Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/11/2015

LES SAINTES-MARIES-DE-LA-MER

Samedi 14 novembre 2015

La dernière enfermée de Garlan

les saintes-maries-de-la-mer,course camarguaise

Lucas Faure a eu beaucoup de chance de s'en sortir sans trop de mal

Les Saintes-Maries-de-la-Mer, le CT Boisset et la manade des Baumelles ont mis le paquet pour que la dernière course de Garlan soit un hommage rendu à son extraordinaire carrière et un souvenir impérissable. Dès le matin, la foule se pressait aux Baumelles pour le tri de la course, tout comme les spectateurs faisant la queue aux arènes dès 12h30. Et sous les températures estivales, ce sont des gradins pleins qui accueillaient la pena La Gardounenque, les groupes folkloriques et l'équipe de Renaud Vinuesa, les couleurs blanc, gris, rouge flottant en devises géantes. Beaucoup d'émotion dans les discours retraçant les années "Garlan", et dans les paroles d'un manadier - Joël Linsolas - toujours émerveillé par "Ce taureau pas comme les autres" et pour qui en ce jour "le spectacle est terminé".  La belle histoire entre ces deux-là n'est, elle, pas finie mais elle se poursuivra désormais dans l'intimité de la manade. Belle retraite Garlan !

La course

Regain.- Au petit trot sans forcer, distribue quelques séries, pousse quelquefois aux planches. Un petit rythme, rentre ses ficelles. 1 Carmen et retour.

Artemis.- Offensif, il part souvent en chasse. Utilise tout le pourtour et suit jusqu'au ras des planches. Cadenas pleine piste pour une trajectoire trépidante. Jusqu'au bout avec Ouffe. Comme Regain, il balance souvent les cornes à la rencontre surtout à droite. En revanche, s'engage fort avec les gauchers (Four, Ouffe). 13 minutes, 5 Carmen et retour.

Attila.- Se livre, suit jusqu'aux planches sur les rasets engagés avec conclusions mais de nombreux sauts lui font rendre une copie brouillonne. Rentre une ficelle. 

Rodin se joint à la fête pour reformer quelques minutes son duo avec Sabri Allouani. Le bougre, à 16 ans, il sonne la charge sur une longueur. Applaudissements nourris.

Garlan se laisse admirer le temps de lire son palmarès long comme trois bras. Prend vite position, renvoie Auzolle, Four au loin. Mais à la 4', anticipe Faure, le bouscule, et le malmène, heureusement sans mal. L'animal a encore frappé. Dans la foulée, Cadenas se fait embarquer à la limite de l'accrochage. Garlan c'est Garlan, à 15 ans, il est toujours maître sur son terrain. Faure encore, Allouani, Four... S'il ne démarre pas à tous les coups, sa sortie sur Cadenas est impressionnante, tout comme ses ripostes sur les derniers rasets du jeune raseteur. Et l'air du cocardier joue longtemps pour accompagner son dernier retour au toril, sous les applaudissements du peuple de bouvine debout.

Aioros.- Des poursuites serrées (Faure, Aliaga, Cadenas), des séries conclues (Allouani), Faure obligé de rentrer les reins. Cadenas et sa façon de rester dans le berceau des cornes fait passer le frisson. Aioros enchaîne à vive allure, Sabri passe de justesse, Cadenas idem. Cornes pointées sur Aliaga. 10' les rubans. Domine et rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour.

Optimus.- Début un peu décousu vu les circonstances (malaise en contre-piste, puis chute dans les gradins). Un peu esseulé, Optimus baroule, saute. Mais quand ça démarre, les ripostes sont pleines de fougue. Tour à tour Four, Auzolle, Cadenas, Ciacchini, Allouani sont énergiquement expédiés au-delà du pourtour pour un final tout en musique, les glands à la maison.

MARTINE ALIAGA

PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Les commentaires sont fermés.