Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/06/2014

MUDAISON *AVENIR*

 mudaison,trident d'or,manade le pantaï,manade ribaud,docker,course camarguaise

Dimanche 29 juin 2014 - Trident d'Or (2es séries)

 RIBAUD ET LOU PANTAI

 DANS UN MOUCHOIR DE POCHE

mudaison,trident d'or,manade le pantaï,manade ribaud,docker,course camarguaise

Le taureau du jour Docker de Ribaud
sur Aliaoui

 Cette deuxième série du Trident d’Or s’est avérée être d’un bon niveau dans les toutes petites arènes héraultaises (peut-être les plus petites de Camargue) devant, à l’heure de la capelado, à peine une moitié des gradins qui se sont ensuite emplis au retrait des guichets… En présence de la pena "Les Sombreros", alors que Thierry Tosas appelle les tenues blanches à se présenter. Elles seront 11 à venir défiler (8+3) parmi lesquelles David Sabatier, Jonathan Vic qui en seront les fers de lance. Mais dans l’ensemble le travail fut constant de régulier, tout en regrettant par moment le fort déséquilibre droite/gauche. Mais bon, par les temps qui courent et avec les nombreux blessés, ne soyons pas trop exigeants.

Une minute de silence à la mémoire de Cyril Rouquette, maire de la commune, et de Bernard Gimenez, président du Trident d’Or, tous deux récemment disparus,  a été observée avant que ne débute la course.
Les membres du jury du Trident d’Or (en grande majorité de l’Est du Rhône) ont attribué  à  la manade Lou Pantaï, avec un lot homogène 192 points et la manade Ribaud avec un lot plus aguerri  194,5 points. Lesquels scores auraient pu être inversés sans contestation possible.
A l’heure de la remise des prix, le  Prix de la Ville est allé à la manade récoltant le plus de point (Manade Ribaud), un prix a été donné au taureau ayant obtenu le plus de points (Docker) et un prix a été remis au raseteur ayant totalisé le maximum de points (D. Sabatier)
Pour la manade Lou Pantaï : Photographe (1er – n°804)  va recevoir une déferlante de laquelle il va se dégager par des inlassables déplacements. Présent sans rechigner sur tout, il entend 3 fois les honneurs sur de jolies conclusions sur Guin, Caizergues et Sabatier (2). En possession de ses ficelles, il réintègre le toril avec les honneurs.
mudaison,trident d'or,manade le pantaï,manade ribaud,docker,course camarguaisePhoto Teston et Castel
Teston
(3e – n°714) après un léger flottement aux principaux attributs mais sans jamais quitter le terrain des planches, va passer la vitesse supérieure aux ficelles en concluant ses arrivées derrière Vic, Castel, Aliaoui, Caizergues (2) et Sabatier faisant résonner 5 fois le disque renouvelé à sa rentrée.
mudaison,trident d'or,manade le pantaï,manade ribaud,docker,course camarguaisePhoto Gédéon et Sabatier
Avec Gédéon (5e – n°830) la musique ne pas va être la même. Positionné "cul aux planches", calme et réfléchi, il surveille tout et s’élance dans le raset pour ne le lâcher qu’aux bois où il profile la corne. Vic, Sabatier, Caizergues l’amèneront dans de belles trajectoires ce qui lui vaudra, entre autres, de nombreux Carmen (6) renouvelé à sa rentrée après avoir cédé sa seconde ficelle dans les ultimes secondes d’une intense prestation.
Pour la manade Ribaud : Régent (2e – n°824) L'étalon sort avec vivacité et baisse la tête au contact. Au fil de temps, il se cantonne aux planches et se montre plus irrégulier dans ses répliques ce qui le privera du disque entendu 2 fois  (1 sur série et 1 sur poursuite sur Sabatier) au retour avec ses ficelles. Agones (4e – n°717) après un début spectaculaire – Finitions sur Vic (2), Charnelet -  va être plus classique. Consenti sans relâche, il va répondre sans baisser de rythme jusqu’aux dernières minutes qui rendues plus pénibles par une 1re ficelle semant la pagaille en piste (ça continue à raseter alors que 3 raseteurs la réclament). Malgré tout il entend justement les honneurs à son retour (déjà joués fois) porteur de sa seconde ficelle. Pour conclure, rien de tel de Docker (6e – n°858) et ses actions. Son placement, souvent à la faute est à l’origine des rasets hasardeux  que doivent faire les hommes pour y parvenir à la tête. Et là, le biou réagit et se dédouble sur le raset pour conclure  à la planche derrière Sabatier (3), R. Mondy,  Aliaoui. Il s’échauffe au fil du temps et vient même sauter aux trousses de Caizergues, Vic et Aliaoui. Ce parcours prometteur lui permet de conserver son 2e gland  avec le disque pour le 7e fois.
 
TEXTE ET PHOTOS
CYRIL DANIEL

 

Organisateur : Comité des Fêtes. Présidence : Th. TOSAS Family. Raseteurs : K. Caizergues – R Guin (sort au 3e sur ennuis musculaires) – C Castell – R Mondy – D Sabatier – J Vic – M Charnelet – F Aliaoui.
Tourneurs : JR Grando – D Dunan – M Martin.
Trident d'Or : manade du Pantaï, 192 points, manade Ribaud, 194,5 points

 

29/06/2014

LA GRANDE MOTTE *AS*

 la grande-motte,as,auzolle,escamillo,course camarguaise

Dimanche 29 juin 2014

Des cocardiers pour tous les goûts
 
Le Trophée de la Ville à Auzolle et Escamillo
 
Entrée : 1/2 arène. Organisateur : CT Lou Gregau. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Ayme, Auzolle, Chekade, Gleize, Valette. Gauchers : Aliaga, A. Benafitou, Ouffe, Mebarek. Tourneurs : Garcia, Khaled, Sanchez, Bensalah, Kerfouche.
 
