Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/05/2014

SAINT MARTIN DE CRAU *AVENIR*

Samedi 31 Mai 2014

LA COURSE SPECTACULAIRE DE BEN HUR …

 san juan

De l'agressivité avec Ben Hur (Lautier) après David Moine

Entrée: 1/20ème Organisateur: CTPR St Martinois Présidence: P Chabanon Droitiers: Guyon, D Maurel, Moine, Roig. Gauchers: Bouhargane, Ferriol, Gaillardet. Tourneurs: Dumas, Lieballe, Lizon, Lopez.

Devant des gradins clairsemés la course n'a jamais atteint les sommets malgré l'énergie et les primes de Philippe Chabanon. Les raseteurs homogènes se sont révélés supérieurs face à des taureaux qui (pour certains) demandent à mûrir. Après Boubi compliqué, Méphisto à des qualités mais ne tient pas la cadence tandis que Ben Hur amène la touche spectaculaire.

Bien placé, BOUBI (Chauvet) utilise un violent coup de revers qui gêne la pose des crochets au maximum. D'ailleurs, on attaque les ficelles à la huitième. Toujours coopératif mais avec un balancement moins prononcé il les conserve avec la musique au retour. Une pincée de finition n'aurai pas nui.... Mobile, LIGNAC (La Galère) se laisse cuisiner trois minutes aux rubans. Sans difficulté, il ne rechigne pas dans les séries et les rasets sans être gastronomiques  s'enchaînent à un rythme soutenu. Deux poussées au ras des bois pour autant de Carmen. Il rentre néanmoins une ficelle mais sans étoile. Vif, MÉPHISTO (Chapelle-Brugeas) fait impression avec ses longues cornes mais les raseteurs en prennent vite la mesure. Volontaire aux ficelles, il s'avère un partenaire coopératif qui offre douze minutes généreuses mais en manque de reins. 5 Carmen et rentrée.

Vaillant, SALADIN (Saumade) donne un peu plus de relief aux ficelles après avoir perdu rapidement ses pompons. Il maîtrise plutôt bien l'espace mais manque de poussée à la sortie du raset et s'incline en douze minutes trente. 3 Carmen et retour. D'entrée, BEN HUR (Lautier) saute après Guyon et tape tête aux planches à l'arrivée. Généreux, il met beaucoup de cœur dans ses finitions percutantes ou ses sauts agressifs après les hommes. Quatorze minutes spectaculaires et combatives qui sauvent un peu la course. 5 Carmen et rentrée. Disponible, REBOUSSIE (Ribaud) subit l'assaut blanc et combat avec peu de conviction. En dessous de ses performances, ses huit minutes trente finissent un peu mieux mais ne rehaussent pas sa timide prestation qui déçoit malgré 3 Carmen et retour.

san juan

Rémi Guyon à la tête de Boubi (Chauvet)

san juan

Geste sûr de David Maurel à la tête de Lignac (La Galère)

 san juan

Longues cornes à l'affut pour Méphisto à la poursuite de David Maurel

san juan

Poursuite de Sladin (Saumade) après Joan Gaillardet 

san juan

Ben Hur (Lautier) cogne après Rémi Guyon

mais aussi après David Maurel ci-dessous

san juan

san juan

Réboussié (Ribaud) pointe la corne après Rémi Guyon

Texte et photos Eric AUPHAN

Trophée de l’Avenir: Bouarghane (15) Roig (6) Gaillardet (5).

30/05/2014

MAGAZINE "VIVRE EN CAMARGUE"

MAGBLOG.jpgCamargue entre les bras du Rhône, Petite Camargue, Provence, Languedoc... Ici la culture est riche, colorée, bien vivante. "Vivre en Camargue" propose une ballade non exhaustive à la rencontre de l'histoire, des hommes et des bêtes, des manifestations qui illustrent ce patrimoine à nul autre pareil. Portraits de gens de talent, défenseurs de la fe, cette foi dans les traditions qui rassemble dans les rues Arlésiennes et gardians, qui porte les afeciouna vers les arènes, foi qui se propage pour rassembler les générations.

52 pages pour vivre l'amour des taureaux au coeur des manades, la passion du costume et des associations de tradition, le dévouement des bénévoles, l'intensité des duels dans les arènes, le talent des artistes qui transcendent le passé et illustrent le présent... Et tous ceux qui passent le relais aux plus jeunes. En couverture du magazine, Antonin, 7e génération de la manade Raynaud, en symbole de la transmission.

* 2,90€, demandez-le dans tous les magasins presse de la région Languedoc.

29/05/2014

VAUVERT *TROPHEE DES AS*

 vauvert,2e grand rendez-vous du trophée taurin,garlan,courses camarguaises

Jeudi 29 mai 2014 - 2e Grand Rendez-Vous du Trophée Taurin

La leçon de Maître Garlan 

 vauvert,2e grand rendez-vous du trophée taurin,garlan,courses camarguaises

Garlan anticipe Four

vauvert,2e grand rendez-vous du trophée taurin,garlan,courses camarguaisesLa belle affiche proposée a connu un grand succès populaire. Gradins, escaliers, nouvelle contre-piste à claire-voie pleins à craquer... du monde partout... Un vrai plaisir.  

La course en elle-même n’a enthousiasmé qu’en partie. Un bon troisième Crapone de l’Occitane, un excellent Garlan des Baumelles, Ulmet de Blanc 5e qui finit sa prestation très fort, Ratis à l’inverse termine moins percutant qu’à l’accoutumée. Et un Garlaban pas raseté ce qui n’a pas plu au public. En blanc, Bastien Four se distingue, avec, en alternance, Jérôme Martin qui conquiert les arènes, et Anthony Ayme. Les autres n’ont pas accéléré quand il l’aurait fallu, ne sachant pas se transcender et profiter de cette belle affluence. Dommage!

