Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/04/2015

LE GRAU-DU-ROI *AS - 1er MAI*

Mardi 28 avril 2015

Le 1er mai : une affiche séduisante

grauestepousrassir.jpgL'organisation est maintenant installée, et la programmation des arènes du Grau monte en puissance. Après une première mise en place le 5 avril, validée par un bon rapport raseteurs/cocardiers et par le public venu en nombre.
L’ambition de Robert Crauste, maire, exprimée lors de la présentation de la saison, de « faire des arènes un axe fort de l’animation de la station balnéaire », impose au nouveau prestataire de se surpasser. Vincent Ribera relève le défi : « Il faut que les arènes soient un rendez-vous incontournable ». Fort d’une longue expérience à Palavas et au Cap d’Agde entre autres, il a prévu pour Le Grau une partie “spectacles variétés et humoristes” étoffée et un volet courses camarguaises des plus prometteurs. Tous les ingrédients sont là (cocardiers, raseteurs, avant-courses) avec des temps forts le 14 juin pour le Souvenir Olivier-Arnaud et la Royale de Saumade, un 15 août de toute beauté et une finale du Trophée de la Mer qui met l’eau à la bouche, sans compter ce jeudi 1er mai.
Pour ce faire, les pros ont été requis : Sabri Allouani et son expérience du terrain en tant que conseiller technique et Patrice Blanc, Maître es capelado, pour des hymnes aux traditions dont il a le secret (les 14 juin, 15 août et 20 septembre).
Ce vendredi 1er mai, Le Grau-du-Roi joue donc dans la cour des grands, voire des très grands. Avec, en exergue, la venue de Garlan qui fera ses adieux à la piste graulène, théâtre de ses multiples exploits (lire ci-dessous). Mais pas seulement ! Mignon de Cuillé, après sa magistrale dernière sortie à Mauguio sortira 5e, suivi de Perroquet et du bouillant Mimosa (hp), la course commençant avec Marco Mau, Pharmacien et Rabino.
En blanc, le trio Katif, Allouani, Aliaga qui fonctionne du feu de Dieu, Chekade très en verve en ce début de saison, le talentueux Four, Bouhargane nouveau promu aux As pétri de qualités, le chouchou du Grau Jérôme Martin et Ilias Benafitou toujours plein de bonnes intentions. Voilà qui devrait fonctionner au mieux. Après, comme dirait avec humour Monsieur le Maire : « Il faut souhaiter que l’alchimie se passe et que le lendemain la presse soit bonne... »
 

 

MARTINE ALIAGA
 
Vendredi 1er mai, 16 h 30, 11 €, capelado avec Lou velout pescalune, les Tambourinaïres de l’Etang de l’Or, et la peña La Gardounenque. Dans l’ordre de sortie : Marco Mau de Raynaud, Pharmacien de Cuillé, Rabino de Raynaud, Garlan des Baumelles, Mignon de Cuillé, Perroquet de Ricard, Mimosa de Layalle.
Réservations : tél. 04 66 51 12 12.
Guichets ouverts à partir de 10 h, non stop.

 

28/04/2015

SAINT-GENIES-DES-MOURGUES * 1er MAI *

Vendredi 1er mai 2015

Le Trophée des Jeunes épaulé par la Métropole

saint-geniès-des-mourgues,courses camarguaisesLes arènes ont été nettoyées et rafraîchies par les employés communaux et les bénévoles du CT Le Trident. Le programme de la journée soigneusement préparé. Ce 1er mai saint-geniérois se présente sous les meilleurs auspices. D’autant que la Métropole montpelliéraine a apporté son soutien dans le cadre de l’aide aux sports traditionnels, avec le Trophée Montpellier Méditerranée Métropole dont ce sera la première course. A ce titre, un cercle sera tracé en piste pour encourager les départs des raseteurs des planches et des points/primes de bonification seront attribués aux rasets les plus enthousiasmants artistiquement.
Pour sa 1re journée du 6e Trophée des Jeunes, le CT a aussi prévu un spectacle d’ouverture avec Arlésiennes, gardians et danseurs. Le Trident perpétue aussi la réservation de places numérotées qui avait bien marché l’an dernier.
Mais à Saint-Geniès, la course s’inscrit dans un ensemble de rendez-vous incontournables. D’abord l’abrivado de la manade Lafon (11 h 45). Immuable ! Puis l’apéritif au Café de France. Primordial ! Ensuite direction le préau de l’école pour le repas. Vital ! Cheminement aux arènes et place à la course. Essentiel ! Bandido après la course. Indispensable ! 
A partir de 19 h, soirée avec DJ au Café de France. Obligatoire pour les rescapés !
 