la grande-motte,as,auzolle,escamillo,course camarguaiseDes costauds, des compliqués, des virevoltants et des plus statiques, bons partenaires ou plus retors, le CT Lou Gregau a fait dans la diversité pour monter son plateau qui au final fait une bonne course avec ses hauts et ses bas.
Les hommes ont été entreprenants la plupart du temps. Auzolle est distingué, avec Ayme, Chekade, Aliaga et Ouffe, il a fait le plus gros du travail. Il remporte le Trophée de la Ville avec Escamillo de Raynaud.
Photo Valette avec Marcel Lautier, président du CT Lou Gregau
Benjamin Valette, pour sa dernière année de raseteur et sa fidélité aux arènes Juan-Batista est honoré.
la grande-motte,as,auzolle,escamillo,course camarguaisePhoto Fanfaroun avec Aliaga
Fanfaroun
(Rousseau).- Prend une rafale aux premiers attributs. Avec un peu plus d’espace aux ficelles, se montre plus ccopératif avec les gauchers mais c’est sur Auzolle qu’il s’envoie en musique. A force d’être gratté, il joue des cornes sur les droitiers. A son rythme, entre retenue et investissement, il rentre ses ficelles.
la grande-motte,as,auzolle,escamillo,course camarguaisePhoto Renard et Chekade
Renard
(Brestalou).- Leste et vite retourné, il joue toutes actions franchement. Ça lui tombe dessus et, sans se poser, il offre toute sa bonne volonté. Quelques anticipations, de belles longueurs (Ayme, Chekade), il enchaîne et rien ne le rebute. Se place, grosse enfermée sur Chekade et séries. 8’30 de vaillance. 4 Carmen et retour.
Quassard (Plo).- Se déplace le long des planches, balade les hommes, n’accepte aucune reprise, baisse la tête au contact, enferme, anticipe parfois (Ayme, Chekade)... Bref, il complique le jeu. Les blancs tergiversent. Aliaga quiché, Chekade dans la longueur, Quassard aux fesses. Les raseteurs ne trouvent pas la clé et il rentre ses ficelles.
la grande-motte,as,auzolle,escamillo,course camarguaisePhoto Escamillo sur Ayme
Escamillo
(Raynaud).- Une volée et quelques tampons aux pompons. Il montre vite son caractère violent. Sans se jeter pour rien, il s’engage dans de gros coups aux planches dont deux magistraux (Ayme, Aliaga). Dans un second temps, il se décale des bois et là se montre moins complice demandant plus d’investissement. Laisse sa 2e ficelle presque au terme. 6 Carmen et retour.
la grande-motte,as,auzolle,escamillo,course camarguaisePhoto Balzac - Auzolle
Balzac
(Lautier).- Il mitraille en rafale, à chaque action, un tampon, jusqu’à la 8e minute. Après alterne, soit il reste sourd à la pression soit il s’envoie avec cette corne qui balaie dangereusement les mollets à la conclusion... Irrégulier, rentre une ficelle. 8 Carmen et retour.
Fétiche (Joncas).- Droite-gauche, sans interruption, les rubans volent en moins d’une minute. Aux ficelles, les blancs tergiversent lorgnant sur le nombre de tours. Finalement, ils s’y mettent. Jamais rassasié, Fétiche est au diapason pour de longues séries où il pousse fort. 12 minutes rythmées avec 2 Carmen.
Platon (Nicollin, hp).- Raccompagne avec toute sa bonne volonté dans de belles poursuites mais manque la note spectaculaire. Des Carmen.
 
Texte et photos
MARTINE ALIAGA
 
Trophée des As : Auzolle, 22 points ; Chekade, 13 ; Ayme, 8 ; Ouffe, Aliaga, 6.
Trophée des Raseteurs : Gleize, 20 points; Valette, Mebarek, 4.
 
▼ Quassard et Chekade

la grande-motte,as,auzolle,escamillo,course camarguaise

Escamillo sur Aliaga

la grande-motte,as,auzolle,escamillo,course camarguaise

▼ Fetiche sur Auzolle

la grande-motte,as,auzolle,escamillo,course camarguaise

*********************

En ouverture de la course deux taureaux emboulés de la manade Chaballier font le spectacle, travaillés par les élèves de l'école de raseteurs de Baillargues. Du bon spectacle, des jeunes taureaux et raseteurs prometteurs

la grande-motte,as,auzolle,escamillo,course camarguaise

************************

 

TARASCON *AS*

Samedi 27 Juin 2014

UN CHEKADE DES GRANDS JOURS …

IMG_6722.jpg

Mari-Peu vainqueur du jour ici derrière Errik Radouane

Entrée: 3/4 Organisateur: Régie Municipale Présidence: P Bayle Droitiers: Auzolle, Ayme, Chekade, Chig Gauchers: Allam, Érrik, Favier, Ouffe (sort au 5ème) Tourneurs: Bensalah, Cuallado, Garcia Kherfouche, Sanchez.

Le second souvenir Maurice Barthélémy commence superbement avec Arlésien et termine magistralement avec Esmero. Mari-Peu vainqueur du prix sort le grand jeu dans une superbe course. Seul Méphisto est en dessous. Amine Chekade meilleur animateur est dans un jour faste alliant bravoure et efficacité. Il est bien secondé par Favier, Érrik et par moments Ayme et Auzolle.