Sisley (Blatière-Bessac).- A son rythme plutôt lent, il passe d’un raset à l’autre mais reste toujours à l’affût d’une faute d’un blanc (comme après Auzolle qu'il manque épingler). 9 minutes.

Brutus (Lautier).- De bonne volonté et cocardièrement au point à savoir qu’il sait utiliser tout le pourtour et se mettre au bon endroit, il pousse à plusieurs reprises et se soulève, actions sur Poujol, Rey. 11 minutes, 2 Carmen et retour.

Crapone (L’Occitane).- Attaque à grande vitesse et se jette aux planches à chaque action. Aux ficelles, change de terrain, se pose, bascule après Errik, qui ne s’accroche pas pour la minute émotion. Le cocardier sait se délimiter un large terrain qu’il défend cornes à l’affût et conclusions frappantes. Superbes rasets de Martin pour des arrivées avec éclats, dans des duos parfaits. Finitions sur Martin, Four, Rey, Crapone se fait respecter et rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour.

 vauvert,2e grand rendez-vous du trophée taurin,garlan,courses camarguaises

Photo anticipation sur Belgourari - Garlan (Les Baumelles).- Frais comme un gardon, le double Biòu d’Or donne la leçon aux raseteurs. Placement, anticipations, changements de terrain... Les blancs ne lui sautent pas dessus. Les plus assidus: Four dans de superbes mouvements, Ayme dans les cornes, Belgourari en danger, Martin, Bruschet... Là c’est chacun son tour et pas de cohue. Maître Garlan dominie, et si Four gagne la ficelle à 1260€, à la 13e minute, l’autre rentre en musique, déjà sept fois entendue et  sous les applaudissements. 

Ulmet (Blanc).- Beaucoup de mouvement aux premiers attributs mais aux ficelles, Ulmet se pose et laisse venir. Lui aussi trouve les places propices et attend les invites peu nombreuses, ma foi. Mais une fois embarqué, il se dresse après Martin, Bruschet, Errik. En tête à tête avec Four, Ulmet s’envoie carrément, conclusion sur Martin. Bien calé, et moins enclin à droite, c’est avec les gauchers qu’il s’explose le mieux (Four, Martin). Rentre ses ficelles, primées à 1000€ au terme d’un quart d’heure a mas. 8 Carmen et retour. 

Ratis (Raynaud).- Il attaque avec un punch terrible, d’entrée il y  a le feu après Four. Enorme engagement sur Belgourari, récidive sur Martin. Poujol traverse la piste, Ratis se dresse après Errik. Bien positionné, Ratis repousse les hommes à bonne distance. Alors Four s’impose dans  plusieurs actions, Ayme s’implique. Après, les hommes baissent la cadence, les rasets s’égrènent au coup par coup, et Ratis se montre moins percutant. Les restes de sa blessure à Palavas ?... Reste Ayme qui s’octroie les deux ficelles à 11’30. 6 Carmen et retour.

vauvert,2e grand rendez-vous du trophée taurin,garlan,courses camarguaisesPhoto coup de barrière sur Ayme - Garlaban (hp pour le Trophée mais compte pour le Camargue médical).- Avant la trompette, il a déjà cassé les planches et basculé. Certes, il est déconcertant par ses sauts, mais quand il se place, alors là personne pour le défier. Alors ce grand enfant continue ses frasques. Quelques timides essais, Auzolle, Ayme, Four, deux vrais rasets de Belgourari pour deux beaux coups de barrière, un sur Ayme... Mais pas assez pour que le nombreux public pardonne leur désertion aux hommes.

MARTINE ALIAGA
Texte et photos

Entrée : archi comble. Org. Service des festivités. Président : Claude Chevalier. Raseteurs droitiers : Auzolle, Ayme, Belgourari, Bruschet, Rey, Jourdan. Gauchers : Four, Martin, Poujol, Errik. Tourneurs : Ull, Fouque, Sanchez, Abbal, Noguera. 

Trophée des As : Four, 33 points ; Ayme, 30 ; Auzolle, 15 ; Errik, 9 ; Belgourari, 6 ; Bruschet, 3 ; Martin, 3 ; Rey, 3 ; Poujol, 3

CONCOURS D'ABRIVADO LE MATIN

 vauvert,2e grand rendez-vous du trophée taurin,garlan,courses camarguaises

▲ Marché du terroir et 29e concours d'abrivado, présidé par Annelyse Chevalier ont attiré sur Vauvert dès le matin la foule des grands jours.

LA GUEST STAR

▼ Le Vauverdois René Girard entraîneur de l'équipe de foot de Lille dans les tribunes, simple et jovial à son habitude.

 vauvert,2e grand rendez-vous du trophée taurin,garlan,courses camarguaises

Du mieux en contre-piste

▼ La palissade de bois moche et masquant la piste qui ceinturait la contre-piste des arènes va faire place petit à petit à des travettes ajourées, sécurisantes et accueillantes pour être au plus près des cocardiers. Une petite partie a déjà été réalisée, Jean Denat, maire de Vauvert, a promis de faire au plus vite pour accélérer les travaux.

