Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/07/2014

CABANNES *VACHES COCARDIERES*

Mardi 29 juillet 2014 - Trophée Philippe-Thiers - Vaches cocardières

Douville et Gaïa pour la 13e Coupe de Provence


cabannes,vaches cocardières,courses camarguaisesPleuvra-t-il, ne pleuvra-t-il pas? Et bien non, la course se déroule sous un ciel menaçant mais... pas de pluie. À la capelade défilent entre la Gardounenque et les Ricoulettes, Douville, Dumont, D Maurel, Chig, Boyer, Clarion, Lafare, Fouad accompagnés de Dumas, Dunan et Savajano

Meilleur animateur : Thibaud Douville, meilleure vaches Gaïa (Chaballier) prix remis par Elodie, Pauline et Sophie des Ricoulettes de Cabannes. Toutes les vaches et tous les raseteurs reçoivent un Carmen général pour l’excellente course de ce jour.

PHOTO Gaïa sur Boyer

Gentiane n° 207 – (Fournier) – Oubliée par les organisateurs de courses depuis deux ans, elle nous rappelle à son bon souvenir en nous gratifiant d’une course exceptionnelle. D’entrée, cette première met la barre très haut ! Pas moins de 9 grosses actions aux planches, Douville (3) Maurel (3) Dumont (2) et sur Boyer pour conclure chaque fois récompensée par la musique qu’elle entendra une dixième fois à sa rentrée au toril applaudie et porteuse de ses ficelles.


Nathie n° 418 – (Chapelle) – Surprise en son début de course, elle perd en moins de deux minutes ses principaux attributs. Elle se ressaisit et défend ses ficelles par des anticipations et des enfermées après Boyer, Lafare, Douville avant une longue série de rasets qui fait entendre pour la quatrième fois Carmen. Elle rentre sa deuxième ficelle avec les honneurs et les applaudissements.

Athena n° 665 – (Les Baumelles) – Une nouvelle venue au Trophée pour sa première course en cornes nues, elle laisse voir de très bons principes malgré un petit manque de maturité. Elle raccompagne jusque dans le couloir Douville, Boyer et Maurel avant de s’envoler dangereusement, cornes pointées en avant après Boyer. Rentre ses glands au toril en entendant pour la troisième fois la musique.

Margot n° 838 – (Chauvet) – Elle livre un dur combat pour les blancs, c’est à chaque raset le danger pour passer entre ses longues cornes qu’elle baisse à bon escient afin de défendre ses attributs. Un placement de cocardière (cul aux planches) elle sélectionne les rasets, cornes en bas, et change de terrain dès que le besoin s’en fait sentir. Une grosse enfermée sur Douville qu’elle raccompagne jusqu’aux bois. Retourne au Mas de Cadenet avec tous ses attributs (elle est prête pour Fos-sur-Mer) avec Carmen et les applaudissements du public.

Upsa n° 550 – (Ricard) – Eh oui ! Son nom en dit long et c’est vraiment avec le mal de tête que les raseteurs hésitent à l’entreprendre. D’entrée, elle se positionne en milieu de piste et fait des cercles pour surveiller tout départ des blancs... Une envolée après Savajano ouvre les débats, Boyer s’y risque, elle saute après lui et l’oblige a monter dans les gradins, Chig tente à son tour et le résultat et le même. Elle nous gratifie de quatre grosses actions après Douville la dernière se concluant dans le couloir où elle se dresse contre le mur en essayant de mordre et d’accrocher avec la corne le mollet de Thibaud. Comme la précédente, elle ramène au Domaine de Méjanes tous ses attributs sous les applaudissements et en musique.

Esmeralada n° 759 – (Caillan) – La pensionnaire de la devise orange et marron, malgré son petit gabarit, ne subit pas la pression des hommes, elle est vive, très rapide et change souvent de terrain. Sur un raset elle se propulse puissamment sur Douville et tous les blancs qui tentent sont raccompagnés aux planches avec autant de violence Douville (4) Dumont (2) Chig (2) Clarion (1) chaque fois le disque retentit plus à son retour au toril avec ses 2 ficelles et sous les applaudissements.

Sarah n° 917 – (La Galère) - Malgré une grosse pression mise par les raseteurs, la plus jeune cocardière de cette course réalise dix grosses actions en huit minutes de course. Elle se soulève après Maurel (2) Dumont (2) Boyer (1) Douville (4) Clarion (1) en entendant la musique à chaque action. Deux jolies séries de rasets, en musique, permettent à tous les blancs de s’exprimer. Musique et applaudissements à son retour.

► PHOTO GAIA SUR BOYER
Gaïa n° 601 – (Chaballier) –
Comme les deux vaches précédentes, c’est du spectaculaire ! Pour le
bonheur du public... Tous les raseteurs sont, à tour de rôle, raccompagnés aux bois en musique ce qui lui permet de s’octroyer le prix de la journée. Elle rentre au toril ses ficelles sous l’air de Bizet et les applaudissements.