MARTINE ALIAGA
 
Vendredi 1er mai, Trophée de l’Avenir, 16 h, 9 €, Beucaire de Guillierme, D’Arbaud de Saumade, Vidourle de Lafon, Notaire de Cuillé, Ramier du Brestalou, Colbert de Paulin et Marengo de Vellas. Raseteurs : Cadenas, Clarion, Jourdan, Méric, Oudjit, Ortiz, Rassir. Remise des prix en piste
Réservations : repas (13 h 30, 20 €) et places numérotées pour la course (11 €, cinq premiers rangs), tél. 06 14 48 86 42.

26/04/2015

VENDARGUES * TROPHEE DES AS *

Dimanche 26 avril 2015 - 3e journée de la Main d'Or

Motivés !

vendargues,course camarguaise

Aliaga s'applique à la tête d'Aïoros

Motivés les organisateurs qui maintiennent sous la menace de la pluie, motivé le public qui petit à petit prend place, motivés les raseteurs pour continuer jusqu’à la limite possible pour leur sécurité. Mais à la 10e minute du 5e taureau, la pluie redouble et le président Marc Moucadel met un terme «Cela devient trop dangereux». Jusque-là le trio Katif, Allouani, Aliaga avait régalé, prenant la course à son compte, difficultés ou pas. Aïoros (4e) affiche ses arguments affûtés. Pas commode le biòu! Azzaro (1er), aujourd’hui, n’a pas envie; Vincent (2e), bon cocardier classique; Roussillon collabore fermement, chasse ou se défend en "envoyant"; Rouffian (5e) met beaucoup d’allant dans ses engagements aux planches. On aurait aimé que la course continue... mais...

▼ Sabri Allouani avec Azzaro

 vendargues,course camarguaise

 Azzaro (Lagarde).- Remuant, distrait, sauteur... Bien travaillé engage quelques actions où Katif et Sabri l’emmènent jusqu’au bout (2 Carmen). Rentre une ficelle.

Vincent (Aubanel).- Attaque par une grosse série. Placement impeccable dont il use à bon escient pour des enchaînements où il tient pied sur un bon rythme. Et ces longueurs magnifiques proposées par Ziko, main au frontal, où il s’engouffre de tout son beau gabarit. 10 belles minutes, 3 Carmen et retour.

Roussillon (Plo).- Il pousse fort dans le raset s’aidant d’un bon coup de tête par moments. Aux ficelles, il vadrouille, chasse. Katif le capte pour de longues trajectoires. Allouani, Katif, Aliaga travaillent de concert, c’est brillant, élégant et efficace. Et Roussillon garde quand même une ficelle. 2 Carmen et retour.

▼ Ziko Katif et les longues trajectoires proposées à Roussillon

 vendargues,course camarguaise

Aïoros (Les Baumelles).- Les blancs gambergent, le taureau est compliqué, se déplace, monte sur les tourneurs, peut se décaler et fuse pointant ses cornes effilées aux trousses des hommes. Quelques enfermées où ça passe juste (Jourdan, Aliaga, Katif, 2 Carmen). Les blancs ne désarment pas mais jusqu’au bout Aïoros tient tête et rentre ses glands.

▼Rouffian à l'abordage de Victor Jourdan

 vendargues,course camarguaise

La pluie se fait insistante quand Rouffian (Lagarde) sort. Le biou montre beaucoup d’allant dans ses engagements, et les hommes en profitent. Franc dans le raset, il s’envoie à chaque fois en finition jusqu’à basculer. Les coups se multiplient autant que les Carmen, mais malheureusement les gouttes d’eau aussi. Rideau !

