Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/12/2015

FFCC (suite)

ffcc,batifort,vote statuts,course camarguaise

Lundi 21 décembre 2015 à Fourques : les adhérents ont voté


Les nouveaux statuts recalés

ffcc,batifort,vote statuts,course camarguaise

Les licenciés signent les listes d'émargement

Lundi soir à Fourques, à 21 h 25, les résultats du vote des licenciés tombent de la bouche du président Gérard Batifort : à la première question sur la modification des statuts, c’est non ; oui, en revanche, pour le budget prévisionnel.
Dans un brouhaha indescriptible, les chiffres semblent erronés (les totaux ne correspondant pas) mais la déclaration officielle est faite. Alors...
Retour sur une soirée où l’imprécision et l’amateurisme ont prévalu.
Dans une salle Georges-Brassens bondée, aimablement prêtée par la municipalité de Fourques, les émargements, vérifications de pouvoirs et procurations puis votes se déroulent jusqu’à 20 h. Deux questions sont posées. La première portant sur un changement de statuts pour intégrer un fonctionnement collégial, requérant l’approbation du 2/3 des votants. La seconde, sur le budget 2016 (augmentation des licences, etc.) ne demandant - selon les statuts FFCC - que la majorité des votes.
Avant de passer au dépouillement, Maître Gilles attestait, dans une prise de parole très applaudie, que les nouveaux statuts proposés n’étaient pas contraires au code du sport, ce qui a été confirmé par Sandrine Douceur du ministère concerné. Le juriste s’est vigoureusement élevé contre les « assertions calomnieuses faites à son encontre » semant le doute sur la véracité de ses propos. Mettant les licenciés devant leurs responsabilités, il martelait avec conviction : « On n’a pas le droit de laisser partir la course camarguaise à vau l’eau. Il faut que l’intérêt général passe avant l’intérêt particulier... » Applaudissements.
20 h, le dépouillement commence. Il durera 1 heure 20. Le président Batifort annonce les chiffres (voir ci-dessous) mais des voix s’élèvent déjà pour souligner que les bulletins sont « mal foutus », que leur interprétation donne lieu à litige... Et avec le bruit ambiant, peut-être les scrutateurs ont-ils fait des erreurs. Il est décidé de recompter. A 22 h 50, d’autres chiffres tombent (ils resteront non officiels puisque les premiers résultats ont été proclamés). De toutes façons c’est “non” qui l’emporte. La messe est dite.
31 voix d’écart
La majorité des licenciés présents est partie, il reste encore une cinquantaine de personnes - beaucoup de jeunes - autour des tables de dépouillement pour passer au peigne fin les listes d’émargement. Certains parlent de recours... Tous critiquent l’organisation peu fiable du vote. D’autres vitupèrent après l’AGNS votant “non” comme un seul cavalier, et contre certains clubs taurins qui, pour ne pas se sentir assez représentés dans le nouvel organigramme proposé, ont fait capoter l’affaire.
En résumé, comme d’habitude, rien n’est clair et net. Le peu de voix (une trentaine) de différence faisant pencher la balance contre les nouveaux statuts, attise les rancœurs et pose de nouvelles questions.
Quels seront les hommes en place dans le comité directeur, après les démissions déposées hier dans la journée, dont celle du président (lire ci-dessous) ? Quelle gestion va être mise en place ? Encore une fois l’incertitude est de mise. Et la course camarguaise renvoie l’image d’une pétaudière ingérable.
A la veille de Noël, voilà un cadeau empoisonné dont les gens de bouvine se seraient bien passés.


MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER


LE PRESIDENT GERARD BATIFORT DEMISSIONNE


ffcc,batifort,vote statuts,course camarguaiseMardi, à 16 h, Gérard Batifort a démissionné de son poste de président de la FFCC. « J’ai réuni le bureau fédéral, et j’ai démissionné. Je n’ai qu’une parole et je l’avais annoncé à Vauvert le 22 septembre si les perspectives d’un redressement et d’un nouveau fonctionnement de la FFCC n’étaient pas envisageables ». L’ex président a remis au secrétaire Lucien Pallix, les dossiers, « à lui d’informer le ministère qui donnera la conduite à tenir et la préfecture ». Ni aigri ni amer mais usé après « ces trois mois compliqués», Gérard Batifort souhaite bon courage à l’équipe en place. Il poursuit : « Si j’ai été déçu, c’est cet été, après la découverte des problèmes comptables. J’aurais aimé aller au bout de mes 4 ans de mandat puis laisser la place aux jeunes. Mais ils m’ont usé, chacun veut faire à sa manière... ».
Quant à la suite de la FFCC : « Grâce à l’argent récolté pour l’instant, les salaires sont assurés... Les assurances - entre autres - ont accepté de reporter leurs échéances... Après, je ne sais pas, c’est à l’équipe en place de décider ».

Hier, au moins 7 personnes du comité directeur auraient démissionné.