Texte et photos
MONIQUE ROGGI



Classement des raseteurs après les courses de ce jour (Marsillargues et Cabannes) :

JL RICCI 77 - T DOUVILLE 68 - T DUMONT 60 - J FERRIOL 37M SANCHEZ 27 - F BOYER 14 - C CASTEL 14 - D MAUREL 12 - M CHIG 12 - C CLARION 12 - M CHARNELET 11 - R ERRIK 11

BAILLARGUES *AVENIR*

Mercredi 30 juillet 2014 - 2e journée du Trophée Brouillet

Une coursinette de fête

Entrée : 2/3 d’arène.Org. CT Le Sanglier. Président : André Turquay.

Raseteurs droitiers : I. Benafitou (sort au 6e taureau), Roig, Valette, Soler.Gauchers : N. Benafitou (sort au 3e), Zekraoui (sort au 6e).

Tourneurs : Jockin, Joseph, Garcia.

 

Débutée avec six raseteurs, la course termine à trois, sans gaucher. Difficile de vanter ou pas les qualités des cocardiers dans ces conditions. Vibre et Limbert valorisent la première partie. Ulysse (4e) impressionne et Ténor (7e)  donne envie de le revoir, raseté. Zekraoui et I. Benafitou tirent la course jusqu’à leurs sorties.

Lou Batre (Paulin).- Comportement classique aux premiers attributs. Il ne se laisse pas manœuvrer et, aux ficelles, utilise les endroits stratégiques. Une paire d’accélérations, de séries, une conclusion sur Zekraoui et rentre une ficelle. 3 Carmen.

Vibre (Lafon).- Raccompagne prestement et frise les planches. Il a envie d’en découdre et trouve Zekraoui dans le même état d’esprit. Se retient un peu sur la fin, les hommes temporisant, et rentre une ficelle. 7 Carmen.

Limbert (Guillierme).- Surveille tout et participe avec assiduité et rapidité. Il ne fait pas le voyage pour rien et la corne est toujours à l’affût en punition. Ça passe juste souvent. Les primes montent pour soutenir l’effort des blancs mais les deux ficelles rentrent. 9 Carmen.

Ulysse (Rouquette).- Le beau taù impressionne. Il choisit son terrain et s’y tient. Les blancs cogitent. Ilias Benafitou tente et se fait méchamment raccompagner. Zekraoui idem. L’enfermée sur Ilias est impressionnante, l’arrivée frappante. La cocarde monte à 300€ mais reste sur les cornes, seul le 1er gland est levé par Zekraoui. Trop compliqué à ce niveau.  5 Carmen.

Beefeateur (Ricard).- D’abord mobile puis placé, il allonge le pas sur le cite mais le tempo est lent et les minutes longues. 2 belles poursuites et la 2e ficelle rentre. 3 Carmen.

Postier (Janin) n’a plus que trois raseteurs face à lui. Il rode, se place, il fait le job quand on le sollicite mais n’est pas étouffé. Rentre 1 gland.

Ténor (Saint-Gabriel, hp).- Il a beaucoup de jus mais peu d’occasion de le montrer. Les trois rescapés font ce qu’ils peuvent. Dans les dernières minutes, Valette sort le grand jeu, Soler et Roig suivent, Ténor est à la conclusion à chaque fois. A revoir. Des Carmen.

 

MARTINE ALIAGA

 

Trophée de l’Avenir : Zekraroui, 13 points ; Soler, 7 ; Roig, 5.

30/07/2014

MARSILLAGUES *VACHES COCARDIERES*

Mardi 29 juillet 2014 - Trophée des Vaches cocardières
 
Boumiane et Alida, deux sacrés caractères de vache
 
Un mardi après-midi de fête à Marsillargues. C’est le plein complet, même si le temps est menaçant, même s’il s’agit d’un concours de manades de vaches cocardières (qui n’attire pas toujours foule) mais, c’est gratuit. Et comme le disait la dame derrière moi, on vient passer un moment, on vient blaguer et peu importe ce qui se passe en piste. Mis à part qu’aujourd’hui, et comme il est souvent le cas, les vaches cocardières ont donné entière satisfaction, chacune avec ses qualités, chacune avec ses défauts… Et L’essentiel est bien là pour ceux qui étaient venus voir l’affiche proposée.  Mais pour cela, encore faut-il que les hommes s’en donnent la peine. Ce qu’ils feront, de la première à la dernière avec néanmoins un petit bémol lorsque les difficultés des unes et la réputation, non pas des vaches, mais des manades apparaîtront.
Si  Alida  s’octroie le 3e Trophée Souvenir Alex Boulet, Boumiane aurait pu se l’octroyer aussi sans aucune polémique. S’il y avait eu un prix au meilleur raseteur, ce dernier n’aurait pas pu échapper à Marc Sanchez tant son travail fut assidu et récompensé.  
Au micro, Bruno Séguier motivera les troupes par de fortes primes et entretiendra l’ambiance avec une profusion de Carmen à toutes vaches…

En ouverture, Palunière (Raynaud), après un début pour le moins calme va mener sa course tambour battant et ne rien lâcher jusqu’aux barrières avec des arrivées in extremis derrière Sanchez (4), Roig (3) et Castell pour 8 Carmen renouvelé à son retour sur blessure à la 10e minute.