MARTINE ALIAGA

PHOTOS CHRISTIAN ITIER

CODOGNAN * TROPHEE DE L'AVENIR *

 

codognan,course camarguaise

Samedi 25 avril 2015

Grenat, Belgourari, Bouhargane
remportent le 7e Trophée du Rhony

 

codognan,course camarguaise

Grenat de Cuillé et Mehdi Belgourari

Marquant l’anniversaire de l’inauguration de la réfection des arènes et organisée par le Comité des Fêtes, les clubs taurins locaux (La Ficelle et Les Enganes) et la Commission des Festivités, ce concours de manades comptant pour le Trophée de l’Avenir s’est avéré fort plaisant avec une première partie relevée par la prestation de Givalon mais marquée par la blessure du tourneur Christophe Galibert et une seconde partie agrémentée par Othello et surtout Grenat.
A la capelado, en présence du groupe de traditions "Lou Pantaï Di Camargo", de la pena Los Marineros et des gardians de la manade Robert H, ce sont 12 tenues blanches (8+4) qui sont venues saluer la présidence. Malgré une piste refaite de neuf durant l’intersaison, honneur doit être fait aux hommes d’avoir raseté sur un sol jonché de trous et bosses nécessitant à deux reprises l’intervention du tracteur réparateur et du cylindre pour damer le sable devenu trop meuble. Dans ce contexte, on ne peut pas leur jeter la pierre face à une baisse de régime notamment aux ficelles de certains cocardiers. A un moment donné il faut être réaliste, à l’impossible, nul n’est tenu.
 
Pour la manade Blatière Bessac :
En premier position Sisley (n°408) sans cesse en mouvement va chercher les fautes des hommes pour se mettre en valeur. Dès la 3e minute, il tamponne derrière Christophe Galibert (tourneur) attardé à la planche. Ce dernier blessé (coup de corne à la fesse et plaie à la tête) sera évacué en milieu hospitalier. Par la suite, le biou va se dresser aux bois sur Bouhargane et J. Martin et anticiper derrière Guyon qui ne pourra aller à la tête. Un premier récompensé par un Carmen quelque peu tardif.
En 4e position, Dingo (831) va défendre ses principaux attributs durant quelques minutes de pagaille. Aux ficelles, c’est avec une jolie vaillance mais avec plus ou moins de régularité qu’il va répondre tantôt en stoppant rapidement tantôt en venant passer la corne. En musique, jouée un fois il retourne au torail après avoir cédé sa 1re ficelle à la dernière minute.
En dernier et hors points, Goupil (n°917) va faire de son mieux durant 10 minutes face à des hommes qui lui ont rapidement pris la mesure face à son peu de difficulté. Le Carmen final (pas nécessaire) récompensant sa volonté.
 
codognan,course camarguaise◄ PHOTO GIVALON
ET MONTESINOS

Pour la manade Cuillé,
à qui le prix de la journée aurait pu revenir sans contestation au lot de taureaux présenté en ce jour, Givalon (n°504) en deuxième position va se laisser manœuvrer le temps des principaux attributs (4’). Puis changement radical de comportement. Positionné contre les planches il se lance sur le raset avec vivacité et accélère à l’approche des bois,  où il se dresse derrière Montesinos (2), Belgourari (2) et Guyon. Sur la fin, anticipe et enfermer sévèrement Bouhargane. Ouf ! Porteur de ses ficelles, âprement défendues, il regagne le toril.
Avant dernier Grenat (n°952) est porteur d’espoirs. Certes lourdaud, manquant parfois d’avant, ses qualités sont indéniables. La bravoure, la volonté, la hargne et surtout les finitions sont au registre de ce jeune élément du Mas des Pavillons. Après avoir tamponné Bouhargane (2), Gougeon (2), Montesinos ou encore Guyon, il va sauter aux trousses de Bouhargane (2) et Belgourari. Il sauve sa 2de ficelle reçoit les applaudissements nourris sous l’Air de Bizet pour la 5e fois.
 
