Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/11/2012

EDITION *LES DOIGTS DE FER*

L'ETUDE DU RASET

livre,les doigts de fer,jacques antoine,editions sansouïre,courses camarguaisesEn 1968, Jacques Antoine dit Jacant exposait la science du raset dans “Les doigts de fer”. Ouvrage très technique agrémenté de croquis qui devait être "le point de départ de la renaissance du loyal et beau raset...", écrivait alors Louis Lacroix en préambule.
44 ans après c’est Nicolas Triol qui préface la réédition du texte de Jacques Antoine. Pour une autre renaissance ? Ou un retour aux fondamentaux ?
A lire ou à relire pour cerner la technique du raset, le rôle du raseteur, du tourneur... l’efficacité du crochet, les règles, etc.


Aux Editions Sansouïre, 25€,
disponible dans toutes les librairies, presses, selleries des villages et villes de bouvine.

28/11/2012

LUNEL *GALA PORRAS*

Dimanche 25 novembre 2012

B comme Bernard, B comme bénévole

lunel,gala bernard porras,courses camarguaises

lunel,gala bernard porras,courses camarguaisesComme d'habitude la salle Georges-Brassens est pleine bien avant l'heure. Comme d'habitude ça rouscaille et ça se bouscule un peu pour rentrer. Mais comme d'habitude c'est cadeau. Et comme d'habitude on s'est régalé.

Les années n'émoussent pas l'enthousiasme de Bernard Porras -c'est la 5e édition-, ni la mobilisation des nombreux bénévoles nécessaires à l'élaboration de ce spectacle de 5 heures. Des hommages, des chants, des danses, des images, quelques blagues et clins d'oeil... La Camargue et ses traditions dans leurs  diversités. Des hommes et des femmes qui expriment leurs passions, et un public qui se manifeste souvent.

Que serait la bouvine sans ses bénévoles? Sans eux qui transmettraient les traditions? Qui les entretiendraient?
Dimanche à Lunel, la parole était au petit peuple. Celui qui se donne sans compter. Jeunes et vieux rassemblés. Au nom d'une passion.
C'était émouvant, joyeux, réconfortant.

lunel,gala bernard porras,courses camarguaiseslunel,gala bernard porras,courses camarguaisesApplaudissements pour:

Le Velout Pescalune, Lis Escoutaïre de la Cabretta de Boisseron, Nadine Costa et son déjeuner au pré, Raymond Siméon pour son poème, tous les cinéastes, les chanteurs Ricoune, Jean René, Régine Pascal... Alain Hugues et son investissement pour le Téléthon à Saint-Brès, Ludo Zerti pour son week-end à Montfrin contre la mucoviscidose... aux machinistes et tous les gens qui ont oeuvré pour ce bel après-midi, mairie de Lunel incluse...

A Bernard... merci!

MARTINE ALIAGA

lunel,gala bernard porras,courses camarguaises

***********************************

* MANIFESTATIONS A SUIVRE *


Le 9 décembre  à Saint-Aunès, pour le Téléthon : gala, spectacle. Renseignements, tél. 06 99 16 04 41 et 04 67 87 48 48

19 et 20 janvier 2013 à Castries, avec le CT Le Trident : 5e rencontre de cultures taurines, films et diaporamas sur toutes les tauromachies
Voir bande annonce :
http://www.youtube.com/watch?v=TW7_9PpVtwUa

15, 16, 17 février 2013 à Montfrin : week-end de lutte contre la mucoviscidose, spectacle, match de foot, expo Chomel, course camarguaise, etc.

22, 23, 24 février 2013 : Saint-Geniès-de-Malgoirès avec le CT Lou Gandar, 16e festival du film taurin et camarguais

************************


EDITION *MEDITERRANEENNES*

edition mondial livre,alain laborieux,robert faure,"mediterranéennes",poèmes,camargue,courses camarguaisesAlain Laborieux et Robert Faure unissent leurs talents pour "poétiser" la Camargue, le Midi et plus largement la Méditerranée. Deux touche-à-tout au service du ressenti sudiste : ambiance festive, solaire, ventée où les toros, taureaux, chevaux se devinent... évasions aussi dans les feux des déserts ou sur les flots bleus aux mirages des îles... dans la moiteur des tavernes... dans les garrigues et les étangs...