Seconde, Hacienda (Cyr) va faire réfléchir les hommes qui ne vont pas la submerger avant d’y faire effectuer des séries où elle baisse la tête. Sur 2 rasets tout en longueur de Paparone et Castell elle tamponne à l’arrivée, le tout pour 7 Carmen.
marsillargues,vaches cocardières,course camarguaise▲ PHOTO  Boumiane sur Cyril Castel
Avant les rafraîchissements, Boumiane (Saint Pierre) va être la plus complète. Sérieuse par son placement et ses déplacements sans reproche,  spectaculaire par ses percutantes finitions derrière Gougeon,  Ricci, Castell (2) et Paparone ou encore ce saut derrière Aroca, elle effectue un sans-faute.  Peu inquiétée aux ficelles, qu’elle  conserve,  son 5e Carmen résonne à sa rentrée.
marsillargues,vaches cocardières,course camarguaise▲ PHOTO Alida écarte Thomas Roig

Le temps de quelques annonces et voilà celle qui allait être la lauréate du jour, Alida (Cuillé). Avec beaucoup de gaz elle se jette corps et âme dans la bataille. Son début classique n’allait être qu’illusion. Gougeon, Paparone (3), Castell (3), Roig et Aroca (2) seront vite gratifiés de finitions au-dessus des planches. Bien que faiblissant en toute fin de course, elle rentre au toril sa seconde ficelle avec son 10e Carmen.  
Du fait la réputation de sa marque dans le domaine, il va falloir attendre la 4e minute de course de Zaïs (Ricard) pour voir le premier raset à la tête. Les hommes plus que méfiant, vont très vite se rendre compte de sa vulnérabilité en l’amenant dans des échanges soutenus. Mais attention, elle peut s’avérer imprévisible comme sur Castell, sévèrement enfermé  ou sur Sanchez aux trousses de qui elle s’écrase contre les planches, qu’elle peut franchir aussi volontairement (2). 4 Carmen retour inclus.
Avant dernière, Duchesse (Chaballier)  n'a pas fait dans la régularité. Pas toujours placée comme il faut, elle peut taper derrière les rasets n’allant pas à la tête – Sanchez (2), Paparonne ou encore Roig  - comme ralentir sur les mieux consentis. Ficelles autour des cornes, elle retourne au toril en entendant son 6e Carmen. 
Pour conclure, la petite et frêle Floride (Vinuesa) va se prêter au jeu. Après un début qui aurait pu faire craindre le pire, elle va coopérer  en affichant une belle vaillance  à laquelle elle va, au gré de se course, apporter des finitions  (Sanchez – Castell – Guyon). Les hommes prenant l’ascendant, elle termine, maître néanmoins de ses ficelles, fort éprouvée et entend son 6e Carmen.
 
Texte et photos
CYRIL DANIEL
 
Les Points : M Sanchez 14 – C Castell 10 – S Aroca 8 – T Roig 6 – Paparonne 5 – Ricci 4 – Gougeon 2
 
Organisateur : Mairie.  Entrée : plein. Présidence : Bruno Séguier. Raseteurs : M Gougeon – JL Ricci – M Sanchez – S Aroca – C Castell – N Paparonne – T Roig
Tourneurs :A Duran – M Arnel
Faits Marquants :
Une minute de silence a été observée à la mémoire de Mr Hubert Yonnet
Les 2 premières vaches sont sorties avec des attributs primés à 27 € au lieu de 30 comme le prévoit le règlement
 

HUBERT YONNET *DECES*

hubert yonnet,décès,courses camarguaisesHier (lundi 28 juillet), la nouvelle a vite fait le tour des afeciouna, Hubert Yonnet est décédé. A 87 ans, l'éleveur a tiré sa révérence attristant autant les cercles taurins français qu'espagnols, autant le mundillo que la bouvine. A la tête de la plus ancienne et prestigieuse ganaderia de "toros braves" français, président de la Confrérie des gardians, éleveur de chevaux, ancien empresa des arènes d'Arles... Hubert Yonnet était l'ambassadeur de la culture taurine porté par la passion de sa terre, des traditions et de l'élevage. C'est un grand homme qui est parti. Personnage discret et humble mais ardemment actif, il est l'un de ces bâtisseurs, visionnaire et passionné, que la Camargue a la chance de compter parmi ses plus ardents défenseurs.

MARTINE ALIAGA

A la tête de la ganaderia Yonnet, (créée par Joseph Yonnet en 1859) depuis 1956. Premier éleveur de toros braves à être présent aux arènes de Madrid (1991).

Président de la Confrérie des gardians depuis 1972 (Prieur de 1945 à 1946, capitaine de 1955 à 1956).

Empresa des arènes d'Arles jusqu'en 1999.

Manadier de chevaux.

Membre fondateur du Parc Naturel Régional de Camargue.

