Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/01/2016

MANADE AUBANEL BARONCELLI SANTENCO

Samedi 30 janvier 2016

Rencontre avec Bérenger Aubanel

"Retrouver notre place en course"

BERENGERAUBANEL.jpgRencontrer Bérenger Aubanel c’est plonger dans l’histoire de la manade Santenco (aujourd’hui Aubanel Baroncelli Santenco) puisqu’il est en charge - avec son frère Réginald - de l’illustre élevage. Les fils de Pierre, petits-fils d’Henri Aubanel, arrière petits-fils du Marquis de Baroncelli sont, aujourd’hui à la tête des fers “rouge et blanc” du Marquis et “bleu et blanc” de Pierre Aubanel. « Mon frère Réginald, lui, est l’homme du “pays” qui s’occupe des taureaux au quotidien, sans lui rien ne serait possible. Je travaille plus dans la gestion ». Aujourd’hui, il y a 650 bêtes à suivre. « Selon les volontés de notre grand-père Henri Aubanel, nous devons perpétuer ce patrimoine, être fiers d’être une même maison pour simplifier la gestion, mais avec deux élevages qui suivent une sélection différente. Le côté économique est important, pour cela on s’est structuré, mais l’esprit Baroncelli-Aubanel est toujours présent. Notre effort porte sur la sélection pour la course en pointe, la mémoire génétique de la manade est bien présente grâce aux carnets des familles de taureaux. Grâce à ça on peut avancer. Il y a une place à retrouver en course camarguaise dans le respect des autres manadiers. Avec un orgueil bien placé pour le travail des générations précédentes... ». Un gros effort est aussi entrepris pour les multiples abrivado, bandido, courses au plan, etc. : « Nous avons un apport de jeunes cavaliers à qui il faut donner des règles en particulier pour les abrivado les plus risquées. Dans les plans, nous essayons de jeunes bêtes, il faut les protéger, les mettre en valeur... Nous mettons des gens sur le terrain pour “cadrer” les comportements... »
Avec tact et réalisme, sans renier le “romantisme” de ses aînés, Bérenger et Réginald Aubanel tracent aux couleurs de leurs cœurs un avenir balisé certes mais aussi plein d’espoirs.


MARTINE ALIAGA

Les cocardiers : Spartacus, Zintkala, Vincent, Vosgien, Enzo et Fanfan, Triton.

Les commentaires sont fermés.