Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/06/2015

LES COURSES ET CLASSEMENT JUSQU'AU 2 JUIN

LOGOTT.jpg

TROPHEE DE L’AVENIR

JEUDI 2 JUILLET

AIGUES-VIVES : 17 h 16 h 30, gratuit, comité d’animation, dél. Mouillor. 

Chr. REMY

Saint-Pierre : MACAREL - Saumade : JACOB - Cuillé : BRAMASSET

Occitane : BEL AMI - Félix : MERLIN - Paulin : MAQUISARD

Nicollin : MOUSQUIOUN (hp)

Gr. 3 - Raseteurs : Aliaga, Belgourari, Bruschet, Caizergues, Méric, Sanchez

LES COURSES

JEUDI 2 JUILLET

RODILHAN : 21 h, gratuit, CT de Rodilhan, dél. Sagne. Manades Orgonens, Cavallini, Hervas. Groupe 2. Raseteurs : Carrasco, Charnelet, L. Garcia, Gougeon, Y. Perez, Ruiz.

LES LIGUES

MERCREDI 1er JUILLET

AIGUES-VIVES : 17h 16 h 30, 5 €, CT Lou Ferri, dél. Vaquette. Manades Bon, Saint-Pierre, Félix. Raseteurs : Bakloul, Boulmaoui, Bressy, Caizergues, Gougeon, Jaubert, Lopez, Ortega. Tourneurs : Galibert, Fargier.

*ANNULE* ARLES : 17 h 30, 11 €, SA Jalabert Frères, dél. Buchaca. Manades Fournier, Paulin, Ricard. Raseteurs : Ameraoui, S. Ben Ammar, Carta, Félix, Y. Martin, Mebarek, Santelli, Salinesi. Tourneurs : Dunan, G. Rado.