Ancien président de l'Association des éleveurs français de taureaux de combat.

* Les obsèques se dérouleront jeudi 31 juillet à Notre-Dame La Major à Arles. A partir de 14 h 30.*

 

29/07/2014

BEAUCAIRE *AS*

Lundi 28 juillet 2014 - 86e Finale de la Palme d'Or

Insipide !

Sans éclat, si ce n'est celui de la capelado de Patrice Blanc. Sans esprit, sans panache, sans... Les cocardiers ont arbitré ternement le duel Auzolle - Chekade à la conquête de la 86e Palme d'Or. Les taureaux n'ont pas brillé, les hommes n'ont plus. L'ordre de sortie (après la défection d'Aramis prévu 7e hors points) pose question. Chekade part avec un handicap de 8 points sur Auzolle, à l'entracte la différence n'est plus que d'un. Loïc fera la différence en 2e partie. Allouani (pas invité) vient s'insérer dans le jeu. L'expérience de Daudet (2e) et la bonne prestation de Brutus (3e) permettent de passer correctement la première partie. La seconde est inintéressante, le travail brouillon et par à coups,  et les taureaux... Reste que Loic fait l'effort et peut lever le trophée pour la seconde fois consécutive.

Colvert (Chauvet).- Pas de temps mort, c'est la ruée dont Colvert se sauve par quelques fusées dans le paquet et impact aux planches. Une blessure (profonde entaille) au-dessus de l'oeil envenime les débats (Apparemment pas un coup de crochet mais plutôt un coup aux bois). Après les cinq premières minutes intenses, les blancs temporisent, Colvert se montre dangereux sur Favier, joli raset de Katif. rentre ses ficelles.

Daudet (Fabre-Mailhan).- Utilise tout le pourtour, prend une rafale au toril avant que la moutarde ne lui monte au nez après Chekade. ça lui tombe dessus mais il tient pied partout. Fait parler l'expérience, change de terrain. En tête-à-tête, il prend le dessus en jouant des cornes. Les hommes abandonnent et les ficelles rentrent.

Brutus (Lautier).- La bataille Auzolle-Chekade fait rage et Brutus entre dans le combat. Bien positionné, Brutus fait le job, et repousse les assauts. S'engage fort après Allouani, puis sur un long raset de Katif. Au toril, il laisse passer l'orage mais explose après Katif. Au prix d'un "soleil" en contre-piste, Allouani lève la première ficelle à la 13e, Brutus rentre l'autre après un bon quart d'heure où son expérience fait la différence. 6 Carmen et retour.

Sultan (Nicollin).- En mouvement, le beau cocardier offre son frontal avec vivacité mais en se laissant manoeuvrer. Des accélérations puis le vide en attendant que l'un des blancs gratte les premiers tours de ficelle. Droite-gauche, Sultan s'exécute, une belle enfermée sur Favier et Rey lève la première ficelle à 13'30. La 2e rentre, 2 Carmen et retour.

Matute (Saint-Antoine).- Supporte la pression en se déplaçant mais au bout de trois minutes, les blancs attaquent la 2e ficelle. Quelques actions poussées, puis stoïque laisse filer. Pagaille à la 2e ficelle ouverte, et Favier abrège à la 9e.

Nicolas (Janin).- Sa vitesse d'exécution fait illusion quelques minutes, grosse poursuite sur Chekade. Mais dès la 2e minute, on passe à la 2e ficelle. Sans se fixer, parfois centriste, Nicolas n'inspire guère les blancs. Auzolle avec la cocarde et le 1er gland est largement en tête et Loic parachève sa victoire avec la ficelle. 11 minutes.

Litec (Cuillé).- Hors points pour le Trophée Taurin mais compte pour la Palme. Litec se livre lourdement jusqu'aux planches, le travail est trop hâché, c'est monotone et sans éclat.

MARTINE ALIAGA

A la capelado, une minute de silence est observée à la mémoire de Hubert Yonnet, décédé.

L'entrée en matière orchestrée par Patrice Blanc rend hommage aux 70 ans de la manade Laurent (Patrick et Henri Laurent en piste accompagnés par la Reine d'Arles Mandy Graillon). La pena La Gardounenque, un carrousel de gardians, une magnifique et colorée farandole de très nombreuses Arlésiennes.

Entrée : 2/3 d'arène. Org. Régie taurine. Président : Raymond Arnaud. Raseteurs droitiers : Allouani, Katif, Rey, Auzolle, Chekade, Ayme, Sanchis. Gauchers : Poujol, Four, Allam, Errik, Favier. Tourneurs : Garcia, Bensalah, Cuallado, Fouque, Sanchez.

Trophée des As : Auzolle, 16 points ; chekade, 13 ; Allouani, 12 ; Rey, 6 ; Four, 4 ; Katif, 4 ; Favier, 4 ; Ayme, 2 ; Poujol, 2.

Palme d'Or : Loïc Auzolle, 58 points ; 2e, Chekade, 45 ; 3e, Rey, 31. Meilleur cocardier des trois courses : Greco de Saint-Antoine (course du 13 juillet).

