Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/02/2014

VISITE EN MANADE

 Février 2014 - Manade Raynaud

 ratis,manade raynaud,courses camarguaises

Une journée au Grand Radeau

 ratis,manade raynaud,courses camarguaises

Après une petite balade dernièrement en Pays héraultais à la manade Cyr, cette belle matinée printanière m’a mené cette fois-ci dans les Bouches-du- Rhône et plus précisément sur la commune des Saintes-Maries-de-la-Mer, sur les terres du Grand Radeau où a élu domicile,  depuis 1945, la manade Raynaud, suite à l’achat quarante ans plus tôt par Mathieu Raynaud  de la manade Papinaud.
ratis,manade raynaud,courses camarguaises◄ Photo Jean Raynaud - A l’issue d’un long périple sur la grande draille conduisant de la route du Bac du Sauvage au Mas du Grand Radeau, je fus accueilli dès mon arrivée par Maguy et Marcel autour d’un café et des fougasses amenées par un ami fervent de la marque, José Vidal pour ne pas le citer. Les discussions, de biou bien entendu mais aussi de politique (élections communales obligent) vont déjà bon train sans oublier un bref retour en arrière avec de vieilles photos d’Evêque à Lunel, des visages connus en contre-piste et des petites histoires d’antan.
ratis,manade raynaud,courses camarguaises► Photo Marcel Raynaud - Au cours de l’une d’entre elles, Maguy lâche à son mari  « Dis Marcel, celle que tu racontes à plus de 50 ans ! ». Le temps passe vraiment trop vite en présence de ces gens de cœur, débordants de gentillesse et fort accueillants. On resterait des heures à discuter, à papoter tant les discussions sont autant passionnées que passionnantes. 
D’hier, d’avant-hier ou de jadis, les histoires sont vécues au temps présent. Il semble que les scènes se déroulent sous nos yeux tant elles sont précises notamment celle ou ce trois-mats échoué sur la plage un jour de tempête. Il transportait on ne sait quoi ("même s’il y a peu de doute sur sa cargaison", rajouta notre narrateur) et son équipage était évacué par hélicoptère avant l’arrivée des gendarmes. Le tout, sous le regard de Marcel qui faisait le tour du pays à cheval comme il avait l’habitude de le faire tous les matins, été comme hiver pour voir si tout était en ordre.
Impossible d’arrêter le temps, les aiguilles de la montre ne cessent de tourner. Jean arrive pour aller arriber.
ratis,manade raynaud,courses camarguaisesLe foin chargé sur la charrette. Direction la draille jusqu’au poste de garde et nous voilà, parmi les veaux et leurs mères, où l’on peut déjà reconnaître la vedette féminine de l’élevage Carioca  (◄ photo) qui a participé à la Finale du Trophée Philippe-Thiers en 2012 au Grau-du-Roi et en 2013 à Saint-Georges-d’Orques.  A ses côtés, Farandole, Palunière et Comète veillent, elles aussi, sur ce qui va être le relève.
Plus en retrait, sur les  hectares verdoyant de Pin Fourcat, pour un  complément de nourriture aux taureaux jeunes. Une quarantaine en tout, tous plus jolis les uns que les autres, morphologiquement différents et aux embanages diversifiés.

 

ratis,manade raynaud,courses camarguaises

RATIS, Biou d'Or 2013

Mais notre visite de pouvait s’arrêter là. En effet, il y a un pensionnaire parmi les autres aujourd’hui qui s’attire tous les regards et qui ramène la famille Raynaud sur la plus haute marche du podium. Vous l’avez deviné, je veux parler de  Ratis, qui après avoir été proclamé  Biou de l’Avenir 2011, meilleur taureau de la Finale des As en 2012, a été sacré Biou d’Or 2013.

ratis,manade raynaud,courses camarguaisesAprès de petites querelles avec ses benjamins et malgré un léger coup de corne dans l’épaule (déjà réparé),  c’est désormais à proximité du Mas, en compagnie de Marcamau, Rabino, Escamillo (► photo), du tout jeune mais déjà prometteur Léo, sans oublier le vétéran de l’équipe, le simbeu Tranquillou, âgé de 21 ans,  que les « stars » de la devise "rouge et Bleu" sont choyées.

Malgré certains bruits hivernaux totalement faux,  Ratis est bien là, sur la levée et  semble déjà poser pour la photo. On resterait là, des heures, à le contempler tellement il est beau, majestueux et imposant. Du regard, il ne semble perdre aucun de nos mouvements, des oreilles aucune de nos paroles et des anecdotes de Marcel.

En le regardant très vite, des images de Ratis en piste resurgissent dans nos têtes, des images riches en émotion lorsque le matin de l’élection du Biou d’Or, les benjamines de l’élevage, la larme à l’œil savouraient le résultat du vote, ou encore lorsque Marcel, Jean et Frédéric traversaient sous une formidable ovation la piste arlésienne pour y recevoir le Biou d’or. Mais également des images riches en sensation, comme ses enfermées et encore plus ses coups de barrière.
Souvenir, souvenir, quand tu nous tiens !!!
Il est déjà midi bien passé, c'est l’heure de retourner au Mas tout proche. Frédéric, avec le camion arrive de La Crau avec le plateau chargé d’une dizaine de tonnes de foin, ce qui rappelle, que même si aujourd’hui le temps est printanier, l’hiver et ses tâches quotidiennes est bien là.
Au loin en direction de l’Ouest, sur l’Etang de La Grande Rhée Longue,  les flamants roses chantent la saison des amours. En direction du nord, la neige blanchit les hauts sommets de l’Aigoual et plein Sud, la mer laisse entendre ses vagues s’écraser sur la plage et un léger garbin nous porte le cri des gabians.
Merci à la Famille Raynaud  pour cette petite escapade de rêve en terre sainte, cette terre sainte de Camargue qui durant l’Antiquité n’était qu’une île entre ciel et mer consacrée au Dieu Râ, père du soleil qui donnera comme premier nom au village des Saintes-Maries-de-la-Mer, Notre Dame de Ratis.

 

 
Texte et photos
Cyril DANIEL

Les commentaires sont fermés.