Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/08/2016

MAUGUIO *AS*

Course du mardi 16 août 2016

Katif, Soler, Marengo distingués
pour le Souvenir Manu et José

mauguio,course camarguaise

Deux des vainqueurs, Marengo de Vellas et Jérémy Soler

 
Entrée : 2/3 d’arène. Org. : CT Le Melgueil. Président : J. Valentin. Raseteurs droitiers : I. Benafitou, Bruschet, Katif, Soler. Gauchers : Aliaga, M. Favier, Four, Ouffe. Tourneurs : Estève, Fouque, Cuallado, F. Garrido, Bensalah.
 
Le public a passé un bon moment lors de ce 14e Souvenir Manu et José. Bétail bien choisi - tous les cocardiers montrent de belles dispositions - mentions à Aparicio le plus séduisant, Dardaillon et Attila, et conclusion spectaculaire avec Marengo. Si Katif mène les débats, chacun prend sa part de travail, et le jeune Soler ne laisse pas la sienne. Au final, Katif meilleur raseteur ; Marengo meilleur taureau ; prix d’encouragement ç Jérémy Soler.
Tastaïre (Caillan).- Ses banes impressionnantes et son caractère bien trempé rendent les approches compliquées. D’autant qu’il est difficile à convaincre ou alors fuse toutes cornes devant. La cocarde à Aliaga à la 13e. Rentre ses glands. 1 Carmen et retour.
Dardaillon (Lafon).- Il en veut et cherche le combat. Tient son placement et de là contrôle. Raccompagne à fond la caisse, la sortie sur Katif est fulgurante idem sur Soler. Fait le pas sur Favier pour 8 minutes les rubans. Attentif, il ferme souvent la sortie de secours, alors les blancs cogitent trop et les ficelles rentrent. 4 Carmen.
Aparicio (Rouquette).- Une partition toute cocardière. Placé, les ripostes poussées jusqu’aux planches (Katif, Bruschet, Soler), belles trajectoires, grosse envie de gagner. L’enfermée sur Aliaga est féroce (2 fois), pareil avec Katif. Aparicio tient sa ficelle 13 minutes et son dernier investissement sur Aliaga est aussi impliqué. 6 Carmen et retour.
Coquet (Cuillé).- Attaqué tambour battant, les pompons volent vite. Aux ficelles, plus stable, place de belles anticipations, se livre sur des longueurs en toute franchise (Bruschet, Aliaga, Benafitou, Katif). Mais le rythme lui est dur à tenir et avec la fatigue il réduit sa charge et garde une ficelle. 4 Carmen et retour.
Attila (Lautier).- Se poste fermement, ne laisse rien sa réponse, et accélère sur le raset. Repousse tous les assauts avec intensité jusqu’au ras des planches où il peut taper droit, pour des arrivées en fanfare. A la 13e, il a toujours du carburant et rentre ses ficelles. 10 Carmen et retour.
Ubaye (Paulin).- Il faut le capter sur son bon œil, alors il jette tout son beau gabarit dans la trajectoire et peut envoyer la corne en finition. Navigue beaucoup, mais répond présent. Un dernier tour de ficelle met le feu, il sera pour Bruschet à la trompette. 4 Carmen et retour.
Marengo (Vellas).- Une boule de nerf et de rage qui éclate les planches et se jette comme une furie après les hommes. Parfois, se place mais le moindre geste, déclenche sa fureur. Les hommes s’entendent pour les rubans, qui volent entre les impacts. Sort parfois des trajectoires mais quand il vient c’est un obus au cul des rasteurs. L’opéra tout entier lui est joué et le Carmen du retour (avec une ficelle) par le peña.
 
MARTINE ALIAGA
Photo LAURENT SONZOGNI
 
Trophée des As : Katif, 8 points ; Bruschet, 5 ; Aliaga et M. Favier, 3,5 ; I. Benafitou, 2 ; Ouffe, 0,5.

 

Les commentaires sont fermés.