LE GROUPE DE TRAVAIL COMMUNIQUE

Le groupe de travail tient à remercier l'ensemble des adhérents, manadiers, clubs taurins, présidents de course, délégués, organisateurs, adhérents directs, organisateurs privés, gardians professionnels... pour le vote de confiance exprimé lundi à Fourques. Celui-ci représente 64,5% des votes exprimés et 73% hors AGNS (association des gardians non salariés).
Les 1 183 bulletins favorables ne représentant pas la majorité des 2/3 des votes exprimés suivant les statuts actuels, n'a pas permis l'adoption des nouveaux statuts. Compte tenu de la situation, la démission - hier - du président Batifort, et de plusieurs membres du comité directeur (manadiers, raseteurs et autres), le groupe de travail, à travers les associations représentées, demande à tous les licenciés de se rapprocher de leur association avant de prendre leur licence.


LES CHIFFRES OFFICIELS


Résultat des votes
Nombre de licenciés inscrits : 2 524. Votants : 1 856. Bulletins blancs ou nuls : 32. Exprimés : 1824.
1re question sur les nouveaux statuts : Pour 1185 - Contre 644. Non adoptée.
2e question sur le budget prévisionnel : Pour 1298 - Contre 449. Adoptée.

*************

22/12/2015

FFCC : VOTE DES ADHERENTS

Lundi 21 décembre 2015 - Fourques

La proposition des nouveaux statuts ne passe pas...
Mais lors du dépouillement
 de nombreuses erreurs sont apparues

Appellés à voter sur de nouveaux statuts et un budget prévisionnel, les adhérents FFCC se sont prononcés, hier soir (lundi 21 décembre) à Fourques. Le non a sanctionné la première question portant sur une organisation à 4 collèges, le oui a entériné les différentes augmentations prévues pour 2016.

Gérard Batifort a annoncé les résultats à 21h30

Statuts : exprimés 1824 - Pour 1183 (il en aurait fallu les 2/3 soit 1216) - Contre 644

Budget :  exprimés 1824 - Pour 1298 - Contre 449

Résultats vite remis en cause par le peu d'écart entre les oui et les non à la 1re question et par l'interprétation des bulletins pouvant prêter à confusion.

Deuxième comptage pour la 1re question des statuts : 1856 votants - 12 nuls et blancs - Pour 1209. Il en aurait fallu 1229 pour que le oui l'emporte.

22h50, les totaux ne cadrent toujours pas... Les listes d'émargement sont repassées... Bref, retour à la case départ , le comité directeur est toujours en place.

La journée va être mouvementée, certains parlaient déjà de recours...

Affaire à suivre.

MARTINE ALIAGA

11:59 Publié dans FFCC | Lien permanent | Commentaires (0)

18/12/2015

FFCC

VOTE A FOURQUES LE LUNDI 21 DECEMBRE


LES LICENCIES DECIDERONT


Plus besoin de quorum pour cette nouvelle assemblée générale.


ffcc,comité de pilotage,vote du 21 décembre,course camarguaiseCette fois, il n’y aura pas besoin de quorum pour voter. Lundi 21 décembre à Fourques, les adhérents de la Fédération française de course camarguaise qui seront présents (ou représentés), décideront de leur avenir. Après une crise non seulement financière mais aussi structurelle, et la perte de crédibilité tant auprès des licenciés, des collectivités territoriales que d’éventuels sponsors, la FFCC se trouve à un tournant vital. Le premier challenge sera de trouver au plus vite de l’argent qui permette de payer les salariés et de renflouer les comptes au 31 décembre. Le second, de fédérer et remettre en ordre de marche toutes les parties prenantes de la course camarguaise pour caler la saison 2016. Et à court terme de dégager un autofinancement avant de travailler sur des projets qui pourraient alors être subventionnés. Après les travaux du comité de pilotage (lire les explications ci-dessous), largement exposés aux assemblées générales de Saint-Gilles (18 novembre) et Fourques (4 décembre), lundi prochain, deux questions seront posées aux adhérents : oui ou non pour le changement de statuts avec, notamment, le fonctionnement par quatre collèges ; oui ou nom pour le budget prévisionnel 2016. A chacun d’approfondir les solutions proposées, comprendre les enjeux et de voter en son âme et conscience.


Texte et photos
MARTINE ALIAGA


Assemblée générale ordinaire, à Fourques, le 21 décembre, à partir de 18 h, salle Georges-Brassens.


COMMUNIQUE : LE GROUPE DE TRAVAIL
FAIT LE POINT SUR LA SITUATION


« Pas d’avenir sans refonte des structures»

ffcc,comité de pilotage,vote du 21 décembre,course camarguaise

Une partie du groupe de travail
lors de l'assemblée générale à Saint-Gilles


Lors de l’AG extraordinaire du 4 décembre à Fourques, le quorum n’ayant pas été atteint (75 voix manquantes) celle-ci a dû être programmée 15 jours minimum après la date initiale comme le prévoient les statuts de la FFCC. De ce fait tous les licenciés sont appelés à voter le Lundi 21/12 à Fourques à partir de 18H.
Pour rappel seul les membres à jour de leur cotisation peuvent voter et ne peuvent détenir plus d’un seul pouvoir à l’intérieur de leur collège. La licence est obligatoire pour participer au vote.
Le groupe de travail tient à préciser que le projet de statuts présenté au vote a été validé par le représentant du ministère des sports contrairement à ce que certains peuvent écrire. Cette validation du ministère ayant été annoncée officiellement par Maître Gilles le 04/12 lors de l’AG extraordinaire de Fourques.