CLASSEMENT DES RASETEURS

Parution vendredi 26 juin

Trophée des As - Gr.1 

1. CHEKADE Amine (D) 240,5

2. AUZOLLE Loic (D) 214

3. KATIF Zakaria (D) 213

4. BELGOURARI Mehdi (D) 177

5. ALLOUANI Sabri (D) 157

6. FOUR Bastien (G) 133

7. ZEKRAOUI Youssef (G) 123

8. AYME Anthony (D) 114

9. ALIAGA Jérémy (G) 111,5

10. OUFFE Julien (G) 85,5

11. FAVIER Maxime (G) 80,5

12. RASSIR Sofiane (G) 69

13. BENAFITOU Iliass (D) 59

14. BOUHARGANE Jamal (G) 35

15. BRUSCHET Romain (D) 34

16. MARTIN Jérôme (G) 23

17. ALLAM Fayssal (G) 22,5

18. POUJOL Hadrien (G) 22

19. GROS Romain (D) 5

20. OUTARKA Lahcène (D) 5

21. VILLARD Benjamin (D) 1

Trophée des Raseteurs - Gr.2

1. GUYON Rémi (D) 162

2. JOURDAN Victor (D) 148

3. SANCHIS Boris (D) 132

4. CLARION Christophe (G) 128

5. MAUREL David (D) 127

6. MARQUIER Mat. (D) 115

7. OUDJIT Jean-Henri (D) 101

8. FOUGERE Dimitri (D) 93

9. BENAFITOU Nabil (G) 89

10. SANCHEZ Marc (G) 82

11. ERRIK Radouane (G) 80,5

12. MOUTET Damien (D) 80

13. MARTIN COCHER D. (G) 73

14. SABATIER David (D) 66

15. ALIAOUI Farid (G) 54

16. FERRIOL Joffrey (G) 49

17. OUFDIL Icham (D) 36

18. MONDY Thomas (G) 32

19. MOINE David (D) 32

20. IBARRA Rémy (D) 27

21. ALARCON Loïc (G) 26

22. CARTALADE Kévin (G) 25

23. CAIZERGUES Kévin (D) 22

24. GARCIA Ludovic (G) 21

24. PINTER Jérémy (G) 21

26. BINI Benjamin (D) 20

26. CANO Guillaume (D) 20

26. VIC Jonathan (D) 20

29. GRAMMATICO Fabien (D) 19

30. GUIN Romain (G) 18

30. GAUTIER Anthony (D) 18

32. RICCI Jean-Louis (G) 16

33. GOUGEON Mickaël (G) 14

34. MARTINEZ Damien (D) 12

35. CHIG Mohamed (D) 11

36. MEBAREK Sidi (G) 9

37. JODAR Emmanuel (D) 8

38. MIRALLES Cédric (D) 6

38. GLEIZE Alexandre (D) 6

40. BOYER Frédéric (G) 5

40. MONDY Romain (D) 5

40. PAPARONE Nicolas (D) 5

40. RUIZ Olivier (G) 3

44. BENOIT Benjamin (D) 2

45. CHARNELET Mickaël (D) 1

Trophée de l’Avenir - Gr.3

1. DUNAN Stéphane (D) 254

2. CIACCHINI Jérémy (D) 232

3. ROBERT Geoffrey (G) 210

4. CADENAS Joachim (D) 197

5. SOLER Jérémy (D) 181

6. FAURE Lucas (D) 168

7. MARIGNAN Vincent (D) 155

8. ZBIRI Smaïn (G) 151

9. CHARRADE Antoine (D) 140

10. MERIC Marvin (G) 138

11. GAILLARDET Joan (G) 123

12. PRADIER Yoan (D) 122

13. SABOT Benjamin (D) 99

14. MONTESINOS Gaby (D) 64

15. MARTIN François (D) 60

16. EL HAJJOUJI Fouad (G) 56

17. ROIG Thomas (D) 45

18. MATEO Ludovic (G) 36

19. ORTIZ Rodrigue (D) 12

20. ANANE Mehdi (G) 11

21. GRANIER Jean-Baptiste (D) 4

22. ZINI Walid (G) 3

 

28/06/2015

LA GRANDE-MOTTE *TROPHEE DES AS

Dimanche 28 juin 2015

Le bon dimanche de Léo et d'Amine Chekade

BlogGDEMOTTELEO_2.jpg

Entrée : 1/3 d’arène. Org. : CT Lou Gregau. Président : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Ayme, I. Benafitou, Chekade, Gleize, Jourdan (sort à l’entracte). Gauchers : A. Benafitou, Clarion, Four, Ouffe. Tourneurs : P. Rado, Fouque, Labrousse, Baccou.

Amine Chekade a bien fait de passer par La Grande-Motte. Il en repart avec 24 points et le prix du meilleur animateur. Avec lui, Léo de Raynaud monte sur le podium. Et si Papalino (7e hp) domine totalement faute de combattant, les autres taureaux non plus n’ont pas été submergés. Ah si aux rubans !

Vibre (Lafon).- Vite fait les pompons. Droite-gauche, le long des planches (1 Carmen), sa charge s’amenuise au fur et à mesure du temps qui passe. Un peu d’animation sur sa 2e ficelle ouverte pour 14 minutes sans éclat.

Perceval (Nicollin).- Tricote des cornes et n’est pas trop attaqué. Pourtant, bien emmené, il ne lâche rien jusqu’aux planches (Chekade, Four), conclut au terme d’une belle série (1 Carmen). Les hommes se motivent un peu tard et Perceval rentre une ficelle.

Artiste (Cavallini).- Les premiers attributs volent sur ses déplacements. Bien posté aux ficelles, il se montre bon partenaire, classique et toujours disponible. Répond présent tout le temps jusqu’à serrer Jourdan (Carmen). Régulier, il ramène une ficelle en musique.

Roussillon (Plo).- Rapidement il défend ses ficelles, bien posté mais esseulé. Il attend longtemps entre deux enchaînements. Dommage car, ses ripostes sont vigoureuses et ses longues cornes frôlent les planches à chaque coup. La dernière série lui est dure malgré sa vaillance mais il sauve une ficelle. 2 Carmen.

Phoebus (Lautier).- Se défend de sévères coups de tête et se montre dangereux jusqu’au bout. Véloce, attentif. Mais beaucoup trop de temps morts même si Chekade et Ouffe font l’effort, le travail est nettement insuffisant. Ficelles à la maison.

Léo (Raynaud).- Au début, il prend tout avec bonne volonté et amorce sa rébellion en se jetant après I. Benafitou et Ayme. Petit à petit, se cale bien, de là se livre toujours avec franchise mais avec de forts engagements. Se dégage quand ça chauffe, bombarde Chekade (2 fois), I. Benafitou (2). 13 très bonnes minutes. 8 Carmen et retour.

