Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/09/2014

LE GRAU-DU-ROI *VACHES COCARDIERES*

Samedi 20 septembre 2014

 Gazette,  Valsière, Sarah
trois étoiles pour une finale

Nœuds papillon à la présidence et pour les areneros, gradins aux trois quarts (1 800 entrées payantes), folklore en piste, vaches sérieuses et/ou brillantes, raseteurs concernés... La 34e finale du Trophée des Vaches cocardières a profité de son bon casting et de l’esprit festif graulen. Et le président Patrick Garcia d’afficher une satisfaction légitime à l’issue de la course.
Après la réunion matinale dans les arènes pour élire la Cocardière d’Or et sa dauphine d’Argent, place à la course. Ces dames ont dix minutes chacune pour afficher leurs qualités face aux premiers du classement des raseteurs plus Guyon, invité d’honneur. Clarion, Guyon, Miralles, Ferriol et Douville sur la fin, seront les plus en vue.
Trois vaches se distiguent sur la finale. Gazette de Chapelle, double Cocardière d’Or (2009 - 2011), Valsière de Chaballier, la reine de la journée (déjà élue en 2012), et Sarah de La Galère. La Cocardière d’Argent, Pelote du Ribansol tenant son rang au difficile poste de première. Avec leur côté plus classique et moins démonstratif, les autres vaches n’ont pas démérité. Margot (Chauvet, 2e) a stratégiquement occupé la piste, mais demandait plus d’investissement. Thérésa (Blatière-Bessac, 4e) n’a pas emballé les blancs avec sa vitesse et son placement flottant. Ils se sont aussi méfié de Cigale (Ricard, 6e) et ses ripostes fermes, la corne parfois à l’affût. Tandis que la classique Pandora (Les Baumelles, 7e), dominatrice a imposé son fort caractère. Quant à la 9e, Carmen de Nicollin. A 4 ans, difficile de se défendre dans cette grande piste. Elle donne quand même un aperçu de ses qualités. 
Trois étoiles se partagent donc le succès. Gazette (3e, Chapelle), du haut de ses 11 ans, n’a pas ménagé sa peine. Séries, anticipations, conclusions... plus on lui demande plus elle donne, dans un excellent parcours. Valsière de Chaballier, est à la hauteur de sa réputation. Combative, sérieuse, tempétueuse. Des coups de barrière multiples et violents où elle casse les planches ou bascule. Un titre amplement mérité. Vive avec deux poignards pour argument dissuasif, Sarah (La Galère) se démultiplie. Les hommes ne la ménagent pas mais généreuse et néanmoins méchante comme la gale, elle explose en rafale jusqu’à rattraper Douville à la planche et lui coincer la jambe. Bagarreuse à souhait, elle garde une ficelle au terme d’une excellente prestation et le prix de la finale en récompense.

 

MARTINE ALIAGA

 

LES PRIX
34e finale du Trophée des Vaches cocardières
Cocardière d’Or : Valsière de Chaballier.
Cocardière d’Argent : Pelote du Ribansol.
Meilleure vache de la course, et Vache d’Or : Sarah de La Galère. Meilleure vache des courses de présélections : Carmen de Nicollin.
Raseteurs : 1. Jean-Louis Ricci, 154 points. 2. Dumont, 134. 3. Douville, 133. 4. Ferriol, 78 ; 5. Sanchez, 57.
Meilleur animateur : Rémi Guyon 
 
L’ELECTION
Les 18 membres du Trophée des Vaches cocardières et les votants parmi les 23 clubs taurins organisateurs ont élu la Cocardière d’Or avec le décompte suivant :
12 voix à Valsière de la manade Chaballier ; 6 voix à Pelote du Ribansol ; 3 voix à Margot de Chauvet ; 2 voix à Cigale de Ricard ; 1 voix à Gazette de Chapelle : 1 voix à Pandora des Baumelles ; et 2 nuls.

 
LA COURSE VACHE PAR VACHE
La Cocardière d’Argent, Pelote du Ribansol ouvre les débats, avec sa réputation de sérieux. La première rafale lui est dure mais elle sort de l’emprise et gère au mieux la suite. Des séries et quelques finitions rugueuses. 3 Carmen et retour.
Margot de Chauvet, pour sa première participation à une finale, partage les afeciouna. Demande à être forcée, lance des raids puis part attendre les hommes de l’autre côté. Des ripostes vives quand elle décide et les ficelles à la maison.
Gazette de chapelle, auréolée de ses 2 titres de Cocardière d’Or, et du haut de ses 11 ans, n’a pas ménagé sa peine. Séries, anticipations, conclusions... plus on lui demande plus elle donne, dans un excellent parcours. Des Carmen en cascade.
Thérésa de Blatière-Bessac trouve des hommes hésitants. Remuante, elle va vite, se cale ou monte au combat où elle peut conclure. Les enchères montent mais les ficelles rentrent. 1 Carmen et retour.
La Cocardière d’Or, Valsière de Chaballier, est à la hauteur de sa réputation. Combative, sérieuse, tempétueuse. Des coups de barrière multiples et violents où elle casse les planches ou bascule. Un feu d’artifice pour un titre amplement mérité. Des Carmen.
Cigale de Ricard, elle, est abordée avec parcimonie. Placé, elle attend et raccompagne fermement. Le 2e gland sur le gong. 2 Carmen et retour.
Pandora des Baumelles. Remuante, elle pousse fort dans les rasets. Se place, domine et s’impose. Guyon, Clarion, Miralles et Ferriol insistent mais les ficelles restent inaccessibles. Classique avec du caractère.. 2 Carmen et retour.
Vive avec deux poignards pour argument dissuasif, Sarah (La Galère) se démultiplie. Les hommes ne la ménagent pas mais généreuse et néanmoins méchante comme la gale, elle explose en rafale jusqu’à rattraper Douville à la planche et lui coincer la jambe. Bagarreuse à souhait, elle garde une ficelle au terme d’une excellente prestation en musique.
La dernière est issue des courses de présélection. C’est pas vraiment un cadeau  cette grande piste pour Carmen de Nicollin (4 ans). Mais la jeunette se défend comme elle peut. Séries, conclusions et un peu d’évasions pour trouver le repos. Des Carmen.
 
************

 

Les commentaires sont fermés.