La volonté d’une équité entre tous les acteurs de la course camarguaise a été retenue à l’unanimité et souhaité par l’ensemble des collectivités territoriales ainsi que par le ministère. L’équité entre les différentes parties prenantes de la course camarguaise permettra une meilleure lisibilité des actions de la Fédération et un consensus partagé des décisions prises. Le projet définitif des statuts présenté au vote prend en considération les doléances de plusieurs clubs taurins. Le 3e collèges sera composé d’un CT membre de l’ UCTI, un ACTO, un UCTPR et 3 autres au niveau départemental.
A ce jour la situation financière est sans précédent, les salaires des employés ne pouvant être assurés fin décembre et de nombreux rejets de paiement de notre banque ont eu lieu. (Assurance, URSSAF, informatique, etc.) Des solutions à court terme existent mais ne pourront se mettre en place qu’après une approbation des nouveaux statuts et d’un budget prévisionnel réaliste pour 2016. Les différents partenaires financiers de la FFCC, ne veulent plus soutenir une structure non représentative de ses membres au sein même des instances dirigeantes. Certains représentants d’entre eux l’ayant annoncé à la tribune lors de L’AG extraordinaire du 04/12.
L’ensemble de ce projet (statuts, finances, validation ministère) a été présenté lors de l’assemblée générale extraordinaire du 4 décembre à Fourques.
En cas de rejet de l’un des 2 votes, le groupe de travail informe que sa mission sera terminée au soir du 21/12. Le président Gérard Batifort fera constater l’état de cessation de paiement, présentera sa démission et un dépôt de bilan pourrait devenir inéluctable. Notre Fédération sera alors mise sous tutelle avec une période d’observation de 6 mois maximum. Qu’adviendra-t-il du début de saison avec un représentant du ministère et l’équipe en place élue jusqu’en 2017 qui n’a plus aucune crédibilité vis-à-vis des collectivités territoriales, des partenaires et des acteurs de la course camarguaise. Une gestion catastrophique des finances depuis plusieurs années et qui depuis plus de 3 mois est restée silencieuse sans apporter la moindre solution ni même s’inquiéter de l’avenir immédiat de ses salariés mis a part son Président conscient de la gravité de la situation.
En cas de disparition de la FFCC et cela peut se produire, seules des courses en privé pourraient être organisées avec l’aval des préfectures sous forme de spectacles. Ceci impliquant une assurance privée, des charges URSSAF et TVA, des contrats identiques aux intermittents du spectacle. Combien d’organisateurs auront les moyens de cela ? Et pour ceux qui le pourraient l’obligation d’augmenter considérablement le tarif des entrées pour faire face à ces nouvelles dépenses ceci pénaliseraient le public qui passe aux guichets. Plus grave encore la disparition de nombreux clubs taurins qui pénaliserait les acteurs que sont les manadiers et les raseteurs mais aussi toute l’activité économique liée autour des manifestations taurines.
La volonté du groupe de travail est de maintenir cette activité, de faire perdurer nos traditions, afin de donner un avenir à notre course camarguaise, patrimoine que nos anciens nous ont transmit et que nous voulons tous. N e laissons pas nos querelles de clocher mettre à mal cette passion qui nous anime. Chacun trouvera sa place dans la future structure, car la course camarguaise ne perdurera qu’avec l’ensemble de ses acteurs indispensables et indissociables de notre tradition. Pour cela il est impératif que ces propositions soit adoptées lors du vote du 21/12.
En cas de vote positif, un calendrier des échéances électorales sera diffusé conformément à la législation du ministère des sports.
Il est à noter que l’ensemble des associations reconnues (manadiers, raseteurs, APCC présidents de course, ACTO, Trident d’or, UCTPR, ) ont approuvé le projet dans sa totalité lors de la réunion du 14/12 au siège de la FFCC.
Pour toutes ces raisons, le groupe de travail appelle l’ensemble de ses licenciés à voter en faveur des ces propositions lors du vote du 21/12.

*****************

MANADIERS DE LA RACO DI BIOU

Vendredi 11 décembre 2105, à Lattes

Toutes les facettes du métier

MANADIERS1.jpg

L’élevage, la course camarguaise, l’AOP en passant par la PAC
et la FFCC, tout est lié

MANADIERS2.jpgAlors que les brumes matinales s’estompent sur les étangs palavasiens et lattois, l’ambiance dans la grande salle du mas de Fangouse est studieuse.  Les manadiers de l’AMERBCC, reçus par la manade Michel pour leur assemblée générale, ont abordé tous les sujets propres au métier : en priorité la PAC (politique agricole commune) et la FFCC. En préambule, le président Jacques Mailhan avait présenté « les demandes particulières des éleveurs de la Raço di biou liées à la réforme de la PAC ». Visiblement après quantité de réunions avec les autorités compétentes - à ce jour (vendredi 11 décembre) et dans l’attente d’autres rendez-vous complémentaires -  les spécificités de l’élevage camarguais ne semblent pas prises en compte.

