Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/01/2014

CONFERENCE

nation gardiane,confrérie des gardians,courses camarguaisesnation gardiane,confrérie des gardians,courses camarguaisesNoves : soirée
à l'Eden Cinéma

Héritières
de grands visionnaires


L'Antico coufrarie
    et la Nacioun font encore signal

 nation gardiane,confrérie des gardians,courses camarguaises

Quelle est la différence entre la Confrérie des Gardians et la Nacioun Gardiano ? Hormis les plus initiés, c'est-­à­-dire les moins nombreux, beaucoup d'entre nous sont incapables d'y répondre correctement. Que ce soit pour l'une ou l'autre. Pour le grand public, ce sont des cavaliers en costume traditionnel sur leurs chevaux blancs tenant trident, porteur de leurs drapeaux respectifs, qui défilent lors des grands rendez-­vous. Alors dernièrement à Noves, Jean-­Pierre Pascal responsable de l'Office du Tourisme, au­-delà de se poser la question, a voulu la faire partager publiquement en organisant une conférence à l'Eden Cinéma.

Pour ce faire, il s'est attaché les services et les compétences de deux des représentants de ces entités. A savoir Jean­-Jacques Jonin, secrétaire de la Confrérie, et Guy Bourneton, membre de la Nacioun, lesquels durant plus de deux heures ont réussi à captiver l'assistance de leur récit.
La Confrérie est née en 1512 et des documents en attestent. "Dès le début, elle fonctionne comme "une association loi 1901" sauf qu'ils (les gardians) avaient anticipé ? Grâce à cette évolution, et aux auteurs tels Joseph d'Arbaud et Frédéric Mistral - ayant permis de donner une autre image exotique que celle des valets de fermes et leurs petits taureaux noirs-, le métier existe encore. Une évolution permanente qui n'est en fait que l'adaptation de notre société" commente Jean­-Jacques Jonin. Une société dans laquelle la Confrérie, outre sa vocation première de la défense de la tradition taurine, aide également ses membres professionnels en cas de besoin. "La seule rentrée d'argent en est la fête des gardians le 1er Mai en Arles" précise Jean­-Jacques.
nation gardiane,confrérie des gardians,courses camarguaisesLa Nacioun Gardiano, elle, a vu le jour en 1909, et qui dit Nacioun dit obligatoirement le Marquis Folco de Baroncelli­-Javon. "Homme  visionnaire, disciple aimé de Frédéric Mistral, directeur avec le Mèstre du journal l'Aïoli, majoral du Félibrige, et dont la devise était lorsqu'on a un idéal  on y sacrifie tout"  indique Guy Bourneton qui poursuit toujours sur le Marquis "Dans sa pensée, Lou Coumitat Vierginen créé en 1904 n'était qu'une première étape, une action nationale plus large. En 1909, Lou Coumitat Vierginen prend le nom de Nacioun Gardiano et précise ses buts: maintenir et glorifier le costume d'Arles, les us et coutumes de la Camargue et des pays taurins".
Deux structures donc, la Confrérie et la Nacioun, qui se sont adaptées à leur époque et qui associent (puisque nombre de personnes font partie des deux) leurs efforts pour maintenir les traditions. Le relais sera pris par la jeune génération, comme Emmanuel Lescot (prieur en 2012) se faisant un devoir et un honneur de répondre à l'invitation des ses deux aînés. Manadier de génération en génération de par sa mère Magali Saumade, et également de par son père Frédéric Lescot vice président de la Confrérie, Emmanuel  représente l'avenir de cette culture taurine. Celle du terroir camarguais tenant, Provençaux et Languedociens, à coeur et guidée journalièrement par l'emblème qu'est le taureau Camargue. "S'il faisait vivre les manadiers, on ne serait pas obligé d'être aussi agriculteurs. Mais sans les hectares consacrés au fourrage à nourrir les bêtes, et sans la riziculture, la Camargue ne serait pas ce qu'elle est. Et si le Toro mène à la gloire le ganadero, pour le Taureau c'est le manadier qui le mène" exprime justement Emmanuel.
Le Marquis est mort, morte est la Nacioun Gardiano disait-­on au décès du Marquis en 1943. Force est de constater qu'il n'en est rien grâce aux disciples d'hier, d'aujourd'hui et de demain. Et les drapeaux de la Confrérie et de la Nacioun, portés par les capitaines et prieurs respectifs, flotteront encore longtemps pour la défense de leurs valeurs, au gré des rassemblements pour l'éthique de leur idéaux. A ce titre Jean­-Jacques Jonin et Guy Bourneton d'en être de dignes porte-­parole, Emmanuel Lescot la continuité, quant à Jean Pierre Pascal comme les présents, ils sont à féliciter pour cette initiative. 