ARLESIEN (La Galère) fait front face à la farandole blanche avec beaucoup de percussion. Des tampons high-tech qui font mouche surtout après Érrik. Aux ficelles, il ne faiblit pas et offre neuf minutes superbes et pétillantes. 5 Carmen et rentrée. Cocardier, VALMONT (Lautier) crée parfois des liaisons dangereuses. Son placement aux ficelles rend la tâche plus ardue même s'il a quelques absences mais aussi de franches poussées aux planches. Il cède la première à une minute du terme et rentre la seconde. 2 Carmen et retour. Métronome du raset, MARCIAS (Fabre-Mailhan) se livre sur chaque sollicitation et s'aide d'un coup de revers pour repousser les crochets. On attaque les ficelles à la sixième et s'il est plus incisif après les gauchers il ne néglige pas les droitiers. Excellent, il conserve ses bobines en musique jouée trois fois.

Vif, MARI PEU (Gillet) débute par une série de grands coups de barrière. Aux ficelles, le festival continu avec une grandiose action en bascule après Chekade. Il se livre sans retenue et offre treize minutes hautement spectaculaires. 8 Carmen dont rentrée. Aux rubans (1'30) ESTEPOUS (Guillierme) ne voit que du blanc. Aux ficelles il améliore son rendement avec des arrivées plus abouties. Il ne rechigne pas dans les séries et percute Ouffe au moment du saut (coincé dans les ficelles). Ses neuf minutes sont toniques. 2 Carmen et retour. Trente secondes record chrono pour les rubans de MÉPHISTO (Saumade) pourtant imposant. Il s'engage avec détermination mais s'il s'avère vaillant, au fil des rasets il perd le contrôle et subit. Glands et ficelles pour Chekade dans treize minutes. 1 Carmen. Décidé, ESMERO (Caillan) percute d'entrée Érrik. Les rasets sont calculés et s'il flotte un peu au début de par son handicap visuel cela ne l'empêche pas d'exploser puissamment une dizaine de fois après les hommes du jour Chekade, Favier et Érrik. 6 Carmen dont retour.

Texte et photo Eric AUPHAN

Trophée des As: Chekade (30) Favier (16) Auzolle, Érrik (9) Ayme (6) Allam (4) Ouffe (3)

28/06/2014

LA GRANDE-MOTTE

Samedi 28 juin 2014

Jolie entame des journées camarguaises

Bonne petite course que ce concours pour le Souvenir Michel-Severac du CT Lou Gregau. L’équipe blanche travaille régulièrement (Aliaga récompensé du prix du jour et Bruschet tirent devant), et les sept taureaux offrent des qualités à voir, mention à Burano de L’Aurore et Cerbère de Lautier, ainsi qu’à Iroko du Brestalou qui a eu les faveurs du jury. 

Lou Beu (Benabent) a besoin d’être remué et capté, alors il se dépense agressivement aux planches (7 belles actions) pour une bonne moitié de temps à son avantage. A mi-parcours, c’est selon son bon vouloir. Soit il se désintéresse de certaines actions et s’éparpille, même s’il finit fort sur Sanchez et Aliaga. Rentre ses ficelles bouche fermée. 5 Carmen et retour.

Rouget (Cavallini). Tout en mouvement, prend tout ce qui passe, d’un coup s’envoie sur Aliaoui. Les hommes en prennent la mesure, et s’il lâche parfois en cours de route, il ne refuse rien. 8 minutes vaillantes. 2 Carmen et retour.

Burano (L’Aurore).- A grandes foulées, il honore toutes les invites. Aux ficelles, un peu plus posé, il affirme sa volonté sur toutes les actions qu’il conclut volontiers (Soler, 2 fois, Bruschet). Au fil des minutes, il s’octroie le respect des hommes et avec une grosse présence ne lâche sa 2e ficelle qu’à la 14e. 5 Carmen et retour.

Quentin (Occitane).- Pousse dans le raset avec force et beaucoup de sincérité pour conclure de belle manière (Aliaga 2 fois, Aliaoui 2 fois, Sanchez). 7 minutes agréables. 5 Carmen et retour.

Iroko (Brestalou).-  Sa corne perdue à Baillargues est refaite en résine, ça lui fait un drôle de portrait, mais pourquoi pas ? Iroko chasse, ne perd personne de vue et se livre à grande vitesse. Sa rapidité lui donne l’avantage sur les hommes. De plus, il se retourne comme un chat pour s’engouffrer dans le raset suivant. Les hommes hésitent devant ce métronome survitaminé, Aliaga enfermé dans les cornes, Sanchez éconduit pour de chaudes séries applaudies. La 1re ficelle levée presque au terme. 4 Carmen et retour.

Cerbère (Lautier).- Démarre sans grand fait saillant mais après avoir failli toucher Bruschet 7e), il se fait beaucoup plus entreprenant. Toujours avec son bon placement, ses engagements se font puissants, corne pointée. 7 grosses actions et Aliaga met un terme presque sur la sonnerie. 7 Carmen et retour.

Le jeune Picpoul de Michel est hors points, en supplément. Un peu décollé, il pousse dans le raset, envoie un gros coup aux planches où il se plie l’encolure. Reste agréable mais ne serre pas les bois pendant quelques minutes. Il se reprend à la 7e par une paire de jolies finitions. Puis enchaîne un gros coup sur Vic et un puissant sur Bruschet pour un joli final. 2 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA

Entrée : 1/4 d’arène. Organisateur : CT Lou gregau. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Bruschet, Vic, Roig, Soler, Charnelet. Gauchers : Aliaga, Aliaoui, Sanchez. Tourneurs : Galibert, Estève, Joseph.

