Blatière-Bessac à la 2e minute de la course du cocardier, sorti premier. Joint en fin de soirée, le raseteur Rémi Guyon explique : « Le taureau était fixé sur moi, Frédéric pas loin l’appelle pour le placer, Sisley lui a foncé dessus. Frédéric rate le marchepied et prend le coup de corne du genou jusqu’en haut de la cuisse. J’ai vu de suite que c’était grave...il perdait beaucoup de sang. Je me suis rappelé de mes cours de secouriste et j’ai fait un point de compression en haut de la cuisse. Ça a duré à peu près demi-heure en contre-piste, je l’ai senti partir... je lui parlais. Puis il a été pris en charge par le Samu direction l’hôpital Carémeau de Nîmes ».
Veine fémorale touchée, (peut-être même l’artère) mais ce soir, sorti du bloc, le pronostic vital n’était pas engagé et les nouvelles de Frédéric rassurantes.

M. A.

 

CAVAILLON *AVENIR*

Dimanche 23 Septembre 2012

LUCAS ET LES AUTRES….

 ctpr de cavaillon

Lucas Faure avec beaucoup d'assurance à la tête d'Arlésien (Chauvet)

Entrée: ¼ Organisateur: CTPR de Cavaillon Présidence: P Pancin Droitiers: Benoît, Chig, Faure. Gauchers: Boyer, El Hajjouji, Martin, T Mondy. Tourneurs: Babacène, Noguéra, Zerti.

Au-dessus du lot, Lucas Faure engrange points, confiance et approbation du public dans des rasets de belle facture. Avec lui Chig (en première partie) et Martin (en seconde) sont aux avants postes. La course s’avère plaisante malgré la déception d’Arlésien au vu de son potentiel. Plus de travail aux ficelles aurait amélioré le rendement des taureaux.

Surpris en quarante-cinq secondes aux rubans, MASSAÏ (Pages) le guerrier noir se livre avec beaucoup de vaillance aux ficelles durant sept minutes ponctuées par des actions après Chig (2) et Faure. Un joli potentiel. 3 Carmen et retour. Plus difficile d’accès, COUTARD (Saumade) coupe le raset, enferme Faure et tape sur Fouad. Sa façon de gagner du terrain et d’être agressif complique le jeu aux ficelles. Il en rentre une brillamment en musique jouée à 4 reprises. S’il ne fait pas les efforts en continu au début, IGNACE (St Germain) n’est pas si charmant que cela avec sa façon de baisser la tête. Aux ficelles c’est Chig qui en tire le meilleur et lève la première. Le manque de pression ne lui a pas permis de s’exprimer pleinement. 5 Carmen et rentrée.

Cocardier concentré, MARCOMAÙ (Raynaud) repousse les assauts avec autorité. Aux aguets et collé aux planches il domine aux ficelles même s’il ne termine pas toujours. Il rentre la seconde en musique. Peu concerné, ARLESIEN (Chauvet) ne trouve pas sa place et sort du raset. Il a du potentiel mais ne l’utilise qu’à 3 reprises sur de grandioses percussions après Martin, Faure et Boyer. 3 Carmen et retour. Spectaculaire, OUNDO (Plo) a du punch avec une quinzaine de percussions après Faure (7), Boyer (2), Benoit (2), Fouad (2) et Martin (2). A dix ans il rajoute un côté cocardier intéressant. Il cède le second gland à une minute du terme et réintègre ses ficelles intactes. 8 Carmen et rentrée……

ctpr de cavaillon

Massaï (Pages) à la poursuite de Lucas Faure.

El Hajjouji serré de près par Coutard (Saumade).

ctpr de cavaillon

ctpr de cavaillon

Ignace (St Germain) se livre avec Chig.

Encore Chig avec le sévère Marcomaù (Raynaud)

ctpr de cavaillon

ctpr de cavaillon

Arlésien (Chauvet) spectaculaire avec Jérôme Martin

et ci-dessous avec Lucas Faure.

ctpr de cavaillon

ctpr de cavaillon

Le barricadier Oundo (Plo) en démonstration aux planches après Faure

ctpr de cavaillon

Texte et photos Eric AUPHAN

Trophée de l’Avenir: Faure (23) Benoit (10) Martin (8) Boyer (5) Mondy T, Fouad (2)

Trophée des Raseteurs: Chig (8)

TROPHEE TAURIN MIDI LIBRE - LA PROVENCE

 trophée taurin,les cocardiers des finales

Le choix de la commission du Trophée Taurin
pour les cocardiers des finales
accepté par les manadiers

TROPHEE DES AS
Dimanche 14 octobre, à Nîmes, 15h

* Réservations, rue de la Violette à Nîmes, tél. 08 91 70 14 01
places à partir de 10€*


Par ordre alphabétique
jusqu'à l'élection du Biou d'Or
(dimanche 7 octobre, 12h, à Lunel)

ANGELO d’Aubanel-Baroncelli.
BRUTUS de Lautier.

GARLAN des Baumelles
 GUEPARD de Cuillé.

