Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/09/2013

OBSEQUES DE PATRICK CASTRO

Lundi 30 septembre 2013, 10h30

Une intense émotion

blogcastro.JPG

Porté par ses anciens compagnons de piste (Daniel Pellegrin, Jean Jouannet, Emile Dumas, Gérard Muscat, Raymond Siméon, Frédéric Lopez, et Patrice Meneghini), Patrick Castro a reçu un émouvant hommage.

 

BLOGCASTRO2.JPG

Photos Christian ITIER

Parfois "Carmen" fait pleurer. C'est l'heure du dernier tour de piste pour Patrick Castro et, debout, le peuple de bouvine applaudit. Comment faire silence devant ce géant des pistes, au palmarès éblouissant, et dont le raset est à jamais inscrit sur le sable pescalune. 

Ceinturée par les raseteurs en tenue alternant avec les gardians tridents baissés, les hautes barrières pescalunes dont se riait Patrick avec ses sauts "à l'ancienne" a délimité l'espace des proches et de la famille. Sur les gradins, de Provence et du Languedoc, les afeciouna ont accouru. Une dernière fois rendre hommage au petit bonhomme à la moustache fournie, au sourire espiègle... et au crochet ravageur d'attributs.

Au parterre, les Arlésiennes, la Reine d'Arles et les demoiselles d'honneur toutes de noir vêtues, les manadiers, la Nacioun gardiano, les gardians professionnels... et une sculpture de Goya. Castro - Goya, l'histoire gardera au coeur ce duo.

Les raseteurs contemporains de Patrick ont déposé le cercueil, la famille est recueillie... Les paroles d'hommage au micro sont sobres et poignantes, elles esquissent le portrait d'un homme aimé. Les trois petits enfants sont émouvants... Le maire Claude Arnaud rend un hommage sincère "au raseteur d'exception... à une personnalité  pescalune, une figure de l'histoire de la ville, des arènes....". Denis, l'ami, évoque la carrière de footballeur, les "Amis du CT Goya", le bar National, les voyages... et les apéro. Jacques Valentin et Gérard Muscat ont du mal à terminer leurs dédicaces. L'Ave Maria de Gounod joué à la trompette par Gilles Pellegrini a déchiré les coeurs, puis la Coupo Santo... Jusqu'au dernier Carmen... Les larmes et les applaudissements.


MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER 


 

Les commentaires sont fermés.