BLOGGDEMOTTEPAPALINO.jpgPapalino (Chaballier, hp, 12 minutes).- Agressif, il chasse, saute, tape sur tout ce qui bouge, se place... pas un seul vrai raset à l’horizon. Juste deux invites de Four et d’I. Benafitou où Papalino exprime toute sa rage et sa détermination. Rentre un gland. 1 Carmen et retour.

TEXTE ET PHOTO
MARTINE ALIAGA

Trophée des As : Chekade, 24 ; Four, 16 ; I. Benafitou, 8 ; A. Benafitou, 7 ; Ouffe, 4.

Trophée des Raseteurs : Clarion, 8 ; Gleize, 8 ; Jourdan, 2.

 

LA GRANDE-MOTTE *AVENIR*

Samedi 27 juin 2015

Les meilleurs pour la fin

la grande-motte,course camarguaise

Ziko Katif et Cupidon de Cavallini
s'octroient le Souvenir Michel-Séverac

Entrée : 1/3 d’arène.  Org. CT Lou Gregau. Président : Jacques Valentin.
Raseteurs droitiers : Charnelet, Jourdan, Jodar, Katif, Soler. Gauchers : Aliaga, N. Benafitou, Clarion, Méric. Tourneurs : Labrousse, Grando, Abbal, Joseph.
Avec la chaleur étouffante, le premier acte des journées camarguaises du CT Lou Gregau a eu du mal à trouver son rythme de croisière. Mais les trois derniers cocardiers récompensent les spectateurs. Côté blanc, Les jeunes Méric et Soler n’ont pu se mettre en avant dans cette équipe de crocheteur où Katif et Aliaga mènent les débats. Cupidon et Katif s’octroient le Souvenir Michel-Séverac.
Quéribus (Occitane).- Attaqué sur un bon rythme, répond juste poliment même s’il ne rate pas l’occasion d’exprimer sa méchanceté aux planches sur Katif et Jodar (2 Carmen).  Rentre une ficelle.
Tiralou (Lautier).- Leste, il enchaîne à grande vitesse. Droite-gauche cornes pointées, il prend tout. A mi-parcours prend la défensive et se fait de plus en plus dur. 1 Carmen et retour.
Cenote (L’Aurore).- Ce jeune élément de 6 ans se livre avec franchise, pousse dans l’action, serre Katif, Méric. Quelques séries soutenues pour 8 minutes agréables (4 Carmen et retour). 
Pyros (Grand-Salan). Passe d’un raset à l’autre sans trop finir. Il faut vraiment l’intéresser pour qu’il aille au bout  (1 Carmen). Trop de retenue et une ficelle au retour.
Renard (Brestalou).- D’entrée, il est à bonne température pour des échanges soutenus.  Il a des yeux derrière la tête et au prix de “vuelta” sur les pattes arrières, il prend souvent le pas sur l’homme. Et même s’il ne s’approche pas des planches, ses interventions sont de toute beauté comme les longueurs avec Katif ou Aliaga. Une ficelle au toril, 4 Carmen et retour.
Picpoul (Michel).- Après deux violentes interventions sur Soler puis Katif où il se vrille le dos, il semble marquer le coup. Mais il continue avec coeur, bien placé et concluant encore sur Jourdan, Katif. Sous la pression pour l’obtention de la 1re ficelle, il ne sait plus où donner de la tête mais pousse encore après Katif et Aliaga. 13 minutes, 7 Carmen et retour.
Cupidon (Cavallin, hp, 12 minutes).- Avec sa carrure d’athlète, le tau montre tout son tempérament agressif. Des planches, il s’envoie dans de violentes interventions. une vrai brute qui se déchaîne dans une dizaine d’agressions. Rentre ses ficelles. Un final en musique.
 
 
MARTINE ALIAGA
PHOTO CHRISTIAN ITIER
 
 
Trophée de l’Avenir : Soler, 3 points ; Méric, 2.

27/06/2015

RENCONTRE AVEC LE RASETEUR LOIC AUZOLLE

Samedi 27 juin 2015

Loïc Auzolle : « Il manque des taureaux
compliqués pour nous départager»

Le raseteur est en convalescence après sa blessure du 7 juin à Aimargues.

