Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/02/2015

GRAVESON FILMS

LOU GRAVESOUNEN FAIT SON CINEMA

L'AMOUR EST TOUJOURS AU GRAND RADEAU

gravesonpapierpatric.jpg

Entre le grand frère de Saint-Geniès-de-Malgoirès, puis les Rencontres des cultures taurines de Castries, le festival de Graveson trouve une place de choix. En effet, à l'inverse de leurs homologues languedociens qui les étalent sur tout le week-end, le président Sébastien Archet et son staff du Gravesounen, ont ciblé sur la seule journée dominicale. Et ce, sans compétition. L’activité débute dès le matin, aux arènes, par le déjeuner suivi d'une course de taureaux emboulés avec les raseteurs (prévus pour la temporada 2015). Une édition  particulièrement ventée en ce 25 janvier, ce qui n'a pas refroidi pour autant la fe di biou des passionnés. Mais le violent mistral n'a pas affolé l'apéro et la choucroute pris à l'abri de la salle polyvalente, comme l'après midi la projection des films au Centre Culturel.

«Oui, on peut dire que nos traditions et notre culture taurine sont attaquées, menacées, mais comme  partout ailleurs tout est lié, avec les signatures de soutien pour Eyragues et son taureau à l'Eyraguaise, sachez qu'à Graveson on ne lâchera rien»,  dixit le maire Michel Pécout.  «Pour la 4e année on est là pour faire vivre les traditions et se retrouver entre gens de bouvino, histoire de passer un bon moment autour du biou qui nous unissent»,  commente le président Archet. Alors, pour les projections sur grand écran autant s'adresser au spécialiste taurin - du son et de l'image - en la personne de François de Luca, lequel avait concocté un menu pour tous les gouts et à la satisfaction générale. Une mise en bouche avec un poème de d'Arbaud (en diapo) intitulé Lou Pissou. Suivi de 100% chevaux Camargue, Abrivado, Bandido, Roussataîre, Gazo etc. Des images au plus près de l'action, grâce à une caméra embarquée à cheval. Sensation garantie. 

Un coup de projecteur sur Rodolphe Roux raseteur de coeur et homme sensible pour une sorte de “un jour un destin”. Emouvant tout simplement. Après l'entracte, clin d'oeil sur le film d'annonce consacré à Hubert Yonnet qui sera présenté au festival de Saint-Geniès-de-Malgoires (20, 21 et 22 février). Et le trou normand avec une rétro des années 1989-1990, sur la carreto ramado à Graveson où nombres de Gravesounens se sont reconnus. Belle surprise du réalisateur. Enfin, à la fois le moment fort, le plat de résistance et le dessert, avec le film sur la manade Raynaud. Un an de tournage, des images d'archives, des témoignages,  ce jusqu'au sacre de Ratis Biou d'Or 2013. La salle n'a pas perdu une seconde le fil de cette famille camarguaise. A la fin de cette projection une salve d'applaudissement a salué comme il se doit, le réalisateur ainsi que Marcel et Maguie Raynaud  racontant cette vie de labeur consacrée aux biòu mais où 60 ans après, l'amour et le bonheur sont toujours au Grand Radeau. 

Rendez-vous est pris pour la 5e édition 2016. 

PATRICK PONS

Les commentaires sont fermés.