Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/11/2014

COCARDIER *ULMET MANADE BLANC*

Vendredi 14 novembre 2014

Ulmet opéré : la convalescence d'un guerrier

ulmet,manade jean-claude blanc,opération,course camarguaise

 

L'idéal pour tout manadier c'est d'avoir un taureau à la fois cocardier tenant à distance les raseteurs, sachant ainsi se faire respecter, puis cerise sur le gâteau qu'il soit barricadier. C'est à dire réaliser des coups de barrières spectaculaires dont les amateurs et autres afeciouna sont friands. Sauf que dans ce cas de figure, il s'expose aux blessures. Comme pour Ulmet de Jean-­Claude Blanc. "C'est après la course du 22 juin au Grau-du-Roi que la grosseur est apparue", commente le manadier. En effet ce jour ­là, Ulmet au demeurant excellent à tous points de vue, fait étalage de ses brillantes qualités, et tape violemment contre le piller de l'une des barrières. Cela ne s’est pas vu sur le moment, mais les jours suivants en pays une boule se forma au niveau du poitrail entre les deux pattes : "Une fracture aux basses côtes avec un morceau de cartilage qui se balade lui procure une grosse inflammation", explique Jean­-Claude. Et si pour sa sortie suivante à Sommières le 3 août, Ulmet marque le pas, difficile de l'arrêter immédiatement car sa saison serait terminée. Alors le manadier, avec l'aval du vétérinaire, opte dans un premier temps pour les ponctions et les antibiotiques, qui permettent de résorber (en partie) la boule et lui font assurer les 2 dernières prestations prévues : Fontvieille fin août et le Crochet d'Argent au passage, et bien sûr la finale des As à Nîmes le 19 octobre dernier.
ulmet,manade jean-claude blanc,opération,course camarguaiseEt sitôt celle-­ci passée, l'opération. Programmée de longue date, elle s'est déroulée le mercredi 29 octobre dernier au Domaine du Paulon avec le vétérinaire Jérôme Clavel officiant aux bistouris. Une intervention, nécessitant une ouverture de 25 cm pour pouvoir nettoyer, une autre d'une dizaine pour évacuer le sang et les impuretés. Le tout durant pratiquement 1h 30. Impressionnant ! Et devant tant de chair meurtrie de compatir à l'anxiété de tous manadiers propriétaire d’un taureau qui frappe ainsi.
"Je craignais une fracture au regard de la grosseur et la deuxième boule formée. Mais en fait je lui ai enlevé énormément de bouts de cartilage et de morceaux d'os qui procuraient cette inflammation" explique le vétérinaire. Quant à savoir quelle incidence peut avoir l'intervention sur le moral du taureau? Le mystère reste entier.  "Nous allons le suivre régulièrement pendant deux mois puis un point sera fait au mois de février avant le début de la saison 2015. Son congénère Catouli a subi la même intervention tout comme quatre autres cocardiers dans le delta du Rhône, et comme eux cela ne doit pas remettre en cause la suite de la carrière d'Ulmet hormis le risque qu’il se blesse à nouveau", répond le doc.
Voilà donc une bonne chose faite, et après un repos bien mérité, on ne peut que souhaiter à Ulmet d'être parfaitement rétabli, pour attaquer la temporada 2015 sur le même registre que celle­-ci qui en a fait l'un des meilleurs taureaux actuels.

Texte et photos
PATRICK PONS

Les commentaires sont fermés.