Pour la manade Nicollin et en 3e position, Saladin (n°679) n’a pas de tenue de piste mais, ce n’est pas pour ça que les hommes vont s’y jeter dessus. C’est dans les moments de pression, parfois défaillants, qu’il va se mettre en valeur dans ses arrivées aux bois  sur Belgourari (2) Guyon et Martin. Il conserve sa 2de ficelle et entend 3 Carmen, retour inclus.
codognan,course camarguaise► PHOTO OTHELLO
ET BOUHARGANE

Quant à Othello (n°702, 6e) avec une régularité parfaite et en toute franchise, il va enchaîner les rasets, se permettant même de se signaler aux planches où il se dresse. Bouhargane (2), Belgourari (2) se feront ainsi raccompagner. Après avoir cédé sa 1re ficelle, la seconde, autour de la corne,  retourne au toril aux accents de Carmen  pour la sixième fois.
 
Texte et photos
CYRIL DANIEL
 
Entrée : Grosse demi-arène. Organisateurs : Comité des Fêtes – Club Taurin La Ficelle – Club Taurin Les Enganes  - Commission des Festivités. Président : Alain Soubeiran. Raseteurs : D Bouhargane – M Gougeon – M Belgourari - J Martin – C Miralles (sort au 3e) -  R. Guyon – G Montesinos – Ch Clarion
Tourneurs : S Fargier – M Lizon – F. Lopez – Ch. Galibert (sort au  premier)

25/04/2015

BAILLARGUES *TROPHEE DE L'AVENIR*

Samedi 25 avril 2015 - Complète de Guillierme

Les blancs sans concession

Baillargues,Avenir,Guillierme,course camarguaise

Jérémy Soler, entreprenant et adroit,
rasetant le plus souvent dans le bon sens

Entrée: 150 personnes environ. Organisateur: CT Le Sanglier. Président: Thierry Tosas. Raseteurs droitiers: Cadenas, Charrade, I. Benafitou, Marignan, Moine (rentre au 3e), Soler. Gauchers: Méric, Zbiri. Tourneurs: Grando, Joseph, Lieballe, Abbal.

Trop de précipitation dans l’équipe blanche égale travail bâclé, cocardiers gâchés voire blessés, spectateurs mécontents et grosse colère des manadiers. Hubert et Christian Espelly élèvent la voix pour défendre leurs taureaux, cela calme un peu des hommes qui n’ont guère fait appel à leur talent tout au long de l’après-midi. Certes les Guillierme étaient remuants mais quand bien même! Dans ce malstrom, Jérémy Soler ressort pour son assiduité, dans le bon sens le plus souvent.

Rigau. - Pas de placement mais beaucoup de fougue. Victime de la précipitation des hommes, il réintègre à la 3e minute sur blessure au-dessus de l’œil.

Pense-te.- Tout feu tout flamme, les hommes ne lui laissent pas le temps de respirer. C’est une déferlante qui lui tombe dessus jusqu’à l’intervention des manadiers. Après, c’est plus calme. Pense-te a du cœur, il se dépense sans compter, jusqu’à serrer Zbiri. 9’30. 2 Carmen en cours.

Saint-Omer.- Lui a de l’expérience et sait se sortir de l’emprise en occupant tout le terrain. Vaillant, il prend une multitude de rasets maladroits pour 3 minutes les premiers attributs. Quand ça chauffe, il repousse tout le monde et change de terrain. Une fois posé, il s’engouffre dans des séries bien menées où il pousse après Zbiri, Marignan. Conserve une ficelle. Agréable. 3 Carmen et retour.

Paveu.- Il engage tout son beau gabarit dans les poursuites. Le rythme des blancs est toujours aussi trépidant, et sans se poser, Paveu répond inlassablement. Montre des qualités quand il sort en force sur le premier raset, une grosse vaillance et même fatigué, se bat jusqu’à rentrer sa 2e ficelle. 3 Carmen et retour.