 

vauvert,2e grand rendez-vous du trophée taurin,garlan,courses camarguaises

**********************************

 

 

 

LE GRAU-DU-ROI *VACHES COCARDIERES*

 le grau-du-roi,vaches cocardières,ascension,trophée philippe-thiers,courses camarguaises

Jeudi 29 mai 2014

VALSIERE, PELOTE, CIGALE et BIMBINETTE
SANS FORCER !
 
Tout  y était ...... Le beau temps, le monde sur les gradins (environ 1700 spectateurs), des cocardières à fort tempérament et d’autres plus vulnérables, du sérieux, du spectaculaire,  de l’argent sur les cornes mais les tenues blanches en avaient décidé autrement ne faisant, tout en restant respectueux, le minimum syndical au point d’entendre les tourneurs ( G Sagnier, A Duran, D Dunan) s’exclamer « essayez au moins, faites semblants » ou encore « si personne ne démarre je me lève vous m’avez gonflé maintenant »... Des cocardes à 500 € restent sur la tête ; une se lève à 490 € sur un raset coquin. Bref, vous l’avez compris, la course de vaches cocardières n’a pas atteint les sommets et pour cause...
Rien d’autre à dire à la sortie que de regarder dans le rétroviseur et regretter les années Jeanjean, Castel, Alteirac et Rouveyolles.  Si positivons quand même. On peut ressortir de cette course, en premier lieu Valsière de Chaballier suivie de Pélote du Ribansol, Bimbinette des Baumelles et la Cocardière d’Or en titre, Cigale de Ricard qui ont su saisir le peu d’opportunité  pour se mettre en valeur.
Chez les tenues blanches, aucun des 8 présents (Y. Perez, A Perez, J Pinter, S Mebarek , T Dumont, F Aliaoui, JL Ricci, M Charnelet, J Ferriol) n’est ressorti du lot, pourtant il n’en fallait pas beaucoup.
 
le grau-du-roi,vaches cocardières,ascension,trophée philippe-thiers,courses camarguaisesPhoto avec Dumont - Bimbinette (Les Baumelles- n°004).- A son âge elle n’a plus rien à apprendre. Collée aux planches, elle sort volontiers, anticipe légèrement et baisse la tête au contact. Une série déclenche le disque tout comme à son retour au toril porteuse de ses ficelles.
le grau-du-roi,vaches cocardières,ascension,trophée philippe-thiers,courses camarguaisesPhoto avec Dumont - Pelote (Ribansol- n°601).- D’entrée se place et attend... Ne trouvant chaussure à son pied elle change de terrain, toujours dans les planches, et attend. A droite comme à gauche ça tarde à venir. Une grosse anticipation et une puissante finition sur Dumont fait tourner le disque renouvelé à sa rentrée porteuse de son 2e gland.
Astride (Bon- n°731).- Elle a tendance à regarder ou à aller voir (4 fois) ce qui ce qui se passe en contre piste. Rasetée, elle ne tiendra pas le rythme et après deux jolies actions sur Ferriol, laissera passer pas mal... Le Carmen touristique la raccompagne porteuse, malgré ce, de sa cocarde.
Désirade (Chapelle – n°929).- Seulement 5 ans, et déjà dans le grand bain... Une jolie finition sur Dumont, un saut dans l’élan derrière Ferriol sont venus meubler son temps de course,  ponctué par des séjours dans le couloir. Porteuse de sa 2nde ficelle elle retourne au toril en silence.
le grau-du-roi,vaches cocardières,ascension,trophée philippe-thiers,courses camarguaisesPhoto avec Ferriol - Valsière (Chaballier – n°605).- La Cocardière d’Or 2012 a la pêche et  entend bien le faire savoir. Faute de travail, elle promène. Mais quand celui-ci arrive, rien à voir avec une valse, c’est plutôt un rock acrobatique qu’elle effectue surtout dans ses arrivées aux planches aux trousses Ferriol (3) Ricci (2) Dumont et Mebarek.... Ricci la prive de sa cocarde à 490 € et  de son 2nd gland dans sa dernière minute de course récompensée par un 6e Carmen.
Hélèna (Blatière-Béssac – n°745).- Elle répond volontiers en jouant d’un coup de tête prononcé et en mettant à son actif trois séries où elle gagne les centre de la piste d’un raset à l’autre. Elle aussi retourne au toril en silence.
le grau-du-roi,vaches cocardières,ascension,trophée philippe-thiers,courses camarguaisesPhoto avec Charnelet - Cigale (Ricard – n° 679).- Vive, rapide, et toujours près des planches (sans s’y coller cependant) et elle attend, mais rien de vient. Seulement 2 rasets à la tête  sur laquelle reste accrochée la cocarde à 500 €. 2 Carmen, retour inclus, pour la Cocardière d’Or en titre.
Pour conclure Gaïa (Chaballier – n°601) rasetée au compte-goutte a bien assuré son rôle de dernière malgré qu’elle fut moins percutante qu’à l’accoutumée.....  Ricci, Charnelet, Ferriol et Mebarek se feront raccompagner au dessus des planches pour 5 Carmen, rentrée comprises...
Texte et photos
Cyril DANIEL

