Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/12/2014

AMICALE DES CHRONIQUEURS ET PHOTOGRAPHES

Vendredi 19 décembre 2014 à Vallabrègues
 
L'Amicale et le CT Lou Vincen
honorent la manade Gillet

amicale des chroniqueurs,2e souvenir luc-pero,courses camarguaises

 
amicale des chroniqueurs,2e souvenir luc-pero,courses camarguaisesDéjà 2 ans que Luc Pero, président de l’Amicale des chroniqueurs et photographes de course camarguaise nous a quittés. Pour la seconde fois, l’Amicale lui a témoigné son attachement par l’organisation, avec le CT Lou Vincen, de cette récompense à une manade pour des taureaux jeunes qui courent en Ligue. Vendredi dernier, la petite réception s’est déroulée à Vallabrègues, en présence de  Manu et Simone Pero, de Robert Lacroix et son club taurin, des membres du bureau de l’Amicale, d’Hubert Hugon de l’UCTPR et des amis des Vaches cocardières.
Les 25 septembre, 2 octobre, 15 octobre, à Vallabrègues, l’Amicale représentée Rémy Martin, Georges Martin, Yves Bustin, Patrick Pons et Christian Gellet, a passé en revue les jeunes cocardiers des manades Daumas, Layalle, Cavallini, Laurent, Gillet, Didelot, La Galère, Fabre-Mailhan, les Baumelles.
amicale des chroniqueurs,2e souvenir luc-pero,courses camarguaisesAu terme de ces trois courses de Ligue (la première ayant été annulée à cause de la pluie), c’est la manade Gillet avec les taureaux N.844, 925 et surtout 905 qui est sortie en tête avec 59,5 points devant Daumas et La Galère. Guillaume et Mandy Gillet représentant la manade ont donc reçu le 2e Souvenir Luc-Pero, un poster de Christian Gellet des trois cocardiers pré-cités ainsi qu’une enveloppe pour le bayle. Et les espoirs des chroniqueurs et photographes pour la  concrétisation de la carrière de ces taureaux.
 

 

MARTINE ALIAGA
PHOTOS GEORGES MARTIN

 

19/12/2014

ASSEMBLEE GENERALE DES RASETEURS

Samedi 13 décembre 2014

Animé !

 

raseteurs,courses camarguaises

 

Turbulents, remuants, voix fortes... Hors piste, les razibles cumulent la vitalité et l’exubérance de leur âge, la complicité entre hommes de taureaux et le sérieux - par moments - de ceux qui côtoient fréquemment le danger. Réunis en assemblée générale, samedi dernier, à la manade des Baumelles, ils ont listé leurs préoccupations majeures. Difficile de parler d’une seule voix quand les aspirations de chacun diffèrent dans ce sport individuel pratiqué en groupe, requérant également un sentiment tauromachique et artistique. Mais tous de ressentir un manque de reconnaissance par rapport aux risques qu’ils prennent.

Parmi la soixantaine de raseteurs représentés ou présents, entre l’As qui “joue le Trophée”, le jeune qui fait ses premiers pas à l’Avenir, l’expérimenté en fin de carrière qui préfère les petites pistes... Celui qui veut être professionnel, l’autre à côté qui travaille et considère la course comme un complément de revenu... Un tel ensuite qui ne vit que pour la passion des taureaux... Ou celui, blessé, qui ne sait pas s’il pourra revenir... Et d’autres cas encore différents. Comment harmoniser l’ensemble ?

Le président Icham Fadli et son bureau ont dû trancher entre exigences applicables à tous et requêtes particulières. Au final, l’Association s’est engagée sur : un tourneur ne pourra plus faire équipe qu’avec un seul raseteur. Les autres demandes qui seront défendues : le maintien des trois groupes de raseteurs; le comptage des points sur les 25 meilleures courses des raseteurs des As; les courses uniques en demi-point; aux As, classement des pistes: normales avec les points en coefficient 1; pistes difficiles (Arles, Lunel, Châto, Nîmes, Palavas, Alès...) coefficient 1,5; Grands Rendez-Vous du Trophée Taurin, coefficient 2, ainsi qu’un prix au meilleur animateur; retour aux huit prix pour les finales du Trophée Taurin. Plus généralement: 2 places d’entrants sont demandées à chaque course; discussion sur l’assurance fédérale avec la FFCC, au sujet des jours de carence en cas d’arrêt pour blessures. Et l’arrêt définitif du groupe Détection...