Gravihous. - Attentif, rapide, un peu plus stable, il pousse ses actions au ras des planches (Soler, Charrade). Tenant mieux son placement, il se fait davantage respecter même si les séries de reprises ne laissent guère de place aux beaux rasets. Ne cède sa 1re ficelle qu’à la limite du temps. 4 Carmen et retour.

Baillargues,Avenir,Guillierme,course camarguaise

▲ Aroujo après Ilias Benafitou

Aroujo.- Premier raset, premier pétard. Puis, au trot, il choisit son adversaire selon la qualité de son engagement. Du coup, il ne se laisse pas submerger. Franc et offensif, il bombarde Ilias Benafitou, Cadenas. Sans s’enflammer, il envoie quelques scuds bien frappés, la corne à l’affût après Cadenas et Soler. 12 minutes de qualité. 4 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA

PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Trophée de l’Avenir : Soler, 22 points; Marignan, 11; Cadenas, 10; Méric, 4 ; Charrade, 4; Zbiri, 2.

23/04/2015

MANADE JEAN-CLAUDE BLANC

Vendredi 24 avril 2015

Manade Blanc : une famille impliquée

manade jean-claude blanc,courses camarguaisesAu domaine de Paulon au Sambuc, se prépare un week-end d’envergure. « On croise les doigts pour la météo », précise d’entrée, le pelot Jean-Claude Blanc. S’il fait beau, donc, samedi, direction Fourques pour la course complète ; dimanche, trois cocardiers au Trident d’Or à Caissargues et trois autres à Salin-de-Giraud. Des taureaux à trier, à encocarder, à transporter et à suivre pendant leur prestation... De quoi occuper toute la famille. « Mes enfants Olivier, Laurent et Véronique sont très impliqués dans la manade, ils se partagent le terrain, le commercial, le secrétariat... Tout comme mon épouse Brigitte qui gère l’intendance. C’est une grande fierté ».

Trois courses marquées des couleurs de la devise “rose et blanc” pour un élevage qui fête ses 40 ans d’existence comme l’illustrera l’expo photo prévue à Fourques, inaugurée vendredi soir (18 h 30, salle Jean-Jaurès).

Petit flash back aux origines : en 1975 naît la manade Lebret-Thibaud dont Jean Thibaud était le fondateur en 1931. En 1998, Jean-Claude Blanc, amateur à la manade, s’associe avec Alain Lebret pour un duo de quelques années au sein de la manade Lebret-Blanc, récompensé d’une victoire au Trident d’Or avec le trio Listoun, Rascaillon et Fournelet. Fin 2001, Jean-Claude Blanc poursuit l’aventure seul. Fournelet monte en puissance jusqu’à la récompense de Biòu de l’Avenir en 2003 et une superbe carrière au plus haut niveau. Aujourd’hui, la manade Blanc fournit des cocardiers dans toutes les catégories et met son nom à l’affiche des plus grandes courses avec Agassoun, Catouli, Pegoulié, Siffleur et le grand espoir Ulmet malheureusement blessé en ce début de saison : « Il va beaucoup mieux et ne boite plus. Le vétérinaire avait diagnostiqué une tendinite suite à un faux mouvement. Cela n’avait rien à voir avec sa précédente blessure au poitrail dont il avait été opéré avec succès. Mais j’ai préféré lui faire sauter la première course d’Arles (5 avril). Il ira à Châteaurenard, le 10 mai. ».

Des taureaux qui concrétisent, un beau domaine, une famille soudée... à petits pas, discrètement mais sûrement, les “rose et blanc” marquent leur territoire et la course camarguaise. Aux 40 ans ! Tchin Tchin !

MARTINE ALIAGA
Photos à suivre

19/04/2015

CLIN D'OEIL

Le Trident fait sa pub au bon endroit
et à l'envers

 stgeniesbanderole.jpg

Rond point  entre Castries et Vendargues... C’est un bon endroit, très passager. Et la banderole qui attire l’œil est bien à l’envers. Le facétieux CT Le Trident de Saint-Geniès des Mourgues, mobilisé pour sa course du 1er mai, tente le buzz et se fait remarquer. Bien joué ! C’est que cette journée festive mérite l’affluence : 11h45, abrivado; 12h, apéritif au Café de France. 13h30, repas sous le préau de l’école (Réservations 06 14 48 86 42), 20€. 16h, 9€, course Avenir. Bandido et à partir de 19h, soirée au Café de France. De quoi faire la fête sans se mettre à l’envers. Pour la banderole, mardi, promis, retour à l’endroit.

