Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/03/2015

LES SAINTES-MARIES-DE-LA-MER *Avenir HT *

Dimanche 30 mars 2015
 
ETRE A LA HAUTEUR DE LEUR TACHE : 
LES RAYNAUD L’ONT ETE EN TERRE SAINTE
 
Dans le cadre de la journée qui lui est consacré, l’élevage du Grand Radeau présentait une course complète devant un public relativement clairsemé (500 personnes à vue d’œil) et sous une température plutôt automnale que printanière et un vent violent. Si la seconde partie avec Tailleur (6 ans), Léo (7 ans) et Andreloun (6 ans) fut nettement supérieure, la première, non sans reste,  fut rehaussée par Criquet (8 ans). Les tenues blanches, accueillies par la Pena Mithra et le Groupe Baroncelli  (au nombre de 8 +4 tourneurs – S. Rouveyrolles, M. Arnel, JF Moulin, P Thierry),  M Sanchez,  A. Charrade, G. Montesinos) prirent d’entrée leur vitesse de croisière bien secondés par M Marquier, H Poujol. R Ibarra, M. Gougeon qui furent les auteurs de bons passages alors que C. Ibanez faisait son retour. 
Au pupitre, Bruno Pascal sera égal à lui même. 
 
les saintes-maries,journée raynaud,courses camarguaises◄ PHOTO Criquet - Montesinos
Criquet (n°740) : Quelle entrée en matière. Ses répliques où il joue d’un petit coup de tête sont vives. Dans le terrain des planches, il dicte les règles du jeu et ne se fait pas submerger. Poujol, Ibarra et Montesinos seront serrés de près alors que Marquier sera gratifié d’un bel engagement à la dernière minute, le tout sous l’air de Carmen, rejoué à son retour porteur de ses ficelles.
Pitalugue (n°946) : Surpris et pris d’assaut, il défend ses principaux attributs sans placement défini et en limitant ses répliques à quelques enjambées. Plus appliqué aux ficelles (dont il rentre la seconde) ses ripostes sont plus délayées  surtout derrière Gougeon (2), Poujol (2) et Marquier où il passe la corne en conclusion. Tout cela lui valait bien les honneurs, desquels il  a été privé en course et à son retour au toril.
Cocognon (n°737) : Avide de rasets, il répond au coup par coup et se laisse piéger face au rythme imposé par les hommes. La 1re ficelle est pour Marquier (7e), la seconde pour Montesions (13e) et le retour se fait en musique en récompense de sa vaillance et d’une enfermée sur Sanchez.
les saintes-maries,journée raynaud,courses camarguaises► PHOTO Tailleur - Marquier
Avec Tailleur (n°943), la course va monter d’un cran. Cocardiérement parlant, il connait la leçon. Collé aux planches les hommes ne vont pas lui monter dessus. Pris par défaut, cocarde et glands partent. Tailleur se livre avec franchise tout en anticipant légèrement et en acceptant les reprises. Prenant l’ascendant sur les hommes au fil du temps, il reste maître de ses ficelles, dont la première était à 250 €. Un gros Carmen le raccompagne au toril.
les saintes-maries,journée raynaud,courses camarguaises◄ PHOTO Léo - Sanchez
Changement de registre avec Léo (n°832) pour qui on pouvait craindre le pire. Mais, il n’en fut rien. Volontaire, il ne rend pas les armes. Les rasets, tous les rasets trouvent réponse. Léo se livre sans retenue et n’hésite pas à pousser jusqu’aux planches où il vient se dresser derrière Sanchez (2), Gougeon (2), Poujol, Montésinos, Charrade. Ses finitions, cornes plantées dans les planches derrière Sanchez et Marquier viennent borner sa bravoure.  7 Carmen en course, répété à sa rentrée porteur de sa seconde ficelle.
▼ PHOTO : Andreloun - Montesinos
Pour conclure, et de quelle manière, Andreloun (n°958) allait tenir la dragée haute aux hommes. Hargneux, les saintes-maries,journée raynaud,courses camarguaisesrapide et agressif et avec l’œil de partout, il part sans retenue sur les rasets qu’il conclut par une envolée aux planches derrière Montesinos, son principal adversaire. S’échauffant au fil du temps, Poujol se fera fortement enfermer  sur la longueur lui cédant le seul attribut du quart d’heure, le gland. Donc cocarde intacte (à 200 €) il retourne au toril avec de forts applaudissement et son 6e Carmen.
 
Texte et photos
CYRIL DANIEL
 

Les commentaires sont fermés.