MANADIERSATTIAS.jpgSébastien Attias (directeur du Groupement de défense sanitaire et responsable du pôle élevage à la chambre d’Agriculture des Bouches-du-Rhône) a souligné «  la complexité des dossiers à monter appelant une extrême vigilance », il a annoncé : «  des contrôles sur les surfaces déclarées avec risque de pénalités financières graves ».  Les manadiers demandent donc une année transitoire et poursuivent les négociations.

Les problèmes sanitaires ont aussi été abordés. Tout d’abord l’épisode fièvre catarrhale du printemps 2015   « même si nous avons, en unissant nos forces, réussi à sortir rapidement de cette crise, insiste Jacques Mailhan. Actuellement, l’ensemble de nos départements taurins se situent en zone réglementée, il n’y a pas de problème de circulation des taureaux à l’intérieur ». Propos détaillés par Sébastien Attias : « Nous avons eu cette alerte au printemps, qui a impacté 110 000 brebis et 12 000 bovins, le problème a été réglé mais nous avons eu chaud. Au niveau de l’IBR, nous essayons de trouver un protocole alternatif pour rester dérogataires… » Plus optimiste sur la tuberculose : « On  n’en entend presque plus parler, vous avez réussi à assainir les cheptels ».

La crise fédérale a évidemment fait partie des débats. Les manadiers ont participé au groupe de travail mis en place : « pour éviter le dépôt de bilan et le retrait de l’agrément du Ministère des Sports, et, à moyen terme, de construire l’avenir, explique Jacques Mailhan. Je m’inquiète de l’approbation des nouveaux statuts et du budget prévisionnel par les adhérents qui voteront lundi 21 décembre à Fourques. La course camarguaise est en péril, cela ira très vite pour que la FFCC perde l’agrément, ce sera plus long et compliqué pour le reprendre». Invités à apporter leur éclairage de la situation Christian Bigout, expert comptable et réalisateur de l’audit, Icham Fadli et Hadrien Poujol, représentants les raseteurs, n’ont pas dit autre chose. A leurs yeux, il faut qu’une nouvelle organisation se mette en place à la FFCC sous peine d’impacter l’organisation des courses.

Comme un baume sur les problèmes, le succès de l’AOP viande de taureau Camargue a été salué par Magali Saumade présidente de la structure. L’AOP fêtera ses 20 ans en 2016 et demande un élargissement de son périmètre (lire ci-dessous). Olivier Roux, représentant la Sté Alazard et Roux a lui aussi souligné, « la bonne image de l’AOP, à laquelle les abattoirs de Tarascon apportent toute leur vigilance. Il faut protéger la filière, nous, nous jouons la transparence… » malgré des bémols (l’histoire des abattoirs d’Alès qui a eu des conséquences néfastes tout autant que la campagne sur les côtés nocifs de la consommation de viande).

Au final, les manadiers devront rester vigilants car, conclut Jacques Mailhan : « la saison 2016 va être chargée. La colère gronde sur le terrain pour défendre nos intérêts sur l’application de la PAC et, d'autre part, assurer la continuité de la course camarguaise  en votant “oui” lundi prochain à Fourques. Tenons-nous prêts pour, tous ensemble, relever le défi de l’année qui arrive ».

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

AMERBCC : Association des manadiers éleveurs de la raço di biou pour la

Renouvellement du tiers sortant : les manadiers  Emmanuel Lescot et Guillaume Linsolas sont démissionnaires et Frédéric Lescot ne se représentant pas sont élus : Iris Lafon, Hugues Clavel et Jean-Pierre Fournier.

LES 20 ANS DE L’AOP

MANADIERSMAGALI.jpgMagali Saumade a fait le point sur l’AOP viande de taureau Camargue qui fêtera ses 20 ans en 2016 : « La révision du cahier des charges est lancée  avec une demande d’élargissement du périmètre ». La manadière a rappelé le poids économique de l’AOP et de ses 90 éleveurs et l’image valorisée du territoire qu’elle défend. « Notre démarche est saluée par la France entière. L’appellation pérennise nos terres, notre culture et notre économie. » Et si le cahier des charges définit la localisation des troupeaux, la race, le mode d’élevage, les différents registres à tenir,  elle stipule aussi la participation des taureaux aux jeux taurins. « L’appellation marche bien, insiste la manadière, mais elle est aussi tributaire de la bonne continuation de la course camarguaise, donc de la FFCC ».

*****************

LA MANADE MICHEL RECEVAIT LES MANADIERS

MANADIERSAG2PHMALI.jpg

Entourant le président de l'AMERBCC Jacques Mailhan, Robert, Christine Michel et les enfants.

