Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/04/2015

MANADE JEAN-CLAUDE BLANC

Vendredi 24 avril 2015

Manade Blanc : une famille impliquée

manade jean-claude blanc,courses camarguaisesAu domaine de Paulon au Sambuc, se prépare un week-end d’envergure. « On croise les doigts pour la météo », précise d’entrée, le pelot Jean-Claude Blanc. S’il fait beau, donc, samedi, direction Fourques pour la course complète ; dimanche, trois cocardiers au Trident d’Or à Caissargues et trois autres à Salin-de-Giraud. Des taureaux à trier, à encocarder, à transporter et à suivre pendant leur prestation... De quoi occuper toute la famille. « Mes enfants Olivier, Laurent et Véronique sont très impliqués dans la manade, ils se partagent le terrain, le commercial, le secrétariat... Tout comme mon épouse Brigitte qui gère l’intendance. C’est une grande fierté ».

Trois courses marquées des couleurs de la devise “rose et blanc” pour un élevage qui fête ses 40 ans d’existence comme l’illustrera l’expo photo prévue à Fourques, inaugurée vendredi soir (18 h 30, salle Jean-Jaurès).

Petit flash back aux origines : en 1975 naît la manade Lebret-Thibaud dont Jean Thibaud était le fondateur en 1931. En 1998, Jean-Claude Blanc, amateur à la manade, s’associe avec Alain Lebret pour un duo de quelques années au sein de la manade Lebret-Blanc, récompensé d’une victoire au Trident d’Or avec le trio Listoun, Rascaillon et Fournelet. Fin 2001, Jean-Claude Blanc poursuit l’aventure seul. Fournelet monte en puissance jusqu’à la récompense de Biòu de l’Avenir en 2003 et une superbe carrière au plus haut niveau. Aujourd’hui, la manade Blanc fournit des cocardiers dans toutes les catégories et met son nom à l’affiche des plus grandes courses avec Agassoun, Catouli, Pegoulié, Siffleur et le grand espoir Ulmet malheureusement blessé en ce début de saison : « Il va beaucoup mieux et ne boite plus. Le vétérinaire avait diagnostiqué une tendinite suite à un faux mouvement. Cela n’avait rien à voir avec sa précédente blessure au poitrail dont il avait été opéré avec succès. Mais j’ai préféré lui faire sauter la première course d’Arles (5 avril). Il ira à Châteaurenard, le 10 mai. ».

Des taureaux qui concrétisent, un beau domaine, une famille soudée... à petits pas, discrètement mais sûrement, les “rose et blanc” marquent leur territoire et la course camarguaise. Aux 40 ans ! Tchin Tchin !

MARTINE ALIAGA
Photos à suivre

Les commentaires sont fermés.