MARTINE ALIAGA

 

ct le trident de saint-geniès-des-mourgues

ct le trident de saint-geniès-des-mourgues

 

 

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE * Trophée de l'Avenir *

Samedi 18 avril 2015 - Printemps des Royales : les Nicollin

A armes égales

saint-laurent-d'aigouze,les nicollin,printemps des royales,course camarguaise

Un brillant Rostang sur un raset appliqué de François Martin

Entrée : un bon 2/3. Organisateur : CT Lou Bandot. Président : Thierry Cure. Raseteurs droitiers : Cadenas, Marignan, F. Martin,  Soler, Charrade. Gauchers : Aliaga, Méric, Robert. Tourneurs : Ull, Khaled, Jockin, Grando.

La promotion 2014 des Ligues (Marignan, F. Martin, Charrade, Méric, Robert), plus deux raseteurs Avenir (Cadenas, Soler) et Aliaga, As, oeuvrant dans l’esprit. Des taureaux de Nicollin de 7, 6 et 5 ans…  Plus un président Thierry Cure qui ne gaspille pas les Carmen, prime, ou pas, au bénéfice de ce que les cocardiers peuvent supporter, et veille au bon déroulement des duels... Un vrai casting d’Avenir pour une vraie course de Printemps.

Au final, Major ressort d'une première partie fade pour une seconde partie plus étoffée avec Utaka (4e) même s'il n'est pas encore en patte, la bravoure de Bayard et l’esprit bagarreur de Rostang (ou Roustang), chaque raseteur apportant sa pierre à l’édifice.

Vougaïre : Remuant, il évite le combat, pour un long quart d’heure.

saint-laurent-d'aigouze,les nicollin,printemps des royales,course camarguaise PHOTO Major et Geoffrey Robert
Major :
Attentif, placé, sérieux, travailleur. Il place quelques bonnes accélérations où il engage le mourre à l’arrivée. 3 Carmen et retour.

Jourdan : se livre sur une multitude de rasets, pousse après Cadenas à la limite. Mais les enchaînements ont raison de lui en 7 minutes.

saint-laurent-d'aigouze,les nicollin,printemps des royales,course camarguaise PHOTO Utaka et Joachim Cadenas
Utaka :
au début, sort en force et ponctue méchamment sur Marignan mais se calme vite pour répondre mollement. Des séries conclues cabré sur l’estribo (Martin, Soler) ou coups aux planches Cadenas, Soler (2 Carmen). Mais fatigué, se réserve et rentre une ficelle.

saint-laurent-d'aigouze,les nicollin,printemps des royales,course camarguaisePHOTO Bayard et Jérémy Soler
Bayard :
droite-gauche, sa bravoure est de bon augure. Tel un métronome, il est toujours d’attaque et les séries se succèdent. Manque un peu de détermination mais ses 13 minutes sont agréables. 5 Carmen et retour.

Rostang : remuant, sauteur et un caractère bien trempé. Les gradins s’animent sous les séries menées tambour battant où sa méchanceté corse les débats. Certes du temps perdu en contre-piste mais des tampons rageurs aux trousses d’Aliaga, Méric, Martin. A Robert, la 2e ficelle à la trompette. 5 Carmen et retour.

saint-laurent-d'aigouze,les nicollin,printemps des royales,course camarguaise◄ Artiste et Jérémy Aliaga
Hors points, 10 minutes, Artiste, un petit tau de 5 ans, fougueux et coléreux. Aliaga le fait briller à  plusieurs reprises et il termine cabré sur Charrade. Des Carmen.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Trophée de l’Avenir : Robert, 12; Martin, 11 ; Soler, 9 ; Cadenas, 8 ; Charrade, 6 ; Méric, 4 ; Marignan, 2.