Loïc Auzolle,raseteur, course camarguaiseDepuis 12 ans, ilest dans le top ten des hommes en blanc du Trophée des As. Issu des écoles de raseteurs de Vauvert et de Lunel, natif du Cailar, Loïc Auzolle a intégré le Trophée de l’Avenir en 2004. Depuis 2006, il court le Trophée des As pour déjà quatre victoires. Athlétique, adroit, habile technicien, le droitier a attaqué la saison 2015 en tête et la blessure infligée par Mustang de Cuillé à Aimargues, ne remet nullement en question sa carrière. Le raseteur évalue son niveau, enchaîne sur sa vision de la course camarguaise et élargit la discussion. Rencontre avec un trentenaire parfois un peu désabusé mais plus cérébral que son apparence décontractée ne le laisse penser.

Vous avez été blessé le 7 juin à Aimargues. Erreur, fatigue... ?

Rien de cela. Au départ du raset, j’étais un peu en dedans, Mustang de Cuillé m’a déséquilibré en me touchant le pied. J’ai trébuché et il m’a porté un coup de corne de 20 cm dans le muscle de la cuisse. C’est passé pas loin de la fémorale. Ma précédente blessure remonte à 2004. C’est le risque du métier et ça ne remet pas en cause ma carrière. 

Vous êtes en tête du classement des As depuis le début de la saison. Vous visez votre 5e Trophée ?

J’étais physiquement très bien même si je manquais un peu de courses et que je traînais une entorse depuis Palavas. Mais 1er, 2e ou 3e au classement ça ne change rien pour moi. Maintenant je rasète pour me faire plaisir et pour ceux qui me font confiance. Je pense prendre mes responsabilités surtout face à certains taureaux. Je préfère faire les rasets difficiles plutôt que de me jeter sur les taureaux faciles. Je regrette qu’aujourd’hui, il n’y ait pas beaucoup de taureaux assez compliqués pour faire la sélection parmi les hommes. Et qu’une partie du public se satisfasse de voir courir devant les taureaux... Et pourtant nombre de raseteurs ont la technique pour...

Justement, votre relation avec le public est fluctuante et, parfois, les sifflets tombent des tribunes comme à Lunel pour Pentecôte. Comment le vivez-vous ?

Les “siffleurs” font plus de bruit que les autres. A Lunel, le public a pensé que je faisais le minimum, seulement pour marquer des points. Alors que non ! Ce jour-là, j’avais mal au pied, je n’ai pas pu faire les rasets que je voulais. Après... le comportement des autres raseteurs influe sur le tien... quand il y a la bourre...

Plus généralement, la technique est de moins en moins appréciée par le public. Il n’y a pas beaucoup de taureaux compliqués, tout le monde peut les raseter. 

Au début de ma carrière, je me suis pris la tête pour plaire à tout le monde. Comme ça avait l’air facile pour moi, une partie des spectateurs m’a mal jugé. Aujourd’hui j’ai juste envie de raseter.

Vous avez 30 ans, vous pensez à la fin de votre carrière ?

Tant que j’aurai le physique pour, je rasèterai le plus longtemps possible. Ça va être très compliqué d’arrêter et je n’y pense pas pour l’instant. Même si j’ai des projets professionnels en cours... Comme créer une ligne de vêtements... C’est compliqué, j’en suis juste au début...

Vous dites souvent que le milieu camarguais manque de professionnalisme. Des exemples ?

Oui, plusieurs. Je m’investis au bureau de l’Association des raseteurs et à la FFCC. Et je vois qu’on n’avance pas. On s’arrête sur des détails et les trois-quarts du temps, on met en cause les raseteurs... Alors qu’un des gros problèmes c’est notre statut. Qui n’existe pas. Il faudrait se fédérer, pourquoi pas sous la houlette de l’Association des raseteurs, régler les problèmes d’assurance, de couverture sociale, de formation... 

Autre souci, la prise en charge des blessures. Pour ma part, après mon coup de corne à Aimargues, j’ai été baladé de service en service, il a fallu que je me débrouille pour joindre un chirurgien. Heureusement que j’ai pu parler au Docteur Romieux que je remercie d’ailleurs.... Il travaille à la mise en place de vrais pôles d’urgence pour les blessures par corne. Pour l’instant, le seul en place c’est Avignon. C’est compliqué mais cela devrait être obligatoire. 

La reprise c’est pour quand ?

La blessure guérit bien. La dernière IRM montre que le muscle n'est pas complètement réparé et il y a un gros hématome profond qui doit se drainer au fur et à mesure. Je pense reprendre peut être vers le 5 juillet mais c'est vraiment pas sûr. Au pire, le 12.