Voilà du pain sur la planche et des réunions en perspective pour les différentes parties prenantes de la course camarguaise, Fédération et Trophée Taurin en tête.

MARTINE ALIAGA

18/12/2014

FFCC

Vendredi 12 décembre 2014

Les Champions de France !

ffcc,champions de france,course camarguaise

Si les accords-cadre avec le Trophée Taurin stipulent que le championnat de France s’appuie sur les courses de la compétition du Trophée Taurin, le président Batifort entend tout de même mettre sa fédération en exergue et a tenu à remettre les prix aux champions de France dans ses locaux nîmois. Pour les hommes, pas de surprise puisque Sabri Allouani, vainqueur du Trophée des As, est aussi Champion de France Elite 1 et Youssef Zekraoui vainqueur de l’Avenir, Champion de France Espoirs. En revanche, le titre fédéral «ne pouvant être décerné à un animal, c’est l’élevage qui a cumulé le plus de points en cours de saison (points basés sur les trophées gagnés) qui est champion de France», expliquait Gérard Batifort. Avec Garlan, Optimus, Aïoros, Danaos, etc. et leurs nombreuses récompenses, le titre de champion 2014 ne pouvait pas échapper, à la manade des Baumelles.

Diaporama à l’appui, chacun a reçu son compliment du président, son trophée (réalisé par l’artiste Mijo de Salin-de-Giraud) et son diplôme.

Guillaume Linsolas a souligné: «C’est la première fois que l’on remporte ce titre qui englobe tous les taureaux de l’élevage autour de leur chef de file Garlan... Nous en sommes très fiers»

Le raseteur Youssef Zekraoui a fait l’unanimité dans l’assistance comme il l’a faite en piste durant toute la saison. Un début de carrière irréprochable, 18 ans en Ligue, 19 à l’Avenir, le titre malgré les blessures, et l’an prochain aux As, à 20 ans. «Sportif sympathique et au sourire désarmant, la Fédération est heureuse d’avoir un champion comme lui», exprimera Gérard Batifort. Youssef, lui, a affirmé :«Aux As l’an prochain je vais rester simple, continuer à me faire plaisir, raseter comme j’ai envie». Le garçon connaît déjà le prix du sang et se montre extrêment réaliste, il confie en aparté : «J’ai beaucoup d’amis raseteurs et dans le milieu taurin, mais je sais qu’en piste face au taureau, on est seul, et à l’hôpital aussi on est seul... Quand on rasète, il faut être sérieux, avoir une bonne hygiène de vie... Je compte m’y consacrer pleinement pour avoir tous les atouts de mon côté...» 

Viendra, viendra pas, finalement Sabri Allouani n’est pas venu chercher son trophée. Mais comme pour les autres lauréats, les belles images de sa saison ont défilé sur l’écran, et le président a souligné les qualités : «de ce sportif hors pair qui a su gagner et durer.... Malheureusement il n’est pas là, son trophée restera ici, son diplôme lui sera transmis, je vous demande de l’applaudir».

Félicitations, photos et verre de l’amitié ont clôturé ce  moment convival.

