Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/10/2015

REMOULINS *JUBILE*

Samedi 24 octobre 2015

Fabien : jamais sans les taureaux

Ce samedi, le raseteur Grammatico rangera sa tenue blanche et endossera celle de manadier au Joncas à Saint-André-d’Olérargues

fabien grammatico,raseteur,manade du joncas,course camarguaise« Ma tête voulait encore mais mes jambes ne suivaient plus, je ne peux plus faire les rasets que j’aime, alors j’arrête la piste », explique Fabien Grammatico. A 36 ans, le raseteur analyse brièvement sa carrière : « J’ai raseté pour me faire plaisir, je me suis adapté à tous les taureaux, j’ai eu la chance de me mesurer à Tristan, Virat, Camarica... J’ai levé des attributs sur chacun ». Pas de regret, au terme de 20 ans de carrière, juste le constat, « Je suis fier de mon parcours mais à partir de 2002, j’ai enchaîné les blessures (cheville, genou, poumon, hématome au crâne NDLR), je n’ai plus fait de saison complète ». Dommage, car le droitier est doué, en témoigne son itinéraire : 1995, débuts à l’école de raseteurs de Saint-Rémy puis de Saint-Gilles. En 1997, courses de protection (Ligue). 1999, Fabien se classe 5e au Trophée de l’Avenir, 2e en 2000. A son actif, entre autres, Palme d’Argent, Trophée des Charretiers, Gland d’Or, Margueritte d’Or... 2001 est certainement son année majeure, pour preuve sa victoire à la Cocarde d’Or encore dans tous les esprits avec Sabri Allouani pour concurrent et Perolen de Ribaud en arbitre. Sa présence aux As fait le bonheur des organisateurs et du public qui apprécie son style sobre, courageux et efficace. A partir de 2008, c’est le Trophée des Raseteurs qui va profiter de ses qualités de crochetteur et d’homme droit dans ses bottes, respectueux de ses engagements.

Parallèlement, Fabien voue une passion à l’élevage. En pleine ascension crochet en main, le rasible devient aussi gardian à la manade du Joncas (2000-2006) et noue avec le manadier Patrice Brouillet, une relation toujours pérenne. 

Ex-raseteur, néo-manadier

En 2014, les affaires se concrétisent avec des projets d’installation à Saint-André-d’Olérargues. « Patrice souhaitant prendre du recul, alors je me suis investi, je me charge désormais des taureaux. Il a créé une race, nous avons la même vision de la sélection. Et comme je connais les familles, je vais, autant que possible, essayer d’améliorer les qualités des cocardiers ».

Le néo-manadier sait qu’il peut compter sur les taureaux déjà prêts : « les 800 et 900 fonctionnent et il y a du matériel derrière ». Reste à trouver la confiance des organisateurs. Rien d’insurmontable pour les nouveaux Joncas qui vont certainement profiter des liens tissés par le raseteur. Du travail en perspective, une aubaine pour Fabien : « Avoir ces projets-là, ça va m’aider à quitter ma tenue blanche, la manade m’occupe et me fait passer à autre chose. Heureusement, car je pense que ça va être dur de ne plus préparer mon sac le dimanche... ». 

Samedi, à Remoulins où là aussi les liens sont forts avec l’Union taurine, Fabien Grammatico a donné rendez-vous à tous ses amis raseteurs, «ceux avec qui j’ai partagé des choses en piste ». 

A partir de 14 h, il y aura des emboulés puis la course en pointe. « J’ai pris des taureaux agréables pour que tout le monde se régale et que ce soit la fête ». Et au final, Fabien invite à trinquer lors d’un vin d’honneur.

MARTINE ALIAGA

Samedi 24 octobre, à partir de 14 h, 8 €, 2 taureaux emboulés et la course avec : Le Joncas : CHAUBET - FORAIN - Guillierme : AUZIAS - La Galère : NUMA - Blatière-Bessac : DINGO - Plo : TARPON - Fournier : LANSAC - Pla : BATISTOU. Raseteurs : assurés.

 

Les commentaires sont fermés.