28/05/2014

VESTRIC-ET-CANDIAC *LIGUES*

Mercredi 28 mai 2014

LES RIBANSOL, LA GALERE et NICOLLIN
SE METTENT EN EVIDENCE
 
Cette quatrième course de sélection de vaches cocardières a une fois de plus, comme les trois précédentes d’ailleurs, apporté sa part de satisfactions aux membres du Trophée Philippe Thiers, partis à la conquête de nouveaux talents et au public, relativement nombreux, compte tenu les contexte de ces courses (en ligue et le mercredi) .
Dans une première partie relativement sérieuse, et une seconde plus diversifiée, les manades du Ribansol, La Galère et Nicollin ont pris une longueur d’avance tout comme chez les blancs, le jeune Antoine Charrade qui à droite s’impose sans difficulté, bien secondé par Emmanuel Jodar et le vétéran de l’équipe Cédric Miralles.  Même si Mickael Lopez et Vito Viscomi ont eu de bons passages, avec Jérémy Pinter, les gauchers n’ont pas parus au mieux leur forme. Dommage !
Première, la n° 918 la manade La Galère se fait prendre au vire-vire et fait front en baissant la tête. Elle s’engage fort sur le raset et quand elle sent l’homme relativement proche  n’hésite pas à taper derrière Charrade (3), Jodar et sauter derrière Viscomi et Lopez. La plus âgée de la journée, la n° 717 de la manade Du Ribansol d’entrée trouve les angles et ralenti l’ardeur des hommes. Les poursuites sont serrées sur Charrade (3), Jodar et Miralles de même qu’une arrivée sur Jodar ou elle bascule . La 081 la manade Nicollin est tout aussi sérieuse. Elle s’engage fort sur le raset et se déploie aux planches  sur Miralles, Viscomi avant de les franchir à deux reprises à nouveau derrière Viscomi. Juste avant la pause, la course allait descendre d’un cran avec la n°808 de la manade Saint Gabriel qui se montra irrégulière. Elle peut être présente sur une série, comme sauter aux trousses de Miralles et Jodar mais aussi lâcher prise quand les hommes lui tombent dessus en appuyant moins  ses répliques.  
Après la pause,  la course sans perdre de son intérêt, allait devenir plus brouillonne à l’exception de la 945 de la manade La Galère, qui en dernière position, avec un œil de lynx et fusant sur tout ce qui bouge, va s’avérer extrêmement spectaculaire en tapant fortement sur Charrade (3), Viscomi, Miralles (2). La  n°703 de la manade De Sylveréal  (5e) a des qualités certaines qu’elle ne pourra pas toujours mettre en valeur par un manque, certes de travail, mais également de compétition. Elle saute néanmoins derrière Lopez et serre de très prés Charrade sur un raset pleine piste. Fougueuse, Fugueuse, la n° 943 de la manade La Clapière avec une dizaine de sauts, d’envolées dont une où elle coincera aux planches (sans mal) Jodar et le tout au détriment de sa personne.  Avant dernière, qu’elle vaillance et qu’elle bravoure chez la n°809 de la manade Didelot qui enchaînera les rasets, de droite comme de gauche avant d’enfermer et de conclure aux planches derrière Charrade.
A la direction Jacques Roumajon appuiera plusieurs fois sur le bouton pour déclencher les honneurs.
CYRIL DANIEL
Les honneurs : Manade La Galère : n° 918, 6 Carmen plus rentrée;  n°945, 8 Carmen + rentré. Manade Ribansol : 5 Carmen + Rentrée. Manade Nicollin : 5 Carmen + Rentrée. Manade Saint-Gabriel : 3 Carmen + Rentrée.Manade Sylveréal : 2 Carmen + Rentrée. Manade La Clapière : 2 Carmen. Manade Didelot : 2 Carmen + Rentrée.

25/05/2014

AIMARGUES *AVENIR*

 aimargues,rabino,clarion,courses camarguaisesEn présence du fils de Léopold Dupont et de membres de sa famille
le président de La Ballestilla, Régis Conesa récompense
Christophe Clarion

et la manade Raynaud pour Rabino

Dimanche 25 mai 2014

Rabino et Clarion pour le Léo-Dupont

Entrée : 1/3 d’arène. Organisateur : CT La Ballestilla. Président : Jacques Servière. Raseteurs droitiers : Fougère, Miralles, Soler, Marquier. Gauchers: Clarion, K. Marquis, Martin, Sanchez. Tourneurs : Abbal, Labrousse, Beker, F. Garrido.

aimargues,rabino,clarion,courses camarguaises◄ Photo - Rabino s’offre le prix du meilleur taureau pour ce Trophée Léo-Dupont, c’est mérité. Un autre cocardier attire aussi l’attention. Le jeune Achille de l’Occitane qui, à 6 ans, termine la course avec vigueur affichant de belles qualités. Christophe Clarion s’octroie le prix du meilleur animateur, c’est mérité pour son travail continu tout au long de la course. Les autres raseteurs étant moins omniprésents pour un rendu parfois brouillon alternant avec de bons passages. Après une première partie fade, la course prend son essor avec Rabino et termine bien avec Achille.

Frelon (Blatière-Bessac).- Sans vraiment se poser, il ne dit jamais non mais à son rythme. Alterne les séries et des conclusions bien frappées (5). Rentre une ficelle. 4 Carmen et retour.

Limbert (Guillierme).- Remuant, il enchaîne avec cœur en offrant son frontal. Beaucoup de mouvement qui font courir les hommes pour des rasets de passage. 8 minutes.

Uchaudois (Saint-Pierre).- Lui aussi a la bougeotte qu’il compense par une grosse volonté. Quand il se pose, les rasets sont mieux calculés. Encaisse de multiples séries dont une terrible pour sa 1re ficelle dont il sort éprouvé. Un enchaînement pour la 2e met un terme à la 13e. Musique.

 aimargues,rabino,clarion,courses camarguaises

▲ Photo avec Clarion - Rabino (Raynaud).- Affiche son agressivité et à chaque action se soulève. Ne se laisse pas manœuvrer et impose ses grosses finitions pour peu que la fin du raset ne lui coupe pas les reins. Change de terrain quand bon lui semble, pour des conclusions violentes, bascule après Sanchez, et bombarde Miralles, K. Marquis, Fougère. Rentre une ficelle. 7 Carmen et retour.