Trophée de l’Avenir : Roig, 8 points ; Aliaoui, 8 ; Soler, 4.

27/06/2014

LA STATUE DE VIRAT

Mas d’Anglas, samedi 21 juin 2014


Loulou offre l’éternité à Virat

BLOGGROUPE2.jpg

 Colette et Louis Nicollin, le sculpteur Ben K, 
Gérard Batifort président FFCC et 
Fernand Toulouse, président des "Amis de la devise rouge et vert"

BLOGCOLETTELOULOU.jpgTraverser les arènes de Nîmes pour aller chercher le Biòu d’Or de Virat, c’est un souvenir que Louis Nicollin n’oubliera jamais : « Rendez-vous compte pour un Héraultais... » Le premier sacre de son cocardier-vedette, en 2002, a ému et marqué le chef d’entreprise - manadier. C’était aussi l’année où la manade Nicollin affichait son nom après le rachat en 1997 de l’élevage à Jean Lafont. Une année marquante donc pour la devise “rouge et vert” où un taureau fait le lien entre les deux époques...

Et quel taureau ! Né sous l’ère Lafont, c’est sous Nicollin qu’il sera élevé. Ce magnifique N. 507 impressionnera toujours par sa noblesse, sa générosité et son panache aux planches. Qualités qui le porteront jusqu’au titre suprême en 2002 donc. Mais aussi en 2004, certainement la meilleure saison de sa carrière. Car la vie de cet extraordinaire combattant n’a pas été un long fleuve tranquille. En 2003, tous les afeciouna se souviennent lors de la finale du Trophée des As du coup de crochet fatal à son œil, puis en 2004, encore à la finale, de son violent choc aux planches qui lui valut des traumatismes cervicaux et vertébraux. Ainsi à la longue liste des trophées gagnés pourrait s’ajouter un prix de la malchance qui rajoute à l’empathie que ses propriétaires et gardians lui vouent.

Louis Nicollin avait cette idée en tête depuis longtemps... donner à son taureau Virat l’éternité. Lui offrir une statue. Pour cela, l’artiste sculpteur Ben K fut requis et a pu travailler sur l’original. Car Virat, choyé, vit tranquille dans les prés du Mas d’Anglas.

BLOGVIRAT.jpgEt en ce jour de fête où Louis et Colette Nicollin avaient choisi de mettre leur taureau à l’honneur, après l’abrivado et la roussataïo joliment menées en pays, une surprise attendait les invités aux arènes du domaine. Virat “himself”, devise fièrement arborée, recevait, à 19 ans, l’hommage de ses supporters à la lecture par Jacques Valentin de son impressionnant palmarès.
Accompagné de la peña et des gardians, le cortège se dirigeait ensuite vers la statue encore voilée. Touchant avec son discours « écrit par mon épouse Colette » en main, Louis Nicollin évoquait ses bonheurs avec Virat, rajoutant quand même quelques touches personnelles « On est pas trop bons en ce moment mais ça va revenir. On m’a dit qu’on avait une vache qui avait gagné quelque chose.... On a été éliminés de la Gambardella... (Trident d’Or NDLR) ».... BLOGDURRIEU.jpgN’oubliant pas le gardian Jean-Pierre Durrieu, l'indispensable Jeoffrey Barbeyrac, et Fernand Toulouse, président des “Amis de la devise rouge et vert” - « Vous avez remarqué que je n’ai pas dit “la Secte” » - qu’il invitait à couper le ruban et dévoiler la statue.
Le président de la FFCC Gérard Batifort et adhérent des Amis de la devise rouge et verte, soulignait son plaisir d’être là « avec ses deux casquettes » et de fêter Virat en rappelant quelques-uns des moments forts vécus.
Tandis que les flonflons de la fête se déplaçaient vers la cour du Mas d’Anglas, Virat - le cocardier - poursuivait sa retraite tranquille dans les prés et Virat - la statue - commençait son règne d’éternité les yeux rivés sur la plaine du Vistre.


Texte et photos
MARTINE ALIAGA

▼ AVEC LE SCULPTEUR BEN K

BLOGBENK.jpg

▼ AVEC GERARD BATIFORT PRESIDENT DE LA FFCC

BLOGBATIFORT.jpg

▼ AVEC FERNAND TOULOUSE
PRESIDENT DES AMIS DE LA DEVISE ROUGE ET VERT 

BLOGDISCOURS.jpg

▼ JUMENTS ET BIOU AUX ARENES 

 BLOGARENES.jpg

 ▼ AVEC LES GROUPES FOLKLORIQUES

BLOGGROUPE3.jpg

▼ LA COUPE DU RUBAN

BLOGRUBAN.jpg

▼ LA RECEPTION

BLOGFETE.jpg

▼ LOIN DE L'AGITATION, DOMINANT LA PLAINE DU VISTRE
VIRAT ACCUEILLE LES VISITEURS DU MAS D'ANGLAS

BLOGSTATUE.jpg

**************************** 

LES AMIS DE LA DEVISE "ROUGE ET VERT"

ONT APPRECIE ET COMMUNIQUENT

"Le samedi 21 juin 2014, en prélude à l’inauguration de la statue de Virat, s’est tenue au Mas d’Anglas, l’assemblée générale  ordinaire de l’association des Amis de la devise "rouge et vert".

Après quelques mots de bienvenue, le président Fernand Toulouse rappela avec émotion la disparition d’amis depuis la précédente assemblée générale et demanda à l’assistance une forte pensée pour eux.

Vinrent ensuite les rapports moral et financier dont Marlène et Rémy s’acquittèrent  avec tout le brio qu’on leur connaît et qui furent adoptés unanimement.