▼ ROSTANG
sur Méric ▼ sur Aliaga et même sur Jockin

 

saint-laurent-d'aigouze,les nicollin,printemps des royales,course camarguaise

 

 

saint-laurent-d'aigouze,les nicollin,printemps des royales,course camarguaise

 

saint-laurent-d'aigouze,les nicollin,printemps des royales,course camarguaise

********************

 

16/04/2015

MANADE NICOLLIN

Vendredi 17 avril 2015 - Nicollin - Saint-Gabriel

Un seul nom pour deux élevages

 IMG_4460.JPG

 En juin 2014, lors de l'inauguration de la statue de Virat, au Mas d'Anglas

Les taureaux de Nicollin (canal historique, ex-Lafont) et les Saint-Gabriel ne font désormais plus qu’un. Louis Nicollin, propriétaire des deux manades, a décidé de les réunir sous son seul nom, le sien.

Acquéreur en 1997 de l’élevage “rouge et vert” de Jean Lafont, le patron du football montpelliérain, a laissé du temps au temps. Notamment en conservant in extenso les cadres et les méthodes de sélection issues des Granon et Lafont et en valorisant l’héritage de l’historique manade (bâtiments, musée...). Jusqu’à statufier, en 2014, Virat de son vivant. Virat né Lafont et couronné Nicollin. Le majestueux monument représentant le Biòu d’Or (2002 et 2004) surplombant les terres du Mas d’Anglas tandis que son modèle passe une belle retraite dans les prés alentours.

Une race historique donc - cette branche royale des taureaux camarguais est référencée à partir de 1850 sous le nom de Boissier - mais dont les jeunes éléments ont du mal actuellement à confirmer au plus haut niveau les qualités indéniables. Après avoir donné à la course camarguaise tant de cocardiers remarquables auréolés de 12 titres de Biòu d’Or (8 taureaux), entre 1956 et 2004.

En “rouge et vert” de Cosaque à Virat
12 titres de Biòu d’Or

Du Cailar à Marsillargues, il n’y a pas des centaines de kilomètres. Et c’est là que l’ex-Lyonnais et son épouse marsillarguoise installaient leurs pénates en 1987, en créant la manade Saint-Gabriel. Le nouveau manadier pouvait ainsi afficher sa passion des taureaux et des chevaux camarguais. C’est avec Duché, repéré au mercato (possible à cette époque) et Intrépide, Biòu de l’Avenir 2000, que la devise “noir, blanc rouge”, acquiert ses premières lettres de noblesse, confortées par Palun, Balzac, etc. Problèmes sanitaires obligent, la manade repart à zéro en 2006, mais, aujourd’hui, croque à nouveau les fruits de la réussite.

Ce week-end, un seul nom sera donc à l’affiche. Samedi, à Saint-Laurent-d’Aigouze, pour le Printemps des Royales, et à Pérols, dimanche, pour la première sortie de la Royale des Nicollin réunis. L’occasion, vers 15 h 45, d’un hommage avec les gardians des deux élevages et les Arlésiennes.

Une nouvelle page s’ouvre en 2015 avec des noms à retenir : Sylvérado, Juvénal, Platon, Sugar, Tzigane, Sultan, Ténor et bien sûr... Nicollin.

MARTINE ALIAGA

* Samedi, 16 h, 9 €, Trophée de l’Avenir, Printemps des Royales des Nicollin, à Saint-Laurent-d’Aigouze. Réservations : tél. 04 66 88 12 35.

* Dimanche, 16 h, (15 h 45, hommage), 11 €, Trophée des As, à Pérols, Royale de Nicollin. A partir de 10h, vide grenier dans la salle près des arènes.