Raplau (Chauvet).- Vif, il court partout pour une entame brouillon. Navigue et prend tout avec une brave santé. Un peu plus stable les dernières minutes, il trace deux belles trajectoires aux trousses de Fougère et affiche une grosse vaillance qui lui permet de rentrer 1 ficelle. 3 Carmen et retour.

aimargues,rabino,clarion,courses camarguaisesAchille (L’Occitane ► Photo).- Sa vigueur et son désir d’en découdre impressionnent pour de longues minutes de rasets à blanc. Puis met beaucoup d’envie dans les enchaînements pour des conclusions pétantes (Miralles, Fougère). Alors qu’on aimerait voir des rasets une fois qu’il se cale, les hommes l’entraînent dans des reprises qu’il honore pourtant avec cœur et finitions (Marquier, Clarion). Et même s’il peine les dernières minutes, sur un tempo de feu, il a montré de réelles qualités. 4 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA
Texte et photos

Trophée de l’Avenir : Soler, 2.

Trophée des Raseteurs : Marquier, 16 ; clarion, 13 ; Fougère, 11 ; Sanchez, 3 ; Miralles, 1. 

▼ RABINO SUR SANCHEZ

 aimargues,rabino,clarion,courses camarguaises

▼ ACHILLE SUR MIRALLES

aimargues,rabino,clarion,courses camarguaises

***********************

 

24/05/2014

La manade Raynaud a fêté Ratis, son Biou d'Or

 manade raynaud,ratis,le grand radeau,courses camarguaises

Vendredi 23 mai 2014 - Au Grand Radeau

Contre vents et marée

 manade raynaud,ratis,le grand radeau,courses camarguaises

La magie du Grand Radeau dans toute sa splendeur ! Un lieu sauvage de bout du monde où la nature fait valoir pleinement ses droits... Amarrée à son bout de terre, la famille Raynaud s'inquiète que la météo perturbe cette soirée de fête préparée avec tant de soins par toute la famille, s'adapte car "C'est comme ça on n'y peut rien" dit calmement Marcel, et finalement ne perd rien de son bon sens terrien et de sa simplicité. L'accueil chaleureux a conquis tous les présents. Pas un n'a quitté le bateau sous le déchaînement des éléments, rafales de vent, pluie, froid. La fête pour le Biou d'Or a bien eu lieu... contre vents et marée. Ratis au centre de l'attention de tous et le bonheur de partager un moment la vie d'une manade et d'une famillle si attachantes.

manade raynaud,ratis,le grand radeau,courses camarguaisesLe seul regret est pour l'équipe de François de Luca et le CT de Saint-Geniès-de-Malgoirès pour qui le vent violent a été fatal. Prévu en extérieur, la projection du film sur la manade Raynaud n'a pu avoir lieu.

Alors que le buffet si joliment disposé sur des ballots autour des récompenses gagnées par Ratis a dû être rapatrié à l'abri au grand galop quand l'orage a éclaté. 

 manade raynaud,ratis,le grand radeau,courses camarguaises

manade raynaud,ratis,le grand radeau,courses camarguaisesLes discours ont heureusement échappé au déferlement des éléments. Sur un fond oscillant entre "Le jour d'après" et "Autant en emporte le vent" (quand le ciel s'embrase lors de la fuite d'Atlanta incendiée... Si, si revoyez le film), juchés sur une charrette, le maire des Saintes-Maries-de-la-Mer a ouvert le bal puis Frédéric est revenu sur l'histoire du taureau jusqu'au sacre d'Arles. Il a aussi donné des nouvelles de Ratis suite à sa blessure à Palavas. Marcel, en appelant à sa mémoire, a évoqué les grands taureaux saintois (lire ci-dessous) d'avant 1954. Domynique Azema pour le Trophée Taurin exprimant ses félicitations. Frédéric clôturait en espérant ne pas avoir à attendre 57 ans de plus pour une autre récompense (Le Biou d'Or de Régisseur datant de 1957)...

manade raynaud,ratis,le grand radeau,courses camarguaisesLa soirée s'est prolongée tard entre la loupio et la salle où les tables bien garnies ont étanché la soif et la faim de tous les invités, maires, clubs taurins, presse, amis, manadiers, raseteurs...

Et quand on pris le chemin du retour, devinez quoi... les étoiles brillaient dans le ciel au-dessus de Grand Radeau.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

 manade raynaud,ratis,le grand radeau,courses camarguaises

Les prix gagnés par Ratis étaient exposés
au centre de l'espace-buffet - avant l'orage -
le Biou d'Or  trônant en haut

et sur le côté, le diplôme offert en 2011
par l'Amicale des chroniqueurs

au tout jeune cocardier de 6 ans.

Les taureaux évoqués par Marcel Raynaud

Partant du fait qu'avant la création du Biou d'Or par le Trophée Taurin, il y eut en Camargue, notamment aux Saintes-Maries, maints taureaux de qualité supérieure, Marcel a évoqué certains de ces grands cocardiers. Un petit duel fraternel se livrait alors entre les manades saintoises Baroncelli et Raynaud.