MARTINE ALIAGA

 

14/12/2014

RETRAITE

Vendredi 12 décembre 2014 à Salin-de-Giraud


A très bientôt Major Favier

jean-paul favier,courses camarguaises


La carrière de Jean-­Paul Favier prend fin au 31 décembre 2014, il pourra désormais se consacrer entièrement à sa passion camarguaise.
Quel est le point commun entre la famille bouvino et celle de la gendarmerie? Le major Jean­-Paul Favier évidemment ! Lequel, outre d'être un féru de la Camargue est également le père du raseteur du Trophée des As Maxime Favier. Et ces deux tranches de vie se sont retrouvées, en fin de semaine dernière, à la salle de la mairie annexe de Salin-de-Giraud pour fêter le départ à la retraite de celui qui, depuis 1999, est aux commandes de la brigade salinière. "Un pays et un village où il a autant appris du braconnier que du garde chasse, du député que du bénévole associatif, du malfaisant que de l'honnête citoyen" dit-­il. Mais qui l'ont nourri de leurs connaissances et leurs différences". Sans avoir oublié de rendre hommage à deux  personnages Antoine Perez et Hubert Yonnet.
"Une retraite ni ardemment souhaitée, ni
particulièrement redoutée car c'est tout simplement un chapitre qui s'achève", s'exprima le tout jeune retraité (58 ans). Le chef d'escadron d'Arles, le commandant Baraldi dressa, alors, le portrait de son collègue en faisant l'éloge d'une carrière exemplaire au fil de ses diverses affectations. Il a pris soin de mettre en exergue la passion du métier et du terroir, dont l'attachement à cette terre de Camargue.
"Respect, courtoisie, passion, vous avez
su faire marcher votre équipe dans vos pas" argumentèrent ensuite Philippe Martinez adjoint spécial du Sambuc et délégué à Camargue Sud et Nicolas Juan adjoint spécial des Salins. "C'est une grande chance que de vous avoir eu sur la commune car vous avez su jouer sur toutes les cordes de la sensibilité et faire l'unanimité", s'exprima à son tour le maire d'Arles Hervé Schiavetti, avant de lui décerner la médaille de la ville sous les applaudissements d'une assistance nombreuse.
Parmi elle bien évidemment
ses amis gendarmes côtoyés ici et là au gré de son parcours. Mais aussi ceux de la bouvino, les manadiers camarguais Guy Allard, Jean­Claude Blanc et la famille Laurent au grand complet, et le ganadero Jacques Giraud représentant les fers espagnols. Les deux clubs taurins locaux, Lou Salinié et Prouvenço Aficion, le tourneur Eric Cuallado (qui gagna le trophée de l'Avenir en 1995), des Arlésiennes dont Anaïs Bernard demoiselle d'honneur de la reine d'Arles.
"Merci à ces dames d'honneur nous avons
cela en commun que nous portons fièrement notre costume", dixit le major Favier. Cette Camargue qui lui tient à coeur a été immortalisée sur un tableau de Jean Marignan, un raset de son fils Maxime au taureau Yvan de la manade Lou Pantaï (photo). Des paroles qu'a su apprécier le président de la FFCC Gérard Batifort présent car, pour l'occasion, il avait le double ­képi­. Le signe avant coureur d'un futur engagement Jean­-Paul ?
Et après avoir souhaité pleine réussite à celle qui lui succède, le major
Christelle Franchini, avec son épouse Ariane, ses fils Maxime, Alexis et Jérémy, il ne restait plus à Jean-Paul Favier qu'à inviter ­ses convives­ à partager le verre de l'amitié.
Nous souhaitons une bonne retraite à celui qui rejoindra,
en début d'année 2015, la cité du bon roi René, c'est à dire Tarascon d'où il est originaire. "Mais je reviendrais promis"...


Texte et photo
Patrick PONS

REUNION ET INFORMATION

Vendredi 12 décembre 2014


POUR LA COHERENCE DES SPECTACLES DE RUE

ABRIVADO MAILLANE.jpg

                A Maillane, le point a été fait sur les spectacles de rue.

