Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/04/2014

LA MARSEILLAISE * TROPHEE OVATION *

Jeudi 17 avril 2014
 
La tauromachie pour religion

arles,la marseillaise,trophee ovation,courses camarguaises

 
Il est bien connu qu'en tauromachie il n'y a pas de couleur politique, si ce n'est celle de la passion à laquelle adhère toute la famille aficion pour les taureaux et toros. Preuve en est avec notre confrère La Marseillaise qui a réuni (le jeudi 17 avril) les deux branches généalogiques de la tauromachie, pour les récompenses de son trophée "Ovation", dans les salons de l'Hôtel Atrium d'Arles.
Une famille qui rendit hommage à Jean Jacques Reboul, récemment décédé. Le président du CTPR Etienne Boisset des Saintes-Maries-de-la-Mer avait fondé le Trophée des Vaches Cocardières, dont il fut président de 1986 à 1992 et dont le successeur, Jacques Roumajon, retraça en quelques mots le parcours taurin.
Une famille qui mit en place l'alternance au moment des récompenses. D'abord pour la tauromachie camarguaise. « Issue de cette cuvée exceptionnelle des courses de Ligues 2012, puis accédant en 2013 au Trophée de l'Avenir et véritable attraction, il n'y a pas eu photo , comme on dit » commenta Yves Bustin, responsable bouvino de La Marseillaise, à l'adresse du jeune raseteur de Ziko Katif. En corrida ensuite, avec Philippe Cuillé à qui Thierry Rippol (Llopir pour les spécialistes) plutôt qu'un long discours demanda « Pourquoi un manadier est devenu ganadero? » « Ami de Christophe Yonnet et de sa sœur Myriam et voisin au Grand Badon, quand on aime les taureaux et les toros ça s'est fait tout naturellement » a répondu (en raccourci) Philippe.
Des acteurs d'accord, mais pour retracer ce qui se déroule en piste, il faut des hommes (et des femmes) de plume. Alors la famille taurine d'honorer l'écrivain Jean-Marie Magnan, avec le trophée Relampaguito. Celui-ci d’exposer : « Il paraît qu'en tauromachie c'est 90 % de discours et 10 % d'action, alors je me range dans la première catégorie » et d’ajouter « Qu'il est normal que la résistance face aux anti-corrida commence à se manifester ». A l'exemple, au préalable, du maire Hervé Schiavetti : « La loi nous donne raison de défendre nos traditions taurines et la mobilisation est forte ».
Enfin, ce fut au tour de Manu Péro, dont André Chamand avec un plaisir perceptible retraça la carrière de chroniqueur au Midi Libre et à La Provence. Un ami qu’il cotoya sur les tables de presse dans les arènes de Provence et du Languedoc de 1977 à 2000. « Des années de bonheur et de bons moments qu'on ne peut oublier », exprima Manu en recevant le trophée "Lebrau" de son vieil ami... Lebrau. Emouvant assurément.
Et la famille comme à chaque manifestation, de lever le verre de l'amitié, en l'occurrence celui de la maison Ricard, et bientôt l'alternance des conversations reprenait ses droits.

PATRICK PONS

Les personnalités présentes :
Pour appuyer cette remise de distinctions, les personnalités dirigeantes de notre confrère, et autres, avaient fait le déplacement jusqu'à la "petite Rome des Gaules". Il s'agissait de Jean Louis Bousquet Président Directeur Général du quotidien et également Directeur de la Publication. De Roland Villalonga responsable des grands évènements, et Pascal Buisse responsable de l'agence de Nîmes. De Christian Bastid conseiller général du Gard. Puis Mr le maire d'Arles Hervé Schiavetti et son premier adjoint Patrick Chauvin, avec quelques conseillers municipaux, et le président de la FFCC Gérard Batifort.

Les commentaires sont fermés.