16/12/2015

FFCC

FFCC

Nouvelle convocation
en assemblée générale ordinaire des adhérents
le lundi 21 décembre, à partir de 18 h
salle Georges-Brassens à Fourques.

Ordre du jour : 18h-20h, signature émargement, vérification des pouvoirs et procurations, et vote sans condition de quorum.
Vote portant sur :
- la modification des statuts avec application immédiate incluant le délai de convocation d’une nouvelle assemblée générale à cet effet.
- le budget prévisionnel 2016.
20 h, dépouillement et proclamation des résultats.

11:35 Publié dans FFCC | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ffcc, vote, course camarguaise

14/12/2015

9e CHARROI DES OLIVES

Samedi 5 décembre 2015

De Saint-Geniès-des-Mourgues à Villevieille
le journal de bord d'un marcheur

Quand se réalisent les rêves

sommières,saint-christol,villevieille,charroi des olives,courses camarguaises

2 heures 30 ce matin, devant le mas une dizaine de silhouettes s’affairent, autour de 3 attelages, à la lueur des lampes. Les dernières vérifications faites, le chef de convoi demande l’extinction des lampes afin que les bêtes se familiarisent avec l’obscurité. Puis c’est le départ. Une à une les équipes s’enfoncent sous les pins, dans une nuit sombre, le ciel est couvert et quelques gouttes viennent s’abattre sur les lève-tôt. Il ne faut pas compter sur la clarté de la lune.

sommières,saint-christol,villevieille,charroi des olives,courses camarguaises

A la sortie de la pinède, un oiseau de nuit siffle, derrière la clôture un taureau meugle, la charrette, chargée de la récolte d’olives, craque et balance dans les ornières du chemin. Les participants parlent à voix basse, comme pour ne pas déranger cette nature qui vient de nous saisir.

sommières,saint-christol,villevieille,charroi des olives,courses camarguaises3 heures 15, nous avons retrouvé la civilisation et ses lumières. Nous sommes au rendez-vous de Saint-Génies-des-Mourgues. Là nous attendent 6 à 7 équipages et une assemblée de marcheurs. Les bénévoles qui préparent le Téléthon du lendemain, se sont eux aussi levés de bonne heure pour nous servir un café bien chaud, avant la poursuite de notre épopée. Le chef de convoi, rappelle les consignes et rassure les marcheurs sur les allures des chevaux.

4 heures sonnent au clocher du village il est temps de se remettre en route pour le moulin à huile de Villevieille, via l’ancienne gare de Saint-Christol.

Durant les premiers kilomètres les chevaux sont agités, ils avancent à un rythme soutenu. Les marcheurs sont distancés. Sur le premier replat la caravane stoppe, les marcheurs nous rejoignent. C’est maintenant une colonne étirée sur plusieurs centaines de mètres qui chemine dans la nuit. Les discussions s’engagent et avec quelques liqueurs de derrière les fagots, et des biscuits maison, l’ambiance monte.

sommières,saint-christol,villevieille,charroi des olives,courses camarguaises5 heures 15, sur les anciens quais de la gare de Saint Christol, le feu brûle (cette année il n’est pas vraiment nécessaire vu la douceur de la nuit, mais cela reste un signe de bienvenue). Nous vérifions les harnais, couvrons le dos des bêtes, et prenons un autre café, avec un carré de chocolat ou un morceau de quatre quart. Le temps presse, nous voilà repartis. Après la traversée de Boisseron, nous entrons dans le Gard.

sommières,saint-christol,villevieille,charroi des olives,courses camarguaisesA l’entrée de Sommières, la police municipale nous escorte à travers la ville. Il est 7 heures 30, le jour pointe et la température fraîchie.. Qu’importe nous sommes presque arrivés.

8 heures 15, le moulin est ouvert depuis peu, et un après l’autre les équipages déchargent leur cargaison. Le convoi se reforme direction la cour de l’ancien collège, lieu de restauration des hommes et des chevaux.

sommières,saint-christol,villevieille,charroi des olives,courses camarguaises

sommières,saint-christol,villevieille,charroi des olives,courses camarguaises

sommières,saint-christol,villevieille,charroi des olives,courses camarguaises9 heures 30, il faut rentrer. Sur le chemin du retour, nous passons au milieu du marché puis c’est la descente du pont romain direction la salle des fêtes de Saint-Génies-des-Mourgues.

13 heures, avant de prendre un verre, un chèque en faveur du Téléthon est remis aux bénévoles.

14 heures 30, devant le mas les montures sont dételées, pansées et remises en liberté.

Le Charroi des Olives 2015 vient de se terminer, nous sommes tous fatigués, mais nous parlons déjà de l’an prochain. Avec ou sans, la participation JJ Bourdin, nous n’attendons pas après lui !