Le Gardois Robert Faure (écrivain, photographe) se pose ici en peintre subliminal, l'Héraultais Alain Laborieux (écrivain, journaliste, photographe) travaille les mots pour rimer joliment des strophes imagées, parfois langoureuses, nostalgiques ou enfiévrées.


* Méditerranéennes, Mondial Livres, 15€*

26/11/2012

TROPHEE PESCALUNE

 trophée pescalune,les prix,lunel,ratis,courses camarguaises

Samedi 17 novembre 2012

Des prix et quelques regrets

trophée pescalune,les prix,lunel,ratis,courses camarguaisesAvant que la bonne humeur ne revienne s'installer, organisateurs, municipalité et clubs taurins lunellois, ont regretté que le dernier acte du Trophée pescalune - la 29e finale - n'ait pu se dérouler. La déception est unanime. Mais les satisfactions l'ont emporté. Francise Blanc (représentant le maire de Lunel victime d'un petit accident) a souligné :  "Une belle saison taurine avec Garlan meilleur taureau du Trophée du Muscat et Ratis... et surtout, le succès total de la finale du Trophée de l'Avenir. 4000 personnes aux arènes, il y a longtemps que cela n'était pas arrivé...". Et de remercier l'ensemble des clubs taurins pour leur implication dans les journées pédagogiques tout comme l'association Art'TC.

Après avoir fait observer une minute de silence à la mémoire du chroniqueur Luc Pero, récemment disparu, Gérard Gehin, président du Trophée pescalune, a invité les récipiendaires et les sponsors sur scène. Adil Benafitou vainqueur avec 54 points ; Benjamin Villard (2e, 37 points) ; Radouane Errik (3e, 36 points).

trophée pescalune,les prix,lunel,ratis,courses camarguaisesFrédéric Raynaud a reçu une belle ovation pour le prix du meilleur taureau de la saison à Ratis, auteur d'une formidable prestation le 28 mai aux arènes San Juan. Applaudissements également pour les deux bien jolis bayles de la devise rouge et bleu, Aurélie et Aude (filles de Frédéric). Le manadier du Grand Radeau confiait en aparté : "Ratis reçoit un capital sympathie énorme de la part du public. J'en suis toujours étonné... peut-être que les spectateurs attendaient un taureau comme ça..."

Restait à Philippe Cuillé, organisateur des courses de Lunel Toro avec Magali Saumade, de conclure en donnant rendez-vous : "dimanche 24 mars 2013 pour la première course du 30e Trophée Pescalune, et, lançant à Frédéric Raynaud, avec l'espoir que Ratis soit Biou d'Or et revienne l'an prochain à Lunel".

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

6e CHARROI DES OLIVES

Samedi 1er décembre, de Saint-Geniès-des-Mourgues à Villevieille

Les temps du Charroi

6e charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,sommières,villevieille,attelages,huile d'olives,courses camarguaises

Retrouver l’ancien temps. N’en garder qu’un temps, celui de la récolte d’olives. Prendre le temps d’atteler en charrettes d’époque. Et tailler la route de nuit, au pas des chevaux de trait pour livrer le précieux chargement au moulin. En ce temps de l’Avent, onze attelages referont samedi prochain (1er novembre) le périple des anciens, au départ de Saint-Geniès-des-Mourgues jusqu’à Villevieille.

Le temps d’une nuit, affronter la rudesse des températures, s’habituer à l’obscurité juste trouée par les loupiotes, humer les odeurs de cuir, de bois, l’oreille attentive aux sonnailles et grelots  des harnachements, quand les conversations se font murmures.

6e charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,sommières,villevieille,attelages,huile d'olives,courses camarguaisesLe petit voyage est maintenant bien rôdé. Et les convoyeurs savent en gérer les temps : marcher dans les pas des chevaux pour alléger leur charge. S’arrêter à l’invite des amis de Saint-Christol, café chaud autour d’un feu de bois et repartir via Boisseron, dans la campagne endormie. Au pont de la Benovie, quand les robes des chevaux fument sous l’effort, les meneurs ne sont plus que silhouettes découpées dans le halo des lampadaires.  Les marcheurs s’accrochent alors aux ridelles des charrettes pour garder le rythme, la fatigue se fait sentir, le froid est mordant malgré les capes et les grosses vestes.