C'est en septembre pendant les fêtes du Grau du Roi que la bonne nouvelle est tombée pour Enry Bernard-Bertrand et Jean Spalma: tous deux venaient d'être relaxés par la Cour d'appel de Montpellier, suite à la bandido mortelle de 2006 dans la cité graulène. Nous les avions croisés au Grau lors d'une course camarguaise et ils nous confessaient alors: "Il y avait un malaise parmi les organisateurs ils se faisaient du souci et ils doivent se sentir soulagés d'une telle décision". Et au delà des deux élus ce jugement a eu un très grand écho entendu jusqu'au fin fond des Bouches-du-Rhône. Et les deux élus de souligner "Surtout n'oubliez pas de remercier nos amis provençaux qui depuis 8 ans sont à nos côtés".
Effectivement depuis le début de l'affaire les Provençaux se sont mobilisés avec à leur tête Jean-Pierre Pascal de Noves, non pas dans une association mais à titre individuel et privé, vite rejoint par d'autres ­passionnés­ et défenseurs des traditions. "Malgré cette excellente nouvelle et conclusion pour Enry et Jean, il nous faut rester vigilant en étant dans les clous réglementaires. Pour la continuité et le bon déroulement des manifestations de rues, dont évidemment les abrivado et bandido", commente en ouverture de la réunion Jean­-Pierre.
"De même qu'il est toujours très recommandé de
prendre des manades licenciées et assurées. Je tire la sonnette d'alarme vers les organisateurs car je constate beaucoup d'entorses à ce sujet" insiste Sophie Brugeas-­Chapelle (ex-présidente des manadiers d'Abrivado voir ci­-dessous). Dans la salle Frédéric-Mistral de Maillane, les élus de la région ou leurs représentants n'ont pas pas manqué l'occasion de poser les bonnes questions pour trouver les réponses adéquates. Celle principalement, tout en sachant que le risque zéro n'existe pas - d'autant plus avec les animaux-  de respecter la marche à suivre, en ce qui concerne la charte éditée pour le bon déroulement des manifestations taurines. "Si le maire donne délégation à un organisateur ou à un élu, ces derniers sont responsables. Et s'il ne donne pas de délégation c'est lui le responsable" exprime Michel Giovanetti du Comité des fêtes de St-Rémy-de-Provence. Au final de ce côté-­ci du Rhône, on ne relâche nullement les brides pour la cohérence des spectacles de rue. Et la 18e réunion de travail prévue sur le sujet est programmée en février 2015 à Mouriès.

Texte et photo
Patrick PONS



Lors de cette soirée quand Sophie Brugeas est intervenue elle était encore la présidente du Groupement des Manadiers d'abrivado, bandido et Tradition Camargue, mais depuis peu c'est Béranger Aubanel qui lui a succédé.

11/12/2014

ASSOCIATION MANADIERS DE LA RACO DI BIOU

Jeudi 11 décembre 2014

Les manadiers au pays de Virat

MANADIERS2.jpg

 La parole a été libre, lors de cette assemblée des manadiers de la Raço di biòu, hier, à la manade Nicollin. Et le président Jacques Mailhan, s’en est réjoui : « Il y a eu une bonne ambiance de travail, et toutes les composantes de la course camarguaise nous ont rejoint en fin de matinée, que ce soit la FFCC, le Trophée Taurin, les raseteurs... ». Propos repris par Gérard Batifort, président de la FFCC et Lucien Palix, secrétaire : « Il y a des bonnes volontés partout, on peut discuter. Depuis un an et demi, on arrive à tous se réunir et ça c’est déjà important » ainsi que par les directrices du Trophée Taurin Julie Zaoui et Domynique Azema: « Il faut travailler tous ensemble »...

Mais avant ces conclusions, Sébastien Attias, directeur du GDS (Groupement de défense sanitaire) et intervenant pour la Chambre d’Agriculture, avait largement expliqué la future PAC qui, par les subventions allouées, aide les agriculteurs et les éleveurs. « Les dossiers à établir sont tellement compliqués qu’il nous faut l’aide de techniciens. S’il y a des erreurs, les primes peuvent être supprimées mettant en danger l’élevage », explique Jean-Pierre Clauzel.

La crise économique frappe aussi les éleveurs

« La crise actuelle est ressentie par toute la profession qui vit une période difficile, complète Jacques Mailhan, et les primes nous sont indispensables même si cela ne valorise pas notre travail. Nous préférerions que nos locations de taureaux soient suffisantes, mais même si certains organisateurs font des efforts, les prix n’ont, dans l’ensemble, pas augmenté depuis des années ».