PATRICK PONS

A SAVOIR

Les fondamentaux de la Confrérie: resserrer les liens de camaraderie professionnelle ; venir en aide aux gardians ; maintenir et défendre l'intégrité du territoire dans le cadre des traditions ; maintenir les us et coutume corporatifs.

Le bureau: président Hubert Yonnet. Vice-présidents Jacques Mailhan et Frédéric Lescot. Trésorière: Anne Lambert. Trésorier adjoint: Georges Portalès. Secrétaire: Jean­Jacques Jonin. Secrétaire adjointe:Catherine Sautecoeur. Archiviste: Rémi Venture. Notaire de la Confrérie: Maître Jean­Pierre Gilles.

Les fondamentaux de la Nacioun: maintenir et glorifier le costume d'Arles ;  maintenir les us et coutumes de la Camargue et des Pays taurins ; poursuivre l'épanouissement de la langue d'Oc ; propager la doctrine félibréenne contenue dans les oeuvres de Frédéric Mistral et de ses disciples.

Le bureau: Capitaine depuis 2004 Guy Chaptal. Trésorier: Jean-­Luc Bouis. Trésorier adjoint: Robert Combes. Secrétaire: Bernard Hyacinthe. Secrétaire adjointe: Anne Marie Erruz.

Les capitaines: à la Confrérie, le premier, Louis Daumergue, remonte en l'an 1807 et l'actuel est Marcel Raynaud. Au décompte 94 capitaines, le 95e sera désigné le jeudi 1er mai 2014.

A la Nacioun: M. Jules Grand de 1904­ à 1919. Jean Grand de 1919­1924. Jean Berard de 1924­-1930. Alphonse Arnaud de 1930­-1964. Henri Aubanel de 1964­-1990. André Dupuis de 1990-­2004 et depuis 2004, Guy Chaptal.

En nombre: la Confrérie des Gardians comprend pratiquement 300 membres et la Nacioun Gardiano entre 450 et 500.  

Les deux drapeaux:  Confrérie: l'actuel date de 1933, il est bordeaux représentant Saint-­Georges terrassant le dragon symbolisant la victoire du bien sur le mal.

De la Nacioun: l'actuel date des années 1950, d'un côté la barque des Saintes-­Maries­-de­-la­-Mer surmontée de l'étoile à sept rayons, et de l'autre côté la croix du Languedoc sang et or et le cri de guerre des Albigeois "Toulouso, Prouvenço e Avignoun".

Les festivités: la Confrérie organise la cérémonie du 1er Mai et depuis 1984, tous les trois ans, la fête des gardians est associée à l'élection de la Reine d'Arles. A l'issue de la messe de Saint Georges, les petits pains bénis sont distribués aux autorités: la corporation des Notaires, Les petites soeurs des pauvres, la sous-préfecture, la Mairie...

nation gardiane,confrérie des gardians,courses camarguaisesAvec la Nacioun: historiquement, la Nacioun est toujours organisatrice des Fèsto Vierginenco se déroulant aux Saintes­-Maries­-de-­la-­Mer le dernier dimanche de juillet, et tous les deux ans du pèlerinage de Lourdes.

Saint Georges: c'est l'un des saints des plus populaires que les gardians ont choisi comme saint patron à la création de leur confrérie le 2 janvier 1512. Il repose dans sa niche dans la collégiale Notre-­Dame la Major (celle des gardians) et il est porté par les prieurs, entrants et sortants, chaque 1er mai au milieu de son peuple.

La gardienne: Magali Dunant est la gardienne de Saint Georges et elle y veille depuis 1968.

Président: Hubert Yonnet est président de la Confrérie depuis 1972, il transmet le drapeau de la confrérie au nouveau capitaine chaque année en piste d'Arles.

nation gardiane,confrérie des gardians,courses camarguaisesCommémoration: le 2 janvier 2012, en lieu et place de la signature de l'acte fondateur une plaque commémorative a été dévoilée... 500 ans plus tard sur le mur d'enceinte du théâtre antique d'Arles.

Jeux et costume: c'est au Marquis Folco de Baroncelli­-Javon que l'on doit les jeux de gardians et de lacodification du costume.

*****************

 

Les commentaires sont fermés.