Le temps passe lentement sous les frondaisons des derniers kilomètres, obscurité totale, ça et là des chevaux dans leurs prés s’agitent au passage du curieux défilé de leurs congénères au travail. Des chiens aboient. Au petit matin, le ciel change à l’Est, les couleurs s’invitent. Là-bas, Sommières sort de la brume. Il y a quelques lumières aux fenêtres. Les sabots claquent sur le goudron du pont romain. Magie de l’instant près des remparts sommiérois, les images du début du siècle dernier s’imposent. Le charroi a remonté le temps.

Le Moulin de Villevieille fourmille le temps du déchargement. Un à un chaque attelage dépose son butin. Les flashes crépitent, les voix sont fortes, les rires fusent. Chevaux dételés, pansés et couverts, il est temps de reprendre des forces. Déjeuner copieux, soupes, charcutailles. Le temps du retour passera à vive allure. Libérés du poids des olives, les chevaux boucleront le trajet en une paire d’heures. A l’arrivée, rapidement libérés de leurs traits et soignés, ils retrouveront leur liberté. Il sera alors temps de ripailles, dégustations et banquet. Et foi de charretier, cela prendra un certain temps.

Martine ALIAGA

Samedi 1er décembre 2012, 6e charroi des Olives, départ de Saint-Geniès-des-Mourgues (4 h), arrêt à Saint-Christol à l'invite des amis du Téléthon, traversée de Boisseron, Sommières, livraison au moulin oléicole (7 h),  animations puis déjeuner. Retour vers 12 h à la cave de Saint-Geniès-des-Mourgues, dégustation,  et banquet. Renseignements : Nicolas Vitou, tél. 06 36 55 82 03;

23/11/2012

"L'oustau dou drole" une enfance arlésienne

editions sansouïrer,l'oustau dou drole,jean-marie londez,courses camarguaisesVivre son enfance entre les arènes et La Major après guerre en Arles, cétait s'amuser dans les ruines laissées par les bombardements, parcourir les souterrains, faire partie des bandes de minots, suivre ses premières courses libres et corridas, fêter le bimillénaire d'Arles en 53 avec des opéras, des spectacles, rencontrer des artistes ou encore attendre le char des Blatière... Les images se bousculent... Jean-Marie Londez se souvient et inscrit son histoire familiale dans l'Histoire. 1946-1956, 10 ans où le drole arlésiden forge sa  vie entre parents militants communistes, oncles forains et grands-parents très présents...

A lire aux Editions Sansouïre, 12€.

Jean-Marie Londez dédicace son ouvrage ce soir (vendredi 23 novembre) et dimanche, toute la journée, au Salon Provence Prestigen, Arles.

19/11/2012

JONQUIERES SAINT-VINCENT

Dimanche 18 novembre 2012

La recette d'une belle clôture

 jonquières,ct l'aficion,bon,cuillé,courses camarguaises

Sous les ors des platanes, les gradins affichent archi plein.

Une pincée de chance pour une météo conciliante. Un club taurin enthousiaste - L'Aficion - éclatant de jeunesse  autour de son président Rachid. Des manadiers et bayles en phase. Un plan à la bonne dimension où la proximité avec les cocardiers et les raseteurs participe à l'ambiance. Des spectateurs en nombre qui veulent emmagasiner le maximum d'images avant la trêve hivernale. Des cocardiers jeunes et fougueux pleins de promesses. Et voilà une clôture bien dans l'esprit des amoureux de la bouvine qui couronne la bonne saison jonquiéroise et la temporada taurine 2012. 

jonquières,ct l'aficion,bon,cuillé,courses camarguaisesBien avant l'heure, la halle du marché déborde de voitures, et les spectateurs se pressent sur les étagères. Rachid accueille tout le monde avec sa bonhommie habituelle,  les raseteurs se chauffent, dans les chars et au toril, ça bacèle à tout va, les jeunes cocardiers s'impatientent. Au final, le 845 de Cuillé, 5e, et le 703 de Bon 6e, (◄photo) ressortent pour les prestations les plus abouties dans cet ensemble de taureaux très jeunes (3 à 5 ans), remarquables de présentation, et dont les qualités naissantes témoignent de la bonne santé des deux manades présentes.

