Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/09/2016

ALES *FINALE DU TROPHEE DES RASETEURS*

* En raison des conditions météorologiques, la course est annulée pour aujourd'hui. Il est possible qu'elle soit reportée à une date ultérieure *

Samedi 1er octobre, à Alès, 15h

Une première Alésienne

alès,finale du trophée des raseteurs,course camarguaise

La belle feria du mois de mai sur les bords du Gardon, sa fréquentation exponentielle et le succès des deux courses camarguaises proposées par l’organisateur Pierre Cuillé au sein de Toro Alès Cévennes... Les nombreux afeciouna qui venant des villages du nord du Gard fréquentent régulièrement les arènes plus sudistes... Les multiples manades qui ont fait de cet arrière-pays, leurs terres d’hiver ou d’implantation... Et le fait que les pratiques camarguaises ont trouvé terre fertile dans tous ces villages gardois... Les Cévennes sont un autre pays de bouvine, alors Alès se devait de recevoir cette année, la finale du Trophée des Raseteurs. Une finale concoctée avec soin par les organisateurs, la commission du Trophée Taurin et les quotidiens Midi Libre et La Provence. Les manadiers et les 10 premiers raseteurs du classement du groupe 2 ont d’emblée dit oui à cette première en Cévennes gardoises. Alors, que la fête commence!


MARTINE ALIAGA
Photos Laurent Sonzogni
et Mali


LES RASETEURS
Ils se sont disputé la première place toute la saison et arrivent à la finale avec un seul point d’écart. Radouane Errik et Nabil Benafitou, tous deux gauchers, sont fin prêts pour le round final, ce samedi à Alès.

alès,finale du trophée des raseteurs,course camarguaise« On est copain, mais chacun défendra ses chances,
sourit Radouane Errik, 1er du classement. Les taureaux choisis sont de qualité, avec une première partie assez technique, et une fin de course plus brillante. J’espère qu’on va tous s’y mettre pour faire le spectacle. La piste d’Alès est grande mais agréable, il faudra quand même du courage devant les difficultés ». Le raseteur, aujourd’hui Melgorien, a débuté à l’école de Marsillargues sous l’égide de Cyril Garcia, après les Ligues, il intègre l’Avenir (meilleur classement en 2011, 3e) non sans avoir souffert de plusieurs blessures notamment aux ligaments croisés et ménisque. 2012, les As jusqu’à mi 2015 où il préfère rejoindre le groupe 2. 2016, reste une année de transition avec des changements dans sa vie privée (mariage et bientôt un bébé) qui l’obligent à «raseter plus sereinement». Mais cette première place à défendre à la finale « me motive. J’ai fait pas mal de courses aux As cette année et j’ai des envies de compétition. Alors peut-être l’an prochain, je repartirai aux As ».

alès,finale du trophée des raseteurs,course camarguaiseNabil Benafitou, lui, a géré cette saison avec l’expérience acquise en 5 années de piste à l’Avenir puis 3 aux As et sa 5e au groupe 2. Energique, régulier, il sait aussi montrer du caractère et - c’est sûr - il défendra ses chances de victoire jusqu’au bout. « Samedi, que le meilleur gagne, dans un bon esprit. Avec Radouane, on va se donner au maximum. La course est un peu compliquée et dans cette grande piste, ce ne sera pas facile mais on espère que ce sera plaisant pour les spectateurs. C’est une bonne saison pour moi, sans blessure et avec les encouragements de mon frère Adil et de mon neveu le Cannois. Les clubs taurins me font confiance et d’ailleurs je les en remercie ».