Pour Baroncelli : Provencau, Setori, Cemoureu, Lou Bandot. Pour Raynaud : Catalan, Vallabreguant, Jeannot, Lou Greffa (cinq Cocarde d'Or et 2 fois vainqueur). Puis Clan clan du Marquis, Contrepas et Marinero de Raynaud.
Puis Cinq-Francs, Lebrau, Felibre d'Aubanel. Maquisard (vainqueur de 2 Cocarde d'Or) chez Raynaud...

Et Marcel de terminer : "Il y a longtemps les Grecs eurent Apis, sur les terres santenques, on parle de Ratis...".

LES INVITES

 manade raynaud,ratis,le grand radeau,courses camarguaises

 manade raynaud,ratis,le grand radeau,courses camarguaises

manade raynaud,ratis,le grand radeau,courses camarguaises

manade raynaud,ratis,le grand radeau,courses camarguaises

***********************************

 

23/05/2014

AIGUES-VIVES *AVENIR*

Dimanche 18 mai 2014

L'Union taurine très satisfaite
de la 2e journée de la Cigale d'Or

 aigues-vives,avenir,cigale d'or,courses camarguaises

Le redoutable Camaï

Comme le dit le président de l'UTCPR Aigues-Vivoise : "Ce n'est pas tous les jours que nous avons une course de ce niveau". Aussi Jérémy Serrano tient à revenir sur cette 2e course de la Cigale d'Or, Trophée de l'Avenir où Camaï de la Vidourlenque a placé la barre très haut. Le compte rendu très consistant ci-dessous raconte donc ce bon moment sur les gradins des arènes gardoises.

"Cette 2e journée de la Cigale d’Or menée par Didier Gaillard au micro fut une réussite. Il faut dire que côté cocardier, l'affiche était de grande qualité. Pour commencer un très bon 1er Sorbier, un 4e d’excellence - Camaï - mais aussi le fantasque Patou sans oublier Calisse qui finit cette course sur une très bonne note. Seul bémol les blessures physiques de certains raseteurs: tout d’abord Bini, suivi de Ortiz qui revenait de blessure et enfin Zekraoui ( Clarion sera autorisé a rentré au 3e ).
Mais si le public a pu repartir satisfait c’est avant tout grâce à deux hommes qu’il faut féliciter: Dimitri Fougere qui a su se donner jusqu’à l’épuisement et qui failli payer de sa personne puis Marc Sanchez qui à gauche a pris la course à son compte répondant face aux difficultés du jour. Bravo a vous messieurs! Caizergues, Soler, Gaillardet et Clarion complètent l’équipe. Un carmen général sera attribué pour les prestations des taureaux et des hommes.

Sorbier (Cuillé) avait la lourde tâche d’ouvrir les débats. Il va les ouvrir et de quelle manière! Assailli de rasets de toute part, il répond à tout en venant offrir au public de magnifiques ripostes après les hommes, corne pointée ou en se dressant après le raseteur. Et malgré la bourre il défendra avec brio sa première ficelle et rentrera la seconde avec brio. Sous les applaudissements et accompagné de la musique entendue a plusieurs reprise auparavant.

Lorca (Saumade) en impose par sa stature comme bon nombre de Saumade. La trompette sonne, on réfléchit à comment l’aborder. Chaque tentative est raccompagnée au ras des bois. Aux ficelles, quelques temps morts dus à différentes blessures des hommes. Mais Lorca continue sa course tout en venant sauter après l’homme. Dimitri Fougère en grande forme s’offre sa 1re ficelle, c'est mérité vu son travail. La 2e bobine retourne en musique au toril.

Balourd (Félix).- Sûrement le plus abordable du jour mais qui compensera par sa noblesse en offrant de belle séries qu’il n’hésitera pas à venir conclure en passant la tête après l’homme. Une préférence pour les gauchers avec une petite anticipation  Rentre nu avec Carmen pour une course honorable.

 

aigues-vives,avenir,cigale d'or,courses camarguaisesCamaï  (Vidourlenque) : Voilà un cocardier qui mériterait de grandes pistes mais pour aujourd’hui c’est dans son pays et une arène qui l'a vu éclore et où il continue de s’affirmer. Du brio pour une prestation qui tutoie l’excellence où il mettra les hommes à l’heure. D’entrée vient se placer cul aux planches où il va attendre les hommes sans se laisser berner par les tourneurs. Dominateur et compliqué il obligera les hommes à user de reprised pour arriver à s'octroyer ses rubans. Aux ficelles, la musique est toujours la même et Marc Sanchez en l’espace de 2 rasets fait frissonner le public pour de magnifiques anticipations conclues au ras des bois. Trompette et c’est sous les applaudissements d’un public unanime que Camaï réintègre le toril porteur fièrement de ses couleurs et de ses 2 ficelles sous l’air de Carmen entendu de nombreuse fois.

Apparicio (Rouquette).- Dur de passer après une telle prestation et pourtant Apparicio va offrir un quart d’heure plein. Doté d’un très bon placement, il anticipe a gauche mais vient finir au dessus des bois. A droite, Fougère ne dira pas le contraire pour une arrivée "collé-serré".  Excellent sur les séries il gérera sa course à merveille ses 2 ficelles pourtant fortement primées avec le disque pour la énième fois.