Autre sujet d’importance de cette matinée de travail, la protection des jeunes cocardiers. « Les taureaux de 7-8ans sont très souvent rasetés au Trophée de l’Avenir par des raseteurs confirmés. Nous aimerions que les points ne soient comptés que pour les jeunes raseteurs que ce soit au Trophée Taurin ou pour les trophées locaux. Cela enlèverait la pression sur nos taureaux ».

Bien sûr le problème récurrent des tourneurs a été évoqué : trop nombreux, mauvais comportement... Tout comme les blessures des cocardiers, « très nombreuses cette année », selon le comptage de la FFCC. Jacques Mailhan : « Il est inadmissible qu’on blesse les taureaux, mais en contrepartie, il ne faut pas encocarder de trop, ça ne sert à rien ». Les raseteurs présents (Loïc Auzolle et Icham Fadli) promettent que samedi, lors de leur assemblée générale, ils sensibiliseront les raseteurs sur ce problème.

Des courses de promotion pour tester de jeunes taureaux

Quant aux présidents de course, il leur est instamment demandé d’appliquer le règlement fédéral notamment dans les grandes courses où, souvent, les manadiers notent que les mauvais comportements ne sont pas dénoncés. La Fédération organisera d’ailleurs une réunion avec les speakers des arènes.

Une nouveauté : la création avec la FFCC de courses de promotion pour permettre aux éleveurs de tester les taureaux de plus de 6 ans, trop vieux pour les Ligues et pas assez aguerris pour les autres courses. 20 sont d’ores et déjà programmées en 2015, hors week-end, fériés, ni juillet-août, ce qui permettra de passer en revue 160 taureaux. Des courses spécifiques dont le déroulement sera prochainement affiné (raseteurs, tourneurs, etc.)

Il ne restait plus qu’à poser devant la statue de Virat qui trône à l’entrée du Mas d’Anglas avec une superbe vue sur le Vistre et les marais alentours.

 

MARTINE ALIAGA

 

manadiers raço di biou,courses camarguaises

 

De droite à gauche : Sébastien Attias du GDS, Olivier Blanc (manade Blanc), les manadiers Robert Michel, J.-C. Blanc, Sophie Chapelle-Brugeas, Jacques Mailhan, le président FFCC Gérard Batifort, les manadiers Frédéric Bon, Guillaume Linsolas, Patrick Laurent, Frédéric Raynaud, Emmanuel Lescot, le secrétaire fédéral Lucien Pallix.

************

RASETEUR

Vendredi 12 décembre 2014

2014, une année compliquée pour Hadrien Poujol

Saturation, fatigue... en cours de saison, le raseteur a décidé de se mettre en retrait. Pour mieux redémarrer.

hadrien poujol,raseteur,course camarguaiseLe public a tout de suite remarqué ses qualités quand il a débuté au Trophée de l’Avenir et le suit de près depuis l’an 2000, où à 18 ans, il rejoint le Trophée des As. Hadrien Poujol a multiplié depuis, année après année, les victoires et les récompenses. Pourtant mi-2014, le Vauverdois se met en stand by des pistes et s’accorde une pause. Le temps de la réflexion. Mais à 32 ans, le meilleur gaucher de sa génération n’a pas dit son dernier mot.
Berger un temps, “bistroquet” aujourd’hui, peut-être organisateur demain mais raseteur dans l’âme... toujours. Hadrien fait le point.

Pourquoi avoir arrêté de raseter en cours de saison ?

