Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/02/2015

Association des Gardians non salariés

Dimanche 8 février 2015 - Les gardians amateurs à Saint-Just

DITES-­LE AVEC QUELQUES COUPS DE FERS...

agns,gardians non salariés,courses camarguaises

 

agns,gardians non salariés,courses camarguaisesQuelle est la bonne formule afin que les adhérents de l'AGNS soient motivés pour se déplacer le jour de leur assemblée générale?  "Le matin, l'après­-midi, le soir, un vendredi, un samedi, et cette fois­-ci un dimanche matin avec le déjeuner, mais vous pouvez constater que ce n'est pas pour ça que ça fait venir plus de monde" se désole le président Serge Evesque dans une salle Bernadette-Lafon de Saint­-Just clairsemée. Même en restant lucide, ça sonne creux, mais pour autant la poignée de fidèles et le bureau, à défaut de charge héroïque assume leurs responsabilités.

A commencer par un coup de trident au président fédéral Gérard Batifort, absent et pourtant membre de l'AGNS et convoqué à ce titre. A l'évidence un dialogue tendu s'est instauré avec la fédé, depuis que la troupe des gardians a fait clairement savoir qu'elle n'était pas favorable à ce que ce soient les licenciés qui mettent encore une fois la main à la poche pour renflouer les caisses de la fédération. "Une augmentation de 5€ de la licence nous étions d'accord, mais de 20€ ce n'est pas normal" réaffirme Serge Evesque, qui n'hésite nullement à dénoncer le ­forfait cadeau­ fait aux grandes arènes sur les entrées, et estime la perte à 20000€ pour les caisses fédérales: "Quand on dit que l'AGNS plombe le budget fédéral, c'est faux. Je sais ce que l'on coute, mais je sais également ce que coutent les autres associations, beaucoup plus, et notamment celle des raseteurs".

Ensuite un coup de fer aux 15-­20% de cavaliers qui ne sont pas assurés: "C'est très grave autant pour le cavalier (ière) que pour l'organisateur" s'alarme Serge Evesque. En exemple les deux accicents, celui de la bandido de Franquevaux qui a plongé un gardian dans le coma, et à l'accident qui a couté la vie à une cavalière à Aigues-Mortes".
"
Ces événements tragiques nous rappellent s'il en était besoin, que notre sport est dangereux. Je précise que ces personnes-là n'étaient pas licenciées et que leur accident n'a pas impliqué de tiers" indique le secrétaire Nicolas Reynes dans son rapport moral, où il en ressort seulement 6 sinistres déclarés pour 2014 et tous concerne des chevaux échappés: "D'où la nécessité de prêter une attention toute particulière aux clôtures".
Malgré ce ­bon­ bilan, le problème majeur de l'AGNS reste celui de l'assurance, et ce qu'elle soit française ou étrangère: "De toute façon, sport ou culture, la responsabilité civile est la même pour tout le monde. Actuellement on prospecte mais nous n'avons toujours pas de réponse" exprime Serge Evesque. Car toute la difficulté des gardians est justement de s'assurer les services d'une bonne assurance. Mais existe-­t-­elle vraiment dans cette époque procédurière où beaucoup ouvrent le parapluie. Et comme le fait remarquer l'un deux "Tous les manadiers ont besoin des amateurs et ce seraient à eux en priorité de nous défendre". C'est bien là toute la complexité de ce milieu taurin qui fonctionne aux trois quarts, grâce et avec du bénévolat.

PATRICK PONS

LE PIED A L'ETRIER

En chiffre: l'AGNS c'est 275 gardians à cheval et 25 à pied.

Côté finance: les dépenses s'élèvent à 64330, 96€, les recettes à 62342 €, reste un solde positif au 31 décembre de 3588, 09€.

Economie: celle qui sera faite avec le concours de ferrade où vu le manque d'entrain des participants, puis le coût et le travail que l'organisation représente, il ne sera pas reconduit pour cette année." Avec une perte de 2822,83€ pour celui du 4 octobre dernier, autant faire rentrer l'argent avant et le programmer après...." dixit le trésorier Jean­Marie Domenech

Point assurance: "Des demandes de devis à plusieurs compagnies, autre que celle d'AXA, ont été faites et les réponses reviennent négatives. Deux autres courriers n'ont rien donné pour l'instant" précise le président Evesque.

Proposition: "Si la fédé veut des sous elle n'a qu'à fixer une vraie cotisation aux grandes arènes, créé une billetterie fédérale, faire licencier 100% des gardians qui font courir, faire payer aux clubs taurins 12 licences sur 12 au lieu de 1 sur 12... cela permettrait de financer les besoins de la fédération" argumente Serge Evesque.

Précisions: "Le matériel informatique est à l'AGNS, nous achetons les fournitures du bureau et faisons le travail de secrétariat. De plus Serge Evesque ne se fait pas rembourser ses deux trajets hebdomadaires pour les permanences à la fédé. Celle­ci nous fournit un bureau et des chaises, l'électricité et l'affranchissement du courrier" précise le secrétaire Nicolas Reynes.

Participations: Ils sont trois membres, Serge Evesque, Jean Louis Vaquette et Pierre Richard participant aux réunions fédérales, cela donne 9 comités directeurs, une commission administrative et une de sécurité. Sans parler évidemment des représentations hors cadre fédéral.

Le 1/3 sortant: Denis Rocarpin, Gilles Roccia, Guilhem Pommier et un nouveau Michel Térond.

Les commentaires sont fermés.