13/04/2015

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE *TROPHEE DE L'AVENIR*

Dimanche 12 avril 2015 - 20e Printemps des Royales

BECHET CHEF DE FILE
DE LA COMPLETE DE SAUMADE

saint-laurent,saumade,courses camarguaises

Bechet et Clarion

Avec le beau temps et la circulation sur la route de la Mer, on aurait pu croire que les arènes, accolées a l’Eglise et servant d’axe aux bars, allaient enregistrer un plein pour la complète de la manade Saumade entrant dans le cadre du Trophée local du Printemps des Royales. Mais, fausse illusion, puisqu’à peine la 1/2 des gradins étaient garnis à l’heure où les 12 tenues blanches (8+4) suivie de Magali Saumade et son fils Emmanuel, sont venus saluer la présidence
De cette course, composée de  3 taureaux de 8 ans, et 4 taureaux de 6 ans (et oui, bien que nommée Printemps des Royales, la course est au Trophée de l’Avenir), si Béchet (4e) a tenu sa place, se sont fait également apprécier Llorca (1er), Génépy (2e), Baucis (5e) et Carabin (6e) et ce malgré un travail pas toujours approprié des hommes qui chacun dans leur style ont cependant distillés tout de même de beaux rasets.
saint-laurent,saumade,courses camarguaisesPHOTO Llorca et Soler
Llorca
(n°705) : Calmement et dans forcer le rythme, il va céder ses principaux attributs en 2’. Aux ficelles, ses réactions sont incisives  et terminées au fil des barrières notamment derrière Soler, Fougère (2), Ibarra et Méric. 14’30 récompensée par le disque qui avait tourné 4 fois. Génépy (n°740) : Surpris, cocarde et gland vont partir en 1’30. Ensuite, positionné ¾ piste, les choses vont se corser. Ses répliques sont vives et les rasets se font au compte-goutte. Sanchez, Clarion, Soler, Méric l’entraîneront avec aux dans des poursuites serrées. Six Carmen au total et les ficelles au toril.
Juste avant la pause, Tobias (n°972), en remplacement de Liber (n°726) va alterner entre déplacements et sauts (9) dont un aux trousses de Méric. Sur le raset,  pas toujours à son avantage, il a tendance à lâcher rapidement.
Avec Béchet (n°720), la musique va changer. Un placement irréprochable et une régularité parfaite dans ses répliques, à droite comme à  gauche. Mais, c’est aux ficelles (4’10) que le biou va passer la vitesse supérieure. Outre ses finitions avec la corne sur Ibarra (2), Fougère ses réactions sont limpides et il se dresse aux planches derrière Fougère et Ibarra avant de les franchir derrière ce dernier à l’ultime minute. Des Carmen pendant (7) ainsi qu’à sa rentrée porteur de sa seconde ficelle.
saint-laurent,saumade,courses camarguaises◄ PHOTO Baucis - Roig
Des qualités, aussi chez Baucis (n°997) Calme et toujours bien  positionné. Sanchez (3), Méric (4), et Soler l’amèneront  dans des poursuites qui déclencheront le disque  7 reprises rejoué à se rentrée après avoir cédé sa 2sde ficelle sur la trompette.
Avant dernier Carabin (n°982) va durant ses 9 minutes subir la pression des hommes qui ne lui feront guère de cadeaux. Il parvient toutefois à se mettre en valeur dans ses arrivées à la limite où il passe la corne (Fougère, Soler) ou se dresse (Roigt, Ibarra).
Pour conclure et  hors points, Rigau (n°994) en a sous les sabots. D’une énergie à revendre, d’une méchanceté débordante, il se jette sur tout. Il saute et même les portes de la contre-piste ne l’arrêtent pas. Quand il est en piste, les hommes le regardent. Il fuse pour s’éclater contre les planches. Les hommes essaient de la prendre par défaut mais en vain. Avec sa cocarde à 200 €, il regagne le toril en musique. A revoir avec son énergie canalisée et dans un autre contexte.
Texte et photos
CYRIL DANIEL
Entrée : 1/2 arène. Organisateur : CT Lou Bandot. Présidence : Aurélien LAGET
Raseteurs : Rémy IBARRA - Jérémy SOLER - Dimitri FOUGERE - Thomas ROIG - Jeoffrey ROBERT - Mervin MERIC - Christophe CLARION - Marc SANCHEZ
Tourneurs : Jean-René GRANDO - Benoit JOSEPH - Frédéric JOCKIN - Patrick RANC.