Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/07/2015

ARLES *TROPHEE DES AS* COCARDE D'OR 2015

 arles,83e cocarde d'or,youssef zekraoui,daudet de fabre-mailhan,course camarguaise

Lundi 6 juillet 2015

Une Cocarde d'Or torride

Youssef Zekraoui rentre dans l'histoire

Au soir de ce lundi, dans les arènes chauffées à blanc, Youssef Zekraoui levait les bras au ciel, il  venait de remporter la 83e Cocarde d'Or. On le connaissant gentil et déterminé, le public a découvert un guerrier.

Le suspense a tenu jusqu'au 6e cocardier. Si Youssef Zekraoui avait d'entrée affiché ses intentions et marqué de précieux premiers points, Joachim Cadenas imposait une forte présence et se posait aussi en sérieux prétendant. Le gaucher Youssef pour sa première saison aux As. Le droitier Joachim dans le tiercé de tête du Trophée de l'Avenir. Deux styles, deux personnalités se sont confontées dans la fournaise de cet après-midi arlésien où les vagues blanches ont déferlé sur les cocardiers qui ont fait plus que de la résistance. Opposés à une cinquantaine de tenues blanches (40 raseteurs et 10 tourneurs), les noirs qu'on avait un peu gaussé au vu de l'affiche, ont plongé dans la bagarre et fait du large et des dégâts. Ils ont rendu coup pour coup, et dans la pagaille des assauts, ils ont pour la plupart tiré leur épingle du jeu de haute lutte. Faisant planer le danger face à la horde déchaînée. Maï, le stratège, baroule Alarcon et malmène longuement Khaled. Gavot, l'escrimeur, envoie valdinguer Gros, touche Cadenas et oblige Belgourari à passer sous l'estribo. Daudet, dans un combat titanesque pointe après Moutet et attrape Aliaga. Jivago s'emballe et passe en contre-piste semant une belle panique. Et Brutus arbitre avec vigueur jusqu'à la victoire de Zekraoui. Restait Oscar pour départager les Arlésiens. Pétillant et généreux, le taureau de La Galère permet à Gleize de faire partie de la remise des prix.

Le public étouffé par la chaleur, galvanisé par la lutte pour la victoire, électrisé par la tension de la piste, s'est déchaîné voire défoulé... mais n'a pas lâché un instant le fil de la course. Ce fut éprouvant, stressant, parfois émouvant et toujours intense. Une vraie Cocarde d'Or !

Bravo Youssef, bravo Joachim et bravo à l'incroyable Daudet, meilleur taureau de la course.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS MALI ET CHRISTIAN ITIER

CAPELADO

 arles,83e cocarde d'or,youssef zekraoui,daudet de fabre-mailhan,course camarguaise

 arles,83e cocarde d'or,youssef zekraoui,daudet de fabre-mailhan,course camarguaise

Le groupe Etoile d'Avenir d'Arles s'est excellemment investi pour une belle capelado soignée et délicieuse. Pleine de jeunesse et axée sur la transmission, une bouffée d'air frais dans la chaleur incandescente de ce premier lundi de juillet.

LA COURSE

 

arles,83e cocarde d'or,youssef zekraoui,daudet de fabre-mailhan,course camarguaise

 

▲ Photo. Maï des Baumelles : à la trompette, un essaim de blancs fond sur lui. Lui attaque. Et Alarcon se fait barouler. Bien sûr il ne sait plus où donner de la tête. Mais, le stratège a une tactique. Il fonce dans le tas. Les blancs déchaînés lui sautent dessus et ce n'est pas qu'une image. Zekraoui et Cadenas déjà affichent leurs prétentions. Maï se démultiplient et repère Khaled qu'il malmène longuement. La 1re ficelle est attaquée à la 8'40. Le taureau arrive à se sortir de l'emprise, harcelé, il se statufie, puis fonce et se soulève aux planches. Rentre une ficelle en musique au terme d'un combat guerrier.

Gavot du Pantaï.- Il joue des cornes et la gauche est un danger permanent. Cadenas et Gros se font toucher. Gavot se cale puis dans la pagaille oblige Belgourari à passer sous l'estribo, quiche Gleize. Froid, change de terrain. Bien sûr, il hôche la tête souvent mais se sert parfaitement de ses talents d'escrimeur. Cadenas lui tire une belle longueur le long des planches, un exploit dans ce désordre. Zekraoui cumule les points. Soulé, Gavot finit statique et rentre une ficelle. 2 Carmen en course.

Angelo (Raynaud).- Lui, la Cocarde d'Or, il s'en fout et dédaigne cette armée de raseteurs qui le harcèle. Stoïque, il laisse passer. Cadenas l'intéresse quand même pour une paire de passes. Mais les minutes passent et le beau Angelo dédaigneux, rentre ses ficelles.

Daudet de Fabre-Mailhan.- Littéralement assailli, il fait ce qu'il peut, fuse et raccompagne méchamment. Desserre l'étau en prenant le large et pointe après Moutet, ponctue sur Cadenas parti à l'attaque avec détermination (frontal et 1re ficelle). 7 minutes les premiers attributs. Se rebelle et se bat avec vigueur prenant des dizaines de rasets mais trouve la ressource de faire la planche après Belgourari, Cadenas. Sans répit, il riposte, jusqu'à soulever Aliaga. Un combat titanesque dont il sort avec une ficelle. 6 Carmen et retour.

Jivago (Blatière-Bessac).- Lance sa prestation par une offensive dans la contre-piste bondée. Panique à bord. Cadenas, lui, est de toutes les interventions (coupe, cocarde, 1er gland), jusqu'à prendre carrément le taureau par la corne, pleine piste, et le coucher.... Jivago arpente la piste, et frappe aux planches (Zekraoui, Cadenas, Chekade). Les blancs ne lui font pas de cadeau et il rend coup pour coup. Choppe  Zekraoui sur une fusée aux barrières, se soulève après Miralles. Robert lève le gland de derrière la barrière... "ça ne compte pas", annonce le président Claude Chevalier, imperturbable sous les harangues plus ou moins civiles des raseteurs remontés comme des coucous. Pour Jivago, les dernières minutes sont difficiles éreintés par les assauts toujours répétés. Mais il rentre son unique ficelle avec 5 Carmen et retour. Cadenas a refait son retard sur Zekraoui, les deux hommes sont à 1 point d'écart.

Brutus (Lautier).- La bagarre est à son paroxysme, Brutus tient pied, change de terrain, et essaie de répondre à tout. Il arbitre le duel droite-gauche, Cadenas-Zekraoui, avec une paire de conclusions dangereuses. Cadenas fait le forcing avec de superbes rasets, dans les cornes. La ficelle est à 1700€. Youssef avec sang froid a fait la coupe et le frontal. Avec deux points d'avance, il peut lever les bras au ciel, la 83e Cocarde d'Or est à lui. Brutus, lui, épuisé, rentre ses ficelles en musique (+ 2 Carmen pendant).

Oscar (La Galère).- Il lui reste à départager les Arlésiens Gleize et Mebarek. Brillant et généreux avec des actions spectaculaires, il permet à Gleize de faire partie de la remise des prix. 6 Carmen et retour.

LES HOMMES

Outre Zekraoui et Cadenas, Aliaga fait partie des combattants les plus en vue. Par moments Belgourari, Ouffe, Gleize sont sortis du paquet où le cascadeur Alarcon se fait encore remarquer. Heureusement, il y avait une bonne étoile sur les raseteurs de cette Cocarde où malgré de sévères corrections, aucun blessé grave n'a été à déplorer. Youssef a parfaitement géré son temps, marquant sur les premier et deuxième cocardiers des points essentiels. Avec sang froid et détermination, il a géré sachant attendre et lever les attributs au bon moment sur les bons conseils de son tourneur Frédéric Jockin. Une belle équipe récompensée. Cadenas, avec moins de stratégie, s'est battu comme un lion. Audacieux, doué et téméraire, le jeune Joachim laisse espérer aux aficionados de futures joutes enthousiasmantes.

****************

Les commentaires sont fermés.