Propos recueillis par

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

 

25/06/2015

ARLES *TROPHEE DES AS*

Le point sur la Cocarde d'Or, à J-10

arles,83e cocarde d'or,course camarguaiseLa commission taurine arlésienne et l’organisation Jalabert ont tranché, cette Cocarde d’Or sera la 83e « puisque celle de l’an dernier n’a pas eu lieu, à cause de la pluie »D’ailleurs échaudé par l’expérience 2014, l’organisateur a d’ores et déjà posé le samedi 11 juillet en date de report. Au cas où... Ainsi la dernière course libre - puisque le nombre de raseteurs n’est pas arrêté et les trois groupes sont mélangés - attend le public le lundi 6 juillet au sein des fêtes d’Arles. « La pression monte, explique Gérald Rado, responsable technique, surtout chez les jeunes, ils sont très motivés. Cela devrait donner une excellente Cocarde : la nouvelle génération face à l’expérience des raseteurs plus âgés. L’édition 2015 est très ouverte, difficile de dire qui pourra gagner... » Reste que la première partie ne va pas être du gâteau avec Maï des Baumelles, Gavot du Pantaï, Angelo de Raynaud. «Oui, la première partie est dure, confirme Géral Rado, pour endiguer les ardeurs, mais la seconde avec Daudet de Fabre-Mailhan, Jivago de Blatière, Brutus de Lautier et Oscar de La Galère est pétillante ». Rendez-vous lundi 6 juillet, à 17 h 30...

MARTINE ALIAGA

PRATIQUE

Capelado lundi 6 juillet, à 17 h 30, tous les raseteurs peuvent participer avec 10 tourneurs désignés par la FFCC.

Locations : par téléphone au 08 91 70 03 70 ; par Internet www.arenes-arles.com ; au bureau des arènes d’Arles, du lundi au vendredi de 9 h à 12 h, de 14 h à 18 h. Les samedi 4 et dimanche 5 juillet, à partir de 10 h ; le lundi 6 juillet à partir de 9h.

Pour gérer au mieux les vestiaires, les raseteurs sont priés de s’inscrire en téléphonant à Gérald Rado tél. 06 20 31 25 44.

LA GRANDE-MOTTE *SAMEDI ET DIMANCHE*

Les 27 et 28 juin 2015

Le week-end camarguais du Gregau

la grande-motte,ct lou gregau,courses camarguaisesLe CT Lou Gregau fait vivre les traditions camarguaises tout au long de l’année avec et pour les Grand-Mottois et se démultiplie l’été venu pour les nombreux touristes. Et si les taureaux-piscine animent les arènes Juan-Bautista, en juillet et août (mardis, jeudis et dimanches soirs, 21 h 30), en ce dernier week-end de juin, c’est toute la palette des animations camarguaises qui sera présentée.

Abrivado et bandido vont rythmer les festivités et dimanche (11 h) c’est la roussataïo de la manade Marié qui défilera en ville jusqu’aux arènes. Les jeunes des écoles de raseteurs seront mis en avant en ouverture des deux courses. Pour les deux affiches, le casting est soigné tant au niveau bétail que raseteurs. Chez les blancs, quelques belles pointures comme Katif et Aliaga, samedi ; dimanche, le retour de Four, Ouffe l’homme en forme du moment accompagnent Ayme, A. et I. Benafitou, Clarion, Gleize et Jourdan. Les néophytes autant que les afeciouna devraient y trouver leur compte. D’autant que l’ambiance est chaleureuse dans ce coin de Petite-Camargue qui cultive l’authentique au pied des modernes Pyramides.

MARTINE ALIAGA

AU PROGRAMME

SAMEDI

11 h 30, festival d’abrivado, 6 manades. 15 h 30, taureaux emboulés de Lautier pour l’école de raseteurs de Portiragnes. 16 h, 7 €, Avenir, Trophée Michel-Séverac. Dans l’ordre de sortie : Queribus, Farfelu, Cenote, Byros, Renard, Picpoul et Cupidon. 18 h, festival de bandido.

DIMANCHE

11 h, roussataïo manade Marié de l’avenue de l’Europe jusqu’aux arènes. 11 h 30, festival d’abrivado, 5 manades. 15 h 30, taureaux emboulés du Levant pour l’école de raseteurs de Marsillargues. 16 h, 10 €, As, Trophée de la Grande-Motte. Dans l’ordre de sortie : Vibre, Perceval, Artiste, Roussillon, Phœbus, Léo, Papalino. 18 h, festival de bandido. Possiblité de restauration sur place. Animation : peña Cinq à Sète.