Le N.701 de la manade Bon est en piste, ses glands aux couleurs de la manade ravissent le public, et déjà les afeciouna réservent ces attributs aux raseteurs. Il n'y en aura pas pour tout le monde. Très sollicité, le jeune taureau se montre vaillant sous les assauts. Se livre avec rythme et garde une ficelle. Bonne entrée en matière. 4 Carmen et retour.
L'étalon N.834 de Cuillé est impressionnant de fougue. Toujours le long des planches, un peu brouillon, il s'enrage après les planches. Les blancs ne lui font pas de cadeaux mais ne lèveront que sa cocarde. Musique.
Avec son moure de bébé, le N.926 de Bon s'escampe de bon coeur après Grammatico. Naïf, les grosses séries le laissent langue pendante mais il garde du jus pour encore sauter après Moine. Rentre une ficelle. 2 Carmen et retour.
Le 841 de Cuillé est un tau froid et réfléchi. Pousse fort après Moine, Grammatico cambre les reins, ça passe juste. Errik fait le job. L'étalon se réserve parfois, démonte les barrières, saute après... pour 8 minutes les glands. Laisse une impression mitigée, rentre une ficelle, 2 Carmen et retour.

 

jonquières,ct l'aficion,bon,cuillé,courses camarguaises

(▲ photo) A la reprise, le 845 de Cuillé, affiche sa méchanceté, casse tout, saute, râle et s'approprie la piste. S'envoie méchamment sur Aroca, Salinesi. De magnifiques et nombreux engagements aux planches après Ruiz, Aroca, Grammatico... Errik pour la cocarde et un gland, ce sera tout pour cet étalon aux nombreuses qualités. 6 Carmen et retour.

jonquières,ct l'aficion,bon,cuillé,courses camarguaises

Magnifique étalon, (▲ photo) ce 703 de Bon (baptisé Folco). Cul aux planches, il fait cogiter les blancs. Errik pour les premiers rasets. Imposant par son gabarit, sérieux dans son occupation de la piste, ses conclusions sont abouties. Un, deux rasets et il frappe (Errik, Grammatico, Moine, Ruiz). Un sérieux client qui rentre ses ficelles. 3 Carmen et retour.
Plus léger le 833 de Cuillé, se jette à fond dans les enchaînements. Les raseteurs lèvent le pied, le taureau manquera de sollicitations. Placé, se livre, une belle conclusions sur Ruiz, et un saut par surprise, pour un gland qui rentre. 2 Carmen et retour.
Le dernier cocardier de la saison, N.841 de Bon est tout neuf. Il pète le feu et les gradins s'animent. Saute haut, court partout, rode, chasse. Leste, désordonné mais plein de vie, sa fougue réjouit les étagères, et l'ultime raset de la temporada pour David Moine. Carmen.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Entrée : archi plein. Organisateur : CT L'Aficion. Président : Garcin. Raseteurs droitiers : Grammatico, Moine, Aroca, Salinesi. Gauchers : Errik, Lafare (claquage au 3e), Ruiz. Tourneurs : Joseph, Lieballe.


18/11/2012

SAINT MARTIN DE CRAU *PATATE D'OR*

Samedi 17 novembre 2012

SAINT MARTIN CULTIVE LA PATATE AVEC EXCELLENCE…

Patate d'or ZO12 (77).JPG

▲ Les récipiendaires de la patate d'or 2012

A Saint-Martin-de-Crau, la récolte de la Patate d’Or 2012 est d’un bon cru. Une patate gouteuse et pleine de vitamines qui génère de l’engouement sur les gradins copieusement garnis. Parodie de la Cocarde d’Or cet événement bien ancré dans la tradition est unique. Les rasets sont légion, pas toujours d’école car les participants ont quitté depuis longtemps les bancs de la maternelle mais la bonne humeur et la joie communicative de participer à cette course se transmettent sans modération.