Patou (Occitane).- La fatigue se fait sentir et Patou n'est pas un tendre. Compliqué en ce jour, il attend les hommes au milieu de la piste. Fougère après plusieurs tentatives fera la coupe. La musique est jouée pour une belle arrivée après Fougère, Clarion à blanc est raccompagné sous le bruit d’une planche brisée. Caizergues en fin de course lui ravit cocarde et son premier gland pour une envolée monumentale où les planches céderont. Ouf ! Quelle action. Trompette et Patou retourne au toril avec la musique entendue a 3 reprises porteur de son second gland. Le public est conquis.

aigues-vives,avenir,cigale d'or,courses camarguaisesCalisse (Sylvéreal, hp).- Ce n’est pas un tendre pourtant hors points, on s’attend à ce qu’il soit délaissé vu la fatigue des hommes qui se sont donnés. Il n’en sera rien. Cocardier, il étalera toute la panoplie d’un taureau promis à un bel avenir avec de belles anticipations conclues au ras des bois avec la corne. Les arrivée seront même conclues méchamment les cornes pointées en avant lorsqu’il sent l’homme devant lui. Fougère offre la dernière émotion de cette très bonne course pour un dernier raset conclut en catastrophe au dessus des bois, la corne dans le pantalon, le caleçon déchiré, Calisse en bascule,  Fougere au sol. Ouf! Calisse retombe en piste. Quelle action messieurs-dames! Le disque retentit une nouvelle fois pour le retour au toril sous les applaudissements."

 

21/05/2014

HOMMAGE A GUEPARD

Mardi 20 mai 2014

guépard,cuillé,biou d'or 2010,courses camarguaisesLa nouvelle a fait le tour des réseaux sociaux où les hommages au Biou d'Or 2010 sont émouvants. Le magnifique taureau de la manade Cuillé, Guépard, est mort, à 13 ans. Aussitôt les images des magnifiques combats qu'il réalisa dans les arènes notamment à Lunel, Palavas et au Grau-du-Roi reviennent en mémoire.

Ci-dessous quelques uns des comptes rendus à la gloire du N.134, à sa beauté et à sa hargne.

MIDI BLOGS -  2010

Quel beau Biou d’Or ! A 9 ans, la vedette de Cuillé a un tempérament de feu, le charisme d’un roi, la dangerosité du félin et un sang bouillant qui l’emporte. Craint, son tempérament explosif pousse les blancs à essayer de le berner. Sa générosité parfois est mise à rude épreuve. Les trop grands espaces  lui sont un terrain de chasse qu’il parcourt à grandes foulées et sur lesquels il se disperse. Mais toujours il revient au combat. Avec hargne, méchanceté et ténacité. Oui, le fer de lance de l’élevage vaut bien une couronne. Le sang baroncellien est à nouveau récompensé… Hourra !

MIDI BLOGS LE 7 OCT 2010 - LA SAISON DE GUEPARD

Dans la Royale de la manade Cuillé, je demande le N.134. Auréolé de son titre de Biòu d’Or, le magnifique spécimen possède un caractère emporté, et du félin dont il porte le nom, l’allure de chasseur et la dangerosité. Guépard est un cocardier redoutable, violemment spectaculaire.
Guépard, bien né et à la carrière déjà avantageuse jusque là, a explosé en un bel après-midi de 1er novembre 2009, finale du Trophée Pescalune. Ce quart-d’heure a marqué les esprits. S’appropriant la piste, Guépard soumit, ce jour-là les hommes à sa loi après avoir accroché Sabri Allouani et failli percuter Adil Benafitou. Au maximum de sa domination, il rentra son second gland sous les acclamations et la musique.
Son histoire était en marche. Et bien entouré par ses congénères de la Royale de la manade Cuillé qui enchante les afeciouna depuis trois ans, le beau ténébreux a tracé sa route royale.
A Lunel, (28 mars 2010), s’il laisse cueillir ses glands - péché de générosité -  il se montre intraitable aux ficelles qu’il ramène. A Palavas (2 mai), - l’une des plus belles courses cette saison - le Guépard déchainé, bagarreur jusqu’à basculer en contre-piste marque de sa griffe Nicolas Violet et rentre une ficelle.
Le 6 juin au Grau, il fait trembler les hommes et lever les gradins. Redoutable, la corne dangereuse, il s’approprie la piste et c’est à Moutet qu’il zébre la fesse. Ses ficelles bien en place. Pour le Muscat à Lunel en juillet, c’est un cocardier sans concession que les blancs retrouvent sur leur chemin et qui garde jalousement ses ficelles. Quant au 15 août, au Grau-du-Roi, malgré le travail des hommes, c’est très haut vers les tubes qu’il cherche Gros de la corne et Auzolle qu’il accroche par la chaussure, rentrant encore ses ficelles. Ne parlons pas de Nîmes, où après de grosses actions sur Jourdan et Auzolle, et une fois son terrain délimité, peu ont osé s’aventurer. Ficelles sur les cornes.
Voilà l’itinéraire du Biòu d’Or 2010, le Guépard élégant et chasseur qui a entendu monter les primes de ses ficelles toute la saison et qui, tête haute rentrant au toril, n’a pas vu dans son dos, les arènes debout.

MIDI BLOGS LE 6 JUIN 2010

LE QUART D’HEURE DU GUEPARD AU GRAU AVEC LA ROYALE

Guépard.- Il sort comme un boulet de canon et impose son physique de toute beauté et son caractère de bagarreur. Craint, il chasse, l'oeil à tout ce qui bouge et n'a pas à sortir le grand jeu pour dominer.  Déjà Moutet frôle la correctionnelle en étant magistralement anticipé, et Auzolle entend les planches craquer derrière lui. A. Benafitou lance de longues trajectoires qui parfois n'aboutissent pas, Auzolle dépassé, Guépard zèbre l'espace proche d'Outarka. Moutet encore doublé, récidive et se fait rattraper au saut. La marque du Guépard sur sa fesse. Avec méchanceté, le redoutable lance la corne sur Marquier et se dédouble sur Auzolle qui démarre... Du grand... du beau... Les hommes essaient encore. Bravo. Adil Benafitou allonge la trajectoire, c'est magnifique. Auzolle emporté, Moutet qui revient se fait serrer de près, Marquier tente, Moutet pour l'orgueil sur la sonnerie. Pendant ce temps, la ficelle est montée, montée, 1000, 1200€... Guépard s'en fiche, il les ramène à la maison, il part au toril tête haute, dans son dos les arènes sont debouts.