Palme d'Argent : course du dimanche 20 juillet en matinée. 1er Jamal Bouhargane. Meilleurs cocardiers : Ubaye de Paulin et Bechet de Saumade.

SOMMIERES *AS*

Dimanche 27 juillet 2014

Tout ce qu'on aime !

Les afeciouna avaient un peu perdu le moral ces derniers temps, notamment ceux qui suivent le parcours du Trophée des As. Mais dimanche, ils sont repartis des arènes de Sommières, gonflés à bloc, rassasiés d'émotion. Des taureaux combatifs, des raseteurs décidés, et la fe ravivée embrase les arènes. Garlan, en maître, Bruschet, Favier, Outarka transcendés... pour le pic émotif mais aussi Pégoulié et surtout Toscan dans un ensemble de valeur où Allouani contribue également à la réussite.

Sisley (Blatière-Bessac).- Distrait, brouillon mais aussi concluant (Allouani, Poujol, Errik). Gare à la faute car, dans ses cas-là, il est impitoyable. 12'30.

Amarillo (Ribaud).- Ce jeune combattant, 7 ans, alterne les moments de retenue mais aussi les actions où il se livre en profitant la corne en conclusion. Une jolie enfermée sur Katif (Carmen).  Une ficelle à la maison.

Pégoulié (Blanc).- Cueilli sur se déplacements, les rubans volent en 1'20.  Bien placé par la suite, le raset de Katif trouve une finition frappante, les rasets courts d'Outarka des ripostes explosives. Plutôt droitier en ce jour sur les beaux cites de Bruschet, Belgourari, et très sollicité, le cocardier subit des rafales parfois désordonnées mais se bat de belle manière. 12'30 de qualité.

Garlan (Les Baumelles).- Sort sous les applaudissements. C'est sûr, les afeciouna se sont déplacés pour lui. Cul aux planches, il connaît sa partition sur le bout des cornes. Le premier raset de Favier dans les cornes est impressionnant. Garlan a du pétard et le fait savoir d'entrée. Pour Bruschet, ça passe mais au millimètre. Les ripostes sont puissantes, le placement impeccable, son espace strictement délimité. Favier à un poil de l'accrochage, Bruschet dans le berceau, Outarka à la limite. Le danger est bien là. Outarka s'engage, Garlan le presse, le déséquilibre, Lahcène se jette à terre... Sur les gradins, l'émotion est totale. Et les applaudissements d'accompagner la course du taureau... Impressionnant! Chaque poursuite est intense, dangereuse, les spectateurs tremblent et se régalent, le dernier raset sur Favier fait chavirer le chaudron. L'ovation éclate et raccompagne le cocardier et ses ficelles (dont la première montée à plus de 1600€). 7 Carmen et retour. 

Platon (Nicollin).- La fougue ne diminue pas. Outarka, Favier, Bruschet à l'attaque, Platon se fait chiper ses pompons sur ses déplacements. Aux ficelles, il se pose mais le travail continue. Le taureau fait front, se chauffe et conclut (Bruschet, Poujol, Belgourari). Platon joue ses atouts de bravoure et d'assiduité. Rentre ses ficelles. 4 Carmen et retour.

Toscan (Chauvet).- Dans la pagaille, les hommes jouent avec le feu et ces cornes qui menacent au ras des planches. Une fois placé, les séries rythmées s'enchaînent ainsi que les coups aux planches. Bruschet régale main au frontal, le public accompagne les efforts. Toscan se sort de l'emprise et repart au combat avec un moral et une générosité qui forcent le respect. Prestation brillante, 13 Carmen et retour.

Gasto Boï (Guillierme, hors points).- Toujours bon moral, il enchaîne les séries et les coups de barrière jusqu'à briser les bois après Belgourari. Un joli bouquet final salué par 7 Carmen ainsi qu'au retour.

MARTINE ALIAGA

Entrée : archi plein. Organisateur : CT Lou Carmen. Président : Moucadel. Raseteurs droitiers : Allouani, Katif, Belgourari, Bruschet, Outarka. Gauchers : Poujol, Favier, Errik. Tourneurs : Estève, Daniel, F. Garrido, Cuallado, T. Garrido.

Trophée des As : Allouani, 22 points ; Errik, 18 ; Bruschet, 9 ; Belgourari, 9 ; Outarka,  4 ; Katif, 4 ; Favier, 4.

28/07/2014

SAINT-MARTIN-DE-CRAU *VACHES COCARDIERES*

Samedi 26 juillet 2014


En ce jour de fête votive, Valsière mène le bal


Les membres du club taurin Paul-Ricard de Saint-Martin-de-Crau et leur président Jerôme Dumas sont à féliciter pour cette course de vaches cocardières comptant au Trophée Philippe-Thiers.

A la capelado se présentent T. Douville, T. Dumont, JL Ricci, J Ferriol, J Rey, D Maurel, R Errik, M. Bournel accompagnés des tourneurs J. Dumas, D. Dunan, A Duran, G. Sagnier.