Reprenant la parole, le président ébaucha certains projets en cours et répondit  à quelques questions d’usage avant de déclarer close cette assemblée 2014.

Il ne restait plus aux participants qu’à rejoindre tous les autres invités à cette journée en l’honneur de Virat qui, fait unique, se voyait statufié de son vivant sur ses terres.

Un grand merci à Madame et Monsieur Nicollin pour l’attention toute particulière portée en permanence à notre association".

***********************

 

 

SAINT-GEORGES-D'ORQUES *VACHES COCARDIERES*

Dimanche 22 juin 2014

Cigale et Ricci s'octroient le Souvenir Claude-Malzac

La révélation de la course, Ninon de la manade La Clapière


Le club taurin Paul Ricard Le Trident a su organiser de main de maitre le Souvenir Claude-Malzac (5e journée du Trophée Philippe-thiers 2014)

Boumiane, N.703, Manade Chaballier.- Du flottement et peu de concentration pour son début de course après quelques minutes de chauffe, elle trouve sa place à gauche du toril, prend une série de rasets et passe la tête après Charnelet, rentre au toril sa seconde ficelle.

UPSA, N.550, Manade Ricard.- De la méchanceté à l’état pur ! Dans la minute d’observation, se propulse violemment après le tourneur Lopez, la note est donnée et les blancs se posent quelques questions... Une violente enfermée sur Charnelet conclue au-delà des bois (Carmen) puis deux actions monumentales après Vic et Douville lui font entendre la musique à chacune d’elles. Dominatrice pendant sont temps de course, c’est porteuse de ses glands qu’elle rentre au toril en musique.

GABELLE N.509, Manade du Brestalou.- Un monument de vaillance... Elle court et se déplace au ras des bois, accepte sans rechigner de longues séries de rasets qui lui font entendre 3 fois Carmen, enferme dangereusement et en musique Douville, anticipe sur un raset de Dumont (Carmen), elle se soulève sur Vic puis Douville (2 fois les honneurs) rentre sa deuxième ficelle en musique et sous les applaudissements mérités du public.

SYBILLE N.481, Manade du Ternen.- Après la course mi figue - mi raisin de Codognan, nous retrouvons en ce jour, la Sybille de 2013. En cocardière chevronnée, elle trouve rapidement sa place en piste. Une grosse enfermée après Vic (musique) poursuit jusqu’aux planches Ricci, Dumont et Vic en musique, de puissants coups de barrières après Douville et Ricci (musique) une puissante envolée après Vic (Carmen) et pour conclure elle enferme violement Charnelet en musique. Rentre ses ficelles au toril sur l’air de Bizet.

OPALE N.905, Manade du Brestalou.- Pour sa despédida, la cocardière d’Or 2010, du haut de ses 15 ans, nous a gratifiés d’une course d’ont elle seule a le secret. Pendant sa minute d’observation, le président de Course a fait l’éloge de son long et glorieux palmarès. Durant son temps en piste, elle alterne les enfermées et les actions au bois notamment sur Ricci qui est son principal adversaire. Elle rentre au toril en musique et sous les applaudissements, porteuse de sa deuxième ficelle après avoir entendu 3 fois l’air de Bizet en piste.

CIGALE N.679, Manade Ricard.- Une Cigale qui n’a pas eu besoin de se faire chatouiller le ventre en ce début d’été pour nous donner son récital. Chaque raset se conclu violement sur les bois tant à droite qu’à gauche. 4 actions après Ricci, 3 sur Douville, 1 sur Cartalade qui lui coupe la cocarde, autant de fois la musique plus à son retour au toril sous les applaudissements et porteuse de sa cocarde. 10 minutes de folie...

NINON N.741, Manade la Clapière.- La lauréate des jeunes pousses 2013 a réussie sa rentrée dans la cour des grandes ! Sa place après les 2 cocardières d’or n’était pas évidente mais elle a su se hisser au niveau de celles-ci. Un raset au départ assez facile mais qui se termine à chaque fois par une violente finition aux planches ou au-delà dans le couloir, propulsant avec fougue les blancs Douville, Vic, Ricci, Fouad contre les tubes. Elle ramène ses glands sous une ovation méritée. (7 Carmen plus rentrée).

GAIA N.601, ManadeChaballier) termine agréablement cette course. Dans un registre égal aux précédentes vaches, elle nous régale d’un festival d’actions aux planches après Douville, Ricci, Vic. 6 Carmen plus retour porteuse de ses glands.

Une course très agréable d’où tous, raseteurs, manadiers, afeciouna, organisateurs, partent satisfaits, et ce après une heure, dans la cour autour de la buvette, où la fe et l’estrambord vont bon train.



MONIQUE ROGGI

 

Classement des raseteurs après cette course

 Ricci, 60 points ; Douville, 42 ;  Dumont, 32 ; Charnelet, 11 ;   Ferriol, 9 ;  Boudouin, 9 ; Mebarek, 9 ; Cartalade, 8 ;     Boyer, 8.

23/06/2014

VESTRIC-ET-CANDIAC *LIGUE*

Mercredi 18 juin 2014

Carmen ira à la finale

 vestric,ligue,vaches cocardières,course camarguaise

Les vainqueurs de cette finale des présélections
Carmen de Nicollin et Vincent Marignan

 vestric,ligue,vaches cocardières,course camarguaiseA l’issue de cinq courses et d’une finale, l’Association des vaches cocardières a passé en revue une quarantaine d’élevages.
► Photo sous les yeux de la présidence et du jury (Agathe et Marignan).

Le choix final s’est porté sur “Carmen” de la manade Nicollin qui se voit ainsi ouvrir la piste du Grau-du-Roi pour la finale des Vaches cocardières, le 20 septembre.

