Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/10/2014

LA GRANDE MOTTE *FINALE DU TROPHEE DES RASETEURS*

Samedi 4 octobre 2014

Des clins d’oeil à l’Histoire

La Grande-Motte, autrefois rattachée à Mauguio, fête ce week-end ses 40 ans en tant que commune indépendante. 2004-2014, le CT Lou Gregau organise à 10 ans d’intervalle la finale du Trophée des Raseteurs et met à l’honneur les talents locaux à la capelado. Jeunes cavaliers issus de l’Association des cavaliers camarguais, née en 1986, et de la manade Marié sur ses terres depuis 1968, associée au départ à la famille Rouquette. Famille que l’on retrouve descendant en droite ligne de la manade Lhoustau-Vedel dont les taureaux pâturaient sur le domaine de Haute-Plage avant que les Pyramides ne sortent du sable et des marais. Joli clin d’œil à l’histoire qu’Aparicio de l’élevage “sang et or” - aujourd’hui melgorien - séduise la commission du Trophée Taurin (devant Perille au second tour des votes) et remporte donc le prix du meilleur cocardier de la journée. Sorti en 3e position, le plus jeune de la course a mis du cœur à l’ouvrage, de la vitesse dans ses interventions et, avec une vigilance de tous les instants, rentre fièrement ses ficelles. Pérille du Grand Salan (5e) a lui aussi fait valoir ses atouts. Leste et dangereux aux planches, il a élargi le cercle des prétendants et par des actions abouties s’est fait craindre et respecter. 

Avec un Ventaureu (Guillierme, 1er) assez solide pour juguler les envies débordantes des hommes puis un Frelon (Blatière-Bessac, 2e) bagarreur, demandant ensuite plus d’investissement aux hommes, et Aparicio, la première partie a eu de quoi satisfaire le public. D’autant que les hommes avaient attaqué sur un bon tempo parfois trop empressés, certes... Le seconde, plus en dents de scie, a débuté avec un Baryton (Lautier) moins incisif qu’à l’accoutumée, il est vrai sous des assauts désordonnés. Perille, lui, domine sans avoir besoin de sortir de ses gonds. Beleu (Lou Pantaï) se montre concluant dans les séries mais accuse un peu le coup sur la fin. Quand à Talleyrand (Joncas), sa vaillance habituelle n’a pas trouvé assez de blancs sur sa route pour briller autant qu’il en avait envie. 

Chez les hommes, si Rémi Guyon emporte largement la compétition, il n’a pas eu son aura habituel, fatigue sans doute d’une saison où il a raseté sans relâche. En revanche, David Maurel, Victor Jourdan et Nabil Benafitou mènent la course au sein d’un ensemble travailleur et dans une ambiance sereine. Marcel Lautier, président du CT Lou Gregau, pouvait être satisfait de la journée : « Chacun des bénévoles du club taurin a tenu son poste, l’intendance a bien fonctionné. Pour la piste, après les intempéries de début de semaine, nous avons fait tout ce que nous avons pu. La course a été plaisante. Je pense que cela a été pour tous une bonne journée. Une date de plus marquée dans l’histoire du club taurin». 

MARTINE ALIAGA

 

POINTS - PRIX

Et de trois pour Rémi Guyon !

LES POINTS : Jourdan, 14 points ; N. Benafitou, 13 ; Gleize, 8 ; Marquier, 7 ; Fougère, 5 ; Clarion, 5 ; Maurel, 5 ; Guyon, 4 ; Cartalade, 4.

LES PRIX : Trophée des Raseteurs, 1. Guyon, 427 points ; 2. Maurel, 369; 3. Clarion, 338 ; 4. Jourdan, 320 ; 5. Marquier, 300. Meilleur cocardier de la finale : Aparicio de la manade Rouquette. Coup de cœur du CT Lou Gregau : à la manadière Nicole Rebuffat. 

 

Les commentaires sont fermés.