Bimbinette, n°004 – Manade Les Baumelles : C’est en habituée du Trophée qu’elle se place d’entrée près des planches, au bout de quelques secondes, ne voyant pas venir les blancs, elle change judicieusement de terrain. Une série de 6 rasets lui font entendre la musique. Elle baisse la tête, court en crabe à côté des raseteurs, enferme Dumont et Ferriol. Son placement de cocardière fait réfléchir les tenues blanches. C’est avec ses ficelles, en musique déjà entendue plusieurs fois et sous les applaudissements qu’elle regagne le toril.

Julienne, n°332 – Manade A. Chapelle : Une grande rapidité à se tourner sur les rasets, Errik se fait enfermer dangereusement avant de raccompagner et de se soulever aux planches après Maurel, tête au-delà des bois. Dix minutes plaisantes ou seulement la coupe de cocarde est faite. Rentre au toril en musique et applaudie.

Pascaline n°553 – Manade de la GALÈRE : Surprise dans son premier temps de course, dû probablement à son manque de sorties, elle perd ses principaux attributs en moins de deux minutes avant de se reprendre aux ficelles. Après une longue série de rasets, saute méchamment après Douville et Ferriol, passe la corne derrière Errik et termine par une grosse action après Maurel. Rentre sa deuxième ficelle au toril en musique déjà entendue 4 fois.

Sarah n°701 – Manade Chaballier : Tout comme la précédente, elle se laisse surprendre aux attributs. Un peu de difficulté à trouver son terrain en début de course, Un mieux aux ficelles qu’elle défend en sautant après J Ferriol, se soulève après T Douville elle rentre sa seconde ficelle en musique jouée déjà 2 fois.

Après quelques minutes d’entracte, c’est au tour de Christine n°210 – Manade de La Galère : Après avoir montré de bonnes dispositions à Générac sortie en première position, aujourd’hui, c’est à la cinquième place qu’elle va surprendre. Cinq grosses actions aux planches toutes plus puissantes les unes que les autres, Ferriol (2), Maurel (2), Errik (1) cinq fois les honneurs plus à son retour c’est sous les applaudissements et porteuse de ses ficelles qu’elle réintègre le toril.

Pandora n°720 – Manade Les Baumelles : Une cocardière plus qu’une barricadière, de grosses enfermées obligent très souvent les raseteurs à rompre le raset car, si ils arrivent à la tête, elle ne leur laisse pas mettre la main. Elle défend avec ardeur ses attributs, le second gland étant levé à la dernière minute. 3 Carmen en piste plus les applaudissements et la musique à son retour.

Aliénor n° 848 – Manade A. Chapelle : La plus de cette course a été un peu tendre à ce niveau, elle est allée "a mas" et a permis de voir sur la fin de course ses qualités à venir Une petite vache cocardière à revoir avec plus de métier.

Valsière n°605 – Manade CHABALLIER : Le Bouquet final ! La Cocardière d’Or 2012 fait un festival de coups de barrières. Tous les raseteurs sont raccompagnés avec force aux planches et même, quelques fois à travers les bois. Maurel en fait les frais en se faisant coincer la cheville à la planche. Le disque entendu 12 fois pendant ses 10 minutes de courses. Rentre au toril avec ses ficelles et sous l’ovation du public.

MONIQUE ROGGI



Classement des raseteurs après cette course :

1 RICCI JEAN LOUIS 73

2 DOUVILLE THIBAUD 51

3 DUMONT THOMAS 51

4 FERRIOL JAUFFREY 37

5 SANCHEZ Marc 13

6 MAUREL DAVID 12

7 CHARNELET MICKAEL 11

8 ERRIK Radouane 11

9 BOUDOUIN A. 9

10 MEBARECK Sidi 9

11 BOYER Frederic 8

12 CARTALADE Kevin 8

27/07/2014

MILHAUD *AVENIR*

 milhaud,course camarguaise

 Samedi 26 juillet 2014

Le brio de Papagai, le sérieux de Lazare
dans un concours somme toute plaisant

milhaud,course camarguaise

Papagaï sur Aliaoui

Même gratuit et dans le cadre de la fête du village, le concours de manades servant de support au Trophée de la Ville a été loin d’attirer la foule des grands jours… D’une soixantaine personne à l’heure de la capelado orchestrée par la pen Los Sombreros en présence du groupe folklorique local de Camargue à Mistral, la remise des prix a dû s’effectuer devant environ deux cents personnes.
C’est donc à l’appel de Bruno Pascal, que les 11 tenues blanches (les 7 raseteurs invités + 4 tourneurs) se sont présentées avant de fournir un travail assidu et sans relâche (sauf bien sûr dans la difficulté). Si Youssef Zekraoui remporte les suffrages, Farid Aliaoui, Rémy Ibarra ou encore Christophe Clarion auraient pu se les octroyer. Chez les noirs, c’est Papagaï qui aura les faveurs du jury mais là encore, Lazare, dans un autre registre, aurait très bien pu les avoir sans contestation possible.