Un très agréable après-midi à Vestric, en ce mercredi 18 juin orageux qui n’a pas empêche à la grande famille des vaches de se réunir nombreux autour de son président Patrick Garcia. En piste, les huit vaches sélectionnées furent rasetées avec entrain par les stagiaires de la FFCC, Charrade, Fabre, Marignan, Viscomi, et les raseteurs Clarion et Dumont. Mickaël Arnel, seul tourneur, se démultipliant pour assurer le travail. 

Après une volontaire Venobia (Ribansol), qui a multiplié enfermées, coups aux planches et gros moral pour une série d’enfer sur la fin, Magdeleine (Saint-Louis) n’affichait pas une grosse envie. En 3e position, la Ricard sème le doute chez les blancs. Chipie - c’est son nom - se montre irrégulière mais affiche sa méchanceté dans les séries et ses explosions aux planches. Attentive, placée, Agathe (La Galère) se fait respecter avec de longues séries qu’elle conclut volontiers. 

Sous les éclairs et le tonnerre, Carmen (N.081 de Nicollin) pointe ses cornes. Solide, elle s’approprie la piste, et s’envoie méchamment jusqu’à traverser les planches (Charrade, Marignan). Du placement et une grosse force de frappe pour cette costaude. Mélissande (Le Ternen) joue, elle, dans le registre de la vitesse d’exécution. Disponible, elle met beaucoup de coeur dans les séries. Classique et agréable. Bonne partenaire aussi, Cigalière de Saint-Pierre multiplie les séries mais aujourd’hui, les planches ne l’attirent pas. Quant à Valentine de Chaballier, elle affiche une belle présence, tonique et explosive. De nombreuses séries pour autant d’impacts aux planches. Beau final.

Qui dit finale, dit remise des prix: meilleur raseteur de toutes les courses, Charrade; meilleur de la finale, Marignan. Meilleure vache : Carmen de Nicollin. Prix aux Royales qui ont courru en 2013 : soit La Galère, Chaballier et Chapelle. Et trois bouteilles de vin à Arnel Mickaël pour son dévouement aux six raseteurs de l’après-midi.

MARTINE ALIAGA

Texte et photos

VENOBIA (Le Ribansol) et Marignan

 

vestric,ligue,vaches cocardières,course camarguaise

AGATHE (La Galère) et Charrade

 

vestric,ligue,vaches cocardières,course camarguaise

**************************

 

 

22/06/2014

LE GRAU-DU-ROI *AS*

 le grau-du-roi,21e souvenir olivier arnaud,garlan,ratis,ulmet,course camarguaise

Dimanche 22 juin 2014 

Garlan et Martin enflamment le Souvenir Olivier-Arnaud

 le grau-du-roi,21e souvenir olivier arnaud,garlan,ratis,ulmet,course camarguaise

 le grau-du-roi,21e souvenir olivier arnaud,garlan,ratis,ulmet,course camarguaiseAprès une belle journée attaquée autour des arènes par le marché camarguais, puis en piste dès 11 h,  six emboulés de Nicollin, à 15h30, une équipe de  recortadores d’Arles, un carrousel de jeunes cavaliers camarguais la Tour Magno et le groupe folklorique de l’Etoile de l’Avenir d’Arles, les spectateurs étaient prêts pour la grand’course. 

 le grau-du-roi,21e souvenir olivier arnaud,garlan,ratis,ulmet,course camarguaise

Il a fallu attendre la deuxième partie pour que les débats prennent de l’ampleur  même si Crapone (3e) a bien tenu sa place. C’est encore Garlan qui réveille le public, puis la dangerosité d’Ulmet tient en haleine tandis que Ratis plus cocardier qu’auparavant, laisse un peu sur la faim. Au final Desbana pour le fun. 

Le public chérit Jérôme Martin. Le petit raseteur au grand talent par ses rasets de classe et son investissement (aujourd’hui récompensé)  à tous les taureaux est un vrai bonheur à suivre. Avec lui, Bruschet, Four, Ayme et Ouffe sont les plus visibles.

Embrun (Nicollin).- Sans forcer son tempérament, participe dans quelques belles trajectoires avec Four, Martin. Le public a déjà choisi Jérôme Martin et l’ovationne pour la 1re ficelle. Four lève la 2e à 14’30. 2 Carmen et retour.

Lion (Blatière-Bessac).- Alterne quelques moments forts où il fait parler son agressivité et le plus souvent se laisse mener au petit trot. Un ficelle rentre en silence.

Crapone (Occitane).- Avec ses banes impressionnantes, il faut cinq minutes pour lever ses premiers attributs au prix d’enchaînements qu’il honore systématiquement. Devant ce métronome qui relance toujours, conclut méchamment parfois et ses grandes cornes entre lesquelles il faut placer le crochet, les ficelles resteront inaccessibles. 1 Carmen et retour.