A la capelado, les tourneurs Gibelin, Gleize, Lafare, Moine, Savajano et Tortel habillés pour la circonstance avec des sacs à patate, les cheveux dorés à la bombe de peinture or et une ceinture de patate à la taille assistent les anciens raseteurs ou personnalités de la bouvine qui luttent sans se prendre au sérieux et payent souvent de leur personne face aux vaches des manades Chapelle-Brugeas et Soler. Ces demoiselles ont pour nom St Martinoise, Lady gaga, Dalida, Marie Louise, Rihanna Mandarine, Bélinda et Sophie.

Parmi les participants Hubert Espelly manadier, Didier Laurent TV Sud, Jean Paul Favier le père de Maxime, Eric Gaillardet (50 ans) le père de Joan et un panel de passionnés tous volontaires et qui ont la frite. La mise en jambe permet à un quatuor de se placer. A mi-course, Joris Alvarez (le speaker des arènes locales et de Port Saint Louis) prend la tête mais se fait secouer par la cinquième vache. Au courage il revient de l’infirmerie et assoit sa victoire à la dernière vache. Les situations sont cocasses, les départs se font parfois à deux, voire à trois. Les chutes en piste et en contre-piste sont nombreuses mais la passion toujours intacte.

Au final, Joris Alvarez l’emporte devant Patrick Sorrentino. Boris Canonge et Eric Gaillardet se partagent la troisième place sur le podium. Le prix du meilleur animateur revient sous un tonnerre d’applaudissements à Fabrice Sardagues dit «Tataouine». Ce dernier front en sang et pantalon déchiré récupère son trophée sous les «Bravo papa» du fiston. Au micro, Jérome Dumas, excellent de bout en bout et animateur hors pair, pouvait inviter les vainqueurs au tour de piste final. Jérome trublion nécessaire à la réussite de cette course avec ses annonces hilarantes et des primes à faire pâlir les plus grandes arènes pouvait lâcher : «On est sponsorisés par hansaplast et urgo mais ce soir certains vont dormir dans le synthol». Sacré Jérome. Ne restait plus alors qu’à savourer tous ensemble la troisième mi-temps...

 saint-martin-de-crau,papate d'or,courses camarguaises

Les supporters anglais de Joris Alvarez

Joris en action et avec style avec une vache de Chapelle Brugeas

 saint-martin-de-crau,papate d'or,courses camarguaises

saint-martin-de-crau,papate d'or,courses camarguaises

Patrick Sorrentino second au classement

 saint-martin-de-crau,papate d'or,courses camarguaises

Boris Canonge troisième ex-aequo

et Eric Gaillardet qui a 50 ans monte sur le podium

 saint-martin-de-crau,papate d'or,courses camarguaises

Texte et photos Eric AUPHAN

16/11/2012

EDITIONS ARNAUD

Le calendrier camarguais

AABLOGCALENDRIERCAMARGUAIS.jpg

Indispensable calendrier camarguais. A chaque mois, une nouvelle image illustrant les thèmes favoris des Camarguais. Dès janvier, une abrivado de minots sur des poneys blancs à Saint-Rémy-de-Provence. Adorable !

6€ dans toutes les presses et librairies de la région.

**************

Dédicaces aux 3 Colonnes à Lunel


AABLOGLOUPARE.jpgSamedi 17 novembre, Noël Daniele et Francis Obert donnent rendez-vous aux lecteurs pour la sortie de leurs ouvrages qu’ils dédicaceront à la librairie les 3 Colonnes à Lunel, de 10 h à 12 h.

Respectivement “Taureaux de légende : de Lou Paré au Vovo“ (25€) et “La manade Rébuffat de 1927 à nos jours” (25€) parus aux Editions Arnaud.


Si “La légende des Biòu d’Or” liste et raconte les grands cocardiers à partir de 1954, le livre de Noël Daniele est le chaînon qui manquait et qui fait entrer dans la légende des cocardiers historiques.
AABLOGREBUFFAT.jpgSait-on que la manade Rébuffat est l’une des plus anciennes de Camargue?

