Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/07/2015

AMBIANCE *SOMMIERES*

Sommières en fête jusqu’au 2 août

Chaud chaud le public !

 sommières,ambiance,course camarguaise

Le Vidourle en contrebas promène une escadrille de canards ; sur l’esplanade, la file s’étire devant les guichets du CT Lou Carmen. Il est 15h les premiers spectateurs piaffent à l’entrée des arènes. 16h, les gradins sont pleins, le président de course envoie : « Serrez-vous un peu que tout le monde puisse s’asseoir », et lance la capelado des élèves raseteurs sommiérois, scandée par un public déjà réceptif. Deux jeunes cocardiers coopératifs et volontaires, pour des jeunes qui, sous les encouragements, tiennent à raseter au mieux. L’ambiance est là.

sommières,ambiance,course camarguaise16h30, jambes pendantes pour mieux ressentir les frissons quand les cocardiers basculent en contre-piste, c’est la cohue sur les premiers rangs. Au sortir des escaliers, entre deux platanes, les derniers arrivés s’organisent.

Les deux premiers taureaux ne transmettent pas beaucoup d’émotion, le travail des raseteurs est brouillon, les gradins réagissent et roumèguent…

Le suivant, lui, capte d’entrée l’intérêt. Agressif, il pète les planches, s’envoie sur les hommes, bouscule un raseteur au saut. Les spectateurs tremblent, crient… Les touristes sont ébahis. Le biou en attrape un par la basket, les clameurs s’intensifient… Le raseteur revient en piste, c’est l’ovation.

sommières,ambiance,course camarguaiseUn cocardiers réticent déclenche les huées des uns, les autres s’indignent « On ne siffle pas un taureau… ». Le manadier manifeste sa réprobation, et tout s’enflamme… Pas trop longtemps.

Voilà le suivant qui sort et généreusement participe, les bravos à nouveau résonnent. Le taureau d’après se joue des barrières, saute à tout va. Les "jambes pendantes" sont aux premières loges. Certains rient jaune, la plupart sont ravis. Ils sont venus pour ça. Quant au dernier biou, porteur d’une devise aux couleurs chères aux Sommiérois,  pétillant et joueur, il fait l’unanimité et a droit à une réjouissante ovation… « C’est bien passé, finalement… », exprime un connaisseur qui, bien sûr, sera à nouveau là demain.

Voilà à Sommières, c’est comme ça ! Le public y est chaud bouillant, la course camarguaise bien vivante… Profitez-en tous les jours jusqu’à dimanche.

Texte et  photos
MARTINE ALIAGA

Les commentaires sont fermés.