 

SOMMIERES *TROPHEE DES AS*

Ce dimanche 28 juin 2015

POUR VIBRER ENCORE !

sommières,adieux de garlan,course camarguaiseLe CT Lou Carmen propose des platteaux de qualité et trouve récompense par une bonne fréquentation. Aux As, le concours du 7 juin, les complètes de Ricard (31 mai) ou celle de Nicollin dimanche dernier, ont affiché une belle entrée et, au final, des spectateurs définitivement conquis par le bétail et l’intensité des échanges en piste. Du coup, l’ambiance est au rendez-vous, et tout le monde est gagnant.

Ce dimanche, l’affiche monte encore d’un cran avec les adieux de Garlan des Baumelles à qui hommage sera rendu et six beaux cocardiers de Cuillé et Bon. Un mélange de taureaux très sérieux et extrêmement spectaculaires dans l’ordre de sortie ci-après : Loubard, un des meilleurs premiers du circuit ; Monro, sérieux jusque dans ses finitions ; Pharmacien, très cocardier expert des enfermées ; Maître Garlan que l’on ne présente plus ; Dalloz, percutant et combattif, plus Clodomir et Chambao chargés du feu d’artifice final. 

L’équipe blanche qui a enthousiasmé les spectateurs la semaine passée est reconduite : Allouani, Belgourari, Katif pour les plus présents ; Aliaga vient s’ajouter aux gauchers. Et Lahcène Outarka est toujours invité d’honneur, « reconnaissance oblige avec tout ce qu’il a apporté aux courses de Sommières en particulier et aux autres en général », précise Jean-Luc Herleman le vice-président du Carmen. Le président Christian Garrido ajoute : « Depuis le début de la saison, les spectateurs se régalent, les raseteurs jouent le jeu, tout est pour le mieux ».

Et pour un symbole fort, la devise “blanc, gris et rouge” des Baumelles portée par Garlan sera lotée.

MARTINE ALIAGA
PHOTO CHRISTIAN ITIER

DIMANCHE : course à 16 h 30, 11 €. En ouverture, 16 h, emboulés de Cuillé pour l’école de raseteurs de Sommières.

 

23/06/2015

VALLABREGUES *AVENIR*

Mardi 23 juin 2015

Guichou, premier et primé
Geoffrey Robert clôture glorieusement son week-end  vallabréguant
VALLABREGUESGUICHOUPHCI.jpg
 
Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : CT Lou Mamaï. Président : Jean-Paul Marteau. Raseteurs droitiers : Ibarra, Sanchis, Ciacchini, Gautier, Moine (sort au 1er, cheville coincée par Guichou). Gauchers : N. Benafitou, Robert, Ibanez. Tourneurs : Savajano, Ranc, Lopez.
 
Ce concours de manades qui clôture la fête du CT Lou Mamaï a souffert d’un manque de rythme de la part des hommes. Toutes les ficelles et quelques glands rentrent. Pourtant tout avait bien commencé avec un Guichou dominateur. Au 4e, Peu Sè, l’espoir et l’intérêt renaissent mais le tempo retombe après. Robert, surtout, et Ciacchini mènent la course, Ibarra, Sanchis, N. Benafitou complètent.
Guichou (Navarro).- Placement flottant au début mais de la suite dans les idées pour poursuivre méchamment cornes à l’affût. De superbes enfermées (N. Benafitou, Ibarra, Sanchis), coince la cheville de Moine, poursuite haletante derrière Ibarra, ça passe juste ! Quand il se cale, il accroît la difficulté et prend définitivement l’ascendant. 5 Carmen et retour.
Criquet (Raynaud).- Placé, il attend longtemps les attaques. Pourtant il pousse sur certains rasets engagés. On lui demande peu, du coup il reste sur sa rigueur. 1 Carmen et retour.
Briançon (Le Rhône).- Lui ne demande qu’à se livrer et met le turbo au démarrage. Il n’est pas inabordable pour autant, malgré ce, il ne croule pas sous les invitations. Quelques séries. Musique.
Peu Sè (Espelly-Blanc).- Rigoureusement placé, il se fait vite respecter par sa vitesse d’exécution et cette corne gauche qui menace. Volontaire, Robert s’implique pour les moments les plus intenses, dont un à la limite de l’accrochage. Les autres s’y mettent et, dominateur, Peu Sè répond du tac au tac. Rentre un gland. 4 Carmen et retour.
Engane (Saint-Antoine).- Montre de la vivacité mais là encore les blancs tardent. Robert attaque et se fait embarquer. Puis Engane se tanque, il faut le “rentrer” et là il raccompagne vertement et conclut. Raseté par à coup, il se fait plus sélectif et ne lâche son 2e gland qu’à la 13e. 4 Carmen et retour.
Bastidon (Les Baumelles).- En stand-by de longues minutes, Bastidon est en place et attend. Quelques passes à blanc, des sauts de désœuvrement et rentre ses glands en musique.
Emir (La Galère, hp).- Montre son envie, sa méchanceté et affiche une belle présence offensive sur les quelques invites qu’il reçoit. 2 Carmen et retour.
 