Merci aux initiateurs de cette fabuleuse manifestation, aux organisateurs, aux participants, de faire chaque année revivre ces merveilleuses heures du temps jadis.

sommières,saint-christol,villevieille,charroi des olives,courses camarguaises

sommières,saint-christol,villevieille,charroi des olives,courses camarguaises

***********************

 

10/12/2015

AU DOMAINE DES PAVILLONS

manade cuillé,mignon,biou d'or,courses camarguaises

Samedi 5 décembre 2015

Autour de Mignon,
la passion partagée par tous les Cuillé

manade cuillé,mignon,biou d'or,courses camarguaises

MIGNON2015.jpgLa famille Cuillé reçoit. Parents, enfants, conjoints, petits-enfants, filles et garçons, tout le monde est là, attentif et concerné. Visite des taureaux, fête champêtre au Mas des Pavillons... en toute simplicité mais rien ne manque. Ni personne.
Les fondateurs de la manade en 1970 Jean-Pierre, Philippe, Bertrand et Françoise ont laissé place à Pierre, Vincent, Benjamin, Amélie... Mais l’esprit reste le même de génération en génération: patience et transmission. Jean-Pierre Cuillé évoque le travail accompli et le cocardier Mignon - le centre d’intérêt de la journée: «Aujourd’hui, ce sont mes enfants et leurs conjoints qui sont à la tête de la manade. Ils ont tous des activités professionnelles mais vivent leur passion ensemble. Tous ont participé à la carrière de Mignon... Et c’est un très bon taureau. Il a eu la malchance d’être Biòu de l’Avenir, en 2010, la même année que Guépard était Biòu d’Or. Puis il a été blessé. Mais il a retrouvé toute sa place en piste en 2014, avec de très bonnes courses. Ainsi qu’en 2015. Le titre de Biòu d’Or 2015 couronne donc une belle carrière plus qu’une saison exceptionnelle».
Patience et transmission
pourraient définir l’élevage
Le créateur de l’élevage portait des remerciements particuliers à la Commission du Trophée Taurin: «Les membres de la commission ont la lourde tâche de désigner le Biòu d’Or. Comme pour tous les jurys, prendre une décision est difficile. Ce qui est certain c’est que vous êtes des afeciouna et que vous avez délibéré en toute intégrité».
La co-directrice du Trophée Taurin Midi Libre - La Provence, Domynique Azéma brossait alors le portrait élogieux du beau Mignon, évoquant: «sa domination, sa maestria, ses anticipations, bref son intelligence», ne manquant pas d’énumerer les cinq Biòu d’Or et quatre Biòu de l’Avenir de l’élevage et rappelant que «derrière ces taureaux, il y a des hommes et des femmes, toute une grande famille...»
manade cuillé,mignon,biou d'or,courses camarguaisesPierre Cuillé, porte-parole de la génération actuelle, a remercié ses invités: «Aujourd’hui, tout le monde de la bouvine est là. Pour pouvoir célébrer la carrière d’un taureau comme Mignon, il faut qu’il y ait des petites arènes et des grandes». Le manadier élargissait son propos en pointant les problèmes actuels de la FFCC: «Je ne comprends pas pourquoi les acteurs de la course camarguaise sont divisés. Il faut se recentrer sur la Fédé qui nous permet de vivre. Nous devons faire en sorte de maintenir notre culture».
Et devant l’assemblée réunie, l’éleveur concluait par des remerciements aux partenaires et ce vœu qui est allé droit au cœur de Jean-Pierre Gugliermotte et Joëlle Calvet du Team Promotion Midi Libre: «J’encourage Midi Libre et La Provence à perpétuer l’accompagnement de la course camarguaise dans les quotidiens. Nous avons vraiment besoin de vous».

MARTINE ALIAGA

manade cuillé,mignon,biou d'or,courses camarguaises


Cinq Biòu d’Or : Rousset en 1981 et 82. Pythagore en 2000. Guépard en 2010. Mignon en 2015.
Quatre Biòu de l’Avenir : Paco en 1978. Rousset en 1979. Le Fri en 1983. Mignon en 2010.