le grau-du-roi,21e souvenir olivier arnaud,garlan,ratis,ulmet,course camarguaisePhoto avec Romain Bruschet - Garlan (Les Baumelles).- On le connaît par cœur et pourtant il étonne encore par sa régularité et son sérieux.  Placement optimum et les hommes tergiversent. Bravo à Bruschet, Four et Ayme qui lancent le mouvement. Mais c’est Jérôme Martin qui, à chaque fois, bien engagé à la tête, offre les plus beaux duos. Bruschet enfermé et sauvé par “un quite” bienvenu. le grau-du-roi,21e souvenir olivier arnaud,garlan,ratis,ulmet,course camarguaiseBruschet à nouveau anticipé, chaud pour Auzolle, pour Belgourari. Garlan maîtrise, ne se livre pas n’importe comment,  en revanche honore avec célérité tout engagement approprié. Les primes s’envolent (2500€), le public pousse, les blancs s’affolent. Le président de course impose l’alternance aux tourneurs, qui s’exécutent. Les rasets s’enchaînent, Martin s'illustre, Garlan fait front et rentre ses ficelles. Très bon quart d’heure. 7 Carmen et retour. (Photo ci-dessus avec Bastien Four)

le grau-du-roi,21e souvenir olivier arnaud,garlan,ratis,ulmet,course camarguaiseUlmet (Blanc).- Raccompagne à grande vitesse, cornes pointées à chaque action conclue. Attrape Julien Ouffe par la basket et le garde suspendu... Ouf sans mal. Du coup, les blancs sont sur la réserve. Four mal engagé est obligé de se jeter sous les pattes mais Ulmet le touche au bras. Ouffe entre dans la danse avec Ayme et Martin, Ulmet déclenche en rafale cornes dangereusement pointées. Séries, coups aux planches se multiplient. Martin et Ouffe pour les meilleurs passages et des ficelles qui rentrent à 1800€. Très bon. 9 Carmen et retour. 

 le grau-du-roi,21e souvenir olivier arnaud,garlan,ratis,ulmet,course camarguaise

▲ Photo Ratis avec Belgourari - Ratis (Raynaud).- Ça démarre fort, Ratis enchaîne de bon cœur avec une très bonne gestion de la piste. Placé, tape en biais (Ouffe, Belgourari). Entrepris, il pâtit un peu du rythme des séries. Notamment dans la bourre sur sa 1re ficelle. Ses déplacements lui font une bouffée d’oxygène et il repart au combat. Il signe de belles ripostes encore sur les rasets courts d’Ayme, ou avec Martin et une belle conclusion sur I. Benafitou. L’ovation pour Jérôme Martin quand il lève la 2e ficelle. 12 minutes intéressantes. 5 Carmen et retour.

▼ Photo Ratis sur Ouffe

 le grau-du-roi,21e souvenir olivier arnaud,garlan,ratis,ulmet,course camarguaise

 Desbana (Lautier, hp).- Speedy écarte ses opposants - qui ne se pressent pas -  à grandes foulées. Brouillon mais frappeur, tel un feu follet il s’emporte après les blancs à chaque occasion. Bruschet qui bade aux corneilles au milieu de la piste, se couche sous ses pattes. Final léger et aérien. Musique.

MARTINE ALIAGA

Entrée : 2/3. Org. Régie municipale. Président : Joris Alvarez. Raseteurs droitiers : Auzolle, Ayme, I. Benafitou, Belgourari, Bruschet, Chekade. Gauchers : Four, Martin,Ouffe. Tourneurs : Bensalah, Kefouche, Sanchez, Ull, Fouque.

Trophée des As : Martin 17 points, Ayme 12, Belgourari 8, Ouffe 7, Four 6, Auzolle 5, Bruschet 2, I. Benafitou 2, Chekade 2.

Remise des prix

le grau-du-roi,21e souvenir olivier arnaud,garlan,ratis,ulmet,course camarguaisele grau-du-roi,21e souvenir olivier arnaud,garlan,ratis,ulmet,course camarguaise21e Souvenir Olivier-Arnaud

Meilleur taureau : Garlan des Baumelles
remis à Guillaume Linsolas

Meilleur raseteur : Jérôme Martin

récompenses remises par le maire Robert Crauste

 *********************

CLIN D'OEIL

le grau-du-roi,21e souvenir olivier arnaud,garlan,ratis,ulmet,course camarguaise

Tous à fleurs ! Areneros, président de course Joris Alvarez et son adjoint, organisateur Daniel Siméon arboraient d'éclatantes chemises colorées. Jolie idée  pour localiser les chevilles ouvrières, souligner l'esprit festif, ce qui n'a pas empêché le sérieux du président dans la tenue des débats, et des gens de piste toujours aussi actifs.

******************

 

CODOGNAN *AVENIR*

Samedi 21 juin 2014

BIEN BIEN LES BLATIERE !
 