MARTINE ALIAGA
PHOTO CHRISTIAN ITIER
 
Trophée de l’Avenir : Robert, 12 points ; Ciacchini, 11.
 
LES PRIX
Trophée Louis-Lacroix (course du dimanche)
Jappeloup de La Galère
1er, Geoffrey Robert ; 2. Anthony Gautier.
Course du mardi (ci-dessus)
Trophée Albert-Espelly et Michel-Romieux
Guichou de Navarro et Geoffrey Robert.

 

21/06/2015

LANSARGUES *AVENIR*

Dimanche 21 juin 2015

La grande vaillance des Fournier

 lansargues,trident d'or 2es séries,fournier,course camarguaise

▲ Murano de Fournier avec Victor Jourdan

Entrée : 1/3 d’arène.  Org.: CT Frédéric-Durand. Président : Thierry Tosas. Raseteurs droitiers : Oufdil, Faure, Jourdan, Montesinos, Ortiz. Gauchers : Guin, Méric, Sanchez. Tourneurs : Grando, Arnel, Thierry.

lansargues,trident d'or 2es séries,fournier,course camarguaiseUne fois les problèmes de sono réglés dans la bonne humeur, la confrontation Fournier-L’Amarée pouvait attaquer pour cette 2e série du Trident d’Or. Au final, ce sont les taureaux jeunes de Fournier qui trouvent récompense avec 197,5 points face à l’Amarée, 187. L’équipe blanche travaille mais cale un peu sur les difficultés. Jourdan totalise.

PHOTO (ci-dessus) le jury du Trident d'Or

lansargues,trident d'or 2es séries,fournier,course camarguaisePhoto:
Pernot pousse
après Faure

Pernot (L’Amarée).- Le long des planches, il s’engage fort sur le premier raset et repart se placer. En revanche, les cites d’attaque trouvent une réponse poussée (Faure, Sanchez, 1 Carmen) mais pas les reprises. Un premier assez compliqué pour rentrer ses ficelles.

Ténor (Fournier).- Une fois qu’il trouve le bon placement, sa vitesse surprend parfois les blancs et sa vaillance le fait briller dans de multiples enchaînements. 13 minutes très rythmées. 6 Carmen et retour.

Rampeu (L’Amarée).- Virevoltant, il gambade d’un raset à l’autre. Sans cesse en mouvement et jouant des cornes à l’approche des crochets, il n’est pas engageant à raseter. Du coup, les invites s’espacent pour un long quart d’heure.

Brigand (Fournier).- Remuant pour les premiers attributs, il se pose aux ficelles. De là, il enchaîne jusqu’au ras des planches. Bien embarqué par Faure, il se chauffe, casse la planche, Ortiz parti à la faute se fait dangereusement enfermer. 10’30 a mas. 8 Carmen et retour.

lansargues,trident d'or 2es séries,fournier,course camarguaisePhoto:
Murano affiche sa vaillance
et s'emporte
après Victor
Jourdan
Murano
(Fournier).- Lui aussi navigue et affiche d’entrée sa grande volonté. De grosses séries où la moutarde lui monte au nez jusqu’à taper droit aux planches. Pas de refus et cette envie qui le pousse à frapper fort après Jourdan. Rentre une ficelle. 7 Carmen et retour.

Tamarin (L’Amarée).- Beau taureau qui se fait chiper ses pompons rapidement sans éclats. Aux ficelles, son agressivité n’inspire par les hommes. Posté, les blancs passent au large et Tamarin passe son trop plein d’énergie sur les planches. Quelques amorces d’enchaînement mais peu touchent la tête. Tamarin reste maître de ses ficelles. 3 Carmen et retour.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

Trophée de l’Avenir : Faure, Ortiz, 4 points ; Méric, 2.

