Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/04/2013

CONVALESCENCE

28 avril 2013 - Aux Cabanes de Romieu

Saint-Rémois sur la bonne voie

saint-rémois,manade fabre-mailhan,courses camarguaises

L'intervention terminée, Saint-Rémois retrouve la liberté,
bien encadré par les simbeu Cato et Espigau

Lorsque vous avez la chance d’avoir un taureau spectaculaire, et qui plus est plus frappe et re-frappe de puissance à l’infini, le manadier ne vit pas la course et a toujours peur de la blessure. C’est ce qui est arrivé à Saint-Rémois, de Fabre-Mailhan, le dimanche 9 septembre 2012 à la finale du Trophée des Maraîchers à Châteaurenard. Résultat de ce total impact : un décollement complet de la lèvre inférieure jusqu’à la moitié de la mâchoire, nécessitant la pose de points internes et externes.
Et de penser qu’après un mois de repos cela suffirait et ne remettrait pas en cause sa participation à la finale du Trophée des As à Nîmes le 14 octobre. Ce fut le cas, sauf que dès le premier choc barricadier, Saint-Rémois se re-décollait la lèvre inférieure. Certes beaucoup moins - sur un petit tiers en fait - mais amplement suffisant pour ne plus prendre de risque. Repos complet donc.
Le vétérinaire Jérôme Clavel, qui suit son percutant patient depuis le début, est repassé le voir il y a un mois et demi afin de constater l’évolution : « Il restait encore une petite plaie de 2 cm. Ce n’était pas très grave, juste une fin de cicatrisation normale, et avec Jacques Mailhan on s’était dit que nous attendrions juin-juillet avant de donner le feu vert pour que Saint-Rémois puisse recourir ».
saint-rémois,manade fabre-mailhan,courses camarguaisesMais depuis quelques jours, Jacques Mailhan trouvait que Saint-Rémois salivait anormalement, alors lundi dernier, aux Cabanes de Romieu, tout le monde était à nouveau sur le pont autour de Saint-Rémois, endormi pour l’intervention dans le char. « Il n’y a plus aucun souci avec la plaie qui cicatrise très correctement. Par contre il y avait les trois dents de la partie gauche qui bougeaient beaucoup trop, donc on les a enlevées car je pense que c’est surtout ça qui le dérangeait. En même temps on lui a enlevé aussi les trois autres, histoire de ne plus y revenir », expliquait le vétérinaire.
Comment alors le taureau s’alimentera-t il ? Pour les taureaux c’est plus compliqué avec l’herbe car ils sont obligés de l’arracher. En revanche, aucun problème avec le foin parce qu’en fait, avec leur langue, ils arrivent à faire le tour et le prendre. Ceci dit, vu que la plaie n’est pas complètement cicatrisée, autant laisser le taureau au foin jusqu’à juin afin qu’il ne maigrisse pas. Ensuite, il aura le temps de s’adapter à l’herbe et de pouvoir grignoter normalement.
Est-ce à dire qu’il y a de grandes chances pour qu’il ressorte pendant l’été ? « Sans souci, à 99,9 % on peut l’écrire », n’hésite donc pas à répondre, Jérôme Clavel. Quant à Jacques Mailhan « Je suis confiant et d’accord, mais seulement si Saint-Rémois est dans un très bon état physique. »
Et trois heures après l’intervention, Saint-Rémois, certes groggy comme tout un chacun au réveil d’une anesthésie, en compagnie des deux simbeù Cato et Espigau, histoire d’être en totale confiance, “masteguait” déjà le foin.
Un comportement de bon augure.

Texte et photos
PATRICK PONS

 

saint-rémois,manade fabre-mailhan,courses camarguaises

Trois heures après, Saint-Rémois mastegue déjà du foin

****************************


Les commentaires sont fermés.