Papagaï (Lagarde – n°305) est un premier de luxe. Idéalement placé, il se jette dans le raset en baissant la tête jusqu’aux planches où il passe une corne dangereuse quand il sent l’homme à sa portée. Ses  menaces sur Zekraoui (3), Aliaoui (2), Ibarra (3) et ses enfermées derrière Gautier et Ibarra déclencheront le disque une dizaine de fois. A 200 €, sa première ficelle rentre en musique.

milhaud,course camarguaisePhoto Zeus et Zekraoui
Zeus (Briaux – n°669) tout feu tout flamme défend cocarde et glands qui vont partir en moins de 4 minutes. Aux ficelles, il s’améliore au fil du temps en apportant plus de placement et de meilleures réparties derrière Zekraoui ou encore Ibarra. Raseté sans relâche, il sauve sa seconde ficelle. Retourne au toril en silence (?) mais bien applaudi.
Avant la pause, les hommes ne feront qu’une bouchée de Balourd (Félix – n°609)  qui en viendront a bout en moins de 7 minutes 30 où sa volonté lui a été fatale malgré  sa légère anticipation et ses timides finitions sur Sanchez (2), Clarion ou encore Gautier (2) récompensées par 4 Carmen, celui de la rentrée ne s’imposant pas.
Givalon (Cuillé – n°504) va effectuer 9 minutes très plaisantes ou après avoir cédé ses principaux attributs tout en mobilité, son positionnement va être meilleur et ses répliques ne pourront que s’en ressentir. Il s’engage bien dans le raset et pousse jusqu’aux planches où seule manque la finition. Sans vice et volontaire, il s’incline en 9 minutes récompensées par 4 Carmen, retour inclus.
milhaud,course camarguaisePhoto Lazare et Violet
Lazare
(Cyr –n°804) va faire réfléchir les hommes qui, en plus de ne pas se bousculer ne vont pas lui faire de cadeau, notamment sur les reprises le temps des principaux attributs (9’). Aux ficelles, il maîtrise et ne tombe pas dans les pièges et saisit chaque opportunité pour se mettre en valeur notamment derrière Clarion qui se verra menacé aux planches. Sa 1re ficelle reste en sa possession  et son unique  Carmen le raccompagne au toril.
Avec Péléon (Daumas – n°706), on ne peut pas dire que la régularité était à l’ordre du jour. Tantôt il vient et conclut (Aliaoui, Sanchez, Zekraoui pour autant de Carmen), tantôt démarre après coup et ralenti à l’approche des planches, tantôt il ne vient pas. A ce rythme, il rentre ses ficelles avec un Carmen  burlesque.
Pour conclure, la vache Octopussy (Chapelle – n°855), a réitéré sa course de sélection de Cabannes avec une quinzaine de sauts (seule ou dans l’élan sans conviction) tout en laissant entrevoir en fin de course (10 minutes) des dispositions non négligeables derrière Clarion, Gautier ou encore Aliaoui…. Avec sa cocarde coupée par Clarion, elle déclenche les dernier Carmen de l’après-midi…
 
Texte et photos
CYRIL DANIEL

 

Organisateur : Mairie. Entrée : Variant du début à la fin compte tenu de la gratuité mais relativement faible tout de même. Présidence : Bruno Pascal. Raseteurs : F  Aliaou – C Clarion – A Gautier – R Ibarra – M Sanchez – N Violet – Y Zekraoui. Tourneurs : F Jockin – P Ranc – JP Beker – F Levy

SOMMIERES *AVENIR*

Samedi 26 juillet 2014

Faible

"Bah, aurait dit notre confrère Gilles Arnaud, les taureaux c'est comme ça. Un jour c'est bien l'autre non !" Reste que le 1er Souvenir dédié à notre confrère décédé l'an dernier, s'est avéré bien faible tant côté noir que blanc. Et les prix - 1er Souvenir Gilles-Arnaud et Joël Beker - ont été octroyés aux moins mauvais : Abel de Nicollin et Soler.

Aladin (Nicollin).- S'il donne le change les premières minutes, en se livrant correctement, ses quinze minutes semblent longues malgré quelques enfermées. Rentre sa 2e ficelle. 4 Carmen et retour.

Arlequin (Laurent).- Baroule dans toute la piste sans jamais s'arrêter, Poujol pour quelques jolis rasets.

Abel (Nicollin).- Soler et Sanchis pour une paire d'enfermées, la suite est banale jusqu'à la 2e ficelle levée presque au terme. 4 Carmen et retour.

Aragon (Laurent).- Des sauts, des balades en long en large et en travers, quelques planches démontées...

Anthénor (Nicollin).- Un drôle de grand bannu, toujours en déplacement, quelques évasions, et une paire d'actions derrière Castel et Roig. Rentre sa 2e ficelle.

Diabolo (Laurent).- Des sauts en nombre, des coups aux planches après Poujol, Lafare, Soler. La dernière ficelle est pour Roig juste avant la limite. 3 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA

Trophée de l'Avenir : Soler, 12 points ; Roig, 5.