07/12/2015

FFCC *ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE*

Vendredi 4 décembre 2015

Il faudra retourner à Fourques pour voter

ffcc,ag extraordinaire,course camarguaiseApparemment, pour certains adhérents, la situation de la FFCC n’est pas assez critique pour qu’ils se sentent concernés. Ou alors, c’est sciemment qu’ils n’ont pas émargé à l’assemblée générale extraordinaire, vendredi dernier, à Fourques. Dans ce second cas, ou les propositions de nouveaux statuts et les augmentations à venir ne leur conviennent pas - et c’est la seule réponse qu’ils ont trouvée à leur mécontentement - ou, le but de leur absence était de sanctionner l’actuelle équipe dirigeante et la future, en retardant la possibilité de redémarrage...
Quoi qu’il en soit, il a manqué 75 voix pour que le quorum soit atteint. 1187 membres présents ou représentés présents à Fourques, il en aurait fallu au moins 1262 sur 2524 possibles. Rageant pour ceux qui travaillent depuis deux mois à trouver des solutions, désolant pour les manadiers, raseteurs, membres de clubs taurins qui se sont déplacés prêts à se mobiliser, ridicule et incompréhensible aux yeux des non afeciouna.
Une fois de plus, au lieu de sortir grandi des épreuves, et, fort des nombreuses expériences et crises passées, d’avancer, le monde camarguais s’enkyste de ses mauvaises humeurs, se recroqueville sur d’anciennes histoires... Certes il est bon que chacun puisse s’exprimer et trouve sa place mais être revanchard à l’extrême ne fait guère "avancer le schmilbic"... Quitte à ne rester qu’une poignée, quitte à tout perdre...
Car ne nous y trompons pas, sans fédé, la course camarguaise pourrait prendre une grande claque. Oh oui, certains s’en sortiront... Il y aura encore des taureaux dans les arènes... Oui, en spectacle. Oui, avec l’accord de certains maires ou préfets. Et les autres... Combien de clubs taurins à la trappe... Combien de raseteurs, de manadiers y laisseront des plumes. Et le public ?
Bizarement alors qu’éclosent des raseteurs de talent et que des bons cocardiers pointent leurs cornes, que la saison passée a occasionné quelques moments d’envergure, que certaines arènes ont enregistré de très bonnes entrées... la temporada prochaine est hypothéquée - c’est le cas de le dire !
«Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous mourrons ensemble comme des idiots»... C’est de Martin Luther King et, toute proportion gardée, cela illustre bien la situation.


MARTINE ALIAGA


Une assemblée générale ordinaire de la FFCC qui n’aura besoin d’aucun quorum, se tiendra le lundi 21 décembre, à Fourques, salle Georges-Brassens. Les adhérents présents (ou représentés) voteront pour ou contre les nouveaux statuts proposés (entérinés par le Ministère des Sports) et le budget prévisionnel 2016.

LES DIFFERENTS INTERVENANTS

Malgré ce, vendredi dernier, devant une salle Georges-Brassens bien remplie, les intervenants se sont succédé pour exposer les résultats du travail du comité de pilotage (comme à Saint-Gilles le mercredi 18 novembre) et essayer de convaincre ceux qui ne le sont pas encore. Gilles Dumas, maire de Fourques, a exhorté à « Trouver les bonnes solutions dans l’intérêt général » ; M. Begout, expert comptable, a redonné les chiffres-clés suite à l’audit ; Maître Jean-Pierre Gilles a re-expliqué les nouveaux statuts proposés ; Hadrien Poujol, Jacques Mailhan, Florence Clauzel ont insisté sur les « difficultés actuelles et la volonté de les résoudre tous ensemble ».
Le prêt espéré
n’a pas trouvé caution
Et si le ministère des Sports a accepté la nouvelle organisation et son fonctionnement de quatre collèges après quelques modifications, en revanche, l’espoir de voir Nîmes Métropole (et ses 27 communes) se porter caution d’un prêt bancaire demandé par la FFCC, est tombé à l’eau. L’élu M. Soulas expliquant que les collectivités ne peuvent accorder de garantie d’emprunt aux associations sportives. Mais seulement des subventions sur projet. Retour donc à la situation financière sinistrée de la FFCC. David Grzyb, président du Parc naturel régional de Camargue et élu à la mairie d’Arles, a, lui, mis un peu d’espoir dans le tableau noir fédéral, en soulignant : « Les aides directes des collectivités locales sont possibles au titre du soutien à l’économie locale ». Mais là encore, l’élu demandait à ce que la FFCC passe le cap. Christian Vallat ayant la charge de détailler les augmentations (licences et forfaits sur les courses).
Convaincre encore ceux qui craignent de ne pas écoutés par la nouvelle Fédé, c’était le credo de la soirée. Il reste une dizaine de jours avant de savoir s’il a été entendu et surtout compris.

**************

04/12/2015

FFCC *ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE*

A FOURQUES, vendredi 4 décembre 2015

Ce soir, un vote décisif

Au menu, modification des statuts et budget prévisionnel 2016

ffcc,fourques,ag extraordinaire,course camarguaise

Comme à Vauvert ou à Saint-Gilles dernièrement,
les adhérents FFCC sont appelés à se mobiliser

La crise financière et structurelle que traverse la Fédération française de course camarguaise oblige ses membres, à sauver, en urgence, ce qui peut l’être. Ensuite, à mettre en place un fonctionnement pérenne.
Une remise en question totale imposée après la situation désastreuse présentée par le président Gérard Batifort lors de l’AG du 22 septembre à Vauvert. Ce jour-là (Midi Libre du 24 septembre) les adhérents votaient pour la mise en place d’un groupe de travail chargé de faire le point sur l’état exact des finances et de proposer des pistes pour l’avenir.
Après deux mois de travail, le comité de pilotage conviait les adhérents à Saint-Gilles le 18 novembre pour exposer ses conclusions (Midi Libre du 20 novembre) : résultat de l’audit sur les finances exécuté par Christian Begout, expert comptable ; nouveaux statuts tels que proposés par Maître Jean-Pierre Gilles ; budget 2016 à l’équilibre ainsi que présenté par Francis Trinquier.
Deux questions soumises
à l’approbation des adhérents

