Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/07/2015

RASETEURS

Mardi 21 juillet 2015 - A mi-saison

Chance !

Au fil des courses, de nouvelles têtes sortent des rangs

Raseeurs,courses camarguaisesIls rasètent sans calcul, se livrent aux taureaux. Corps et âme. Ils dessinent sur le sable des arabesques captivantes et provoquent des éclats réjouissants. Pas d’arrière-pensée pour ces crocheteurs qui emballent les cocardiers et tiennent le public en haleine. Dans la chaleur de cet été 2015, la chance sourit à la course camarguaise. Si, si ! Ne boudons pas notre plaisir. De frémissements prometteurs aux jours de gloire, nous les avons espérés. Ils sont au rendez-vous, réjouissons-nous!

Certains ont mis du temps à mûrir, tous payent le prix fort de leur passion et cumulent coups, plaies et bosses. La corne a frappé mais n’a jamais modéré leur don de soi. Mehdi Belgourari, Ziko Katif, Youssef Zekraoui, Sofiane Rassir, Jérémy Aliaga, Maxime Favier et l’incroyable Joachim Cadenas.

Une nouvelle génération se lève qui fait honneur à ses aînés et poursuit la longue chaîne des rasibles valeureux. Une chance pour le public qui, dans la grisaille de certains après-midi, profite de ces bulles de bonheur pur. Des hommes en blancs qui transmettent leur plaisir avec témérité, spontanéité. Ils nous font peur, nous étonnent, nous séduisent quand au plus près des cornes, ils aimantent les taureaux. Quand avec panache, ils entrent dans le périmètre de vérité délimité par la bête. Quand complices du barricadier, ils offrent des corps à corps explosifs.

Tous ne sont pas des compétiteurs, certains ont la main sûre, d’autres cumulent les qualités... L’un a le “duende”, l’autre “l’œil du tigre”, celui-ci est artiste, un tel plus tenace, celui-là plus acrobate... Mais tous, quand plus rien ne va en piste, quand les cocardiers s’inscrustent, quand les blancs calent, eux rasètent encore et encore... 

La course camarguaise a besoin de tous ses raseteurs. Des cadres expérimentés, bien sûr, mais aussi de jeunes qui amènent une nouvelle flamme. En piste, ce n’est pas la fête tous les jours, ce n’est rien de le dire... Alors ne ratons pas les pépites quand elles brillent, là, sous nos yeux.

MARTINE ALIAGA
PHOTO C. ITIER

 

Les commentaires sont fermés.