Françis Obert a réuni documents et photos pour raconter l’épopée parfois douloureuse de cet élevage des origines (1927) à nos jours. Pour se souvenir de Jean et Louise, de leur fils Dédé et retrouver les cocardiers Cigalié, Malige, Boumian, Petous... bien sûr Pascalet, Gaulois ainsi que les grandes cocardières Miraillette et Foraine.

Que ce livre ouvre une nouvelle parenthèse heureuse pour les couleurs rouge et noir !

*Editions Gilles Arnaud, 3, rue de l'Arnède, BP18, 30250 Sommières, tél. 06 60 83 04 83. mail : g.arnaud@worldonline.fr. Site : www.gillesarnaud.fr

EDITION *LOU MUT DE CAMARGO*

Autant en emporte le Mistral...

 

edition,lou mut de camargo,bill la loi,courses camarguaises« Je n’ai rien inventé », précise Guy Dagnac, auteur du Mut de Camargo (Le muet de Camargue), en présentant son pavé de 436pages. « Je ne suis pas et de loin un écrivain, avertit ce jeune homme de 86 ans qui n’a rien perdu de sa verve et de son bagout de commercial, je raconte juste ce que j’ai vécu dans la période de l’entre-deux-guerres ».
Et de fait, l’imposant bouquin se lit comme une chronique détaillant le quotidien d’une famille camarguaise à la manade des 3 Cabanes, prise dans les sursauts de l’Histoire. Une saga couvrant plusieurs décennies intégrant des personnages bien réels tels le Marquis de Baroncelli, Fanfonne Guillierme, Casimir Raynaud, les frères Espelly ou le gardian Pagnolet.
Aucune prétention littéraire dans le style mais un récit truffé d’expressions provençales et languedociennes qui fait goûter à la rigueur des temps, aux habitudes de l’époque, à l’évolution des pratiques... Comme le passage de la lampe à pétrole à l’installation de l’électricité ou l’arrivée des premières voitures.
En toile de fond, le travail avec les chevaux et les taureaux est décrit minutieusement et atteste des connaissances de l’auteur initié par son père. « Je vivais à Taillan près de Praviel, j’ai connu Fanfonne avec des tresses... Je raconte la vie des mas où les filles travaillaient autant que des hommes. Enfant, mon idole était Casimir Raynaud, j’avais pour lui une admiration sans borne ».
“Lou Mut de Camargo “dort depuis longtemps dans les cartons de Guy Dagnac. « En fait au départ, je voulais juste faire le scénario d’un film. A l’époque, aux Saintes-Maries-de-la-Mer, dans les années 1960, j’avais tourné dans plusieurs productions en tant que “figurant intelligent” », explique ce raconteur d’histoires à la mémoire infaillible, j’étais gardian et je menais même les touristes dans une diligence, on me surnommait d’ailleurs Bill la Loi. »

« Je m’en étais ouvert à Monsieur Denis Colomb de Daunant qui m’avait dit devant témoins “C’est bien, reviens me voir”. Lui, en tant qu’homme de chevaux, écrivain et cinéaste en aurait fait un succès ». Mais la vie n’a pas permis la réalisation du projet et ce n’est que récemment que Guy Dagnac a fait éditer “Lou Mut de Camargo” avec l’aide de son ami Michel Falguières. Gageons que l’histoire n’est pas terminée, Guy espère toujours. Avec raison car, après lecture, on peut imaginer sans peine le film d’une saga camarguaise pleine de rebondissements. Un “Autant en emporte le Mistral...” en quelque sorte.


MARTINE ALIAGA


28€. Disponible chez Sauramps Montpellier, et les librairies d’Aigues-Mortes, Les Saintes-Maries ou auprès de l’auteur, 4, rue de la Licorne à Vestric-et-Candiac.


Bill la loi


Si “Le Mut” est une saga, “Bill la Loi” est un recueil de “brèves de comptoir”. Autour de l’hôtel de la Plage chez les Boisset aux Saintes-Maries-de-la-Mer, les anecdotes pleuvent, l’heure de l’apéro est une messe où les fidèles sont de sacrés loustics, l’auteur Guy Dagnac en tête. Tranches de vies et de rigolades.

15 €. Du même auteur.


**********************