Entrée : 1/3 d'arène. Org. : CT Lou Carmen. Président : Marc Moucadel. Raseteurs droitiers : Castel, Roig, Sanchis, Soler. Gauchers : N. Benafitou, Lafare, Poujol. Tourneurs : Estevan, Noguera, Joseph, Savajano.

25/07/2014

BEAUCAIRE *AS*

Jeudi 24 juillet 2014 - 2e journée de la Palme d'Or

Vincent porte-drapeau de la race  baroncellienne

Cuillé, Laurent, Rouquette, Aubanel-Baroncelli... La 2e journée de la Palme d'Or hisse les couleurs de la race baroncellienne, et le cocardier du Marquis, Vincent (2e), en est le porte-drapeau. Apparicio (3e) confirme ses qualités dans cette piste difficile pour les taureaux. Les hommes, motivés, se laissent impressionner par Mignon (4e) et Cassius (6e) est définitivement inclassable.

Les raseteurs se disputent la Palme, Auzolle et Chekade surtout (1er et 2e), mais Ayme, Four et Favier défendent leurs chances. Rey (3e) en embuscade.

Loubard (Cuillé).- Une rafale le cueille à sa sortie. Mais avec un bon placement et des coups de tête  dissuasifs à la rencontre, le Cuillé défend âprement ses ficelles que Chekade s'octroie dans des tête-à-tête très serrés. 13 minutes d'un bon premier. 1 Carmen et retour.

Vincent (Aubanel-Baroncelli).- Fait du large à grandes foulées le long des planches. Raccompagne avec vigueur au ras des barricades. C'est chaud à plusieurs reprises pour Chekade. Le cocardier a beaucoup de jus et tient tête aux blancs dont les esprits s'échauffent jusqu'à la remontrance du président de course. Côté toril, Vincent se bat dans un petit périmètre, plus tranchant avec les droitiers. Beaux cites de Chekade de très près. Au terme, Vincent, éprouvé mais vainqueur, garde une ficelle. 3 Carmen et retour.

Apparicio (Rouquette).- Généreux dans ses ripostes, Apparicio profite de l'espace pour se donner de l'air. Il sait aussi prendre les bonnes positions d'où il sort avec beaucoup de "pétard". Chekade sur une belle longueur, anticipation pleine piste de Sanchis pour une arrivée émotionnante en fanfare aux planches. 12 minutes convaincantes pour ce jeune  élément de 7 ans. 3 Carmen et retour.

Mignon (Cuillé).- Fier, Mignon impressionne. D'entrée écarte les attaques et montre du caractère. Cul aux planches, il toise les blancs qui hésitent. Les rasets sont calculés, sort en force après Chekade. Un raset et repart se placer, il roule les mécaniques... Se laisse prendre devant le toril dans une paire de série, une jolie sortie sur Favier. Et sur la 2e ficelle ouverte, quand la pagaille se déclenche, les hommes ont le dessus. 13 minutes. 2 Carmen et retour.

Modiano (Cuillé).- Comment raseter dans les règles un taureau qui ne s'arrête pas ? Les blancs font comme ils peuvent, c'est pas élégant mais... Brouillon, Modiano se livre avec quelques éclats aux planches. Mais poursuit ses itinérances et les hommes leurs rasets de raccro. U n joli coup de barrière sur Chekade et 7 minutes suffisent.

Cassius (Laurent).-Fier comme Artaban, Cassius promène, saute, revient, surveille la contre-piste, nettoie les bouteilles et les serviettes sur le rebord... Curieux de tout... bref, il n'en fait qu'à sa tête. Avec lui tout peut se passer... ou pas. Prend un raset dont la fin ne l'intéresse pas mais s'engage violemment après Favier qu'il essaie méchamment de déloger des tubes. S'envoie dans l'élan après Auzolle, Four, Errik. Tape après Favier, Errik... S'évade et se trouve bien en contre-piste, manque sauter sur son gardian... Mais garde ses ficelles après une belle série devant le toril. 4 Carmen et retour. Un cocardier inclassable... Les raseteurs s'en méfient, les spectateurs en contre-piste ne sont jamais à l'abri, le public est partagé, pour ou contre, Cassius fait parler... Tiens, tiens ça vous rappelle pas un autre taureau de Laurent ?

MARTINE ALIAGA

Entrée : 1/2 arène. Organisateur : régie municipale. Président : Raymond Arnaud. Raseteurs droitiers : Auzolle, Ayme, Chekade, Katif, Rey, Sanchis. Gauchers : Allam, Errik, Favier,  Four, Poujol. Tourneurs : Cuallado, Sanchez, Bensalah, Fouque, Garcia.

Trophée des As : Chekade, 20 points ; Ayme, 15 ; Auzolle, 12 ; Favier, 8 ; Four, 8 ; Rey, 7 ; Errik, 3 ; Allam, 1.

Palme d'Or : Auzolle, 40 ; Chekade, 32 ; Rey, 25 ; Ayme, 20 ; Favier 16 ; Four, 12.