A LUNEL, l'accrochage de Sabri Allouani

guépard,cuillé,biou d'or 2010,courses camarguaises

COMPTE RENDU PAR VIDOURLE
 FINALE DU PESCALUNE 1er NOVEMBRE 2009

Dès les premiers cites, Guépard se lève sur Jourdan, puis le biou promène les hommes. Allouani s'engage et l'action à la planche est phénoménale : pantalon déchiré mais cocarde dans le crochet. Dans la foulée, A. Benafitou à son tour frôle l'accrochage pleine piste. La tension est au maximum, le biou maîtrise tout. La fin de course alors que le 1er gland est à 450€ est haletante et spectaculaire. Guépard rentre son 2e gland sous l'ovation et entend une kyrielle de Carmen.

MARTINE ALIAGA

PHOTOS VIDOURLE - CHRISTIAN ITIER

*************************

 

18/05/2014

LE GRAU-DU-ROI *AS*

Dimanche 18 mai 2014

Estepous la valeur sûre de la Royale de Guillierme

Entrée : 3/5e d’arène. Organisateur : Régie municipale. Président : Joris Alvarez. Raseteurs droitiers : Allouani, Belgourari, Bruschet, Katif, Moine. Gauchers : Aliaga, A. Benafitou, Ouffe, Rassir, Errik. Tourneurs : Daniel, Kerfouche, Estève, Ull, T. Garrido.

le grau-du-roi,royale de guillierme,course camarguaiseLes manadiers Hubert et Christian Espelly se présentent à la capelado agrémentée d’une jolie mise en scène aux couleurs azur et or de Guillierme, par l’Ecole de l’Avenir d’Arles et la Pichoto Camargo. La solide équipe de raseteurs a donné le tempo dès les premières minutes. Droite-gauche, les cocardiers n’ont pas eu de répit, seul Estepous fait la sélection et rentre une ficelle. Sans démériter, avec de la volonté et quelques éclats aux planches, les Guillierme se sont offerts généreusement. Belgourari signe un retour de classe au sein d’une équipe opiniâtre parfois à l’excès.

Ventareu.- Costaud sur les premiers assauts, il ne se laisse pas enfermer et repousse les blancs. Mais les hommes sont entreprenants et enchaînent. Une enfermée sur Rassir, grosse bagarre sous la présidence, et Allouani lève les deux ficelles. 9 minutes haletantes. 3 Carmen et retour.

Rabina.- Assailli d’entrée, il prend les rasets au passage. Volontaire dans les séries quand les hommes lui laissent le temps de finir ses trajectoires. Des enchaînements sans refus, une rafale sur la 2e ficelle. 6’30, vitesse grand V. 2 Carmen et retour.

le grau-du-roi,royale de guillierme,course camarguaiseEstepous.- Le long des bois, il pousse les actions jusqu’au ras des planches et se sort de l’emprise. Froidement le taureau tient les blancs à distance. Quelques anticipations et il se fait respecter, sur un long raset de Katif, se jette aux planches, enchaîne sur Belgourari, tape après Rassir. Attentif, il ne se laisse pas déborder. Du coup le travail des blancs est plus délié. Termine en envoyant la corne après Rassir, Belgourari et rentre sa 2e ficelle. 6 Carmen et retour.

le grau-du-roi,royale de guillierme,course camarguaiseLou Cran.- Armé de longues aiguilles, il raccompagne à son rythme mais ne refuse jamais. Difficile de passer la main entre les deux poignards mais Belgourari a l’art et la manière et s’approprie la 1re ficelle (Carmen). Manquant de gnacque et ne passant jamais la vitesse supérieure, Lou Cran lâche la 2e à Katif, à la 9e. 

le grau-du-roi,royale de guillierme,course camarguaiseGasto Boï.- Généreux à son habitude, une rafale l’attend aux premiers attributs. Les hommes temporisent et régalent de quelques longueurs où Gasto Boï brille avec éclats. 6 minutes pétillantes. 6 Carmen et retour.

Aroujo.- La tempête continue, Aroujo navigue. Quelques enchaînements chaudement raccompagnés (Ouffe, Bruschet), deux grosses conclusions sur Bruschet. Mais pas assez pour passer les 6 minutes et tancer les blancs. 3 Carmen et retour.

le grau-du-roi,royale de guillierme,course camarguaiseBessoun (hp).- Il a du jus et les poursuites sont serrées cornes pointées. Fait parler sa double accélération après Belgourari. Bessoun en veut, c’est chaud pour Katif (2 fois). 7 minutes d’une féroce volonté. 4 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA

PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Trophée des As : Belgourari, 24 points ; Katif, 13 ; Allouani, 12 ; Bruschet, 10 ; Rassir, Errik, 7 ; Aliaga, 5 ; Ouffe, 4.

▼ ESTEPOUS - RASSIR

 le grau-du-roi,royale de guillierme,course camarguaise

▼ AROUJO - BRUSCHET

le grau-du-roi,royale de guillierme,course camarguaise

*********************************