En 2012, j’ai fait une des plus belles saisons de ma carrière. Le 1er septembre avec la naissance de ma fille Anna, j’étais comblé. Mais la même semaine, je prends une rouste par Mérou, puis par Valmont. Et deux coups de corne par Ulysse de Rouquette à Saint-Rémy (20 cm dans la poitrine, 15 cm dans la fesse). En février 2013, je reprends le bar des Halles à Vauvert. D’où une surcharge de travail, une mauvaise préparation hivernale. Malgré ce, je finis 4e au Trophée des As, au terme d’une saison où mon entente avec Ratis de Raynaud a peut-être été l’arbre qui cachait la forêt (PHOTO ci-dessus). Je me prépare bien tout l’hiver mais, à la reprise, j’ai senti que ça n’allait pas. Je rasetai mal, rien ne se goupillait comme il faut. Début mai, je passe sous les pattes de Caruso de Saumade à Palavas, puis en juin, à Beauvoisin, je suis bousculé par Manolo de La Galère... A Sommières, j’ai pas fait un raset... Alors j’ai décidé de faire une pause.

Le temps de la réflexion ?

Oui. Je rasète depuis que j’ai 14 ans. L’accumulation des courses, des saisons, le surcroît de travail au bar... J’étais à saturation. Pour être bien en piste, il faut que je m’éclate. Je rasète par passion, d’abord pour moi, pour montrer qui je suis, puis bien sûr pour le public... Quand tu entends les sifflets, ça fait pas plaisir.... Alors ces quelques mois d’arrêt, ça m’a fait du bien. J’ai réfléchi. Malgré la carrière que j’ai faite, je me suis rendu compte que tout s’arrête vite, le téléphone ne sonne plus, on est vite oublié. Mais finir comme ça, sur un échec ça ne me plaisait pas.

Et comment l’envie est revenue ?

Août et septembre sans taureaux, je me suis senti bien mais fin septembre, quand les finales ont pointé le nez, je râlais de ne pas en faire partie. L’envie est revenue. Alors j’ai décidé que je rasèterai à nouveau. Je veux reprendre, me régaler. J’ai gardé intacts ma passion et mon esprit de compétiteur et si la reprise se passe bien, je vais tout tenter pour bien faire.

En même temps, vous avez décidé de répondre à la délégation de service public du Grau-du-Roi, pour la saison 2015. Pourquoi ?

Effectivement, avec Nicolas Noguera, nous avons monté un dossier pour organiser la saison 2015 aux arènes du Grau-du-Roi. On s’est dit qu’il fallait se lancer, c’est bien beau de parler, à un moment il faut s’investir et faire bouger les choses. On y croit, on a bossé. On est sur l’empreinte qu’a laissée Daniel Siméon, une façon moderne de gérer avec de la qualité, des plateaux variés, etc. Nous sommes jeunes (32 et 38 ans), pleins d’idées et nous pouvons tous les deux nous organiser au mieux pour une présence maximum au Grau. Pour ma part, le côté professionnel est stabilisé, j’aurai le temps.

Pourrez-vous tenir pied partout ?

Si on est choisis pour gérer les arènes du Grau, le choix sera crucial pour moi mais je ne serai pas raseteur et organisateur en même temps. Je me dois d’être sincère même si cela me fait du tort... Je ne mélangerai pas les genres. Je mettrai ma carrière de raseteur entre parenthèses. Le choix de la municipalité du Grau-du-Roi devrait être connu en mars, ce sera bien assez tôt pour décider.

Propos recueillis
par MARTINE ALIAGA
PHOTO CHRISTIAN ITIER

 

06/12/2014

VAUCLUSE *Comité départemental*

Vendredi 5 décembre 2014


LA BOUVINO REGAGNE DU TERRAIN EN VAUCLUSE

comité du vaucluse,courses camarguaises

Les récipiendaires des prix


Comme on n'est jamais aussi bien servi que par soi­-même, le Comité départemental du Vaucluse a décidé fin 2008 de prendre le taureau par les cornes. Entendez par là qu'afin de promouvoir la course camarguaise dans le département, le président Gérard Périno sonna le rassemblement des troupes vauclusiennes composées du Regain de Montfavet, du Club Taurin Cavaillonnais, de Lou Cavare de Cavaillon et de Lou Touréou de Pernes-les-Fontaines. Cet appel entendu et l'élan aficiouna sur les terres du Comtat Venaissin en marche, la campagne taurine commença d'abord avec un stand tenu à la foire exposition d'Avignon grâce au CTPR Le Regain de Montfavet. Ensuite en 2012 une soirée-débat camarguaise organisée à Pernes-les-Fontaines avec le manadier Christian Espelly, puis à Cavaillon avec les manadiers Henri Laurent et Françis Fassi (manade Caillan). De même que des interventions le dimanche sur les ondes de France Bleu Vaucluse.