Une situation grave qui a mis en évidence l’obligation de toutes les parties de travailler ensemble. Et de fait chacun s’est attelé à la tâche. Comme le dira alors Jacques Mailhan, représentant les manadiers, il faut « s’entendre pour sauver la course camarguaise », propos corroborés par Hadrien Poujol (pour les raseteurs) « on est là pour que la FFCC vive », ou par les représentants des clubs taurins (Christian Vallat et Aimé Hugon) « Ensemble, il faut avancer » et « Ces changements seront faits pour que la FFCC s’autofinance »...
En résumé, les licences et contributions sur les courses seront conséquemment augmentées. Quatre collèges (manadiers, raseteurs, organisateurs et acteurs) représentant toutes les parties prenantes de la course camarguaise seront chargés de travailler en amont. A chacun de choisir ses représentants au comité directeur (six par collège pour un total de 24 membres) qui élira un bureau de 10 personnes.
Ce soir, à Fourques, pour l’assemblée extraordinaire convoquée, aspect financier et modification des statuts feront l’objet de deux votes séparés. « L’idéal est que les deux propositions soient acceptées », espère Gérard Batifort. Avant tout, il faut que le quorum soit atteint. Sinon le vote serait reporté...
La mobilisation des adhérents doit donc être générale. L’urgence de la situation ne peut souffrir d’aucun délai supplémentaire.


MARTINE ALIAGA


Ce soir, salle Georges-Brassens : 18h30-19h30, émargement, vérification des pouvoirs et procurations. 19h30-20h30, rappel des propositions du groupe de travail.
20h30 : vote des deux propositions suivi du dépouillement et proclamation des résultats.

**************


L’ACTO soutient et reste vigilante


L’Association des clubs taurins organisateurs a suivi de près les travaux du groupe de travail multipliant les réunions entre ses membres et y associant tous les clubs taurins (UCTI et autres). Après une dernière discussion vendredi dernier à Jonquières Saint-Vincent, le bureau de l’association a envoyé un courrier à ses adhérents argumentant sa réflexion, préconisant de voter “oui” aux propositions et poursuivant ses pistes de travail pour 2016.
En substance : « Au niveau financier la situation est urgente (...) Le seul moyen actuellement est l'appel de cotisations des licences 2016 qui ne pourra se faire que par la mise en place d'un nouveau comité directeur soit pas avant mi-janvier si la modification des statuts est acceptée.
Par contre un rejet lors du vote de vendredi pourrait amener la FFCC vers la cessation de paiement ou la mise sous tutelle voire la liquidation judiciaire ce qui impliquerait une saison sans biòu en 2016 ».
Et si l’ACTO regrette la perte du nombre des représentants des clubs taurins au futur comité directeur et les augmentations conséquentes, elle planche sur des participations plus équitables quant au nombre de courses organisées ; ou encore une cotisation pour les organisateurs de spectacles nocturnes....
Par ailleurs, l’association appelle à l’intelligence, à la responsabilité et au dialogue entre toutes les parties...

*************

MANADE PAULIN

Dimanche 29 novembre 2015

Les afeciouna ont trinqué à Cupidon

DSC_9064.JPG

Le biou de l'Avenir à Châteaurenard

Bien charpentés, cornes majestueuses et caractère bien trempé... les cocardiers de la manade Paulin “portent beau”. Et souvent la devise héraultaise fait les titres de la presse taurine.
DSC_2532.JPGEn cette fin de saison 2015, c’est en l’honneur de Cupidon que les invités de la journée au Mas des Tamaris ont trinqué. Et à sa couronne de Biòu de l’Avenir récoltée à la finale de Châteaurenard après le vote de la commission du Trophée Taurin Midi Libre - La Provence. Troisième récompense après Icare en 2012 à Lunel, Ubaye en 2014 à Vauvert. DSC_2615.JPGChez les Paulin, Joël et Bertrand restent modestes: «C’est difficile de sortir des bons taureaux... Après, s’ils sont trop barricadiers, on tremble qu’ils se blessent».
Mais pour l’heure, tous les biòu sont au pré, et c’est un bistournage qui réunit autour des arènes les nombreux afeciouna: «C’est sympathique de réunir les gens, quand il n’y a plus de course, c’est convivial, on discute avec les clubs taurins, les amis...». Discussions pour la plupart taurines bien sûr, et des noms que les amateurs se régalent d’évoquer comme cette nourride de numéros 700 aux noms évocateurs : Colbert, Ubaye (au repos après sa blessure en août à Mauguio et que l’on devrait revoir en piste l’an prochain), Vauban, et bien sûr Cupidon. Sans oublier le jeune Hemingway, 6 ans... Et les valeurs confirmées Queyras, Icare et Camerone.
Nichée entre Mauguio et Candillargues, la manade Paulin trace sa route déjà jalonnée de nombreux trophées.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER