Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/10/2013

ARLES *FINALE DU TROPHEE DES AS*

 arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

Dimanche 13 octobre 2013

Ratis et Icare emportent le public

Temps idéal, grosse entrée (plus de 9000 spectateurs), cette finale donne satisfaction. Autour du Biou d'Or Ratis et de la manade Raynaud, l'adhésion est totale et le cocardier reçoit une ovation dès son entrée en piste.

Icare, lui, dans un registre totalement barricadier, se déchaîne jusqu'à ses dernières forces et remporte le prix du meilleur cocardier de la finale.

Daudet affronte la tempête des premiers assauts mais garde bon cap et ses ficelles. Baroudeur joue d'une sévérité extrême peu servi par les hommes et notamment les gauchers étrangement absents. Sylvérado étale sa générosité et sa rigueur au ras des planches.

Garlan produit une course sérieuse et rigoureuse. Le Biou d'Or 2011 2012 ne se laisse mener qu'en tout début de course. Aux ficelles qu'il rentre, c'est une autre histoire. Horacio trouve son compère Bruschet, pour les plus belles trajectoires. Le cocardier a du moral et du peps et s'il s'octroie 2-3 minutes un peu raides c'est pour mieux terminer son quart d'heure en dominateur, avec Bruschet, naturellement.

Ratis affirme ses qualités cocardières. Le Biou d'Or, cul aux planches, ne livre pas ses attributs, il faut venir les chercher et le provoquer. Là Poujol lui offre ses plus beaux cites pour des finitions violentes, à droite Auzolle n'est pas en reste. Mais c'est Four qui s'offre l'embellie du jour avec la 1re ficelle à 2 400 €.

Quant à Icare, c'est un feu d'artifice qu'il offre, des coups en veux-tu en voilà avec méchanceté et force ; bascules en contre-piste ; fracas aux planches. Il ne s'arrête jamais pour un final à la hauteur.

MARTINE ALIAGA


Après la capélado composée de la Gardounenque, les Arlésiennes d'époque napoléonienne, les gardians accompagnés d'amazones, la reine d'Arles et ses demoiselles d'honneur ainsi que Napoléon III et l'impératrice Eugénie arrivés en calèche, la 62e finale s'avère un bon cru.
Une première partie honnête même si Baroudeur est raide. La seconde apporte l'émotion avec Ratis et surtout Icare explosif auteur d'un final endiablé. N'oublions pas Horacio craint et Garlan plus à l'aise aux ficelles. Chez les blancs, Auzolle est un leader charismatique qui prend ses responsabilités, Sanchis et Gros épatent par leur engagement. Poujol étale sa classe et Chekade est opportuniste. Les autres s'impliquent par moments à tour de rôle notamment Bruschet avec Horacio.

En vieux briscard DAUDET (Fabre-Mailhan) laisse passer l'orage, percute Chekade (3) et Gros (3). Dans la bourre, ses changements de terrain sont opportuns. Son coup de tête lui permet de conserver son second gland jusqu'à la neuvième avec un penchant pour les droitiers. Sur une dernière puissante action après Gros, il se blesse à la patte et conserve wses ficelles en musique jouée à 5 reprises.
Par son placement cul aux planches, BAROUDEUR (Martini) fait une sélection rigoureuse qui demande un engagement sans faille. Romain Bruschet et Gros s'y attellent. Aux ficelles, scotché aux bois on autorise les tourneurs dans le pourtour et Auzolle passe in-extremis. Borgne et peu  raseté à gauche sa course est très dure. 4 Carmen et retour contesté.
S'il perd ses rubans en trois minutes, SYLVERADO (Saint Gabriel) poursuit avec conviction cornes au ras des planches. Aux ficelles, raseté sur un rythme soutenu, il se livre avec beaucoup de volonté et quand l'occasion se présente il conclut tête baissée. Un vaillant qui rentre une ficelle. 6 Carmen et rentrée.

Immédiatement placé à son avantage, GARLAN (Les Baumelles) subit cinq minutes aux rubans. A 13 ans ses réactions sont moins tranchantes mais aux ficelles grâce aux rasets engagés des hommes, il se reprend et réalise les poursuites dangereuses qu'on lui connaît. Il termine dominateur. 7 Carmen et rentrée très applaudi porteur de ses ficelles.
Rapide, HORACIO (Cuillé) est décidé mais perd ses attributs en deux minutes trente. Bruschet en tire le meilleur avec des rasets limpides. Difficile à approcher, il se jette fort et déboule à fond jusqu'aux planches. Sa course est sérieuse et va crescendo terminée par une émotionnante enfermée après Bruschet. 6 Carmen et retour.
Ovationné à son entrée, RATIS (Raynaud) se place idéalement mais perd ses rubans en trois minutes trente. Aux ficelles, il enclenche la machine à coups de barrières sous l'impulsion de Poujol et les gauchers mais sur Auzolle l'impact aussi est très puissant. Ayme passe juste puis Poujol l'attire dans un grand raset. Il termine brillamment et peut prétendre à une place de quatrième. Il rentre une ficelle sous l'ovation du public debout. 9 Carmen et retour.
ICARE (Paulin) va t'il chercher une telle énergie. Dès l'entame il se cabre, se catapulte, tamponne aux trousses des blancs motivés. Ses actions (plus d'une vingtaine) sont d'une violence inouïe et malgré les coups il fait preuve d'une volonté incroyable. Sur Auzolle il brise les planches à trois reprises et bascule en contre piste deux fois après avoir tordu un pilier. Il termine épuisé mais conquiert le  jury. 9 Carmen et retour sous l'ovation et le prix de la finale.                                  

ERIC AUPHAN

(PHOTOS MALI, CHRISTIAN ITIER, ERIC AUPHAN à suivre)

 arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

Daudet (Fabre-Mailhan) se dresse après Gros

 arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

 Bruschet démarre à la tête de Baroudeur (Martini).

arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

Sylverado (Saint Gabriel) avec Bastien Four.

 arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

Poursuite de Garlan (Les Baumelles) sur Anthony Ayme

arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

Le Bioù d'Or Ratis (Raynaud) avec Hadrien Poujol

 arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

Icare (Paulin) brise la planche après Loïc Auzolle.

Entrée : un gros ¾ d’arène. Org. : SA Jalabert Frères. Présidence : Claude Chevalier. Raseteurs droitiers : Auzolle, Ayme, Bruschet, Chekade, Gros, Sanchis. Gauchers : Errik, Favier, Four, Lafare, Martin, Ouffe, Poujol. Tourneurs : Bensalah, Cuallado, Fouque, T. Garrido, Kerfouche, Sanchez.

Trophée des As : Auzolle (14) Four, Sanchis (9) Gros (6) Chekade, Lafare (5) Ayme, Bruschet (3) Érrik, Favier, Poujol (2)

Palmarès 62e Finale du Trophée Taurin

1er Auzolle, 532 points ; 2. Allouani, 508 ; 3. Chekade, 379 ; 4. Poujol, 308 ; 5. Errik, 282.

Bioù d'Or 2013 : Ratis, manade Raynaud

Meilleur taureau de la finale : Icare, manade Paulin

**********************************************

Le Show aux planches signé Icare meilleur taureau de la finale

 arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

 arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

 arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

 

 arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

Les commentaires sont fermés.