MIGNON de Cuillé.
RATIS de Raynaud.
SAINT-REMOIS de Fabre-Mailhan

TROPHEE DES RASETEURS
Samedi 6 octobre à Pérols, 15h, 10€

Dans l'ordre de sortie
RIO de Bon
MIRABEAU de Saint-Pierre
CESARION de Blatière-Bessac.

SUGAR de Saint-Gabriel
HEBUS d'Agu
MITHRA de la Vidourlenque
ESTRELOUN de Caillan

TROPHEE DE L’AVENIR
Dimanche 7 octobre, à Lunel, 15h, 11€

* Réservations, à partir de samedi 22 septembre
 tous les jours de 9h à 12h au 04 67 71 13 27 *

Dans l'ordre de sortie
BOER de l’Occitane.

COLVERT de Chauvet
MARCIAS de Fabre-Mailhan
HORACIO de Cuillé

ULMET de J.-C. Blanc
SCIPION de Saumade
ICARE de Paulin

***************

LE GRAU-DU-ROI *AVENIR*

Samedi 22 septembre 2012 - 1re journée du Revivre

Faure en leader

le grau-du-roi,revivre,course camarguaise

▲ Lucas Faure avec Tastaïre

Entrée : 1/3 d’arène. Org. : Régie municipale. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Auzolle, Cano, Faure, Jockin, Schuller. Gauchers : Aliaga (se retire au 6e, blessure à l’épaule), Rassir, N. Benafitou. Tourneurs : Noguera, Cano, Grando, P. Rado.

Course tranquille d’arrière-saison où, si le rythme a parfois manqué, de bons passages ont relevé les débats. Faure, présent à tous les taureaux, est le plus en vue.
Tastaïre (Caillan) dans un premier temps offensif, raccompagne les hommes de ses larges banes. Plus réservé à mi-parcours, sélectionne sévèrement, Faure dans le berceau, belles réactions sur Auzolle, Faure, N. Benafitou. Un gland rentre.
Couet (Chauvet).- Se livre à belle allure et ponctue au fil des planches (Aliaga), enferme Faure, tape droit sur Rassir. Par moments trop remuant mais se soulève sur Aliaga et affiche une belle présence sur sa 2e ficelle qu’il rentre. 3 Carmen et retour.

le grau-du-roi,revivre,course camarguaise

▲ Lebrau - Jérémy Aliaga

Lebrau (Cyr).- S’il pêche par défaut de placement, il affiche sa vitesse pour de grosses enfermées. Aliaga passe sous les pattes, Lebrau prend du moral et se fait pressant dans ses réparties (Rassir, Faure). Cède son 1er gland à la 15e. 4 Carmen et retour.
Regain (Les Baumelles).- Il montre sa vaillance et son envie dans de nombreux enchaînements. Craint, il n’est pas vraiment entrepris aux ficelles. Attentif à tout, il lui suffit de quelques coups de tête pour ne pas être submergé. Rentre ses ficelles (600 €) après quelques séries de belles factures. 4 Carmen et retour.

 

le grau-du-roi,revivre,course camarguaise

▲ Sofiane Rassir avec le très agréable Cigalon

Cigalon (Fabre-Mailhan).- Fougueux, il s’adonne aux blancs de bon cœur pour de très longs échanges qu’il tient jusqu’à la planche. Une folle poursuite sur Rassir est joliment conclue. Des séries où parfois la corne frôle pour 9 minutes très agréables. 5 Carmen et retour.

 le grau-du-roi,revivre,course camarguaise

▲ Superbe enfermée de Landais sur Lucas Faure

Landais (Layalle).- Chasse sans trouver preneur. Mais à la 5e, une série s’enclenche qu’il termine en repoussant Faure haut sur les tubes. Le ton est donné. Le taureau en veut et ne se prive pas. Des séries, des coups aux planches et la 2e ficelle qu’il cède sur la sonnerie. 4 Carmen et retour.
Mariachi (Ricard, hp, 10 mn).- Abandonné par les blancs, il saute, promène. Une enfermée sur Faure, un coup aux planches sur Rassir et une grosse séries cornes pointées. Des Carmen.


MARTINE ALIAGA

Trophée de l’Avenir : Faure 19 points ; Rassir, 8 ; Cano, 5 ; Aliaga, 4 ; I. Benafitou, 2.

21/09/2012

FINALES DU TROPHEE TAURIN

 logo TT2.jpg

Réservations

Nîmes, finale du Trophée des As, dimanche 14 octobre, rue de la Violette, Nîmes, tél 08 91 70 14 01

Lunel, finale du Trophée de l'Avenir, dimanche 7 octobre, location ouverte à partir de ce samedi 22 septembre, tous les matins de 9h à 12h, tél. 04 67 71 13 27.

****************

Election du Biou d'Or

L'élection du Biou d'Or se déroulera salle Georges-Brassens, à Lunel, à côté des arènes, dimanche 7 octobre, à 12h.

