Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/12/2014

FFCC

Vendredi 12 décembre 2014

Les Champions de France !

ffcc,champions de france,course camarguaise

Si les accords-cadre avec le Trophée Taurin stipulent que le championnat de France s’appuie sur les courses de la compétition du Trophée Taurin, le président Batifort entend tout de même mettre sa fédération en exergue et a tenu à remettre les prix aux champions de France dans ses locaux nîmois. Pour les hommes, pas de surprise puisque Sabri Allouani, vainqueur du Trophée des As, est aussi Champion de France Elite 1 et Youssef Zekraoui vainqueur de l’Avenir, Champion de France Espoirs. En revanche, le titre fédéral «ne pouvant être décerné à un animal, c’est l’élevage qui a cumulé le plus de points en cours de saison (points basés sur les trophées gagnés) qui est champion de France», expliquait Gérard Batifort. Avec Garlan, Optimus, Aïoros, Danaos, etc. et leurs nombreuses récompenses, le titre de champion 2014 ne pouvait pas échapper, à la manade des Baumelles.

Diaporama à l’appui, chacun a reçu son compliment du président, son trophée (réalisé par l’artiste Mijo de Salin-de-Giraud) et son diplôme.

Guillaume Linsolas a souligné: «C’est la première fois que l’on remporte ce titre qui englobe tous les taureaux de l’élevage autour de leur chef de file Garlan... Nous en sommes très fiers»

Le raseteur Youssef Zekraoui a fait l’unanimité dans l’assistance comme il l’a faite en piste durant toute la saison. Un début de carrière irréprochable, 18 ans en Ligue, 19 à l’Avenir, le titre malgré les blessures, et l’an prochain aux As, à 20 ans. «Sportif sympathique et au sourire désarmant, la Fédération est heureuse d’avoir un champion comme lui», exprimera Gérard Batifort. Youssef, lui, a affirmé :«Aux As l’an prochain je vais rester simple, continuer à me faire plaisir, raseter comme j’ai envie». Le garçon connaît déjà le prix du sang et se montre extrêment réaliste, il confie en aparté : «J’ai beaucoup d’amis raseteurs et dans le milieu taurin, mais je sais qu’en piste face au taureau, on est seul, et à l’hôpital aussi on est seul... Quand on rasète, il faut être sérieux, avoir une bonne hygiène de vie... Je compte m’y consacrer pleinement pour avoir tous les atouts de mon côté...» 

Viendra, viendra pas, finalement Sabri Allouani n’est pas venu chercher son trophée. Mais comme pour les autres lauréats, les belles images de sa saison ont défilé sur l’écran, et le président a souligné les qualités : «de ce sportif hors pair qui a su gagner et durer.... Malheureusement il n’est pas là, son trophée restera ici, son diplôme lui sera transmis, je vous demande de l’applaudir».

Félicitations, photos et verre de l’amitié ont clôturé ce  moment convival.

MARTINE ALIAGA

 

Les commentaires sont fermés.