16h pétantes... Alors que le maire du village "au volant" de son attelage à quatre chevaux quitte la piste, les penas  (La Gardounenque – Los Caballeros) suivies un instant après par les Tambourinaïres de l’Estang de l’Or, le groupe folklorique les Cabidoules de Cailar et les gardians de la manade du saule prennent possession des lieux en présence de Régine Pascal.
En ce premier jour de l’été les arènes de Codognan affichent presque le plein à l’heure de la capelado, soit plus d’une heure après le début des hostilités, pour cette course complète de la manade Blatière-Bessac comptant pour le Trophée de l’Avenir où vont venir se présenter 7 tenues blanches chez  lesquelles se sont distingués Rémy Guyon, Mickael Gougeon, Christophe Clarion, Radouane Errik et le jeune Jérémy Soler. Benjamin Sabot et Anthony Gautier sont venus compléter l’équipe aidée de 4 tourneurs (Stéphan Fargier, Thierry Garrido, Benoit Joseph et Frédéric Levy).
Comme la veille, le travail a été de qualité, appliqué et ordonnée  et de forte densité ce qui valut un Carmen final pour les hommes auxquels ont été adjoints les taureaux
Fait marquant : le comité des fêtes avait tenu à honorer lors de cette course tous les raseteurs du village. C’est ainsi qu’ont été appelés pour recevoir un trophée, Guillaume Perez, Alain Quet, Roger Granier, José Vidal, Eugène et Edgard Boissier, Maurice Cavallier et des représentants de Maurice Lansac et Jean-Paul Fesquet.
Le premier à fouler la piste est Quasimodo (n°33) : irrégulier, il peut laisser passer comme répondre et venir conclure comme se fut le cas derrière Gautier et Sabot pour 3 Carmen non renouvelé à sa rentrée, porteur de la seconde ficelle.
codognan,complète de blaitère,courses camarguaisesPhoto Dingo avec Rémi Guyon
De la volonté, de la bravoure, il n’en manque pas chez Dingo (n°831) qui de droite, comme de gauche, chaque raset trouve réponse et les séries se succèdent sous les honneurs six fois. Mais, face à cela, les hommes en viendront à bout en moins de 10 minutes.
Avant la pause, Gallo (n°714) fait preuve lui aussi d’une belle bravoure. A l‘image du précédent, il répond présent à tout et apporte en plus la finition derrière Sabot (3), Guyon (2), Gougeon et Clarion. Le disque, joué à sept reprises le raccompagne au toril avec sa seconde ficelle.
codognan,complète de blaitère,courses camarguaisesPhoto Frelon avec Soler
Frelon
(n°209) du haut de ses 12 printemps assure bien sa place de vedette avec sa volonté de bien faire. Placé correctement, il sort bien pour ne rien lâcher jusqu’aux barrières où il va venir se dresser sur Errik (2), Guyon, Gautier, Sabot (4) ou enjamber derrière Soler. Avec un 8e Carmen, il retourne au toril fortement acclamé.
 codognan,complète de blaitère,courses camarguaisesMecano avec Errik
C'est sans difficulté que le jeune Mécano (n°713) va maintenir le cap. Après une envolée sur Errik c’est avec hargne et ténacité qu’il va réagir, sans hésiter à pousser jusqu’au bout quand l’homme sera à sa portée. Sa jeunesse va l’emporter trois fois dans le couloir mais peu importe, le reste est tellement captivant. Seulement 2 Carmen renouvelé à sa rentrée.
Seule fausse note, Vallespir (n°813) qui malgré une action sur Gougeon va axer sa course sur une trop importante réserve. Pourtant les hommes vont faire le maximum mais en vain si ce n’est quelques petits éclats. codognan,complète de blaitère,courses camarguaises
Photo Nadir sur Errik
Pour conclure Nadir (n°929) ne va guère motiver les troupes qui le solliciteront au compte goutte. Clarion, Errik, Sabot l’amèneront avec eux au dessus des bois pour une paire de Carmen sans un final plaisant. 
 
CYRIL DANIEL
Texte et photos

 

 

MAUSSANE LES ALPILLES *AVENIR*

Samedi 21 Juin 2014

LA NOBLESSE AVEC ROI ET DUC...

Trophée de l'huile

Roi (Fournier) aux planches après Mébarek

Entrée: ¼ Organisateur: CT Vallée des Baux. Présidence: A Noël Droitiers: Marquier, Maurel, Rey, Sabatier. Gauchers: Ferriol, Mebarek, Sanchez. Tourneurs: Dumas, Lebrun, Sagnier.

Marquier prend les commandes du trophée de l'huile (15 points) devant Maurel et Rey (10) bien secondé par Sanchez, Sabatier et Ferriol pas en réussite. Côté taureaux Roi et Duc ont de la noblesse mais il ne faut pas oublier l'excellent Muscadin et le sérieux Toscan.

Délesté de ses rubans en une minute, VICTOR (Chauvet) a du mal à appuyer ses poursuites et face à des crocheteurs confirmés il ne résiste guère plus de sept minutes (normal après deux ans d'absence). Un Carmen. Coureur, MUSCADIN (Fournier) est raseté en mouvement mais il ne néglige aucune sollicitation. Il saute après les hommes ou percute à l'arrivée de nombreuses fois jusqu'à briser la planche après Sabatier. Généreux, il réintègre une ficelle. 8 Carmen et rentrée. Rapide, SEVILLAN (Gillet) mène la danse quand il se jette fort dans le raset. Dommage qu'il ne termine pas ses poursuites car au départ son anticipation lui donne souvent l'avantage qu'il perd après la pose du crochet. Une blessure à l'œil précipite son retour au toril à la dixième avec une ficelle.

L'œil aux aguets, TOSCAN (Chauvet) envoie la corne à l'arrivée. Aux ficelles, il améliore son placement et poursuit avec conviction jusqu'à taper cornes dans les planches. Malgré les primes, il manque de pression et rentre ses ficelles en musique jouée quatre fois. Volontaire, ROI (Fournier) perd ses attributs en deux minutes. Aux ficelles, il remet les pendules à l'heure. Calé aux bois, il se montre agressif avec des arrivées serrées mais lui aussi ne recevra pas le travail suffisant. Il rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour. Élancé, DUC (Gillet) à du pétard quand il se dresse après Sanchez. Son envol au mur de Mouries est dans les têtes et le bioù qui s'ennuie saute seul. A mi-course il percute après Rey et se met au diapason. Il termine sur une note spectaculaire avec des sauts engagés après les hommes. 6 Carmen dont rentrée.

Trophée de l'huile

Victor (Chauvet) coopère avec Joffrey Ferriol

Trophée de l'huile

Muscadin (Fournier) se dresse à la poursuite de Marc Sanchez

Trophée de l'huile

Joffrey Ferriol à la tête de Sévillan (Gillet)

Trophée de l'huile

Toscan (Chauvet) tape derrière David Sabatier

Trophée de l'huile

Roi (Fournier) poursuit Joffrey Ferriol avec détermination

Trophée de l'huile

 Duc (Gillet) serre de près Marc Sanchez

Texte et photos Eric AUPHAN