Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/07/2016

LUNEL *TROPHEE DES AS*

lunel,arènes sanjan,muscat,as,course camarguaise

Course du samedi 16 juillet 2016 - Finale du Trophée du Muscat
Dernière course à Sanjuan avant les travaux

Le coeur n'y était pas

Les bêtes et les hommes ont manqué de punch pour cette dernière course dans des arènes pescalunes vouées à la démolition puis à la renaissance. C'était pourtant la finale du Trophée du Muscat mais l'ambiance n'y était pas. La minute de silence à la mémoire des victimes de Nice, demandée par Claude Arnaud, maire, fut scrupuleusement marquée tout comme la cérémonie du matin dans le parc Jean-Hugo. La Pescalune se poursuit et la vie continue mais l'insouciance festive en a pris un coup. La course est à cette image : monotone et sans panache.

Malgré ce, Roselyne Delon, présidente du Velout pescalune, avait soigné la capelado sur le thème des vendanges et du Muscat, le manadier Jean Lafon mène ses cavaliers, les anciens raseteurs défilent... les photographes cliquent à tout va pour immortaliser les derniers rasets.

Amine Chekade remporte le Muscat, son avance était faite à la première course dimanche dernier, et Camaï de la Vidourlenque remporte le prix du meilleur taureau des deux rencontres. C'est mérité ! Côté raseteurs, il a manqué un meneur (en l'absence d'Allouani et Cadenas) même si quelques bonnes tentatives sont à mettre l'actif d'Aliaga, Chekade, Katif, Zekraoui.

Des 7 cocardiers présents, Banaru du Rhône, avec ses qualités et ses défauts, fait un bon quart d'heure et Vincent d'Aubanel exploite au mieux cette grande piste. 

Pirate du Pantai par ses accélérations, une fois sa place trouvée, tient correctement sa place de premier. Rentre une ficelle. Banaru du Rhône fuse sur les hommes qu'il choisit. Les raseteurs trouvent le biais, main au frontal, pour des trajectoires poussées. Rentre ses ficelles Vincent d'Aubanel,  balade les hommes par ses placement et déplacements intelligents. Rentre une ficelle.

Sylverado de Nicollin connaît la musique, il s'applique sans passer la vitesse supérieure. 14 minutes. Mesrine de Vinuesa n'affiche pas une grande conviction. Rentre ses ficelles en silence. Cruchot de La Galère, une fois placé s'économise face à des hommes qui ne le bousculent pas. 12 minutes. Quant à Marquis de Ricard, volage et fantasque, deux  ou trois séries lui sont servies, sous quelques hués montrant la frustration du public.

MARTINE ALIAGA

 

Les commentaires sont fermés.