****************

Supporters

Dans le cadre de la finale des Raseteurs, samedi 6 octobre, à Pérols, le Café de la Gare organise un transport en bus pour supporter le raseteur aramonais Rémi Guyon, actuellement premier du classement.
Infos et réservations avant le 26 septembre, tél. 04 66 57 00 04 et 06 18 07 59 29

*********************

16/09/2012

LE GRAU-DU-ROI *AS*

 le grau-du-roi,finale du trophée de la mer,courses camarguaises

Dimanche 16 septembre 2012

Le Trophée de la Mer à Sabri Allouani

 le grau-du-roi,finale du trophée de la mer,courses camarguaises

Une anticipation de Mignon sur Sabri Allouani

Entrée : plein. Org. : Régie municipale. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, Bruschet, I. Benafitou, Outarka. Gauchers : N. Benafitou, Clarion, Martin, Poujol. Tourneurs : T. Garrido, Bensalah, Labrousse, Rado, Zerti.

Quel bonheur ces arènes pleines pour la finale du Trophée de la Mer, une course très cocardière avec des moments intenses à chaque taureau et un final total barricadier. Aucun taureau ne se détache vraiment, chacun joue de ses qualités quand les raseteurs s'y sont frottés. Les jeunes Martin, Bruschet, I. Benafitou aux avant-postes, Poujol qui paye de sa personne, Allouani qui s’offre le Trophée pour un bon travail d’ensemble.

le grau-du-roi,finale du trophée de la mer,courses camarguaises

▲ Jivago (Blatière-Bessac).- Brouillon, il change souvent de trajectoire mais se montre superbement agressif avec les gauchers (2 Carmen) dont cette action énorme sur Clarion (photo), deux sur Poujol, une sur Auzolle. Turbulent, méchant, crée le danger pour une bonne entrée en matière. Une ficelle au retour.
Angelo d’Aubanel-Baroncelli oblige au sérieux. Occupe intelligemment la piste et demande des rasets engagés. Sélectif et rigoureux, conclut ses ripostes droit dans les planches. Superbes enfermées (3 Carmen) sur Martin, I. Benafitou, Outarka. Rentre ses ficelles.
le grau-du-roi,finale du trophée de la mer,courses camarguaises◄ Baroudeur (Martini) enchaîne avec vivacité. Posté, il se livre dans de belles et longues séries. Concentré, rapide, et bien présent jusqu’aux planches. Bruschet, I. Benafitou allongent, Baroudeur ne lâche rien dans un très bon quart d’heure où il garde une ficelle. 5 Carmen et retour.
A la reprise, c’est Mathis qui fait ses adieux. A 14 ans, le taureau de Lautier affiche un palmarès impressionnant. Quelques rasets agressivement raccompagnés et le Biòu d’Or 2006 reçoit la dernière ovation du public debout.
Mignon (Cuillé). Cocardièrement placé, il trépigne en attendant les premiers rasets. Craint, les raseteurs passent au large. Bruschet pour les premières passes, Mignon conquérant aux fesses. Entrepris, Mignon se livre mais garde les commandes, anticipe Allouani, raccompagne sèchement Martin, Outarka, belles longueurs avec Poujol et Bruschet (2 Carmen). La cocarde n’est coupée qu’à la 8e et les ficelles rentrent en musique.
Valmont (Lautier).- Dans un premier temps, il rode, s’engouffre après les hommes avec une grosse présence dans les échanges et des finitions frappantes. Mieux positionné par la suite, il soutient le rythme sans faiblir avec de belles actions à la clé. Enferme superbement Poujol qui trébuche et chute en contre-piste (sans trop de mal). Encore de superbes séries et rentre une ficelle en musique. 6 Carmen et retour.
le grau-du-roi,finale du trophée de la mer,courses camarguaisesEstepous Photo ►(Guillierme).- Pas attaqué, il promène puis, entrepris montre sa rapidité et sa vaillance. Gros engagement sur N. Benafitou. Généreux dans l’effort, il s’enfile de longs enchaînements avec cabrage en finition. Laisse beaucoup d’énergie dans la bagarre pour sa 1re ficelle mais rentre la 2e. 6 Carmen et retour.
Esmero (Caillan, hp).- Dès qu’il est sollicité, il montre ses qualités barricadières pour un festival final de coups aux planches de grande envergure. 7 Carmen et retour avec ses ficelles.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS LUC PERO

Trophée des As : Poujol, 10 points ; Outarka, 8 ; Allouani, 7 ; Auzolle, 6 ; Clarion, 5 ; Bruschet, 4.
Trophée des Raseteurs : Nabil Benafitou, 4 points.
Trophée de la Mer : 1er SabrI Allouani, 34 points ; 2. Romain Bruschet, 19 ; 3. Hadrien Poujol, 15.
Coup de cœur : Jérôme Martin.
Meilleur cocardier du Trophée de la Mer : Sylverado de Saint-Gabriel. Prix spécial : Mathis de Lautier pour l’ensemble de sa carrière.
Challenge des CT sur l’ensemble de la saison graulène : Garlan des Baumelles.