Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/09/2016

PALAVAS-LES-FLOTS *ETALONS*

Course du samedi 24 septembre 2016

Huit étalons à la Feria d'automne

blogetalon.jpg

Le tout jeune étalon de Rouquette
dans l'action du jour après Icham Oufdil

Tout frétillants, tout naïfs et bruts de décoffrage, les huit jeunes étalons (entre 2 et 5 ans) ont montré leurs qualités naissantes pour la Feria d’automne. Les huit raseteurs jouent pianissimo dans cette grande piste mais l’ensemble se laisse regarder. Le Cavallini (7e) et Layalle (3e) allient esprit bagarreur et vaillance ; Le Levant (5e), le Lautier (1er) s’améliorent en s’intéressant au jeu ; le Fabre-Mailhan (2e) et le Saumade (6e) passent leur trop plein d’énergie en de multiples sauts ; le Nicollin (4e) reste inconstant tandis que le Rouquette (8e) gratifie Oufdil et les gradins de la plus belle action de l’après-midi. Le public moitié festejaïres moitié bouvinaïres a apprécié.

Difficile de juger des qualités futures de ces cocardiers tout jeunes et "entiers", au vu de la grandeur de l'ovale, et face à des raseteurs expérimentés. Alors juste quelques lignes sur chacun d'eux pour une vision d'ensemble de la teneur de la course.

Le N.065 de Lautier allie le placement et une belle vaillance, plus une finition corne pointée après Miralles. Une jolie série rythmée sur la fin.

Le N.333 de Fabre-Mailhan affiche des velléités d'évasion contante. Il se disperse et passe beaucoup de temps en contre-piste.

Le N.334 de Layalle surprend. Placé ou le long des planches, il se montre bagarreur et peut se dresser en finition. Ne refuse rien, enchaîne de bon coeur et se soulève. 9'30 de qualité.

Le N.326 de Nicollin sort, tout vibrant de rage. Quelques rasets et saute, se promène, se disperse, se cabre dans l'action; 1 finition avec bascule après Miralles, un peu plus de stabilité sur la fin mais reste trop inconstant.

Le N.129 du Levant se laisse facilement distraire et séduire par la contre-piste au début. Entrepris, se prête au jeu, se livre. Petit à petit, trouve du placement et s'intéresse. 

Le N.333 de Saumade, véloce et sauteur, les hommes se méfient. Pas attaqué, il multiplie les évasions. Sur le raset, il reste en dedans et ne se livre pas. 

Le N.340 de Cavallini, gros gabarit, attentif et fonceur, les blancs passent au large. Quatre rasets un peu secs mais l'étalon repart de plus belle, se place, et vient avec fougue sur chaque cite. De la tenue, des enchaînements avec conviction permettant de bons échanges. 9'30.

Le 411 de Rouquette, leste et vif, il saute allègrement d'autant qu'il n'est pas submergé de travail. Oufdil part à l'aventure, pleine piste, le jeune étalon le rattrape et s'envoie après. Dommage qu'il passe trop de temps dans le pourtour. Mais bon, c'est de son âge.

Texte et photo
MARTINE ALIAGA

Les commentaires sont fermés.