Vainqueur en 2013, second l’an passé, 3e en 2016, Mathieu Marquier trouve toujours une place aux avant-postes pour les phases finales. Le temps semble glisser sur ce talentueux droitier, élégant et efficace. Guillaume Cano réalise lui aussi cette année un bon parcours. Doté d’un physique athlétique, le Marsillarguois pointe à la 4e place. A David Maurel la 5e place : une année un peu en dent de scie pour ce vainqueur de l’Avenir en 2010, puis du Trophée des Raseteurs en 2015. Un garçon agréable et travailleur, une valeur sûre et fiable pour les organisateurs. 6e, l’homme aux multiples blessures, Damien Moutet. Ses rasets engagés lui coûtent cher. Plusieurs fois méchamment touché par la corne, il revient en piste et retrouve toujours la motivation. Chapeau ! Autre Marsillarguois, Dimitri Fougère se place 7e. C’est un gagneur, il a du tempérament, ce qui lui permet d’accrocher une place dans cette finale. Incontournable gaucher du circuit, Jeoffrey Ferriol (8e) est aussi un infatigable travailleur. Jamais aux abonnés absents, sa présence en piste est toujours synonyme de rythme. Quant à Christophe Clarion, l’âge lui donne une certaine sérénité. Il garde sa constance de toujours en piste, il a encore les jambes pour assurer, un moral au beau fixe, son expérience faisant le reste. Jonathan Vic ferme la liste avec sa 10e position dans ce groupe qui l’a accueilli en 2014 et dans lequel le Saint-Georgien semble s’épanouir.

* En cas de défection d’un des 10 premiers raseteurs, le suivant au classement pourra entrer en piste.

SEPT COCARDIERS DE VALEUR
Hier, les dix raseteurs qui seront présents à la finale d’Alès, ont été présentés. Aujourd’hui honneur aux sept cocardiers qui seront en piste, ce samedi, chacun pouvant prétendre au prix du meilleur taureau de la course.
Dans l’ordre de sortie : Mouret de la manade Fournier N.462. Un premier sérieux potentiellement spectaculaire. Expérimenté et offensif, il peut conclure corne pointée tel qu’il a pu le faire dans la piste de Saint-Andiol ou Saint-Martin-de-Crau.
Fétiche du Joncas, N.613. Bien dans le standard de cette race des garrigues gardoises. Volontaire, jamais rassasié de rasets, pouvant faire le pas au départ de l’action et passer le mourre à l’arrivée. Meilleur taureau de la Corne d’Or à Eyragues après avoir couru à Saint-Martin-de-Crau, Istres, Eyragues.
Castellas de Fabre-Mailhan, N.329. Lui aussi affiche les qualités de sa devise : vaillance, bravoure et potentielles finitions. Des enchaînements droite-gauche soutenus pimentés de frappes comme il l’a démontré à Fos ou Châteaurenard.
alès,finale du trophée des raseteurs,course camarguaiseSerpatier d’Espelly-Blanc, N.861. Ses qualités sont nombreuses et cette place de 4e lui va comme un gant. Il possède un registre complet (anticipation, vitesse, finition) qu’il déploie au sein de sept sorties dans lesquelles il excelle à Beaucaire en avril, Palavas en mai, Vendargues en juin, au Grau en juillet ou Castries en août. Parfois un ton au-dessous quand il ne trouve pas le bon emplacement mais la piste d’Alès devrait par son ovale, lui convenir à merveille.
Trancardel de Bon, N.641. Avec ses larges bannes, il a une allure reconnaissable entre mille. Plus cocardier que spectaculaire, il peut cependant créer la surprise par de grands engagements. C’est selon, comme à Beaucaire (2 sorties), Vendargues ou Sommières, pour ses sorties 2016.
Arlésien de Chauvet, N.613. Il a des qualités à revendre notamment une incommensurable vaillance. Motivé dans les poursuites, offensif aux planches, c’est avec brillance qu’il conclut. En attestent ses courses à Mouriès, Fourques, Tarascon, Sommières et Fontvieille .
Moka du Rousty, N.708. (remplace Absolut de Ricard, blessé).- Ardent barricadier qui ne refuse jamais rien, explosif en diable dans une débauche d’énergie idéale pour couronner une course.

Réservations : 06 18 48 60 48. Le guichet des arènes sera ouvert samedi matin à partir de 9h.

Les commentaires sont fermés.