Trophée des Raseteurs : Jourdan, 22 ; Sanchez, 9 ; Guin, 7 ; Oufdil, 5.

Trident d'Or : manade Fournier, 197,5 points - L'Amarée, 187.

 

CODOGNAN *AVENIR*

Samedi 20 juin 2014
 
C’EST LA FETE !

codognan,avenir,course camarguaise

▲ Elégant avec Rémi Guyon

 
Samedi, la fête votive bat son plein. Cette année dans le cadre de "la journée de tradition", le Comité des Fêtes avait décidé d’honorer les manadiers. C’est ainsi que furent mis à l’honneur les manades Robert H, Arlatenco, Raynaud, Aubanel, Nicollin et bien entendu Blatière-Bessac en présence en piste des gardians de la manade Robert H, du groupe de traditions Lou Pantaï Di Camargo, des Tambourinaïres de l’Estang de l’Or, des pena La Gardounenque et Los Caballeros et de Régine Pascal.
A la capelado soit, demi-heure plus tard, ce sont les 6 raseteurs invités qui se présentèrent à une présidence lacunaire tout au long de l’après-midi.
Si à l’issue de la course, le Carmen Général a été attribué en toute logique pour le travail des hommes, l’adjonction de la prestation des taureaux est tout à fait discutable. Mais bon …… Comme le disait les aficiouna d’un village voisin  présents à mes côtés, "C’est la fête, il faut faire plaisir à tout le monde, et en plus, la capelado était belle !"
Canio (N°519 – Blatière Bessac) : Sans de laisser dépasser, mais sans forcer non plus il se contente de défendre ses principaux attributs  en moins de 4 minutes. Aux ficelles, ne venant pas toujours, il peut être capable de signer de jolies actions aux planches comme derrière Belgourari, Gougeon (2) ou Guyon (2). Porteur de sa 2de ficelle il reçoit son 7e Carmen à sa rentrée.
Pitalugue (N°946 – Raynaud) : En instabilité, il va défendre cocarde et glands avec un coup de tête prononcé. Dans son second temps de course, sur les rasets allongés, il va se mettre en valeur sur la longueur  (Bouhargane – Miralles 2) avant de taper derrière Miralles. 3 Carmen + Rentrée.
Jason (N°824 – Blatière Bessac) : Que dire à part 25 incursions en contre-piste.
codognan,avenir,course camarguaise◄ Photo:
Frelon et Belgourari
Frelon (N°209 – Blatière Bessac) :
On n’apprend pas la leçon au vétéran de l’étape. Dissipé (2 sauts) il va mettre le cœur à l’ouvrage. Alternant réactions et réticences  il va falloir attendre la 10e minute pour arriver aux ficelles. Et là, il va alors se mettre en évidence par ses arrivées aux bois. Bouhargane (3), Gougeon (3) et Guyon seront raccompagnés pour 6 fois les honneurs renouvelés à sa rentrée.
Elégant (N°912 – Raynaud) : 9 minutes pleines de bravoure où, sans vice, il répond au coup par coup, en poussant sur le rasets pour conclure. Bouhargane (3), Gougeon (2) et Belgourari (2) l’emporteront avec eux dans de belles trajectoires raccompagnées avec sérieux. Une pluie de Carmen -11- rentrée incluse.
codognan,avenir,course camarguaise► Photo:
Abel et Belgourari
Abel (N°715 – Nicollin) :
Certes rapide, certes anticipatif et réactif par des enfermées collé-serré, (Belgourari – Guyon), les hommes en viendront à bout en moins de 6 minutes récompensées le disque (?)
Pour conclure, Samba (N°936 - Blatière Bessac) ne nous emmènera pas dans l’au-delà. Vaillant, il s’aide d’un coup de tête mais n’apporte pas la note spectaculaire attendu pour un dernier. Pourtant, il a été raseté mais…….. Carmen au retour.
Texte et photos
CYRIL DANIEL

codognan,avenir,course camarguaise

▲ Elégant et Bouhargane

 
Entrée : Le Plein. Organisateurs : Comité Des Fêtes. Présidence : Alain Soubeiran. Raseteurs : D. Bouhargane – M. Belgourari – M. Gougeon – C. Miralles – H. Poujol – R. Guyon. Tourneurs : S. Fargier – M. Lizon