Toutefois ce même Comité se devait, après le hors piste, de sauter les barrières pour accéder à la piste, et depuis 2012 il organise le Trophée Vauclusien qui se déroule sur deux journées et deux courses (emboulées). "Elles se déroulent dans les pistes de Pernes  (26 avril) et de Cavaillon (26 juillet) rasetées par les élèves de deux écoles taurines Châteaurenard et Saint-Rémy-de-Provence. Au cours de celles-­ci l'accent est mis sur la pédagogie. L'occasion est belle, notamment à Pernes-les-Fontaines qui bénéficie en été d'un apport touristique non négligeable, d'expliquer la différence qui existe avec la corrida : le fait que nos taureaux regagnent les près après la course, le rôle du raseteur, etc. Bref de répondre aux questions que posent les non initiés sur notre tauromachie. Et, le président Gérard Perino : "de souligner le rôle préponderant de la presse en communiquant à l'attention des spectateurs".

Les prix ont été remis à la manade Lautier, élevage arlésien, pour son taureau N.882 baptisé Charmentoun, ainsi qu'au jeune élève raseteur de l'école de Châteaurenard Joey Deslys.

Mais en bouvino, que ce soit sur les deux rives du Rhône ou celle de La Durance, le déroulement d'une remise des prix en manade est identique. A savoir qu'après avoir pris le petit déjeuner accompagné d'un rosé, très à la mode ou d'un authentique rouge du terroir, le Comité pris place sur la charrette pour une balade en pays, accompagné de Frédéric et Vivette Lautier et de Maguelone pour aller rendre visite aux cocardiers et constater que Mathis le Biou d'Or 2006 se porte comme un charme.

Par ces actions, le Comité du Vaucluse essaie de rallier tous les organismes ou organisateurs publics ou privés de festivités taurines dans le Vaucluse (voir ci­-dessous). Et pour le trophée Vauclusien 2015, rendez-­vous est pris le samedi 23 mai à Pernes et le samedi 25 juillet à Cavaillon.

Patrick PONS



Le palmarès

En 2012 Saint Vincent de Saint-Antoine.

En 2013 Sortéo de la manade Agu.

En 2014 Charmentoun de Lautier.

Révélations
Ce trophée a permis de voir en plus des taureaux qui ont montré du potentiel: tels Ursin de
Plo, Galopin de J­.-C. Blanc
Padilla du Rhône et Parigot de Lautier.


Les Clubs taurins

Lou Touréou Pernen:
Président André Lauzier: Trophée des Fontaines
sur 3 courses au trophée de
l'Avenir.

CT Cavaillonnais: Président Denis Rocarpin
Trophée Li Doulaou
et 5 courses au trophée de l'Avenir
 2 de
Ligue et une d'Etalons.

CTPR de Cavaillon: Président Jean­-Pierre Grand
Trophée du Melon d'Or
et 3 courses au trophée de
l'Avenir

Journées taurines

En 2014 les communes de Morières-les-Avignon
Saint Saturnin les Avignon
Bédarrides, Malaucène, Isles-s
ur-Sorgue
et Montfavet
ont organisé des journées taurines
(abrivado, courses de vaches, encierro, jeux de
gardians).

Arènes disparues

Celles d'Avignon de la Bagatelle
avec des courses jusqu'en 1948


Celles de Châteauneuf du Pape jusqu'en 1967

Celles d'Aubignan jusqu'en 1974

*******************

PERNES-LES-FONTAINES

Pernes-les Fontaines



POUR UN BAIN DE JOUVENCE

 pernes-les-fontaines,courses camarguaises

 La pluie n'a pas permis à la finale du Trophée des Fontaines d'avoir lieu le 19 août dernier, et de surcroit la remise des prix. Alors sous la houlette du Club Taurin Lou Touréou, celle­-ci s'est effectuée en fin de semaine dernière aux arènes, et à l'abri, dans la toute nouvelle salle fraichement terminée dans le prolongement de la buvette.

Un club dont le président André Lauzier et ses membres ne cachait pas leur double satisfaction: "Etant donné les intempéries de l'été, je vous remercie d'être venus et pour ne rien vous cacher la salle a été finie in extremis hier soir".
Il passait ensuite la parole à Pierre Gobert, maire
: "ça y est nous y sommes enfin dans cette salle. Les peintures sont faites, le chauffage marche, et effectivement on a mis la pression pour preuve le carrelage a été posé hier soir." Rien de tel pour répandre la bonne humeur et l'humour, d'autant plus qu'à Pernes-lesèFontaines personne n'en manque.
Du coup les récompenses et l'apéro confortaient cette chaleureuse et douce
ambiance, et la photo souvenir sera la 1ère à être apposée en bonne place sur les murs de la salle. "Tenez essayez de lui trouver un nom de baptême" lança à l'assistance le premier magistrat. Oui, décidément à Pernes-les-Fontaines avec son trophée des Fontaines, l'aficion et les biou coulent des jours heureux dans un bain de jouvence.

PATRICK PONS
PHOTO BERNON



Trophée des Fontaines 2014

1er prix au raseteur David Maurel.

2e au raseteur Joffrey Ferriol (absent cause travail)

Trophée Paul Jean:

Au taureau Pierrounet de la manade Richebois.

Les coups de coeur:

Au raseteur Anthony Gautier
qui depuis son accession à l'Avenir
est un fidèle de Pernes
(représenté par ses parents car grippé)

Au président de course Luc Allemand
qui officie au micro depuis 2002

Au chroniqueur taurin de La Provence
Patrick Pons

**************

05/12/2014

CHARROI DES OLIVES

Samedi 6 décembre 2014

Le 8e CHARROI DES OLIVES ANNULE

C'est avec un grand regret que l'équipe d'organisation annonce que le Charroi des Olives est annulé. "Seule la pluie pouvait nous arrêter, explique Nicolas Vitou, et au vu des prévisions incertaines pour cette nuit nous préférons annuler. Pourquoi ne pas attendre ce soir? Tout simplement pour éviter le gaspillage et nous remercions notre traiteur L'Aubaisienne, d'avoir déjà attendu jusqu'à ce matin. Rendez-vous l'année prochaine pour cette belle aventure qui doit rester un plaisir pour nous contrairement à nos anciens qui n'avaient pas le choix..."

rendez-vous,assemblées générales,agenda,courses camarguaisesSamedi 6 décembre, à 4 h du matin, onze attelages de travail, charrettes et chevaux lourds, et les marcheurs partiront de Saint-Geniès-des-Mourgues pour rallier le Moulin de Villevieille, afin de livrer leur cargaison d'olives. Avec toujours le souci de se rapprocher de la vie des anciens, les organisateurs du Charroi, autour de Nicolas Vitou, ont porté leur effort sur des attelages de travail. De ce fait, le trajet retour se fera également au pas permettant aux accompagnateurs à pied  de prolonger l'ambiance de la nuit. Bien sûr, vêtements chauds et d'époque recommandés.

Le parcours : Saint-Geniès, Saint-Christol, Boisseron, Sommières, aller et retour, au pas des chevaux. Déjeuner à Sommières vers 8h. Arrivée à Saint-Geniès vers midi sur le lieux des animations du Téléthon.

Informations, inscriptions : 06 36 55 82 03

* Retour possible à Saint-Geniès au départ de Sommières par la navette mise à disposition par la mairie de Sommières *

   

rendez-vous,assemblées générales,agenda,courses camarguaises